Sean MacBride


Sean MacBride

Seán MacBride

Fils de l'héroïne irlandaise Maud Gonne, Seán MacBride (1904-1988), après s’être engagé pour la cause du nationalisme au sein de l'Irish Republican Army, décida en 1936 de quitter la clandestinité pour agir, au grand jour. Avocat et homme politique, son parcours va le conduire notamment à la direction d'Amnesty international. Le Prix Nobel de la paix lui est décerné en 1974.

Sommaire

Les premières années (1904-1919)

Seán MacBride est né à Paris, le 27 janvier 1904, il est le fils de Maud Gonne et de John MacBride, un commandant de l'Irish Brigade ; le mariage de ses parents est un échec, son père retourne rapidement en Irlande. Sa mère, comédienne, féministe et révolutionnaire, est l'égérie du poète William Butler Yeats. En 1916, alors qu'il suit ses études au lycée Saint-Louis-de-Gonzague, affichant ses convictions nationalistes, éclate à Dublin l'insurrection de Pâques (lundi 24 avril). L'Irish Republican Brotherhood (IRB – future IRA), l'Irish Volonteers Force (IVF) et l'Irish Citizen Army (ICA) entrent en rébellion contre le pouvoir britannique, après avoir proclamé la République. Sans aucun soutien populaire, l'action de ces 800 combattants sera violemment réprimée par les Britanniques. Après une semaine de combats, c'est la reddition : 16 dirigeants sont condamnés à mort et exécutés, dont son père. C'est le directeur du lycée qui lui apprend la nouvelle. Quelque temps plus tard, il va faire la rencontre du poète indien Rabindranath Tagore, puis retourner en Irlande. Sa mère, un temps emprisonnée, crée une association de soutien aux nationalistes, Amnesty. 1918 voit le début de la guerre d'indépendance, puis de la guerre civile irlandaise, période de troubles qui va durer plusieurs années.

L’Irish Republican Army (1920–1936)

En 1920, tout en suivant des cours de droit, Il rejoint l'IRA (Irish Republican Army), créée le 21 janvier 1919 par Michael Collins en fusionnant l'IRB, l'ICA et l'IVF. À l’âge de 16 ans, il est nommé lieutenant. Il participe à la guerre d'indépendance entre 1919 et 1921 à l'issue de laquelle le traité anglo-irlandais est signé (6 décembre 1921), partageant l'île en deux parties. Il est aux côtés de Collins lors des négociations. Refusant le principe de la partition, il rejoint le camp des combattants qui vont tenter de détruire l'État libre d'Irlande, c'est la guerre civile de 1922-1923. En 1922, il est capturé et emprisonné à la prison de Mountjoy, d'où il s'échappe. L'année suivante, il succède à Moss Twomey, au poste de chef d'état-major de l'IRA, qu'il va occuper jusqu'en 1936.

En 1926 et 1927, il collabore comme journaliste à l'Irish Press. Il rencontre Hô Chi Minh et Nehru en 1928, lors d'un congrès anti-impérialiste. 1936, il quitte l'IRA et l'action clandestine pour la politique des urnes.

L'avocat et l'homme politique (1937-1961)

L'année qui suit son départ de l'IRA, MacBride s'inscrit au barreau et débute sa carrière d'avocat, en se spécialisant dans la défense des prisonniers politiques, en premier lieu desquels, les détenus républicains et leurs familles. Mais ses préoccupations s'élargissent aux Droits de l'homme en général, aux emprisonnements abusifs et aux mauvais traitements que doivent subir les détenus. En 1947, il crée un parti politique, le «  Clann na Poblachta  » (Enfants de la République), qui va obtenir 10 sièges aux élections. Éamon de Valera ayant été désavoué (1948), un gouvernement de coalition se met en place, auquel participe le nouveau parti. MacBride devient ministre des Affaires étrangères. Le jour de Pâques 1949 voit la proclamation officielle de la république d'Irlande (Poblacht na hÉireann en irlandais) ; les derniers prisonniers républicains sont libérés. Il est particulièrement actif au niveau international, en 1949 il est nommé vice-président de l'Organisation européenne de Coopération économique (OECE), lors de son institution. Il participe aussi au Conseil de l'Europe, à la Convention de Genève pour la protection des victimes de guerre (août 1949) et à la rédaction de la Convention européenne des droits de l'homme (novembre 1950). En 1957, il est nommé secrétaire général de la Commission Internationale des Juristes.

Au niveau de la politique intérieure, sa situation est beaucoup moins brillante : déclin de son parti, échecs électoraux, ce qui va l'inciter à se retirer de la scène politique irlandaise.

Amnesty International (1962–1974)

L'origine d’Amnesty International remonte à ce mois de novembre 1960, quand l’avocat britannique Peter Benenson découvre dans la presse la condamnation de deux étudiants portugais à sept ans de prison, pour avoir publiquement réclamé la liberté ; le Portugal est alors sous la dictature de Antonio de Oliveira Salazar. Avec quelques avocats, dont Seán MacBride et Eric Baker, il crée l’association Justice, pour le respect des droits de l’Homme, c'est l'embryon de la future organisation. En 1961, une première campagne en faveur des prisonniers d'opinion est lancée ; il s'agit des cas d'Agostino Neto (Angola), de Constantin Noica (Roumanie) et de Joseph Beran, (Tchécoslovaquie). Bien relayée par les médias, cette campagne a un retentissement international et induit la fondation d'Amnesty.

