Sherbrooke (Québec)


Sherbrooke (Québec)

Sherbrooke

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sherbrooke (homonymie).
Sherbrooke

Vue sur la rue King et la Cathédrale_Saint-Michel_de_Sherbrooke
Vue sur la rue King et la Cathédrale_Saint-Michel_de_Sherbrooke

Armoiries de ville de Sherbrooke
Détail

Logo de ville de Sherbrooke
Détail
Administration
Pays Canada Canada
Province Québec Québec
Région Estrie
Statut municipal Ville
Constitution 1er janvier 2002
Maire
Mandat en cours
Jean Perrault
2005 - 2009
Démographie
Population 150 751 hab. (2007)
Densité 417.1 hab./km2
Gentilé Sherbrookois, Sherbrookoise
Géographie
Coordonnées
géographiques
45° 26′ 53″ Nord
       71° 52′ 56″ Ouest
/ 45.448089, -71.882172
Altitudes mini. {{{mini}}} m — maxi. {{{maxi}}} m
Superficie 366 00 km2
Fuseau horaire
Indicatif
Code géographique 24 43027
Canada location map.svg
Sherbrooke

Sherbrooke (API: /ʃɛʁbʁuk/) est une ville du Québec située au confluent de la rivière Magog et de la rivière Saint-François. Elle constitue la 6e ville en importance au Québec et le principal centre économique dans la région de l'Estrie.

Originalement connue sous le nom de Hyatt's Mill, elle fut nommée d'après Sir John Coape Sherbrooke (17641840), un militaire qui fut lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse (18121816), puis gouverneur en chef de l'Amérique du Nord britannique (18161818).

Elle est surnommée « la Reine des Cantons-de-l'Est », car il s'agit de la plus grande ville de la région avec plus de 150 000 habitants et qu'elle exerce une influence indéniable et quasi monopolistique sur la région des Cantons-de-l'Est. La ville contient d'ailleurs à elle seule la moitié de la population régionale et près du deux tiers de celle-ci si on compte son agglomération[1].

La région sherbrookoise est réputée pour ses monts et ses lacs. Cinq domaines skiables se trouvent dans un rayon situé à environ une heure de route ou moins, soit Owl's Head, Sutton, Bromont, Orford et Montjoye. Le mont Bellevue est un mont de taille modeste au milieu de la ville où l'on peut aussi skier. Les monts de la Nouvelle-Angleterre, tels que Sugarloaf ou Killington Peak, sont proches, car la ville est à 50 minutes de la frontière américaine.

Sommaire

Histoire

La région de Sherbrooke, plus particulièrement le secteur à la jonction de la rivière Magog et de la Saint-François, était originalement un lieu de campement des Abénaquis. Ceux-ci surnommaient l'endroit Ktineketolekwac, ce qui signifie « Grandes Fourches ». Le secteur Brompton était aussi fréquenté des Abénaquis de passage; le lieu portait le nom de Pimihlansk ou «où les eaux tombent». Au début du XVIIIe siècle, ces mêmes Abénaquis avaient aussi désigné le lieu du nom de Shacewanteku, ce qui signifie «où l'on fume», car ils avaient l'habitude de s'arrêter au confluent de Pskasewantekw (la Magog) et d'Alsigôntekw (le Saint-François) pour se reposer.

Les hauteurs du séminaire de Sherbrooke

Le premier blanc à habiter le site a probablement été Jean-Baptiste Nolain, un francophone venu s'y installer pour vivre de l'agriculture en 1779. Il a, semble-t-il, réussi à défricher une terre de 7 hectares au cœur de ce qui est aujourd'hui le centre-ville de Sherbrooke. Son droit de propriété n'ayant pas été reconnu, il a quitté la région en 1801. Les lieux étaient connus des francophones sous le nom de « Grand Portage », et ce depuis 1724. Le terme fut par la suite transformé en « Grandes-Fouches », ensuite traduit en anglais par « Big Forks ». Une tentative de colonisation eut lieu en 1792 sur la rive est de la rivière Saint-François et l'endroit fut connu sous le nom de Cowan's Clearance.
La ville fut toutefois fondée en 1802 par un américain du nom de Gilbert Hyatt, du district de Schenectady dans l'État de New York. À la suite de la guerre d'indépendance des États-Unis, Hyatt vint au Canada ouvrir un chemin de 60 milles de long afin de s'y installer avec sa famille et construire un moulin au confluent des rivières Magog et Saint-François. À l'origine, ce sont 40 familles qui sont venues s'établir dans les lieux, représentant une population de 102 individus. Les conditions étaient peu aisées aux prémices de la colonie des Cantons-de-l'Est; les villages nouvellement fondés étaient trop loin des centres urbains et les colons se retrouvaient éparpillés au milieu de la forêt tout en n'ayant pas accès à des routes carrossables. Par le fait même, les populations étaient souvent aux prises avec des famines et diverses difficultés d'approvisionnement.

