Short Message Service


Short Message Service
Page d'aide sur les redirections « SMS » redirige ici. Pour les autres significations, voir SMS (homonymie).
Affichage d’un message reçu sur un téléphone mobile

Le service de messagerie SMS, plus connu sous le sigle SMS de la désignation anglaise Short Message Service, permet de transmettre de courts messages textuels ; c’est un service proposé par la téléphonie mobile (il a été introduit par la norme GSM).

Dans certaines régions du monde comme l’Amérique du Nord, le Royaume-Uni ou les Philippines, on parle de messagerie texte. Par rétro-acronymie, cette messagerie est également désignée par service de messages succincts.

Pour désigner les messages transportés, on parle de minimessage, de télémessage, de message texte, de SMS ou encore de texto. « Textoter » signifie envoyer ce type de message.

En 2009, plus de 135 000 SMS étaient envoyés chaque seconde à travers le monde, tandis qu'en 2007, entre 50 000 et 60 000 SMS étaient envoyés chaque seconde[1].

Sommaire

Introduction au SMS

Affichage d’un message reçu sur un téléphone mobile.
La disposition classique d’un clavier de téléphone portable.

Le SMS permet de transmettre des messages d'une taille maximale de 160 caractères. Par extension, un SMS désigne également un message transmis par ce biais.

Bien que l’opérateur français SFR ait déposé le terme texto comme marque déposée, son usage s'est généralisé en France. En septembre 2009, la Cour d'appel de Paris a jugé que l'opérateur ne pouvait pas prétendre à son utilisation exclusive[2]; depuis cette date, le nom texto n'est plus protégé. En 2010, ce serait le terme le plus couramment utilisé au Québec pour désigner les SMS, mais il est peu employé dans les autres pays de langue française, comme par exemple en Belgique ou en Suisse, où les termes « SMS » et « message texte » sont les plus fréquents.

Le minimessage (nom commercial donné par Itineris devenu Orange aux SMS) est rapidement devenu un moyen de communication très populaire, surtout en Europe, en Asie-Pacifique (mis à part le Japon), en Australie et en Nouvelle-Zélande, tout particulièrement parmi les populations jeunes et urbaines.

À l’origine, le SMS était destiné à transmettre des messages de service provenant de l’opérateur téléphonique, dans le système GSM dont il est issu, avant de connaître ses utilisations actuelles. Historiquement, le premier SMS commercial aurait été envoyé en décembre 1992 par un employé de Sema Group, Neil Papworth avait écrit, à partir de son ordinateur personnel vers un téléphone mobile sur le réseau GSM, "Happy Christmas !". Le message alla de Vodafone au Royaume-Uni.

Aujourd’hui, le SMS est un marché à part entière. En effet, de nouvelles utilisations sont découvertes chaque jour (par exemple le vote dans les émissions télévisées) que ce soit par l’utilisateur particulier ou le professionnel spécialisé. Des sociétés ont dédié intégralement leur activité à ce moyen de communication.

Les SMS sont transportés dans les canaux de signalisation définis par GSM et n’occupent pas la bande passante réservée au transport de la voix. De surcroît, leur taille est limitée, donc ils sont peu coûteux à transporter pour l’opérateur (évalué entre 0,03 € et 0,05 € par SMS[3] en 2004). Leur émission est facturée par les opérateurs de téléphonie mobile, dont c’est devenu une source importante de revenus, notamment grâce à l’offre de SMS dits « surtaxés », c’est-à-dire dont le tarif dépasse celui ordinairement appliqué. En France, en raison du coût jugé excessif des SMS, une association de consommateurs a déposé plainte pour « abus de position dominante collective » auprès du Conseil de la concurrence[4].

Une version améliorée, le Multimedia Messaging Service (MMS), permet de transmettre des messages plus longs et au contenu riche, comme par exemple des photos, messages vocaux ou vidéo, et commence à se généraliser. Contrairement aux SMS, les MMS utilisent des canaux utilisateur qui doivent donc être prévus par l’opérateur.

