Saison LNH 1967-1968


Saison LNH 1967-1968

Saison 1967-1968

Ligue nationale de hockey
Vainqueur Canadiens de Montréal
Nombre d'équipes 12
Nombre de matchs joués 74 (saison régulière)

La saison 1967 - 1968 est la cinquante-et-unième saison de la ligue nationale de hockey (également désignée par le sigle LNH). Au cours de la saison régulière, les douze franchises participent chacune à soixante-quatorze matchs. Il s'agit d'une saison de changement pour la LNH puisque six nouvelles équipes intègrent la compétition. En effet, depuis la saison 1942-1943, les six mêmes équipes participent aux saisons de la LNH : les Canadiens de Montréal, les Maple Leafs de Toronto, les Bruins de Boston, les Red Wings de Détroit, les Rangers de New York et les Black Hawks de Chicago.

La LNH accueille donc dans ses rangs les six nouvelles équipes franchises suivantes : les Blues de Saint-Louis, les Golden Seals de la Californie, les Flyers de Philadelphie, les North Stars du Minnesota, les Penguins de Pittsburgh et enfin les Kings de Los Angeles. Les nouvelles équipes ont à l'occasion d'un repêchage d'expansion de choisir des joueurs au sein des autres équipes.

Avec l'adjonction des six nouvelles franchises, une nouvelle division est créée, la division de l’Ouest, et un trophée est mis en place pour récompenser le vainqueur de chaque division. Le trophée de l’Est est le trophée du Prince de Galles tandis que pour l’Ouest il s'agit du trophée Clarence S.Campbell.

Les Canadiens de Montréal emportent le titre de la meilleure équipe de la saison régulière puis la quinzième Coupe Stanley de leur histoire.

Sommaire

Saison régulière

Le trophée Masterton
Le Trophée Bill Masterton

Le premier match de la saison a lieu le 11 octobre 1967 dans la patinoire du Civic Arena et oppose les Canadiens aux Penguins. Les pronostiques prédisaient une déroute pour les Penguins mais au final les Canadiens ne l'emportèrent que 2 buts à 1[1]. Le premier but de la saison est inscrit par les Canadiens et l'intermédiaire de Gilles Tremblay contre Hank Bassen. Au cours de ce même match, Bassen laisse Jean Béliveau inscrire le quatre-centième but de sa carrière dans la LNH[2], il est alors le troisième joueur de l'histoire à dépasser ce plateau[1].

Les dirigeants et supporters des six équipes originales ont alors commencé à se rendre compte que la domination n'allait pas être aussi évidente que prévue et que les nouvelles franchises s'étaient bien préparées à entrer dans la ligue.

Le 13 janvier 1968, au cours d'un match entre les North Stars du Minnesota et Seals d'Oakland, le joueur recrue Bill Masterton reçoit une mise en échec par Larry Cahan et Ron Harris. Masterton tombe à la renverse sur la glace, la tête en arrière venant frapper la glace. Une grande quantité de sang s'échappe, les médecins ne peuvent l'opérer et il décède deux jours plus tard[3]. Il est le premier joueur de la LNH à mourir d'une blessure reçut sur une patinoire[3]. La LNH décide alors de remettre un nouveau trophée à l'issue de la saison, le trophée Bill Masterton – en anglais Bill Masterton Memorial Trophy – remis au joueur ayant démontré le plus de qualité de persévérance et d'esprit d'équipe[4].

Le 3 mars 1968, Jean Béliveau devient le deuxième joueur de l'histoire de la LNH à dépasser la barre des mille points, après Gordie Howe en 1960[5]. Après cinq minutes de jeu, le joueur des Canadiens trompe Roger Crozier, portier des Red Wings de Détroit, pour le millième point de sa carrière[6].

Classements finaux

Division Est[7]
Équipe PJ V D N Pts BP BC Pun
Canadiens de Montréal 74 42 22 10 94 236 167 700
Rangers de New York 74 39 23 12 90 226 183 673
Bruins de Boston 74 37 27 10 84 259 216 1043
Black Hawks de Chicago 74 32 26 16 80 212 222 606
Maple Leafs de Toronto 74 33 31 10 76 209 176 634
Red Wings de Détroit 74 27 35 12 66 245 257 759
Division Est[7]
Équipe PJ V D N Pts BP BC Pun
Flyers de Philadelphie 74 31 32 11 73 173 179 987
Kings de Los Angeles 74 31 33 10 72 200 224 810
Blues de Saint-Louis 74 27 31 16 70 177 191 792
North Stars du Minnesota 74 27 32 15 69 191 226 738
Penguins de Pittsburgh 74 27 34 13 67 195 216 554
Seals d'Oakland[Note 1] 74 15 42 17 47 153 219 787

Meilleurs pointeurs

Stan Mikita meilleur pointeur de la saison avec 87 points
Stan Mikita, meilleur pointeur de la saison avec 87 points.

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Parmi tous les joueurs, Stan Mikita est le joueur le plus prolifique de la saison en finissant meilleur pointeur avec quatre-vingt-sept réalisations alors que son coéquipier, Bobby Hull, est le meilleur buteur totalisant quarante-quatre réalisations. Phil Esposito est le meilleur passeur avec quarante-neuf aides[7].