Peu à peu, la région fut reliée au reste de la province et l'immigration massive d'Irlandais, Écossais et Anglais fit de Sherbrooke une ville anglophone. Cette situation changea peu à peu, tant et si bien qu'en 1851, 16% de la population était canadienne-française. Ce taux grimpa rapidement à 51%, en 1871, et à 59%, en 1898. L'inauguration de 2 chemins de fer, l'un reliant Shebrooke à Portland, Maine, et l'autre à Lévis, vint confirmer la vocation industrielle de la ville tout en contribuant à son développement.

Chronologie

  • 1779 Arrivée du premier colon, Jean-Baptiste Nolain.
  • 1791 Acquisition du canton d'Ascot par les frères Gilbert, Joseph et Cornelius Hyatt et une vingtaine d'associés, des Loyalistes venus d'Arlington (Vermont).
  • 1793 Des Loyalistes venus du Vermont entreprennent le défrichement du canton d'Ascot sous la direction de Gilbert Hyatt.
  • 1795 Mise en exploitation d'un premier moulin par Gilbert Hyatt au confluent des rivières Magog et Saint-François.
  • 1802 Année de fondation officielle de la ville
  • 1803 Premières concessions de terres à des loyalistes anglais venus du Vermont s'établir dans le canton d'Ascot (Lennoxville).
  • 1819 Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Village-de-Sherbrooke.
  • 1823 (22 mars) Constitution de la municipalité du village de Sherbrooke. Construction d'un premier palais de justice sur la rue Marquette, à Sherbrooke. Sherbrooke devient le chef-lieu du district judiciaire de Sherbrooke.
  • 1835 Établissement de l'Église congrégationnaliste de Sherbrooke-Lennoxville.
  • 1836 Ouverture du Bishop's College à Lennoxville.
  • 1839 Construction du second palais de justice sur la rue Williams (manège militaire des Sherbrooke Hussars). (3 avril) Le village de Sherbrooke devient ville.
  • 1840 Ouverture du magasin général de Richard Dalby Morkill.
  • 1844 Mise en exploitation de la première usine de la Sherbrooke Cotton Factory Company.
  • 1850 Début d'établissement de colons canadiens français venus travailler dans les filatures.
  • 1851 La municipalité de Sherbrooke compte 3 000 habitants.
  • 1852 Arrivée du chemin de fer. Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Waterville.
  • 1853 Fondation de l' Université Bishop's à Lennoxville. Inauguration du chemin de fer Chambly-Shefford-Stanstead-Portland. Mise en exploitation de la scierie Brompton Falls par Cyrus S. Clark, près des chutes Brompton.
  • 1857 Fondation du Collège Mont-Notre-Dame de Sherbrooke (cette institution était privée secondaire, pour filles en 2005).
  • 1859 Fondation de la Eastern Township Bank. Inauguration du Market Square, comprenant le premier hôtel de ville, un marché couvert, et un marché en plein air.
  • 1863 Découverte, par le géologue William Logan*, de pyrite à forte teneur en cuivre et de sulfure sur la ferme de George Capel, à Ascot. Mise en exploitation d'une mine de cuivre par George Capel, dans le hameau appelé depuis lors Capelton.
  • 1875 Fondation du Séminaire de Sherbrooke (cette institution était privée secondaire et collégiale, pour filles et garçons en 2005). (24 décembre) Nouvelle constitution de la ville de Sherbrooke.
  • 1877 Construction du siège social de la Eastern Township Bank.
  • 1879 Ouverture de l'Hospice du Sacré-Cœur de Sherbrooke.
  • 1880 La ville est éclairée au gaz par la Sherbrooke Gas & Water. (24 juin) Le cirque Forepaugh montre pour la première fois aux Sherbrookois l'éclairage électrique. La municipalité de Sherbrooke compte 8 000 habitants.
  • 1881 (18 octobre) Inauguration du chemin de fer entre Sherbrooke et Vallée-Jonction par la compagnie Sherbrooke & Eastern Townships Railway.
  • 1888 La Royal Electric (voir Hydro-Québec) de Montréal fournit de l'électricité à plusieurs hôtels, magasins et bureaux de la rue Wellington. La Sherbrooke Gas & Water achète les intérêts de la Royal Electric à Sherbrooke au coût de 6 000 $ et annonce la construction de la centrale hydroélectrique Frontenac, sur la rivière Magog, pour éclairer les rues de Sherbrooke à l'électricité.
