Sargon d'Akkad


Sargon d'Akkad
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sargon.
Tête en bronze d'un roi Akkadien (Musée national d'Iraq), probablement celle de Sargon d'Akkad, éventuellement celle de Naram-Sin.

Sargon d’Akkad, forme francisée de l’akkadien Šarru-kîn (qu’on traduit généralement par « roi légitime »), fut le souverain fondateur de l’empire d’Akkad, plutôt appelé aujourd’hui « empire d’Agadê »[1], en unifiant par la force les principales cités mésopotamiennes sous son autorité. Les dates de son règne sont incertaines : on le situe couramment vers 2334-2279 av. J.-C., mais il peut avoir régné plus tard, vers 2285-2229.

Sommaire

Coup d’État à Kiš

Ur-Zababa, petit-fils de Kubaba (l’une des très rares femmes à avoir régné en Mésopotamie), régnait comme ensi[2] à Kiš lorsqu’il fut détrôné par un obscur personnage qui se fit appeler « Roi légitime »[3] sans doute pour faire oublier qu’il n’était a priori qu’un usurpateur. Un texte du VIIe siècle av. J.‑C. — donc postérieur de seize siècles à ces événements, mais contemporain de la rédaction des plus anciens fragments de la Bible — relate ainsi son accession au pouvoir :

« Ma mère était grande prêtresse. Mon père, je ne le connais pas. Les frères de mon père campent dans la montagne. Ma ville natale est Azupiranu [« ville du safran » ?], sur les bords de l’Euphrate. Ma mère, la grande prêtresse, me conçut et m’enfanta en secret. Elle me déposa dans une corbeille de roseaux, dont elle scella l’ouverture avec du bitume. Elle me lança sur le fleuve sans que je puisse m’échapper. Le fleuve me porta ; il m’emporta jusque chez Aqqi, le puiseur d’eau. Aqqi le puiseur d’eau me retira [du fleuve] en plongeant son seau. Aqqi le puiseur d’eau m’adopta comme son fils et m’éleva. Aqqi le puiseur d’eau m’enseigna son métier de jardinier. Alors que j’étais jardinier la déesse Ištar se prit d’amour pour moi et ainsi j’ai exercé la royauté pendant cinquante-six ans. »

Ce récit ressemble beaucoup à celui de la naissance de Moïse, rédigé par des prêtres judéens qui étaient précisément, au VIIe siècle av. J.‑C., en exil à Babylone lorsque cette histoire édifiante faisait florès, des rives du Tigre, en Iraq, à celles du Tibre, en Italie (voir à ce sujet : Romulus et Rémus dans le mythe de la fondation de Rome).

De source un peu plus sûre, on sait que Sargon d’Agadê/Akkad était effectivement d’origine simple. Il serait devenu serviteur d’Ur-Zababa et parvenu au rang de Grand Échanson ("GAL.GEŠTIN" en sumérien). Cette position stratégique lui donnait accès au culte des dieux à travers l’offrande rituelle des boissons. La tradition rapporte qu’Enlil aurait été offensé par le souhait d’Ur-Zababa de modifier ce rituel et Sargon aurait alors comploté pour le renverser ; Ištar étant la déesse poliade de Kiš, c’était renouer avec elle que rétablir les offrandes rituelles dans leur tradition immuable. C’est sans doute à la suite d’intrigues politico-religieuses de ce genre que Sargon devint ensi à la place de l’ensi, vers 2270 av. J.-C. selon la chronologie courte[4]. Il marcha sur Uruk, qu’il conquit et dont il démolit les remparts, puis se retourna contre Lugalzagesi, qu’il vainquit et emmena dans un carcan pour être exposé garrotté à la porte de l’"é-kur" (littéralement : « maison-montagne/étranger »), le temple d’Enlil à Nippur. Sargon s’empara ensuite d’Ur, de Lagaš et d’Umma. A Eninkimar, port de Lagaš, il « lava ses armes dans la mer » pour marquer son pouvoir sur tout le pays de Sumer, du nord au sud : c’était la fin de la période du Dynastique ancien et le début de la période d’Akkad/Agadê.

Une nouvelle ère

L'empire d'Akkad sous Sargon et ses successeurs.

Cet événement marqua une rupture historique majeure en Mésopotamie à deux égards :

  • la civilisation des Sémites de Haute-Mésopotamie prenait l’ascendant sur celle des Sumériens de Basse-Mésopotamie, ce qui se matérialisa par le recul très net de l’usage de la langue sumérienne, bientôt cantonnée aux activités d’élite (c’est-à-dire au culte, aux épopées et aux affaires d’État, puis bien vite seulement au culte et aux épopées) tandis que les domaines commercial et légal étaient gérés en akkadien,
  • pour la première fois dans l’Histoire une vaste région de Mésopotamie était politiquement unifiée sous l’autorité centrale d’un monarque.

