Sicule (Sicile)


Sicule (Sicile)

Sicules (Sicile)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sicule.
Les peuples dans la péninsule italienne au début de l'âge du fer :
     Ligures.     Vénètes.     Étrusques.     Picéniens.     Ombriens.      Latins.     Osques.     Messapes.     Grecs.     Sicules.

Les Sicules (en latin Siculi) ou Sikèles (en grec ancien οἱ Σικελοί / hoi Sikeloí) sont un ancien peuple de la Sicile auquel l'île doit notamment son nom. Sans doute d'origine indo-européenne, les Sicules vivaient sur l'île conjointement aux Sicanes et aux Élymes, bien qu'ils s'y soient installés après eux.

Ils constituent le principal substrat culturel et démographique de l'île avant l'arrivée d'autres colonisateurs. Thucydide (III, 2–4) attribue une origine ibérique aux Sicanes, qui habitent la partie occidentale de l'île, troyenne aux Élymes et italique aux Sicules. Selon la tradition antique, les Sicules auraient été chassés de la zone du delta du Tibre par les Opiques venus des montagnes, et ils auraient fui vers la Sicile par la Calabre où l'on retrouve des vestiges de leur passage.

On situe la date de leur installation en Sicile vers -1200 Ils refoulent alors les Sicanes vers l'ouest afin de s'emparer des zones les plus fertiles de l'est. Cette conquête se fait sans difficulté du fait de la supériorité militaire et technologique des Sicules : comme les autres peuples indo-européens, ils ont domestiqué le cheval et pratiquent l'agriculture.

Les Sicules font partie de la vague de peuplement indo-européenne dite villanovienne, et étaient donc culturellement proches du peuple falisque et du peuple latin. De ce fait, leur langue appartient à la branche italique des langues indo-européennes, et on lui suppose une parenté directe avec le latin.

Lors de l'expédition de Sicile menée par Athènes en -415, les Sicules se rangent aux côtés d'Athènes.

Sommaire

Un « Peuple de la Mer »

Shakalesha
M8 G1 V31 G1 E23
Z1
M8 G1 T14 A3
Šqrš.w

Un rapprochement entre les Sicules et l'un des Peuples de la mer a été fait par l'égyptologue et philologue français Emmanuel de Rougé, dans un Mémoire sur les attaques dirigées contre l'Égypte par les Peuples de la Méditerranée, vers le XIVe siècle avant notre ère dont des extraits furent publiés dans la revue archéologique de 1867[1].

La transcription et la translittération des inscriptions égyptiennes furent multiples depuis au gré des archéologues, aussi l'on retrouve le nom égyptien des Sicules sous de multiples variantes dans les ouvrages sur le sujet. En voici quelques unes : Shekelesh ou Shékélésh, S‘akales‘a, Shikalayu, Sakalas, Shakalasha, Shakalousha, Chakalaches, Sikala, Sikils, ...

Origine des Sicules : diverses propositions

Selon Emmanuel de Rougé, il faut rattacher ce peuple de la mer aux Sicules latins et aux Sikeloí grecs, signalés par Thucydide au Ve siècle avant notre ère. Il cite également l'érudit allemand Karl Otfried Müller qui étudia la littérature grecque antique et discuta divers passages de l'Odyssée d'Homère où l'on trouve des mentions des Sicules situés aux alentours de l'Italie antique.

Le polytechnicien et linguiste Jean Faucounau[2] voit en eux des « métis grecs », des marins issus de tribus siciliennes et italiennes autochtones du Paléolithique, influencés par des proto-ioniens, et dont le nom pourrait venir du grec ancien σιγή / sigè : « silence » et signifierait ainsi « les Taciturnes ». Il juge peu vraisemblable l'une des hypothèses qui rapproche ce peuple du nom de la cité antique de Sagalassos, en Turquie.

Pour le chercheur indépendant Jean-Jacques Prado[3], les Sicules doivent être rapprochés de la culture de Villanova. Il rapporte également que l'on trouve souvent dans les sources antiques des liens étroits entre les Sicules et les Thraces. Certains chercheurs confirment d'ailleurs cette hypothèse sur le plan linguistique[4].

Participation aux assauts contre l'Égypte

Parmi les autres Peuples de la mer, les Shekelesh se retrouvent dans un petit nombre d'inscriptions égyptiennes à partir du XIIIe siècle avant notre ère où ils participent aux évènements de cette époque.

  • Sous le règne du pharaon Mérenptah (ou Mineptah / Merneptah) vers -1208, ils font partie d'une coalition menée par des Libyens contre l'Égypte (grande inscription du temple de Karnak). Si les sources dénombrent 222 Shekelesh tués lors de la bataille, d'autres sont fait prisonniers à cette occasion, et l'on mentionne également ce peuple à la même époque sur la stèle d'Athribis et la colonne du Caire[2],[5].
  • Sous le règne de Ramsès III, dans l'inscription de l'an 8 (vers -1176) sur les parois du temple de Médinet Habou, où ils font partie d'une puissante confédération de peuples qui ont ravagé le royaume Hatti, la Cilicie, Karkemish et l'Arzawa. L'inscription finit par décrire la victoire du pharaon sur cette confédération.