  • 1890 Inauguration de la gare ferroviaire de Sherbrooke. (13 février)
  • 1896 Construction par la Sherbrooke Street Railway d'une centrale hydroélectrique près du pont Dufferin pour le fonctionnement de son réseau de tramways. (16 mars) Érection canonique de la paroisse Saint-Roch-d'Orford ; son territoire couvre une partie des cantons d'Orford et Ascot. (30 décembre) Incendie d'une partie du Séminaire de Sherbrooke.
  • 1897 Fabrication de la Fossmobile (d'après son concepteur, George Foss), la première voiture à essence du Canada, qui circule à Sherbrooke au cours de la même année. Des tramways électriques commencent à circuler dans les rues de Sherbrooke.
  • 1901 La municipalité de Sherbrooke compte 11 700 habitants.
  • 1903 Le village de Brompton Falls devient ville et adopte le nom de Bromptonville.
  • 1905 (20 mars) La municipalité avise la Sherbrooke Power, Light and Heat Co. qu'elle entend racheter ses installations de production d'électricité.
  • 1907 Fermeture de la mine de cuivre de Capelton.
  • 1908 (1er mai) À la suite d'un référendum, la Sherbrooke Power, Light and Heat Co. devient propriété de la municipalité.
  • 1909 Fondation de l'Hôpital général Saint-Vincent-de-Paul de Sherbrooke (300 lits).(aujourd'hui fermé)
  • 1910 Fondation du régiment des Fusiliers de Sherbrooke de l'Armée canadienne.
  • 1911 Inauguration de la centrale hydroélectrique de Rock Forest. La municipalité de Sherbrooke compte 16 700 habitants.
  • 1915 Fondation de l'ermitage du Sacré-Cœur, sous le nom de Sanctuaire de Beauvoir (Fleurimont).
  • 1916 Fondation de l'Hôtel-Dieu de Sherbrooke (50 lits) pour «promouvoir les sciences chirurgicales et médicales, établir des laboratoires cliniques, d'expérimentation et de recherche scientifique». (14 avril)
  • 1917 Inauguration de la cathédrale Saint-Michel.
  • 1920 Le village de Lennoxville devient ville.
  • 1939-1945 Un camp d'internement de Canadiens d'origine de pays faisant partie de l'axe germano-italo-nipponne est établi à Newington pour accueillir 700 prisonniers.
  • 1941 La municipalité de Sherbrooke compte 36 000 habitants.
  • 1945 Fondation de l'Orchestre symphonique de Sherbrooke. La municipalité de Petit-Lac-Magog adopte le nom de Deauville. Fondation du Collège Sacré-Cœur (cette institution était privée secondaire, pour filles en 2005).
  • 1949 Léopold Drolet* fonde la fabrique de bâtons de hockey Sher-Wood.
  • 1950 Inauguration du barrage de Bromptonville. Achat du moulin à papier de la compagnie Brompton Falls par la compagnie Kruger.
  • 1954 Fondation de l'Université de Sherbrooke.
  • 1961 La municipalité de Sherbrooke compte 59 000 habitants.
  • 1964 Ouverture de l'autoroute des Cantons-de-l'Est.
  • 1968 Fondation du Collège de Sherbrooke.
  • 1969 Ouverture du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS).
  • 1971 Fondation du Champlain Regional College. (11 août) La municipalité d'Ascot-Nord adopte le nom de Fleurimont.
  • 1981 La municipalité de Sherbrooke compte 74 000 habitants.
  • 1982 Fondation du Musée des Beaux-Arts de Sherbrooke.
  • 1989 L'administration municipale de Sherbrooke déménage dans le palais de justice de 1906.
  • 1993 Fleurimont devient ville.
  • 2001 (12 août) Fusion des municipalités d'Ascot, Bromptonville (en partie), Deauville, Fleurimont, Lennoxville, Rock Forest, Saint-Élie-d'Orford, Stoke (en partie) et Sherbrooke sous le nom de cette dernière. (4 novembre) Élection du premier maire et des premiers conseillers municipaux de la future nouvelle ville de Sherbrooke ; Jean Perrault est élu maire. (31 décembre) Les municipalités fusionnées cessent d'exister.
  • 2006 (Mai) Mise en service du Orford Express, un train touristique qui circulera entre Bromont, Magog, Eastman et Sherbrooke. (26 septembre)
  • 2007 La région métropolitaine de recensement de Sherbrooke est agrandie et inclut maintenant la ville de Magog, portant la population de l'agglomération à 186 952 habitants.
Le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, de l'arrondissement Fleurimont, aux limites de la ville, avec les monts Stoke à droite