Usages moins conventionnels

Certains opérateurs offrent la possibilité d’envoyer des messages à des lignes téléphoniques fixes indépendamment de leur capacité à recevoir des messages textes. Le destinataire est alors automatiquement contacté en précisant l’expéditeur et on lui lit le message à l’aide de technologies de synthèse vocale.

Il est également possible d’envoyer des SMS via GPRS à des conditions tarifaires variables selon l’opérateur ; parfois, le coût de l’établissement de la connexion est en sus du prix du SMS.

De nos jours, les SMS sont également utilisés dans les communications de machine à machine. Par exemple, il existe des afficheurs à LED contrôlés par SMS.

Par ailleurs, de nombreuses entreprises ou collectivités locales utilisent des services d’envoi de SMS par Internet (envoi de SMS par courriel ou via une requête HTTP). Par exemple, la ville de Rennes prévient automatiquement ses habitants par SMS lorsque leur passeport ou carte d’identité est disponible en mairie.

Des solutions d’envoi de SMS par Internet sont également utilisées dans les entreprises, les associations et les collectivités locales, pour des envois ponctuels (confirmer un rendez-vous) ou des envois en nombre (annoncer une soirée, ou l’ouverture de soldes privés). Ce marché représentait en 2006 plus de 20 millions de SMS envoyés par mois.

Depuis juin 2008, il est possible d’envoyer des SMS par Internet vers les téléphones fixes[Où ?][Comment ?]. Si le téléphone du destinataire n’est pas compatible, le message est lu par un automate.

L’envoi de SMS non-sollicités est interdit : il suffit normalement de répondre STOP à un SMS pour ne plus recevoir de messages de cet émetteur.

Jargon

Article détaillé : Langage SMS.

Afin de réduire le plus possible tant le temps de rédaction et de réponse que le coût de la conversation (un envoi peut comporter plusieurs messages, chacun d'entre eux étant limité à 160 caractères environ), les utilisateurs fréquents de ce service ont adopté un jargon, une sorte d’argot écrit composé d’abréviations et fonctionnant beaucoup sur les analogies sonores (archiphonèmes), ainsi que sur des dessins de type émoticône (smiley). Cet argot est similaire à celui des messageries instantanées (chat) si ce n’est que les textes en sont bien plus courts et très abrégés.

Détails techniques

Le protocole Short Message Service - Point to Point (SMS-PP) est défini dans la norme de téléphonie mobile GSM 03.40[5]. Il est à distinguer du GSM 03.41 définissant le Short Message Service - Cell Broadcast (SMS-CB) qui permet de diffuser des messages (publicitaires, informations publiques, etc.) à tous les utilisateurs de mobiles d’une zone géographique donnée.

Chaque message est envoyé via un mécanisme Store and forward à un centre SMS (SMSC), qui essaie de le transmettre au destinataire. Si ce dernier n’est pas joignable, le centre stocke le message pour le retransmettre, en plusieurs tentatives si nécessaire. Deux opérations sont disponibles : le Mobile Terminated (MT), pour les messages envoyés à un terminal mobile, et le Mobile Originating (MO), pour ceux qui sont envoyés depuis un terminal mobile. La livraison du message étant basée sur la politique de best effort, il n’y a donc aucune garantie qu’un message soit effectivement délivré à son destinataire. Des délais ou une perte complète d’un message n’est pas exceptionnelle, particulièrement lorsque le message doit traverser des réseaux. L’expéditeur peut demander un accusé de réception de son message mais si les envois fructueux sont bien rapportés, les notifications d’échec ne peuvent pas être garanties.