Statistiques des meilleurs pointeurs
Joueur Équipe PJ B A Pts Pun
Mikita, StanStan Mikita Chicago 72 40 47 87 14
Esposito, PhilPhil Esposito Boston 74 35 49 84 21
Howe, GordieGordie Howe Détroit 74 39 43 82 53
Ratelle, JeanJean Ratelle New York 74 32 46 78 18
Gilbert, RodRod Gilbert New York 74 29 48 77 12
Hull, BobbyBobby Hull Chicago 71 44 31 75 39
Ullman, NormNorm Ullman Toronto 71 35 37 72 28
Delvecchio, AlexAlex Delvecchio Détroit 74 22 48 70 14
Bucyk, JohnJohn Bucyk Boston 72 30 39 69 8
Wharram, KenKen Wharram Chicago 74 27 42 69 18

Séries éliminatoires de la Coupe Stanley

Avec l'ajout de six nouvelles équipes et d'une nouvelle division, les séries éliminatoires de la Coupe Stanley sont allongées avec un premier tour qui implique les quatre meilleures équipes de chaque division[8].

Arbre des séries

  Quarts-de-finale Demi-finales Finale de la Coupe Stanley
                           
  E1  Montréal 4  
E3  Boston 0  
  E1  Montréal 4  
Division Est
  E4  Chicago 1  
E2  New York 2
  E4  Chicago 4  
    E1  Montréal 4
  O3  Saint-Louis 0
  O1  Philadelphie 3  
O3  Saint-Louis 4  
O3  Saint-Louis 4
Division Ouest
  O4  Minnesota 3  
O2  Los Angeles 3
  O4  Minnesota 4  


Finale de la Coupe Stanley

La finale de la Coupe Stanley voit la victoire des Canadiens de Montréal, entraînés par Toe Blake, aux dépens des Blues de Saint-Louis, menés par Scotty Bowman. Les Canadiens l'emportent en quatre alors que Blake annonce qu'il prend sa retraite après treize saisons passées derrière le banc des Canadiens et huit Coupes Stanley[9].

Meilleurs pointeurs

Honneurs remis aux joueurs et équipes

Trophées individuels
Trophée Récipiendaire(s) Équipe(s)
Trophée Calder
 Meilleur joueur recrue[Note 2]
Derek Sanderson Bruins de Boston
Trophée Art Ross
 Meilleur pointeur de la saison
Stan Mikita Black Hawks de Chicago
Trophée Hart
 Meilleur joueur[Note 3] de la saison
Stan Mikita Black Hawks de Chicago
Trophée Conn Smythe
 Meilleur joueur des séries
Glenn Hall Blues de Saint-Louis
Trophée Bill Masterton
 Joueur ayant démontré le plus
de qualité de persévérance et d'esprit d'équipe
Claude Provost Canadiens de Montréal
Trophée James Norris
 Meilleur défenseur de la saison
Bobby Orr Bruins de Boston
Trophée Lady Byng
 Joueur le plus fair play
Stan Mikita Black Hawks de Chicago
Trophée Lester Patrick
 Trophée pour les services rendus
au hockey sur glace aux États-Unis
Thomas F. Lockhart, Walter A. Brown, General John R. Kilpatrick
Trophée Vézina
 Gardiens de l'équipe concédant
le moins de buts
Rogatien Vachon
Gump Worsley
Canadiens de Montréal
Trophée plus-moins de la LNH
 Meilleur différentiel plus / moins[Note 4]
Dallas Smith Bruins de Boston
Trophées individuels
Trophée Équipe
Trophée Clarence S. Campbell
 Champions de la division Ouest
Flyers de Philadelphie
Trophée Prince de Galles
 Champions de la division Est
Canadiens de Montréal
Coupe Stanley
 Champions des séries
Canadiens de Montréal
Équipes d'étoiles[10]
Première équipe Position Deuxième équipe
Joueur Équipe Joueur Équipe
Gump Worsley Canadiens de Montréal G Eddie Giacomin Rangers de New York
Tim Horton Maple Leafs de Toronto D Jim Neilson Rangers de New York
Bobby Orr Bruins de Boston D Jean-Claude Tremblay Canadiens de Montréal
Bobby Hull Black Hawks de Chicago AG Johnny Bucyk Bruins de Boston
Stan Mikita Black Hawks de Chicago C Phil Esposito Bruins de Boston
Gordie Howe Red Wings de Détroit AD Rod Gilbert Rangers de New York

Notes et références

Notes

  1. Le nom de la franchise est celui de « Seals de Californie » pendant les deux premiers mois de la saison puis ils sont renommés les « Seals d’Oakland ».
  2. Le terme « recrue » désigne un joueur dans sa première saison professionnelle, le terme anglais utilisé est celui de « rookie ».
  3. Le terme francophone de « meilleur joueur » correspond au terme anglais de « Most valuable player » - MVP.
  4. Le différentiel plus / moins d'un joueur est calculé en comptant +1 si le joueur est sur la glace au moment où son équipe marque un but sans être en supériorité numérique et -1 s'il est sur la glace au moment où son équipe encaisse un but sans être en infériorité numérique.

Références

  1. a et b Starkey 2006, p. 10
  2. (en) "Notes on the First Penguins Game sur www.pittsburghhockey.net. Consulté le 24 octobre 2010.
  3. a et b Diamond 1998, p. 153
  4. NHL records 2010, p. 212
  5. Diamond 1998, p. 152
  6. Diamond 1998, p. 1743
  7. a, b et c Diamond 1998, p. 76
  8. (en) 1967-68 NHL Playoff Results sur www.hockeydb.com. Consulté le 24 octobre 2010.
  9. Diamond 1998, p. 1746
  10. NHL records 2010, p. 223

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) Joe Starkey, Tales from the Pittsburgh Penguins, Sports Publishing Llt., 2006 (ISBN 1-58261-199-8) 
  • (en) National Hockey League, Official Guide & Record Book / 2010, Triumph books, 2010, 664 p. (ISBN 978-1-60078-303-6) 
  • (en) Dan Diamond, Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, Total Sports, 1998 (ISBN 978-0836271140) 

Lien externe

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Saison LNH 1967-1968 de Wikipédia en français (auteurs)