Géographie

Emplacement et aménagement urbain

Carte de localisation de la ville de Sherbrooke

Outre les montagnes, Sherbrooke est un lieu de prédilection pour la pratique du plein air. En effet, les rivières Magog et Saint-François se prêtent bien à la pêche. Aussi, la rivière Magog est fréquentée par les canotiers et les kayakistes (à partir de la plage Blanchard).

De nombreux parcs, boisés et zones vertes sont présents à même la ville de Sherbrooke. La forêt urbaine se compose principalement de feuillus. Les essences indigènes les plus communes sont surtout l’érable à sucre, l’érable rouge, le peuplier faux-tremble, le bouleau à papier, le frêne blanc, le pin blanc, le mélèze laricin, le hêtre d’Amérique et le chêne rouge, avec ses nombreux peuplements dans les terrains boisés. Le robinier faux-acacia est fort probablement plus abondant à Sherbrooke que partout ailleurs au Québec, mais il a été importé par les Loyalistes et échappé de culture. Les essences introduites comprennent aussi l’érable de Norvège (Crimson King), le noyer noir (introduit par les Loyalistes et échappé de culture), l’érable à Giguère et, dans une moins grande mesure, le févier d’Amérique, le marronnier d’Inde, le catalpa de l’Ouest et le ginkgo biloba (on y plante ce dernier depuis le début des années 1990). On trouve aussi, à l’état arbustif, d’épars magnolias et érables du Japon. Le Vieux-Nord abrite plusieurs essences d’arbres très rares à cette latitude, dont quelques tulipiers de Virginie et au moins un catalpa de Caroline.

Le parc du Bois-Beckett est, depuis 2000, reconnu par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec comme le deuxième plus ancien boisé urbain en importance au Québec. De plus, ce parc est reconnu, par la municipalité régionale de comté (MRC) de Sherbrooke et par la Ville, comme un espace à protéger. Pour ce faire, il a été décidé d'empêcher tout projet commercial, résidentiel ou routier susceptible de venir en troubler l'état. D'ailleurs, le parc a de nombreux adeptes s'affichant pour sa protection, dont le conseiller municipal Jacques Testulat. Tout récemment, il y eut un référendum portant sur le parc; il a été classé comme aire d'intérêt écologique à protéger. Ce nouveau statut influencera la planification future du réseau routier dans ce secteur, donc en vertu du règlement de zonage qui accompagne le nouveau plan, seuls les sentiers pédestres, de ski de fond et de raquette seront autorisés à l'intérieur des limites du parc.

Le parc Jacques-Cartier entoure une section de la rivière Magog qui forme le lac des Nations, l'endroit qui accueille, d'année en année, le rassemblement pour la Grande Randonnée Cycliste de l'Estrie, les activités entourant la Fête nationale du Québec et des feux d'artifices. Grâce au projet de la Cité des Rivières, ce site fut revitalisé. Aussi, le tourisme dans la ville augmenta.

