Sayyid Ali Muhammad


Sayyid Ali Muhammad

Báb

Le sanctuaire du Báb au sommet du mont Carmel à Haifa

Siyyid Mírzá 'Alí-Muhammad (میرزا علی‌محمد en persan) (20 octobre 1819 - 9 juillet 1850), était un marchand de Shiraz, en Perse, qui à l'âge de 25 ans déclara être une manifestation nouvelle de Dieu et le mahdi (ou Qá'im) attendu. Il prit dès lors le titre de Báb (باب), qui signifie "porte" en arabe, et fut fusillé 6 ans plus tard à Tabriz.

Les bahá'ís le revendiquent comme prédécesseur de leur propre religion. Bahá'u'lláh, le prophète fondateur de la religion Bahá'í, était un de ses disciples et annonça être la réalisation de sa prophétie.

Sommaire

Biographie

Premières années

Né en 1819 d'un riche marchand de Shiraz, son père mourut assez tôt après sa naissance et l'enfant fut élevé par son oncle Hájí Mirzá Siyyid 'Ali, également marchand.

Il appris à lire et écrire et fut envoyé dans une école religieuse avec d'autre enfants de son âge : il y montra des capacités exceptionnelles pour son âge et attira rapidement l'attention par ses questions particulièrement pointues qu'il arrivait à résoudre de lui-même.

À l'âge adulte, il rejoint son oncle pour gérer l'affaire familiale et devint marchand. En 1842 il épousa Khadíjih-Bagum et le couple eut un enfant, Ahmad, qui mourut assez rapidement.

Le mouvement Shaykhi

Au début des années 1790 en Perse naquit un mouvement religieux dissident du chiisme, sous la conduite de Shaykh Ahmad-i-Ahsa'i. Ses disciples, appelés Shaykhis, attendaient l'arrivée imminente du Mahdi. À la mort de Shaykh Ahmad, la direction du mouvement passa à Siyyid Kázim de la ville de Rasht. À sa mort en 1843, il ordonna à ses fidèles de partir à la recherche de l'Élu - l'un de ces fidèles, Mullá Husayn, parti pour Shiraz après 40 jours de prière et de jeûne.

Proclamation

Article détaillé : Babisme.

À son arrivée, le 23 mai 1844, Mullá Husayn fut accueilli par un habitant (le Báb), qui l'invita chez lui. Après avoir demandé à son invité la raison de son voyage, le Báb lui annonça être celui qu'il cherchait.

Mullá Husayn était censé obtenir de l'Élu qu'il écrive un commentaire sur la sourate de Joseph sans qu'on le lui demande ; ce que fit le Báb juste après sa déclaration.

Mullá Husayn fut le premier disciple du Báb. En peu de temps, dix-sept autres disciples (dont une femme, Fatemeh) le rejoignirent. Ces dix-huit disciples seront dès lors connus dans le babisme comme les « Lettres des Vivants ».

Voyages et emprisonnement

Après avoir été reconnu par ses 18 disciples, le Báb et son 18e disciple (Quddús) partirent pour un pèlerinage à la Mecque et Médine, lieux saints de l'islam. Arrivé à la Mecque, le Báb écrivit au Chérif de la Mecque, lui expliquant sa "mission". À la fin du pèlerinage, les deux compagnons retournèrent à Bushehr, en Perse.

Après quelque temps, et sous la pression du clergé islamique, le gouverneur de Chiraz ordonna l'arrestation du Báb. Celui-ci décida alors de quitter Bushehr pour Chiraz afin de se rendre aux autorités. Placé en résidence surveillée chez son oncle, le Báb fut relaché lorsqu'une épidémie de peste se déclara dans la ville en 1846.

À sa libération, le Báb parti pour Ispahan, où il attira les foules. De nouveau sous la pression du clergé chiite, le shah Mohammad Shah Qajar lui ordonna de se présenter à Téhéran. Mais avant que la rencontre ait pu avoir lieu, le Báb fut envoyé sur ordre du premier ministre à Tabriz, au nord du pays, où il fut confiné et empêché de recevoir toute visite.

Transféré à la forteresse de Maku dans la province d'Azerbaidjan, il y commença la rédaction du Bayan. Sa popularité grandissante força les autorités à le transférer à Chehrīq, puis finalement de retour à Tabriz, pour être jugé. Lors de l'audience, lorsqu'on lui demanda qui il prétendait être, le Báb annonça être l'Élu attendu par les musulmans: il fut alors renvoyé à Chihriq.

Exécution

Les évènements qui entourent l'exécution du Báb font l'objet de nombreuses interprétations: pour les Bahá'is, le fait que la première volée de balles l'aient manqué pour aller couper la corde qui le suspendait est clairement un signe divin. D'autres sources, perses et européennes, font parfois état de la version miraculeuse bahá'ie, ou confirment qu'il a bien été tué dès les premiers tirs. Tous s'accordent cependant pour dire que le Báb finit par mourir.

Peloton d'exécution

En 1850, un nouveau premier ministre ordonna l'exécution du Báb : il fut amené à Tabriz, où il était censé être fusillé. La nuit précédant l'exécution, alors qu'on l'amenait à sa cellule, un jeune homme prénommé Anis se jeta à ses pieds et demanda à mourir avec lui. L'homme fut immédiatement arrêté et emprisonné avec le Báb.

