San Millan de la Cogolla


San Millan de la Cogolla

San Millán de la Cogolla

Monasterios de San Millán de Yuso

San Millàn de la Cogolla est une commune située au nord de l’Espagne, comarca (canton) de « Rioja Alta » dans la Communauté autonome de la Rioja.

La population de la commune était de 300 habitants en 2004.

Sommaire

Géographie

Au pied de la sierra de la Demanda à 728 m d’altitude, à 20 km de Nájera. Le petit village est situé au bord du río Cárdenas, dans un cadre de collines verdoyantes, à l'automne, les arbres prennent des tons roux qui mettent en valeur les pierres des maisons.

Histoire

Pendant l'occupation arabe, de la moitié du VIIIe siècle à 923, année de la reconquête de la région par Ordoño II et Sanche Ier de Navarre, la vie monastique ne s'interrompit pas à Suso comme l'atteste la continuité de l'activité du scriptorium : une copie des Commentaires de l'Apocalypse de Beatus de Liebana est datée du VIIIe siècle, la chronique de San Millán et les écrits de Léovigild de Cordoue, du IXe siècle.

En 959, la basilique primitive de Suso était achevée par des maîtres d’œuvre mozarabes. À la fin du Xe siècle, al-Mansûr mit le feu à cette basilique qui fut restaurée et agrandie par Sanche III le Grand (1000-1035) qui imposa, au monastère, la règle bénédictine et fit placer les reliques de san Millán dans un reliquaire d'argent.
L'influence spirituelle de Suso était immense. De toute la Castille et de la Rioja, affluaient les pèlerins et nombreux étaient les jacquets qui faisaient le détour par la Cogolla. De multiples sépultures ont été découvertes près de Suso, la croyance voulant que plus on était enterré près du saint plus ses chances de salut étaient grandes.
Cette influence spirituelle n'avait d'égal que son influence culturelle puisque Suso est, aussi, considéré comme le berceau de la langue castillane. Ce fut, en effet, dans cet endroit très reculé, que des annotations en langue romane, datées de 977, furent portées dans la marge d'un paragraphe d'un codex des Glosas Emilianenses.

En 1040, le prieur de Suso, Domingo de Cañas, le futur santo Domingo de Silos, s'opposait à Don Garcia « el de Nájera », peut être trop influencé par les idées clunisiennes, et abandonna sa charge.
En 1054, Don Garcia voulut transporter les reliques de san Millán à Nájera pour doter le monastère de Santa Maria la Real qu'il venait de fonder. Cent soixante ans plus tard, le moine Fernando, dans sa Translatio Sancti Aaemiliani, rapporte les faits. Le reliquaire quitta Suso en procession. Dans la vallée, où se trouve le monastère de Yuso, le reliquaire se dressa telle une pierre immobile. Puis les hommes du roi durent faire face à la résistance armée de la population. Autre version, selon la Chronique de Nájera, le reliquaire fut placé dans un char tiré par des bœufs qui, une fois dans la vallée, refusèrent d'avancer. Don García, se pliant à la volonté divine, fit construire, en cet endroit, le monastère de Yuso.

Culture et patrimoine

Le Pèlerinage de Compostelle

Sur le Camino frances du Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.
On vient de Nájera, la prochaine commune est Azofra.
Mais certains pouvaient rejoindre directement Santo Domingo de la Calzada, en passant par Cañas et son abbaye.

San Millán de la Cogolla n'est pas exactement situé sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, mais les pèlerins avaient coutume de faire le détour pour se recueillir sur le tombeau de saint Émilien (Millán) un berger, qui se fit ermite (473 - 574) et qui avait réuni une communauté d'ermites en 537.

Religieux

Deux groupes monastiques distincts forment le Monastère de San Millán de la Cogolla :

  • le Monastère de Suso,
  • le Monastère de Yuso.

Depuis le 4 décembre 1997, Suso et Yuso sont inscrits au patrimoine mondial de l'Humanité de l'Unesco.