Hormis la plage Blanchard, on trouve une autre plage aux abords du lac Magog, dans le secteur de Deauville. Cette plage est en voie d'être restaurée et aménagée. La gorge de la rivière Magog se trouve au cœur même du centre-ville, donnant une impression de nature sauvage à même le cœur de la ville. Les adeptes de ski nautique ou de wakeboard sont choyés par la présence du lac des Nations et du lac Magog en été. Les lacs Massawippi, Brompton, Memphrémagog et Stukely, qui se trouvent à une certaine proximité de la ville, possèdent tous des plages.

Centre-ville de nuit, avec la cathédrale Saint-Michel

À 20 minutes à l'est, on retrouve les monts Stoke, une mini chaîne de montagnes qu'il est possible de parcourir sur toute la longueur, à condition d'avoir une carte de membre des sentiers de l'Estrie. Le mont Chapman y culmine à 650 mètres.

Barrage de la rivière Magog en hiver

Ce qui fait le charme de Sherbrooke, hormis ses paysages, c'est le caractère anglo-saxon de son environnement. La ville possédant une histoire étroitement liée aux Américains, Irlandais, Écossais et Anglais l'ayant bâtie, l'héritage est très présent. Il suffit de marcher dans des quartiers comme Lennoxville ou le vieux-nord pour découvrir de sublimes maisons victoriennes du XIXe siècle, chose qui ne se trouve dans à peu près aucune autre région du Québec. Si l'on est d'abord intrigué de voir autant de noms à consonance anglophone dans la région, on est ensuite émerveillé par l'architecture rappelant la Nouvelle-Angleterre. Une route thématique portant le nom de Route des Cantons vit le jour en mai 2007 afin de faciliter la vie aux touristes désirant visiter ces joyaux de l'époque anglo-saxonne des Cantons-de-l'Est.

Localisation géographique

  • Latitude : 45 degrés 24 minutes Nord
  • Longitude : 71 degrés 54 minutes Ouest
  • Différence d'heure avec Greenwich (GMT) : 4 heures 47 minutes 36 secondes
  • Différence de temps avec le méridien Central 75° Ouest : -12 minutes 24 secondes

Climat

Sherbrooke bénéficie d'un climat continental humide. Selon la classification de Koppen le climat de Sherbrooke est de type Dfc. Les contrastes saisonniers sont importants avec des minimales atteignant -17°C au plus fort de l'hiver et des maximales atteignant +24°C au plus fort de l'été. Les précipitations sont abondantes toute l'année, le mois le plus arrosé étant août avec des précipitations égales à 130,5 mm.

Relevé météorologique de Sherbrooke-altitude:238 m
mois jan. fév. mar. avr. mai jui. jui. aoû. sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) -17,7 -17,0 -10,0 -2,0 3,8 8,6 11,2 10,1 5,4 0,5 -4,6 -13,6 -2,1
Température moyenne (°C) -11,6 -10,4 -4,0 3,9 10,8 15,5 18,0 16,6 12,0 6,4 -0,1 -8,3 4,1
Température maximale moyenne (°C) -5,6 -4,0 2,0 9,7 17,7 22,3 24,7 23,1 18,5 12,2 4,4 -3,1 10,2
Précipitations (mm) 71,8 59,7 75,2 73,6 94,2 100,5 116,7 130,5 98,6 91,4 100,7 95,8 1 108,7
Source : Le climat à Sherbrooke (en °C et mm, moyennes mensuelles) climate-charts.com

Administration

Article détaillé : Liste des maires de Sherbrooke.
Hôtel de ville de Sherbrooke

Depuis le 1er janvier 2002, la nouvelle ville de Sherbrooke regroupe presque intégralement les limites territoriales des huit entités municipales suivantes : Ascot, Bromptonville, Deauville, Fleurimont, Lennoxville, Rock Forest, Saint-Élie-d'Orford et Sherbrooke.

Le maire actuel est Jean Perrault. Celui-ci est également le président de l'Union des Municipalités du Québec (UMQ). Le maire et les conseillers municipaux de Sherbrooke n'ont pas d'étiquette politique.

Le conseil municipal de Sherbrooke est composé de 19 conseillers qui sont répartis de façon proportionnelle au poids démographique de chaque arrondissement.

