Seclin


Seclin

50° 32′ 56″ N 3° 01′ 49″ E / 50.5488888889, 3.03027777778

Seclin
L'hôtel de ville de Seclin
L'hôtel de ville de Seclin
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Seclin-Nord et Seclin-Sud
Code commune 59560
Code postal 59113
Maire
Mandat en cours
Bernard Debreu
2008-2014
Intercommunalité Lille Métropole
Démographie
Population 12 249 hab. (2008)
Densité 703 hab./km²
Géographie
Coordonnées 50° 32′ 56″ Nord
       3° 01′ 49″ Est
/ 50.5488888889, 3.03027777778
Altitudes mini. 19 m — maxi. 47 m
Superficie 17,42 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Seclin est une commune française, située dans le département du Nord (59) et la région Nord-Pas-de-Calais.

Ses habitants sont appelés les Seclinois. Le surnom ou nom jeté des habitants est les loquebaux de S'clin ; il viendrait de Louis XI en visite à Seclin, et de la surprise qu'il eut de voir ses hôtes seclinois parés d'aussi beaux habits : Dieu que vous avez de bielles loques.

Sommaire

Géographie

Les deux cantons de Seclin dans leur arrondissement

Situation

La ville de Seclin se situe dans le département du Nord et plus précisément au sud de Lille.

Seclin est une « ville à la campagne » de près de 13 000 habitants urbanisée au tiers de sa superficie qui est de 1 742 hectares. On y trouve de nombreux équipements culturels et sportifs, deux musées, trois monuments historiques.

La commune est accessible par l'autoroute A1, par plusieurs routes, par la voie ferrée et par des lignes de bus.

Communes limitrophes

Héraldique

Blason ville fr Seclin (Nord).svg

Les armes de Seclin se blasonnent ainsi : "De gueules à la lettre S d'or, couronnée du même."

Le blason de la ville figure un lion debout avec une couronne. Il symbolise sa précoce allégeance au roi de France.

Étymologie

Les Flandres sont réputées avoir été commerçantes et spécialisées dans la fabrication de textiles. Seclin n'échappe pas à cette réputation et l'affiche par son nom même : lin associé à sec.

Histoire

Temps anciens

Seclin, une ville à la campagne[1]

Reconstitution d'une maison au parc archéologique Asnapio de Villeneuve-d'Ascq.

Grâce aux fouilles archéologiques menées à Seclin, l'on comprend mieux les raisons de la création de la ville. La commune est située au centre d'un lieu assurant le passage entre les vallées de la Deûle et de la Marque. Abrité des vents dominants et orienté sud, l'emplacement a toujours bénéficié de conditions naturelles favorables. Les premières occupations remontent à plus de 100 000 ans comme en atteste le gisement de silex du paléolithique moyen découvert en centre-ville.

À l'époque gallo-romaine, Seclin est un vicus où une population rurale se rassemble pour le commerce.

La ville se construit à partir du quartier de la collégiale Saint-Piat, lieu de culte érigé en souvenir d'un martyr chrétien, saint Piat. Un collège de chanoines organise la vénération des reliques du martyr. La première collégiale remonterait au XIIIe siècle. Au XIIIe siècle également, la comtesse Marguerite de Flandre fonde l'hôpital Notre-Dame qui, au fil des siècles, s'étoffe architecturalement : outre la magnifique façade et sa belle cour carrée, cet ensemble remarquable permet de suivre jusqu'à nos jours l'évolution de l'architecture hospitalière liée aux conceptions médicales à travers les siècles. Au XVIe siècle, la vente de la seigneurie de Seclin par les chanoines à Guislain de Haynin, le premier représentant de la dynastie des seigneurs du Breucq, illustre la séparation des pouvoirs civils et religieux.

Guislain de Haynin[2] est né vers 1520. Chevalier, fils de François Ier de Haynin et d’Antoinette de Tenremonde, il épouse Marguerite Domissent, fille de Jean, seigneur de Boisgrenier et d’Isabelle de la Broie.

Il porte d'or à la croix engrêlée de gueules .
Cette Maison, en s’y installant, protégera le secteur :
La religion est alors depuis quelque temps une source permanente de troubles, batailles et révoltes.
La période est enfin propice à d’autres excès de la part d’importants groupes de pillards, tels les “Gueux”, en provenance de Tournai et Menin.
Les villes et villages du Carembault parviennent à les bloquer en conjuguant leurs efforts et à repousser définitivement les intrus dans les marais qu’il y a alors entre Seclin, Gondecourt et Houplin-Ancoisne.

François III de Haynin et Françoise Le Sauvaige Fils des précédents, il est né v. 1550, est chevalier, seigneur du Breucq et du Haut Montreuil, grand bailli de la Châtellenie de Lille, bailli de Phalempin et aussi de Seclin de 1580 à 1584.

