Sainte Marguerite Bourgeoys


Sainte Marguerite Bourgeoys

Marguerite Bourgeoys

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir sainte Marguerite (homonymie) et Bourgeois.
Marguerite Bourgeoys
Montreal-Marguerite Bourgeoys, Blvd St Laurent - Rue le Royer Est.jpg

Statue de sainte Marguerite Bourgeoys, boulevard Saint-Laurent - rue le Royer Est, à Montréal
Fondatrice
Naissance 17 avril 1620
Troyes
Décès 12 janvier 1700  (à 79 ans)
Canada
Nationalité Flag of France.svg Française
Béatification 12 novembre 1950
par Pie XII
Canonisation 31 octobre 1982
par Jean Paul II
Vénéré par l'Église catholique romaine et l'Église anglicane du Canada
Fête le 12 janvier
Serviteur de Dieu • Vénérable • Bienheureux • Saint

Sainte Marguerite Bourgeoys (17 avril 1620 à Troyes en France dans la province de Champagne- 12 janvier 1700 à Ville-Marie au Canada) fut la fondatrice de la Congrégation de Notre-Dame de Montréal.

Elle était la septième d'une famille de douze enfants aux parents dévoués: Abraham Bourgeoys, son père et Guillemette Garnier, sa mère. Elle fut baptisée en l'église Saint-Jean le jour de sa naissance.

Sommaire

Enfance et départ au Canada

À l'âge de vingt ans, Marguerite reçut une "forte touche" le jour de la fête du Rosaire. Au cours d'une procession, la vue d'une statue de la Sainte Vierge la toucha particulièrement. Elle se sent différente dès cet instant: il ne lui restait plus qu'à trouver comment se consacrer à Dieu. Sa candidature fut refusée dans au moins un cloître, pour une raison indéterminée. Elle se joignit éventuellement à la communauté externe de la Congrégation de Notre-Dame de Troyes. Cette communauté d'enseignantes cloîtrées recevait des filles pour leur enseigner, mais ne pouvait rejoindre les enfants pauvres de faubourgs de Troyes. Elles créèrent donc une communauté externe à laquelle se joignit Marguerite Bourgeoys en 1640. Elle en devint rapidement la préfète, et y oeuvra pendant 13 ans, jusqu'à sa rencontre avec le Sieur de Maisonneuve, gouverneur de Montréal en Nouvelle-France qui était en France à la recherche de gens pour fortifier sa colonie du Nouveau Monde. Il invita Marguerite à l'accompagner au Canada pour enseigner dans la ville nouvelle de Ville-Marie. Pendant la traversée qui prit trois mois dans un navire médiocre pour ce genre de voyage, la peste se déclara et Marguerite devint alors infirmière. Elle quitta donc la France. Elle fit trois voyages en France mais vécut la majeure partie de sa vie en Amérique du Nord. Elle est décédée à Montréal le 12 janvier 1700.

Ses Grandes Œuvres

Après avoir donnée sa part de l'héritage de ses parents aux autres membres de sa famille, elle se rendit au Canada en 1653. Elle commença la construction de Notre-Dame de Bon-Secours, inspirée par la Vierge Marie qui lui dit un jour «Va et je ne t'abandonnerai pas». Elle ouvrit sa première école en 1658 rue Saint-Paul, dans un terrain sur lequel se trouvait une vieille étable. Elle revint en France en 1659 pour recruter d'autres institutrices et ramena avec elle trois autres compagnes qui furent les premières sœurs de la Congrégation de Notre-Dame de Montréal qu'elle venait de fonder. En 1663, elle se chargea de l'accueil des Filles du Roy que Louis XIV avait recrutées pour peupler la colonie.

Marguerite Bourgeoys et ses compagnes aidèrent les colons de Ville Marie pendant les disettes, ouvrirent une école pour instruire les jeunes à tenir un foyer et une ferme. La congrégation comptait dès lors 18 sœurs dont sept natives du Canada. Avec les Sulpiciens, elles enseignèrent à la Mission de la Montagne, où deux sœurs enseignaient. Deux Amérindiennes se joignirent ainsi à la congrégation. Elle reçut de Louis XIV une charte civile pour sa congrégation et du Bienheureux François de Laval une charte canonique en 1676. Après l'incendie de la maison de la Congrégation en 1683, un nouveau couvent fut construit entre 1684 et 1686.