Conseils de Quartier

  • Arrondissement de Brompton: 3 conseillers
  • Arrondissement de Fleurimont  : 5 conseilers
  • Arrondissement de Jacques Cartier: 4 conseillers
  • Arrondissement de Lennoxville  : 3 conseillers
  • Arrondissement de Mont-Bellevue : 4 conseillers
  • Arrondissement de Rock-Forest--St-Élie--Deauville : 4 conseillers

Démographie

Les renseignements démographiques suivants sont les plus récents disponibles auprès de l'Institut de la statistique du Québec.

Données générales

La ville compte 186 952 habitants (2006) dans son agglomération, dont 150 751 habitants (2007) dans la ville centre. Quant aux six arrondissements, leur population se répartit comme suit :

Population par groupe d'âge

En décomposant les statistiques de la population totale de la ville de Sherbrooke selon des strates d'âge précises, cela donne :

  • Population totale: 148 170 hab.
    • 0-14 ans: 23 596 habitants.
    • 15-24 ans: 21 722 hab.
    • 25-44 ans: 41 618 hab.
    • 45-64 ans: 40 017 hab.
    • 65 ans et plus: 21 217 hab.

Langue

Bien que peuplée par des anglophones au début du XIXe siècle, Sherbrooke est aujourd'hui une ville principalement francophone (plus de 85% de ses habitants ont la langue française comme langue maternelle).

Autres statistiques

  • Perspectives démographiques (variation 2026/2001): 8,7 %
  • Travailleurs de 25-64 ans (2004): 8 987
  • Taux de travailleurs de 25-64 ans (2004): 74,1 %
  • Revenu d'emploi moyen des travailleurs de 25-64 ans (2004): 29 185 $
  • Taux d'assistance-emploi (chômage) (2006): 6,1 %

MRC et territoires équivalents environnants

Présence militaire

Sherbrooke ne compte aucune unité de la Force régulière, mais 4 unités de la Force de réserve des Forces canadiennes ont leur quartier-général dans la ville :

Un centre de recrutement des Forces canadiennes est aussi présent.

Culture

Centre-ville de Sherbrooke et rue King

En saison estivale, la région est très animée par plusieurs festivals, spectacles et événements se déroulant sur son territoire. La ville possède un patrimoine architectural anglo-saxon, comme en témoignent les résidences du Vieux-Nord.

La ville possède la 4e plus grande salle de spectacle au Québec, la salle Maurice O'bready du centre culturel de l'université de Sherbrooke, qui accueille de nombreux spectacles de musique, théâtre et danse. Le théâtre Centennial, sur le campus de l'université Bishop's, accueille plusieurs spectacles de musique du monde et de danse. Le vieux clocher de Sherbrooke possède deux salles, dont la principale est une salle de choix pour plusieurs groupes de musique et humoristes québécois. Le Théâtre Granada, classé lieu historique patrimonial par le gouvernement du Canada, est le dernier théâtre d'atmosphère à avoir conservé son architecture originale depuis son ouverture. On y présente encore plusieurs concerts de groupe de musique. Finalement, le petit théâtre de Sherbrooke, situé au centre-ville, présente des spectacles de théâtre pour enfants.

Avec ses deux universités et ses trois cégeps, Sherbrooke est hôte de plusieurs artistes underground que l'on voit défiler un peu partout en ville que ce soit au populaire Café du Palais, au quasi-secret Bar le Magog, à la Rive Gauche, au sous-sol du café Bla-Bla ou au Téléphone Rouge, lequel a connu un succès quasi-instatané auprès des Sherbrookois et Sherbrookoises.

Toutefois, comme bien d'autres villes au Québec, bien de jeunes musiciens prometteurs quittent leur ville pour allez percer dans le milieu montréalais, sans toutefois manquer de revenir jouer dans les salles de Sherbrooke assez fréquemment.

Depuis 2002, il existe également sur la rue King Ouest dans l'ancienne église Sainte-Thérèse-d'Avila la Nef, un centre d'arts unique en son genre au Québec. Là travaillent sculpteurs, peintres, danseurs et musiciens dans un lieu de création ouvert au public. Des spectacles et concerts de l'OSS sont donnés en plein-air durant les mois d'été, à des endroits tels que la Place de la Cité, l'auditorium devant l'hôtel de ville et la récente aire publique donnant sur la rivière Magog.