Origine du castillan

Dans la bibliothèque du monastère dormait depuis des siècles un codex latin, « Aemilianensis 60 », dans les marges duquel un copiste avait écrit des notes (gloses) en langue romane, basque et dans un latin que nous pourrions aujourd'hui qualifier de « macaronique » (ou de latin de cuisine).
Un exemple d’une glose : con o ajutorio de nuestro dueno Christo dueno Salbatore qual dueno yet ena honore e qual duenno tienet ela mantatjione con o Patre con o Spiritu Sancto en os sieculos de los sieculos…….
Ce document aurait été écrit au Xe siècle, bien que des recherches récentes laissent supposer qu’il aurait été écrit au début du XIe siècle.

Ce codex 60, qui est actuellement gardé à l’ « Academia de la Historia », est celui qui est traditionnellement connu comme « Glose Emilianenses ». Puisque deux de ces gloses sont écrites en basque, on peut aussi dire que dans le monastère de San Millán a eu lieu la naissance de la langue basque écrite.
Cependant, les chercheurs Claudio y Javier García Turza ont effectué des études sur le " codex 46 ", aussi trouvé dans la bibliothèque d'Yuso, qui est datée du 13 juin 964, pensent que l’ont peut fixer dans ce document les origines du castillan.

Le codex 46 est un dictionnaire encyclopédique avec plus de 20.000 entrées ordonnées de A à Z, dans lequel ces écrits en langue romane font partie non seulement des annotations dans la marge, mais aussi de la partie du texte écrit en latin.
Ce manuscrit rassemble le savoir populaire et clarifie de nombreuses lacunes sur le haut Moyen Âge.

Trois siècles plus tard, un autre moine de la Cogolla, Gonzalo de Berceo rédigeait « los Milagros de Nuestra Señora » donnant à cette langue ses lettres de noblesse.


Étape précédente
Nájera
Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle
08 Coquille.jpg
Camino frances
Étape suivante
Azofra
ou Cañas

Liens

  • Portail de l’Espagne Portail de l’Espagne
Ce document provient de « San Mill%C3%A1n de la Cogolla ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article San Millan de la Cogolla de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • San Millán de la Cogolla — Saltar a navegación, búsqueda San Millán de la Cogolla Bandera …   Wikipedia Español

  • San Millán de la Cogolla — San Millán de la Cogolla …   Wikipédia en Français

  • San millán de la cogolla — Monasterios de San Millán de Yuso San Millàn de la Cogolla est une commune située au nord de l’Espagne, comarca (canton) de « Rioja Alta » dans la Communauté autonome de la Rioja. La …   Wikipédia en Français

  • San Millán de la Cogolla — is a sparsely populated municipality in La Rioja, (Spain). It takes its name from a 6th century saint (Saint Emilianus or San Millán )) who lived here, and from the the shape of the surrounding mountains (the word cogolla means hood ). The… …   Wikipedia

  • San Millán de la Cogolla — es un pequeño municipio de la comunidad autónoma de La Rioja en España, con 281 habitantes (según el padrón del 2003). Ubicado al pie de la Sierra de la Demanda (Sistema Ibérico) en la vertiente oriental que separa la Meseta del Valle del Ebro, a …   Enciclopedia Universal

  • San Millán de la Cogolla —   [ mi ʎan ȓe la ko ɣoʎa], Ort in der Region La Rioja, Spanien, 738 m über dem Meeresspiegel, am Nordhang der Sierra de la Demanda, etwa 35 km südwestlich von Logroño; im 6. Jahrhundert Wirkungsstätte des Einsiedlers Millán (✝ 574; Schutzpatron… …   Universal-Lexikon

  • San Millan de la Cogolla — Gemeinde San Millán de la Cogolla Wappen Karte von Spanien …   Deutsch Wikipedia

  • San Millán de la Cogolla — Gemeinde San Millán de la Cogolla Wappen Karte von Spanien …   Deutsch Wikipedia

  • San Millan de la Cogolla — Original name in latin San Milln de la Cogolla Name in other language Donemiliaga Kukula State code ES Continent/City Europe/Madrid longitude 42.32974 latitude 2.86185 altitude 747 Population 303 Date 2012 03 04 …   Cities with a population over 1000 database

  • Monasteries of San Millán de la Cogolla — San Millán Yuso and Suso Monasteries * UNESCO World Heritage Site Country …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.