Notes

  1. Vicomte Emmanuel de Rougé, Extraits d'un mémoire sur les attaques dirigées contre l'Égypte par les Peuples de la Méditerranée, vers le XIVe siècle avant notre ère, dans revue archéologique de 1867
  2. a  et b Jean Faucounau, Les Peuples de la Mer et leur Histoire, sur Google Books
  3. Jean-Jacques Prado, L'invasion de la Méditerranée par les Peuples de l'Océan - XIIIe siècle avant Jésus-Christ, sur Google Books
  4. Bulletins de la Société d'Anthropologie de Paris - Pruner-Bey, Duhousset, Lagneau, Instruction sur l'Anthropologie de la Sicile, sur Google Books - à consulter néanmoins avec précaution concernant en particulier les "instructions anthropologiques"...
  5. (en) Megaera Lorenz, The Inscriptions of Merenptah, lien sur le site de l'Université de Pennsylvanie.

Ressources bibliographiques

  • Jean Faucounau, Les Peuples de la Mer et leur Histoire, Éditions L'Harmattan, 2003 (ISBN 978-2747543699)  ;
  • Jean-Jacques Prado, L'Invasion de la Méditerranée par les Peuples de l'Océan - XIIIe siècle avant Jésus-Christ, Éditions L'Harmattan, 1992 (ISBN 978-2738412348)  ;
  • (en) James Henry Breasted, Ancient Records of Egypt: Historical Documents from the Earliest Times to the Persian Conquest, collected, edited, and translated, with Commentary. (5 volumes), University of Chicago Press, Chicago, 1906–1907 (réimpr. 2001 : University of Illinois Press) .
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail de l’Égypte antique Portail de l’Égypte antique
  • Portail du Proche-Orient ancien Portail du Proche-Orient ancien
  • Portail de la Sicile Portail de la Sicile
  • Portail de l’Italie Portail de l’Italie
Ce document provient de « Sicules (Sicile) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sicule (Sicile) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sicule — ⇒SICULE, subst. A. 1. Subst. masc. plur., ANTIQ., ETHNOL. Populations primitives de Sicile orientale, installées d abord en Campanie puis repoussées en Sicile au début du premier millénaire avant Jésus Christ (d apr. PERRAUD 1963). Les Sicules,… …   Encyclopédie Universelle

  • SICILE — La Sicile est insulaire, donc particulière: son histoire fut originale et, jusqu’au haut Moyen Âge, ne se confondit pas avec celle de l’Italie voisine. Au centre de la Méditerranée, entre le bassin occidental et le bassin oriental, elle subit des …   Encyclopédie Universelle

  • SICILE (archéologie) — La Sicile est – avec Chypre, la Crète, la Sardaigne – l’une des grandes îles de la Méditerranée. Sa position géographique centrale et la proximité de l’Afrique du Nord en ont fait un carrefour, une terre ouverte aux influences les plus diverses.… …   Encyclopédie Universelle

  • Sicule (langue) — Pour les articles homonymes, voir Sicule. Le sicule (en grec sikeloi, en latin siculi) est une langue aujourd’hui morte. Très peu connue, elle fut parlée par les Sicules en Sicile …   Wikipédia en Français

  • Sicule (Roumanie) — Sicules de Transylvanie Pour les articles homonymes, voir Sicule. Sicules de Transylvanie Populations significatives par régions …   Wikipédia en Français

  • Sicule — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sicules ou Székely, minorité magyarophone en Roumanie ; Sicules, ancien peuple de Sicile ; Sicule, langue de ce peuple. Catégorie : Homonymie …   Wikipédia en Français

  • Sicules (Sicile) — Pour les articles homonymes, voir Sicule. Les peuples dans la péninsule italienne au début de l âge du fer  …   Wikipédia en Français

  • Histoire De La Sicile Grecque — Les différentes villes de la Sicile. L Histoire de la Sicile grecque remonte à la fondation de la première colonie, celle de Naxos en 735 av. J. C., fondée par les colons provenant de Chalcis. Dès cette date, la Sicile entre pleinement dans l… …   Wikipédia en Français

  • Histoire de la Sicile grecque — Les différentes villes de la Sicile. L histoire de la Sicile grecque remonte à la fondation de la première colonie, celle de Naxos en 735 av. J. C., fondée par les colons provenant de Chalcis. Dès cette date, la Sicile entre pleinement dans l… …   Wikipédia en Français

  • Histoire de la sicile grecque — Les différentes villes de la Sicile. L Histoire de la Sicile grecque remonte à la fondation de la première colonie, celle de Naxos en 735 av. J. C., fondée par les colons provenant de Chalcis. Dès cette date, la Sicile entre pleinement dans l… …   Wikipédia en Français