Schéma (géométrie algébrique)


Schéma (géométrie algébrique)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schéma.

En géométrie algébrique, un schéma est un espace localement annelé (X,OX) localement isomorphe à un schéma affine. Le faisceau OX est appelé le faisceau structural.

Un schéma affine est le spectre d'un anneau commutatif, muni de son faisceau structural.

Sommaire

Intuition

Un schéma est avant tout un objet géométrique.

Telle qu'elle a été inventée, cette notion généralise la notion de variété algébrique. À une variété algébrique sur un corps, la théorie des schémas ajoute des points qui ne sont pas nécessairement fermés (grosso modo, ce sont des points dont les coordonnées sont des variables).

En théorie des nombres, pour étudier les propriétés arithmétiques d'une variété algébrique V sur \mathbb{Q}, il est utile de connaître son comportement "modulo p" pour tout nombre premier p. Pour ce faire, on essaie d'étendre V d'une manière raisonnable en un schéma sur l'anneau des entiers relatifs \mathbb{Z}. Ce schéma peut être vu comme une famille de variétés algébriques {V, Vp} où Vp est une variété algébrique sur le corps fini premier \mathbb F_p.

Histoire

La notion de schéma est due à Alexandre Grothendieck, qui l'a inventée dans le but de démontrer les conjectures de Weil (qui sont maintenant un théorème, démontré par Pierre Deligne) vers l'année 1958. La théorie des schémas est développée de la façon la plus belle et la plus complète dans le grand traité de fondements, inachevé (mais très complet !), les Éléments de géométrie algébrique, plus connu des mathématiciens sous le nom des EGA.

Quelques définitions de base

Propriétés de schémas

Si X est un schéma, un sous-schéma ouvert de X est un ouvert U de X muni du faisceau OX | U. C'est un espace localement annelé, et en fait un schéma. Tout ouvert de X est toujours muni de cette structure de sous-schéma ouvert.

Un schéma affine SpecA est dit noethérien si A est un anneau noethérien.

Un schéma noethérien est un schéma qui est réunion finie d'ouverts affines noethériens.

Un schéma localement noethérien est un schéma dont tout point possède un voisinage ouvert affine noethérien.

Un schéma réduit est un schéma tel que l'anneau OX(U) soit réduit (i.e. sans élément nilpotent non-nul) pour tout ouvert U.

On dit que X est irréductible (resp. connexe) si l'espace topologique sous-jacent vérifie cette propriété.

On dit que X est intègre s'il est irréductible et réduit. Cela revient à dire que l'anneau OX(U) est intègre pour tout ouvert U.

Un schéma régulier est un schéma localement noethérien X tel que ses anneaux locaux OX,x sont réguliers en tout point x.

Propriétés de morphismes

Un morphisme de schémas f : X\to Y entre deux schémas est simplement un morphisme en tant qu'espaces localement annelés.


Un morphisme de schémas f: X\to {\rm Spec }A induit via le morphisme de faisceaux O_{{\rm Spec} A} \to f_*O_X un homomorphisme d'anneaux A\to O_X(X).

Proposition. L'application canonique {\rm Mor}(X, {\rm Spec} A) \to {\rm Hom}_{\rm anneaux}(A, O_X(X)) est bijective et fonctorielle en A et en X.

  • En particulier, se donner une structure de A-schéma sur X équivaut à se donner une structure de A-algèbre sur OX(X).
  • La catégorie des schémas affines est équivalente à la catégorie des anneaux commutatifs unitaires.

Un morphisme affine est un morphisme f tel que pour tout ouvert affine V de Y, l'image réciproque f − 1(V) soit affine. On montre qu'il suffit pour cela que Y soit recouvert par des ouverts affines Vi dont les images réciproques dans X soient affines.

Un morphisme fini est un morphisme affine f comme ci-dessus tel que de plus \mathcal O_{X}(f^{-1}(V)) soit fini sur \mathcal O_Y(V) en tant que module. Il suffit que cette propriété soit vérifiée pour un recouvrement affine particulier de Y.