La transmission de SMS entre le centre et l’appareil mobile peut être faite à travers différents protocoles tel que le SS7 dans le cadre du protocole standard GSM MAP, ou encore par TCP/IP avec le même standard. Les messages sont envoyés avec l’opération MAP supplémentaire forward_short_message, dont la longueur de charge utile (en jargon technique, « payload ») est limitée par les contraintes du protocole de signalisation à savoir 140 octets (140 octets équivalent à 140 × 8 bits = 1 120 bits). En pratique, cela se traduit soit par 160 caractères en encodage sur bits, soit par 140 caractères en encodage sur 8 bits, soit encore par 70 caractères en encodage sur 16 bits[6]. Des jeux de caractères comme l’arabe, le chinois, le coréen, le japonais ou les langues slaves (tel que le russe) doivent être encodées en utilisant UCS-2, dont le gain est de 2 octets (voir Unicode). À cette charge utile viennent s’ajouter les données de routage et autres métadonnées.

Un texte plus long, appelé SMS long ou SMS concaténés, peut être envoyé en le segmentant en plusieurs messages, de manière automatique par l’appareil mobile. Dans ce cas, le message commence par un en-tête utilisateur (UDH) contenant les informations de segmentation. L’UDH faisant partie du payload, le nombre de caractères par segment est moindre : 153 en encodage 7 bits, 134 en encodage 8 bits et 67 en encodage 16 bits. C’est le terminal récepteur qui est chargé de réassembler le message, puis de le présenter à l’utilisateur d’un seul tenant. Bien que le standard permette théoriquement jusqu’à 255 segments, en pratique seuls 6 à 8 segments de messages sont possibles[réf. nécessaire], et chaque segment est facturé au prix d’un message individuel. Ces dispositions rendent particulièrement incontournables les options « SMS illimités », dont le prix mensuel est généralement de l'ordre d'une dizaine de très long SMS.

Classes de SMS

Un SMS reçu sur le mobile est traité de manière différent suivant sa classe. La classe est définie dans le SMS Data Coding Scheme (DCS - Voir norme 3GPP 23.038) :

  • classe 0 : (flash SMS) le message est directement affiché à l’utilisateur sur l’écran du mobile à la réception. Un rapport est envoyé ensuite au centre de service. Le message n’est enregistré ni dans la mémoire du téléphone ni dans la carte SIM. Il est effacé dès que l’utilisateur a validé la visualisation.
  • classe 1 : le message est enregistré dans la mémoire du téléphone et si cette mémoire est pleine, dans la carte SIM par défaut.

Note : un message reçu de type WAP Push pour configurer un mobile par exemple est de classe 1.

  • classe 2 : le message est enregistré sur la carte USIM. Un accusé de réception est envoyé au centre de service une fois que le message a bien été transféré sur l’USIM.
  • classe 3 : le message est transféré sur un équipement externe connecté au mobile (PDA, PC portable…).

Notion de durée de validité

Pour des raisons techniques et financières, un SMS non délivré à son destinataire est détruit après un temps X défini par le réseau d’émission de cet SMS car celui-ci est stocké dans un SMSC le temps de sa transmission. Ce temps X est habituellement paramétrable dans le téléphone de l'expéditeur. Il peut être compris entre un minimum d’une heure et un maximum, fixé par l'opérateur de téléphonie mobile, entre une semaine et un mois. La durée de validité par défaut étant habituellement de 72 heures (3 jours). Il existe une variante one-shot du SMSC, l’USSD qui fonctionne selon le même principe excepté pour le stockage du message qui doit être transmis au premier essai.

Les SMS peuvent aussi être utilisés pour envoyer des contenus binaires tels que des sonneries téléphoniques ou des images (logos), ainsi que des mises à jour logicielles (OTA). De telles utilisations sont toutefois des extensions propriétaires au standard GSM, et plusieurs standards sont en compétition, bien que le Smart message de Nokia soit de loin le plus répandu.

Le standard SMS définit un moyen pour un périphérique tiers, par exemple un ordinateur personnel ou un PDA, de contrôler les fonctions SMS d’un appareil mobile, via un câble RS-232 (null-modem), une liaison Bluetooth ou infrarouge, etc. Le protocole de communication est basé sur des commandes AT étendues, dont les plus communes sont AT+CMGS (envoyer message), AT+CMSS (envoyer message depuis stockage), AT+CMGL (lister messages) et AT+CMGR (lire message).