Le matin du 9 juillet 1850, le Báb et Anis furent suspendus aux murs de la forteresse, devant une foule de curieux et le peloton d'exécution fit feu : les deux hommes s'en sortirent indemnes, les balles ayant apparemment sectionné la corde qui les tenait. Criant au miracle, le régiment se débanda. Peu après, le Báb, retrouvé caché dans sa cellule, fut suspendu à nouveau avec Anis et, un autre régiment prenant la place du premier, fut enfin abattu.

Enterrement

Sa dépouille fut secrètement transférée de cache en cache pendant plusieurs années, jusqu'à sa destination actuelle, le Mausolé du Báb, situé sur les pentes du Mont Carmel, à Haïfa, dans les jardins bahá'is. Y est enterré aussi 'Abdu'l-Baha.

Bibliographie

Sources officielles bahá'íes

  • (en) Effendi, Shoghi, 1974, God Passes By, Bahá'í Publishing Trust, Wilmette, Illinois 60091, ISBN 0-87743-020-9;
  • (en) Ferraby, John, 1975, All Things Made New: A Comprehensive Outline of the Bahá'í Faith, Bahá'í Distribution Service, ISBN 81-86953-01-9;
  • (en) Taherzadeh, Adib, 1987, The Revelation of Bahá'u'lláh, G. Ronald éd., ISBN 0-85398-052-7;
  • (en) Effendi, Shoghi, 1932, Dawn Breakers - Nabil's Narrative, Bahá'í Publishing Trust, ISBN 0-900125-22-5 [1].

Autres

  • Portail des religions et croyances Portail des religions et croyances
  • Portail de l’Iran Portail de l’Iran
Ce document provient de « B%C3%A1b ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sayyid Ali Muhammad de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sayyid Ali Muhammad — Ein Talisman aus der Feder des Bab Ein Talisman in der Handschrift des Bab …   Deutsch Wikipedia

  • Sayyid Ali Muhammad al-Bab — Ein Talisman aus der Feder des Bab Ein Talisman in der Handschrift des Bab …   Deutsch Wikipedia

  • Ali Muhammad — Ein Talisman aus der Feder des Bab Ein Talisman in der Handschrift des Bab …   Deutsch Wikipedia

  • Nawab Sayyid Ghulam Muhammad Ali Khan I Bahadur — (died 1825) was twice Nawab of Banganapalle in India. The first time was between 1783 and 1784, as Jagirdar. His second reign was from 1789 to 1822. His time saw many significant changes in the history of Banganapalle, most significant being the… …   Wikipedia

  • Mir Sayyid Ali Hamadani — Image of Hamadani on the Tajikistani somoni Mir Syed Ali bin Shahab ud Din Hamadani (Persian: میر سید علی شهاب‌الدین همدانی) (1384 1314) was a Persian Sūfī of the Kubrāwī order, a poet and a prominent Muslim scholar …   Wikipedia

  • Sayyid Kazim Rashti — Sayyid Kazim i Rashti Sayyid Kāẓim bin Qāsim al Ḥusaynī ar Rashtī (arabisch ‏سيد كاظم بن قاسم الحسيني الرﺷتي‎) lebte von 1793 bis 1843 und war der Sohn von Sayyid Qasim aus Rasht, einer Stadt im Nordiran, und wurde von Ahmad al Ahsa’i, dem… …   Deutsch Wikipedia

  • Sayyid Kāzim Raschti — Sayyid Kāzim bin Qāsim al Ḥusaynī ar Raschti (arabisch ‏سيد كاظم بن قاسم الحسيني الرﺷتي‎, bekannt als Sayyid Kāzim Raschti ‎(persisch ‏سید کاظم رشتیسید کاظم رشتی‎‎; * …   Deutsch Wikipedia

  • Ali — /ah lee, ah lee / for 1 4; /ah lee / for 5, n. 1. ( Ali ibn abu Talib) ( the Lion of God ) A.D. c600 661, Arab caliph (cousin and son in law of Muhammad). 2. See Mehemet Ali. 3. Mohammed, 1909 63, Pakistani statesman and diplomat. 4. See Mohammed …   Universalium

  • Sayyid Kazim Rashti — Sayyid Kāzim bin Qāsim al Ḥusaynī ar Rashtī or Siyyid Kázim (ArB|سيد كاظم بن قاسم الحسيني الرﺷتي)‎ (1793 1843) was the son of Sayyid Qasim of Rasht, a town in northern Iran. He was appointed as the successor of Shaykh Ahmad al Ahsa i, and led the …   Wikipedia

  • Muhammad ibn Abd al Wahhab — (arabisch ‏محمد بن عبد الوهاب‎‎, mit vollem arabischen Namen: Muhammad ibn Abd al Wahhab ibn Sulaiman ibn Ali ibn Muhammad ibn Ahmad ibn Raschid at Tamim; (* 1703 in Aiyaina im Nadschd, Saudi Arabien; † 20. Juli 1792) war ein Islamischer… …   Deutsch Wikipedia