Transports

La ville de Sherbrooke possède un système d'autobus comparable à plusieurs autres villes de sa taille. La Société de transport de Sherbrooke (STS) [1] est présente dans tous les arrondissements. Les étudiants de l'Université de Sherbrooke peuvent utiliser le service de transport public gratuitement lors de la présentation de leur carte étudiante, ce qui fait de Sherbrooke la seule ville où le transport public est gratuit pour les universitaires. Depuis septembre 2007, les étudiants du Cégep de Sherbrooke ont aussi droit au transport gratuit. De plus, elle a modifié considérablement son réseau d'autobus il y a quelques mois, ce qui a suscité plusieurs opinions très diversifiées. Un autre projet de la ville serait d'instaurer un service de train de voyageurs pour se rendre à Montréal, à Québec et aux États-Unis. Puis finalement, elle possède un aéroport de petit calibre situé à l'extérieur de la ville.

Tourisme

La région sherbrookoise offre de nombreux attraits situés à proximité, tels que les villages d'inspiration anglo-saxone comme North Hatley, la touristique mais non moins magnifique Magog, la mine de Capelton, des ponts couverts, de nombreux lacs, une multitude de festivals, des vignobles, la route des vins, la route des Cantons, etc.

Mais pour ce qui est de la ville en elle-même, Sherbrooke accueille chaque année de nombreux événements qui contribuent à sa renommée dans les Cantons-de-l'Est.

Église Trinity United Church sur la rue Dufferin

En février:

En mai:

En juin :

En juillet:

En août:

En septembre:

Ancien quartier ouvrier sur la rue Gordon. Les maisons furent construites vers la fin du XIXe et au début du XXe siècle.
  • le Symposium des Rivières où l'on peut assister à des spectacles en plein-air

En octobre:

De plus, tout l'été a lieu le circuit Traces et Souvenances qui comprend une visite guidée de divers secteurs historiques du centre-ville. Tous les dimanches de août à septembre prend place le Circuit d'interprétation des Bons dimanches Un train touristique fait la liaison entre Sherbrooke et Magog, le trajet sera étendu à Knowlton et Bromont au cours de l'été 2007. Informations sur le train Orford Express

On peut trouver plus de renseignements sur les sites de Tourisme Sherbrooke et de Tourisme Cantons-de-l'Est.

Infrastructure

Centre commercial

  • Carrefour de l'Estrie
  • Galerie quatre saisons
  • Anciennement Les Terrase Rock Forest
  • Plateau Saint-Joseph ( Smart center )

Musée et lieux de découvertes

Société d'histoire de Sherbrooke

La Société d'histoire de Sherbrooke est un organisme privé, administré par un conseil d'administration indépendant de l'administration municipale de la Ville de Sherbrooke.

Mission

La mission originale de la Société d'histoire, est de recueillir, conserver et diffuser la recherche et la connaissance de l'histoire et du patrimoine de Sherbrooke et de la région. Cependant, de nos jours, la direction de la Société d'histoire de Sherbrooke peut refuser de partager les archives de l'organisme avec la population - en totalité ou en partie - et ce, sans avoir à se justifier, l'organisme étant privé.

L'alternative toute naturelle demeure un organisme public ayant une vocation similaire : le Bureau des archives nationales du Québec, située rue Frontenac, à Sherbrooke, recueille aussi des archives et les partage avec la collectivité, sans distinction.

Un peu d'histoire

La société d'histoire de Sherbrooke a été fondée le 2 mars 1927, sous le nom de Société d'histoire des Cantons-de-l'Est. Dès son origine, la Société d'histoire se donne une double vocation : la conservation du patrimoine local et régional et la diffusion de l'histoire de Sherbrooke et des Cantons-de-l'Est.

Le 17 avril 1989, la Société d'histoire des Cantons-de-l'Est devient la Société d'histoire de Sherbrooke et présente au grand public l'histoire de Sherbrooke et des Cantons-de-l'Est. Elle élabore une thématique sur laquelle elle concentrera ses activités : l'habitat dans les Cantons-de-l'Est.

Depuis mai 1992, la Société d'histoire de Sherbrooke est logée au Centre d'interprétation de l'histoire de Sherbrooke, propriété de la ville de Sherbrooke. Elle reçoit l'appui financier des ses membres, de la Ville de Sherbrooke, du ministère de la Culture, de la Communication et de la Condition féminine et de Bibliothèque et Archives Nationales du Québec.