Il épouse Françoise Le Sauvaige, dame du Maisnil, fille de François et de Marie Marguerite de Clermés.
François III meurt à Rouen le 10 juin 1592 et son épouse le 9 janvier 1621. Ils ont :
1. Jean-Charles, né v. 1580, mort en 1633, chevalier, baron de Bernieul, seigneur du Maisnil et du Breucq, mayeur de Saint-Omer.
2. Maximilien, vicomte de Seclin, seigneur du Breucq, grand bailli de Phalempin. Il épouse par contrat passé le 25 janvier 1603 à Neuville, Marie de Grault dite de Filier, dame d’Avion, fille de Philippe et de Françoise de Wacquetin, sans postérité. Maximilien meurt en 1629.
C'est lui qui fait construire le château des Boulets à proximité immédiate du château de son ancêtre Marguerite de Constantinople.
Ce bâtiment a désormais disparu, dynamité par les Allemands lors d'un retrait « stratégique » au cours de la Première Guerre mondiale. Il couvrait un vaste terrain qui s'étendait de la rue du 14 juillet à la route de Carvin à Lille, et de l’actuelle mairie de Seclin à la rue justement nommée "des Boulets".

On peut admirer la porte du château des Boulets sur la place du marché rénovée ces dernières années.

Au XIXe siècle, les filatures, tanneries, brasseries et autres distilleries contribuent à l'essor industriel et commercial de la commune.

Époque moderne

Au milieu des années 1960, la première zone industrielle de la métropole lilloise est créée sur le territoire de Seclin et de communes environnantes.

Le 3 octobre 2002, le maire Jean-Claude Willem annonce en conseil municipal un boycott des produits israéliens en usant des moyens matériels de la collectivité en « réaction contre les massacres et tueries quotidiennes commises contre les enfants, les femmes, les vieillards palestiniens », tout en précisant que « Le peuple israélien n'est pas en cause, c'est un homme, Sharon, qui est coupable d'atrocités, qui ne respecte aucune décision de l'ONU et continue à massacrer »[3]. Cette proposition était similaire à l'appel lancé par la campagne Boycott, désinvestissement et sanctions.

Après une plainte de la communauté israélite du Nord, le maire a été relaxé en première instance puis condamné en appel à une amende de 1 000 euros pour « provocation à la discrimination nationale, raciale et religieuse »[4]. La Cour Européenne pour l'application de la Convention Européenne des Droits de l'Homme (Affaire Willem c. France, 16 juillet 2009, arrêt non définitif) a estimé en 2009 qu'il n'y a pas eu violation du droit à la liberté d'expression pour un maire[3] et a confirmé la sanction.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1802 1803 Adrien-Joseph Carpentier    
1803 1813 Louis-Joseph Raoult    
1813 1844 Henri-Joseph Claeys    
1844 1849 Collette    
1849 1873 Duriez-Lhermitte    
1873 1877 Auguste Collette    
1877 1878 Pierre Duriez    
1878 1904 Louis Demazières    
1904 1908 Paul Desurmont    
1908 1912 Auguste-Xavier Collette    
1912 1915 Émile Pontfort    
1915 1916 Achille Desurmont    
1916 1919 Claude Guillemaud    
1919 1924 Louis Fievet    
1924 1926 Henri Lepoivre    
1926 1929 Henri Mallet    
1929 1935 Paul Durot    
1935 1945 Ernest Anssens    
1945 1966 Paul Durot PCF  
1966 1980 Adolphe Dutoit PCF Conseiller général (1966-1976)
1980 1991 Jean Demailly PCF  
1991 2004 Jean Claude Willem PCF  
2004 en cours Bernard Debreu PCF  
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants depuis 1793 est connue à travers les recensements de la population effectués à Seclin depuis cette date :

Années 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
Population 2 291 2 503 2 585 2 639 2 829 2 954 3 086 3 240 3 341
Années 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
Population 3 667 3 978 4 923 5 055 5 022 5 379 5 858 6 141 6 245
Années 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
Population 6 823 6 982 7 388 7 344 7 956 8 079 8 278 8 021 8 451
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
Population 9 424 9 372 9 924 13 056 12 281 12 083 12 276 12 219 12 249
Notes, sources, ...
Sources - Nombre retenu jusque 1962 : base Cassini de l'EHESS[5] et à partir de 1968 : Insee (population sans doubles comptes puis population municipale à partir de 2006)[6],[7],[8]


Pyramide des âges

Pyramide des âges à Seclin en 2007 en pourcentage[9].
Hommes Classe d'âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
1,3 
4,1 
75 à 89 ans
8,2 
10,1 
60 à 74 ans
12,3 
19,6 
45 à 59 ans
19,6 
23,0 
30 à 44 ans
20,7 
20,3 
15 à 29 ans
17,9 
22,8 
0 à 14 ans
19,9 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[10].
Hommes Classe d'âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Économie