Dès lors l'action de MacBride va se confondre avec celle de l'organisation, il va occuper le poste de président du Comité exécutif international jusqu'en 1974. Le 10 décembre 1972, il préside à Paris, une conférence pour l'organisation d'une campagne mondiale pour l'abolition de la torture, à l'occasion du 25e anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. Cette revendication trouve un écho favorable puisque l'Assemblée générale des Nations unies adopte la résolution 3059, condamnant la torture en 1973. L'année d'après, il est nommé Haut Commissaire des Nations unies pour la Namibie ; pour des raisons statutaires, il doit démissionner de la présidence de l'association humanitaire. Cette même année 1974, il reçoit le prix Nobel de la Paix (avec le Premier ministre japonais Eisaku Satō).

Les derniers combats et les distinctions (1975–1988)

La dernière partie de sa vie, il va l'occuper aux problèmes du Tiers-monde, et lutter pour la paix et le désarmement ; il va notamment prendre la direction du Bureau international de la paix à Genève. De 1977 à 1980, à la demande du directeur général de l'Unesco (Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture), il assume la présidence d'une commission internationale, pour étudier les problèmes de communication. Cette commission, dans laquelle on retrouve Hubert Beuve-Mery (journaliste), Gabriel Garcia Marquez (journaliste et écrivain), et Marshall McLuhan (sociologue), va produire un rapport sur le nouvel ordre mondial de l'information. En 1977, à Moscou on lui remet le prix Lénine pour la paix, la plus haute distinction de l'Union soviétique. En 1984, la France lui confère les insignes de Commandeur des Arts et Lettres. Seán MacBride est mort le 15 janvier 1988 à Dublin. Il laisse le souvenir d’un homme passionné, prêt à tous les combats contre l'injustice.

Articles connexes

  • Portail de l’Irlande Portail de l’Irlande
Ce document provient de « Se%C3%A1n MacBride ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sean MacBride de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Seán MacBride — (* 26. Januar 1904 in Paris; † 15. Januar 1988 in Dublin) war ein irischer Politiker. 1974 erhielt MacBride zusammen mit Satō Eisaku den Friedensnobelpreis für seinen langjährigen Einsatz für Menschenrechte in den verschiedensten Funktionen und… …   Deutsch Wikipedia

  • Seán MacBride — (25 de enero de 1904 Dublín, 15 de enero de 1988), político irlandés. Su infancia transcurrió entre París y Dublín. Su padre, John MacBride, era un nacionalista irlandés, capturado en 1916 por las autoridades británicas durante el denominado… …   Wikipedia Español

  • Seán MacBride — Infobox Minister name = Seán MacBride small office = Minister for External Affairs term start = 18 February 1948 term end = 13 June 1951 predecessor = Éamon de Valera successor = Frank Aiken birth date = birth date|1904|1|26|df=y birth place =… …   Wikipedia

  • Seán MacBride — Pour les articles homonymes, voir MacBride. Seán MacBride Mandats Ministre irlandais des Affaires étrangères 18 …   Wikipédia en Français

  • Friedensnobelpreis 1974: Seán MacBride — Eisaku Satō —   Die herausragenden Leistungen der Preisträger waren der Widerstand gegen die Ausbreitung von Atomwaffen und das Eintreten für die Menschenrechte.    Biografien   Seán MacBride, * Paris 26. 1. 1904, ✝ Dublin 15. 1. 1988; irischer Jurist und… …   Universal-Lexikon

  • Seán McBride — Seán MacBride Fils de l héroïne irlandaise Maud Gonne, Seán MacBride (1904 1988), après s’être engagé pour la cause du nationalisme au sein de l Irish Republican Army, décida en 1936 de quitter la clandestinité pour agir, au grand jour. Avocat et …   Wikipédia en Français

  • Seán McCool — (Irish: Seán MacCumhaill) (died 1st May 1949) was a prominent Irish Republican and a former chief of staff of the Irish Republican Army. Imprisoned on numerous occasions, North and South, he embarked on a number of hunger strikes and also stood… …   Wikipedia

  • Seán — Sean [ʃɑːn] bzw. Seán ist ein männlicher Vorname. Inhaltsverzeichnis 1 Herkunft und Bedeutung 2 Namenstag 3 Bekannte Namensträger 3.1 Vorname 3.2 …   Deutsch Wikipedia

  • Sean — Seán [ʃɔːn] bzw. (in anglisierter Schreibweise ohne Akut Akzent) Sean ist ein männlicher Vorname. Inhaltsverzeichnis 1 Herkunft und Bedeutung 2 Namenstag 3 Verwandte Namen …   Deutsch Wikipedia

  • Seán — Sean Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sean (en irlandais Seán, dont le féminin est Seána) est un prénom masculin d origine irlandaise très utilisé dans les pays anglophones. Il correspond …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.