Salle de Spectacle

Éducations Postsecondaire

Médias

Journaux

Rue Wellington nord un soir d'hiver
  • Hebdomadaires
    • La Nouvelle
    • Journal de Sherbrooke
    • Voir - Estrie

Télévision

Ancienne prison Winter

Radio

Édifices historiques sur la rue Dufferin

Sports

Sherbrooke a accueilli les Jeux du Québec durant l'été 1977 et durant l'été 1995. Elle a également accueilli les jeux de la Légion royale canadienne, association de vétérans militaires, en 2000 et 2001, et les accueillera de nouveau en 2008. Sherbrooke a aussi reçu en 2002 les Championnats Mondiaux Jeunesse de l'IAAF en plus des championnats d'athlétisme NACAC en 2004. En été 2013, la ville accueillera les Jeux du Canada dans lesquels quelques 3400 athlètes de 17 disciplines se concurrencerons[2].

La ville de Sherbrooke produit le plus grand nombre de bâtons de hockey au monde, grâce à l'usine Sher-Wood Corp. Ltée. Le Saint-François de Sherbrooke est une équipe de hockey de la ligue Nord Américaine de hockey. Côté baseball, la ville est représentée par les Athlétiques BRP, qui évoluent au sein de la Ligue de baseball Élite du Québec ainsi que par les Expos de Sherbrooke, de la Ligue de baseball senior élite du Québec. Les équipes de crosse L'extrême junior et senior font aussi partie du monde du sport à Sherbrooke.

Vue d'ensemble vers l'ouest de Sherbrooke la nuit avec le Mont Bellevue en arrière-plan (partie illuminée vers la gauche).

Données statistiques

Personnalités de Sherbrooke

Cathédrale Saint-Michel

Photos de Sherbrooke

Municipalités limitrophes

Sources

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Commons-logo.svg

Liens externes

  • Portail du Québec Portail du Québec
Ce document provient de « Sherbrooke ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sherbrooke (Québec) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sherbrooke, Québec — Sherbrooke Pour les articles homonymes, voir Sherbrooke (homonymie). Sherbrooke Vue sur la rue King et la Cathédrale Saint Michel de Sherbrooke …   Wikipédia en Français

  • Sherbrooke — Spitzname: Ville Reine de l Estrie Sherbrooke …   Deutsch Wikipedia

  • Sherbrooke — Bandera …   Wikipedia Español

  • Sherbrooke Cougars — of Collège Champlain City Sherbrooke, Quebec, Canada League Quebec Junior AAA Hoc …   Wikipedia

  • Sherbrooke (disambiguation) — Sherbrooke could refer to:;Places * Sherbrooke, Quebec, Canada * Sherbrooke, Nova Scotia, Canada * Sherbrooke Forest, in Victoria, Australia * Sherbrooke, Victoria a town in Australia * Sherbrooke (electoral district), a federal electoral… …   Wikipedia

  • Sherbrooke Vert-et-Or — Le Vert Or est le nom qui désigne l ensemble des équipes sportives qui représentent l Université de Sherbrooke de Sherbrooke, Québec, Canada. L équipe d athlétisme, reconnue pour son entraîneur Richard Crevier, a remporté quatre championnats du… …   Wikipédia en Français

  • Sherbrooke vert-et-or — Le Vert Or est le nom qui désigne l ensemble des équipes sportives qui représentent l Université de Sherbrooke de Sherbrooke, Québec, Canada. L équipe d athlétisme, reconnue pour son entraîneur Richard Crevier, a remporté quatre championnats du… …   Wikipédia en Français

  • Quebec etudiant sans frontieres — Québec étudiant sans frontières Logo de Québec étudiant sans frontières (QÉSF) Contexte général Champs d action Défense des intérêts du Québec à l étranger et prôner sa souveraineté Zone d influen …   Wikipédia en Français

  • Québec étudiant sans frontières — (QÉSF) Contexte général Champs d’action Promotion et défense des intérêts du Québec à l étranger Zone d’influence Monde entier …   Wikipédia en Français

  • Sherbrooke — Pour les articles homonymes, voir Sherbrooke (homonymie). Sherbrooke Rue Wellington Nord …   Wikipédia en Français