Lieux et monuments

Char B1 au fort de Seclin
  • La collégiale Saint-Piat, classée monument historique en 1920[11].
  • L'hôpital Notre-Dame et son parc, classé monument historique en 1932[12].
  • Le fort de Seclin, appelé fort Duhoux, qui fait partie des fortifications lilloises du système Séré de Rivières. Il fut construit entre 1875 et 1880. C'est un exemple en très bon état. Depuis 1996, il est patiemment restauré par des particuliers qui, depuis octobre 2003, y ont ouvert un centre historique sur l'artillerie, la cavalerie et l'infanterie de 1814 à 1918, et donc notamment sur la Première Guerre mondiale au cours de laquelle il fut un site stratégique méconnu, et où sont présentées de nombreuses pièces rares.
  • La porte du cimetière de Seclin, classée monument historique en 1945[13].
  • La porte du château des Boulets ; autrefois situé juste en face du château-hôpital de Marguerite II de Flandres, ce château particulier, construit au XVIIe siècle par Maximilien de Haynin, vicomte de Seclin, a été détruit par les allemands au cours de la Première Guerre mondiale et sa porte armoriée a été déplacée à côté de la collégiale.

Sport

Les joueurs de FC Seclin (DHR) s'illustrent lors de la Coupe de France de football 2009-2010 en écartant au 8e tour l'équipe d'Aire-sur-la-Lys qui évolue une division au-dessus, par 1 but à 0. En 1/32e de finale, ils rencontrent l'US Boulogne Côte d'Opale, qui joue 6 divisions au-dessus en ligue 1. Ils sont éliminés 4 buts à 1 le 9 janvier 2010 à 17 h au stadium Lille Métropole.

Personnalités liées à la commune

Folklore

Les géants Harengus Ier (1970) et Harengus Junior (2006).

Jumelages

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Références

  1. Site de la Ville de Seclin
  2. de Haynin, sur fr.groups.yahoo.com
  3. a et b "Boycotter le juge français ou l'avocat d'Israël ?", Étienne Tête, LeMonde.FR, 26.02.10 et mis à jour le 02.11.10
  4. "Un maire condamné pour le boycott des produits israéliens", Nouvelobs.com avec AFP, 16/07/2009
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur site de l'École des hautes études en sciences sociales. Consulté le 1er août 2010
  6. Évolution et structure de la population (de 1968 à 2007) sur Insee. Consulté le 1er août 2010
  7. Recensement de la population au 1er janvier 2006 sur Insee. Consulté le 1er août 2010
  8. Recensement de la population au 1er janvier 2008 sur Insee. Consulté le 8 février 2011
  9. Évolution et structure de la population à Seclin en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 1er août 2010
  10. Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 1er août 2010
  11. Notice no PA00107811, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  12. Notice no PA00107812, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  13. Notice no PA00107810, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  14. Site de la Ville du Seclin

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Seclin de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Seclin — Escudo …   Wikipedia Español

  • Seclin — Seclin …   Deutsch Wikipedia

  • Seclin — is a commune of the Nord département , in northern France.It is part of the Urban Community of Lille Métropole …   Wikipedia

  • Seclin — (spr Sekläng), Stadt u. Cantonshauptort im Arrondissement Lille des französischen Departements Nord, an der Eisenbahn von Douai nach Lille; Baumwollenspinnereien, Öl u. Zuckerfabrikation, Salzraffinerie; 3500 Ew …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Seclin — (spr. ßekläng), Stadt im franz. Depart. Nord, Arrond. Lille, an einem Zweige des Kanals der obern Deule und an der Nordbahn, hat eine Kirche aus dem 13. Jahrh., ein Hospital (teilweise 13. Jahrh.), Flachsspinnerei, Leinwand , Öl und… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Seclin — (psr. ßĕkläng), Stadt im franz. Dep. Nord, (1901) 6823 E …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Seclin — Original name in latin Seclin Name in other language Seclin, Seklen, XSX, sai ke lan, sukuran, Секлен State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 50.54873 latitude 3.02731 altitude 27 Population 12214 Date 2012 01 18 …   Cities with a population over 1000 database

  • Gare de Seclin — Seclin Bâtiment voyageurs et entrée de la gare. Localisation Pays France Commune Seclin …   Wikipédia en Français

  • Noyelles-lès-Seclin — Pour les articles homonymes, voir Noyelles. 50° 34′ 38″ N 3° 01′ 04″ E …   Wikipédia en Français

  • Noyelles-les-Seclin — Noyelles lès Seclin Noyelles lès Seclin Détail Admin …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.