Chiffres

Évolution du nombre de SMS envoyés par mois aux États-Unis.
Année Envois de SMS/MMS en France
(en milliards)
2007 19,5
2008 34,8
2009 59,6
2010 102,5

Ces chiffres proviennent de l'ARCEP.

En 2010, chaque seconde, 200 000 SMS étaient envoyés dans le monde[7].

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

  • Jacques Anis, Parlez-vous texto ? Guide des nouveaux langages du réseau, éd. Le Cherche-Midi, 2001.
  • Cédrick Fairon, Jean René Klein et Sébastien Paumier, Le langage SMS. Étude d’un corpus informatisé à partir de l’enquête « Faites don de vos SMS à la science », Presses universitaires de Louvain, Louvain-la-Neuve, Cahiers du Cental, 3.1, 2006.
  • Cédrick Fairon, Jean René Klein et Sébastien Paumier, Le Corpus SMS pour la science. Base de données de 30 000 SMS et logiciels de consultation, Presses universitaires de Louvain, Louvain-la-Neuve, Cahiers du Cental, 3.2, 2006, CD-Rom.
  • Panckhurst R. (2010), "Texting in three European languages : does the linguistic typology differ ?", Actes du Colloque i-Mean 2009 Issues in Meaning in Interaction, University of the West of England, Bristol, avril,http://www.uwe.ac.uk/hlss/llas/events/0809/i-mean/index.shtml.
  • Panckhurst R., (2009), « Short Message Service (SMS) : typologie et problématiques futures. », in Arnavielle T. (coord.), Polyphonies, pour Michelle Lanvin, Université Paul-Valéry Montpellier 3, p. 33-52.
  • Jean Véronis, Émilie Guimier De Neef, « Le traitement des nouvelles formes de communication écrite », in G. Sabah (éd.), Compréhension automatique des langues et interaction, Hermès Science, Paris, p. 227-248.

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Short Message Service de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Short message service — (SMS) is a communications protocol allowing the interchange of short text messages between mobile telephone devices. SMS text messaging is the most widely used data application on the planet, with 2.4 billion active users, or 74% of all mobile… …   Wikipedia

  • Short message service — Pour les articles homonymes, voir SMS (homonymie). Affichage d’un message reçu sur un téléphone mobile Motorola Le service de messagerie S …   Wikipédia en Français

  • Short Message Service — (engl. für „Kurznachrichtendienst“, Abk. SMS) ist ein Telekommunikationsdienst zur Übertragung von Textnachrichten. Er wurde zuerst für den GSM Mobilfunk entwickelt und ist nun in verschiedenen Ländern auch im Festnetz als Festnetz SMS verfügbar …   Deutsch Wikipedia

  • short message service — ➔ SMS * * * short message service UK US noun [U] (also short messaging service) COMMUNICATIONS ► SMS(Cf. ↑SMS) …   Financial and business terms

  • Short Message Service — Short Message Service,   SMS …   Universal-Lexikon

  • Short Message Service — SMS (англ. Short Message Service  служба коротких сообщений)  служба сотовой сети, позволяющая осуществлять приём и передачу текстовых сообщений сотовым телефоном. SMS, как правило, доставляются в течение нескольких секунд. Отправитель может… …   Википедия

  • short message service — 3.1.13 short message service; SMS: Текстовые сообщения, используемые в основном для коммуникации и обмена информацией, распространяющиеся посредством мобильной телефонии и через Интернет. 3.2 В настоящем стандарте применены следующие сокращения:… …   Словарь-справочник терминов нормативно-технической документации

  • short message service — see short message system …   English dictionary

  • Short Message Service — SMS, function on a mobile phone that enables short messages to be relayed from one mobile phone to another …   English contemporary dictionary

  • short message service — noun the system for transmitting text messages on mobile phones …   Wiktionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.