Schémas au-dessus d'un schéma fixé

On fixe un schéma S. Un S-schéma est un schémas X muni d'un morphisme de schémas \pi : X\to S, lequel morphisme est appelé le morphisme structural du S-schéma, et S est appelé schéma de base. Dans les notations, on omet souvent le morphisme structural. Lorsque S est un schéma affine d'anneau A, on parle aussi de A-schéma au lieu de S-schéma.

Tout schéma est, de façon unique, un {\mathbb Z}-schéma. Cela vient du fait qu'il existe un unique homomorphisme d'anneaux de {\mathbb Z} dans un anneau donné.

Si X,Y sont des S-schémas, un morphisme de S-schémas de X dans Y est un morphisme de schémas f: X\to Y qui est compatible avec les morphismes structuraux: πYf = πX.

Les S-schémas et les morphismes de S-schémas forment une catégorie, appelée la catégorie des S-schémas, souvent notée SchS.

Références


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Schéma (géométrie algébrique) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Geometrie algebrique — Géométrie algébrique La géométrie algébrique est un domaine des mathématiques à la rencontre de la géométrie et de l algèbre (l algèbre commutative en toute exactitude). Basiquement, elle est l étude des variétés algébriques, des ensembles de… …   Wikipédia en Français

  • Géométrie Algébrique — La géométrie algébrique est un domaine des mathématiques à la rencontre de la géométrie et de l algèbre (l algèbre commutative en toute exactitude). Basiquement, elle est l étude des variétés algébriques, des ensembles de points définis par des… …   Wikipédia en Français

  • Géométrie algébrique — La géométrie algébrique est un domaine des mathématiques qui, historiquement, s est d abord intéressé à des objets géométriques (courbes, surfaces...) dont les coordonnées vérifiaient des équations ne faisant intervenir que des sommes et des… …   Wikipédia en Français

  • Diviseur (géométrie algébrique) — En mathématiques, plus précisément en géométrie algébrique, les diviseurs sont une généralisation des sous variétés de codimension 1 de variétés algébriques ; deux généralisations différentes sont d un usage commun : les diviseurs de… …   Wikipédia en Français

  • Diviseur (Géométrie Algébrique) — Les Diviseurs de Weil et de Cartier sont des outils de la géométrie algébrique. En géométrie algébrique, comme en analyse complexe, ou en géométrie arithmétique, les diviseurs forment un groupe qui permet de saisir la nature d un schéma (une… …   Wikipédia en Français

  • Cycles (Géométrie algébrique) — En géométrie algébrique, les cycles sont des combinaisons formelles de fermés irréductibles d un schéma donné. Le quotient du groupe des cycles par une relation d équivalence convenable aboutit aux groupes de Chow (en) qui sont des objets… …   Wikipédia en Français

  • Espace tangent (géométrie algébrique) — En géométrie algébrique, on peut définir la notion d espace tangent (de Zariski) sans faire (explicitement) de calcul différentiel. C est en quelque sorte une première approximation de la structure locale du schéma. Sommaire 1 Définition pour un… …   Wikipédia en Français

  • GÉOMÉTRIE — La géométrie est communément définie comme la science des figures de l’espace. Cette définition un peu incertaine risque de conduire à inclure dans la géométrie des questions qui ne sont géométriques que dans leur langage, mais relèvent en fait… …   Encyclopédie Universelle

  • Schema — Schéma Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le mot Schéma prend généralement le sens de graphe selon le domaine dont on parle : les mathématiciens ont donné le nom de schémas à des… …   Wikipédia en Français

  • Schéma noethérien — En géométrie algébrique, les schémas noethériens sont aux schémas ce que les anneaux noethériens sont aux anneaux commutatifs. Ce sont les schémas qui possèdent un certain nombre de propriétés de finitude. De nombreux résultats fondamentaux en… …   Wikipédia en Français