Sargon fonda Agadê/Akkad sur l’Euphrate et conquit Mari et Ebla à l’ouest puis Awan et Warahše à l’est dans le Zagros et finalement Suse en Élam. Il épousa Tašlutum, une Agadéenne qui dut le partager avec un certain nombre de concubines. L’une d’entre elles, vraisemblablement sumérienne, lui donna une fille, Enheduanna, qui devint grande prêtresse de Nanna, Ningal et surtout Inanna à Ur. Sargon l’aurait placée à ce poste à l’"é-kiš-nu11-gal" (littéralement : « maison universelle du grand luminaire », c’est-à-dire le temple lunaire) d’Ur dans le but de contrôler plus étroitement les populations sumériennes du sud. Quarante-deux hymnes lui sont attribués, qui marquèrent le culte aux dieux à travers les différents temples de l’empire agadéen pendant près de cinq siècle, jusqu’à l’avènement d’Hammourabi, ce qui ferait d’elle le plus ancien auteur littéraire identifié de l’Histoire.

Notes et références

  1. du nom de la ville d’Agadê, autrefois orthographiée Akkad
  2. c’est-à-dire comme souverain, sens du vocable sumérien "ensi2".
  3. le sens exact de Šarru-kîn comporterait à la fois le sens de « Roi de par la loi » et de « Roi fidèle aux lois ».
  4. La chronologie moyenne donne une date forcément plus ancienne : 2325 av. J.-C.

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • (en) R. Drews, “Sargon, Cyrus and Mesopotamian Folk History”, Journal of Near-Eastern Studies n° 33 (1974), p. 387–393 ;
  • (en) D. L. Lewis, The Sargon Legend, Cambridge University Press, Cambridge (Mass.), 1978 .


Stele Naram Sim Louvre Sb4.jpg Souverains d'Akkad
Précédé par
-
Sargon d'Akkad
2334 - 2279 av. J.-C.
Suivi par
Rimush


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sargon d'Akkad de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sargon von Akkad — (auch Sargon von Akkade) war von 2356 bis 2300 v. Chr. (mittlere Chronologie) bzw. 2292 bis 2236 v. Chr. (kurze Chronologie) König von Akkad. Mit Sargon von Akkad beginnt eine neue Ära in der Geschichte von Mesopotamien. Seine Reichsgründung… …   Deutsch Wikipedia

  • Sargón de Akkad — Saltar a navegación, búsqueda Mapa de la extensión del Imperio Acadio con las conquistas de Sargón y las principales revueltas posteriores. Los ciento cincuenta años de dominio acadio dejarán un profundo recuerdo en la mentalidad mesopotámica,… …   Wikipedia Español

  • Sargon of Akkad — You may be looking for the Assyrian kings Sargon I (r. 1920 – 1881 BC) or Sargon II (r. 722 – 705 BC). Sargon of Akkad, also known as Sargon the Great (Akkadian Šarru kinu , cuneiform ŠAR.RU.KI.IN cuneiform|????, meaning the true king or the king …   Wikipedia

  • Sargon of Akkad — (reigned ca. 2340 2284 b.c.)    The founder of the Akkadian dynasty of rulers and the Akkadian Empire, the first major imperial realm to rise in Mesopotamia. A number of later Mesopotamian accounts of Sargon and his exploits have survived.… …   Ancient Mesopotamia dictioary

  • SARGON OF AKKAD — (reigned C. 2340 – C. 2284 B.C.)    King and founder of the Akkadian Dynasty. Sargon became the subject of a variety of cuneiform texts in which he is generally portrayed as an exemplary ruler. He was described as destined by the gods (especially …   Historical Dictionary of Mesopotamia

  • Conquests of Sargon of Akkad — Sargon of Akkad s conquests. Date c. 2340 2284 BCE …   Wikipedia

  • AKKAD — (du sémitique Akkadû, forme à laquelle le scribe préférait Agadé) désigne à la fois une «ville de royauté» du IIIe millénaire avant J. C. et la partie nord de la Babylonie. Du nom de la cité dérive le terme akkadien , qui sert à qualifier la… …   Encyclopédie Universelle

  • Akkad — oder Akkade (sumerisch KUR URIKI, A.GA.DEKI) war eine Königsstadt in Mesopotamien, im späten 3. Jahrtausend v. Chr. wurde sie von Sargon von Akkad zum Zentrum seines Reiches erhoben. Man spricht daher vom Reich von Akkad bzw. Akkadischen… …   Deutsch Wikipedia

  • Sargon II. — Sargon II. und ein Würdenträger Šarrum ken II., auch biblisch Sargon II., (Scharrum ken, Sarrum ken), von 721 v. Chr. bis 705 v. Chr. König des neuassyrischen Reiches und Namensgeber der Sargoniden Dynastie . Er führte den Titel Statthalter des… …   Deutsch Wikipedia

  • Sargon l'Ancien — Sargon d Akkad Pour les articles homonymes, voir Sargon. Tête d’un roi akkadien du XXIIIe si …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.