En 1693, mère Marguerite remit la direction de la congrégation à Marie Barbier, première native canadienne s'étant jointe à l'ordre. Cette même année, Jeanne Le Ber l'aida à bâtir une nouvelle chapelle. L'ordre religieux que Marguerite Bourgeoys avait fondé, reçut enfin l'approbation de l'Église en 1698 et, ayant finalement prononcée ses vœux à l'âge de 78 ans, Marguerite passa ses dernières années à prier et à écrire ses mémoires.

Le 31 décembre 1699, alors qu'une jeune sœur était à l'article de la mort, mère Marguerite demanda au Seigneur de prendre sa vie en échange. Au matin du 1er janvier 1700, la jeune sœur en question avait recouvré la santé et Mère Marguerite fut prise d'une violente fièvre; elle souffrit pendant douze jours, puis mourut le 12 janvier 1700. Elle avait dès alors acquis une réputation de sainte.

Béatification - canonisation

Elle fut déclarée Vénérable en 1878, Bienheureuse par Pie XII le 12 novembre 1950 puis canonisée le 31 octobre 1982 par Jean-Paul II. Elle est vénérée comme sainte à la fois par l'Église catholique romaine et par l'Église anglicane du Canada. Elle repose dans le sanctuaire Notre-Dame de Bon-Secours dans le Vieux Montréal.

Plaque commémorative sur le fronton de l'église Saint-Jean à Troyes (Aube)

Vénération

Dans le Vieux-Montréal, le Musée Marguerite-Bourgeoys témoigne du courage et de la détermination de ceux et celles qui ont fondé Montréal, dont Marguerite Bourgeoys, une femme au destin exceptionnel. Une commission scolaire et une circonscription électorale sont nommées en son honneur. Il existe une école Sainte-Marguerite-Bourgeoys à Victoriaville, une à Pointe-aux-trembles (Montréal), une à Chateauguay, une à [St-Augustin-de-Desmaures] http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Augustin-de-Desmaures#.C3.89ducation(Québec) une à Hawkesbury en Ontario et une à Markham au nord de Toronto. À Québec, à Saint-Eustache et à l'Île-des-Sœurs, il y a une église Sainte-Marguerite Bourgeoys. La ville de Yamachiche a une rue en son honneur et sa ville natale a un centre culturel qui porte son nom.

Citation

« Pour sainte Marguerite Bourgeoys, on retiendra surtout sa contribution originale à la promotion des familles, enfants, futurs époux, parents. Elle qu’on a pu appeler à Montréal la “Mère de la colonie”, elle aurait pu dire comme saint Paul: “Avec vous, nous avons été pleins de douceur, comme une mère qui entoure de soins ses nourrissons. Ayant pour vous une telle affection, nous voudrions vous donner non seulement l’Évangile de Dieu, mais tout ce que nous sommes » (Jean-Paul II, en 1982)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la Nouvelle-France Portail de la Nouvelle-France
  • Portail du catholicisme Portail du catholicisme
  • Portail de Montréal Portail de Montréal
  • Portail du Québec Portail du Québec
Ce document provient de « Marguerite Bourgeoys ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sainte Marguerite Bourgeoys de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Marguerite Bourgeoys — Pour les articles homonymes, voir Marguerite Bourgeoys (homonymie). Marguerite Bourgeoys Portrait de Ma …   Wikipédia en Français

  • Marguerite-Bourgeoys — Quebec electoral district Provincial electoral district Legislature National Assembly of Quebec MNA       Clément Gignac …   Wikipedia

  • Sainte Marguerite (homonymie) — Sainte Marguerite Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour les articles homonymes, voir Sainte Marguerite et Marguerite. Sainte Marguerite désigne plusieurs saintes et bienheureuses… …   Wikipédia en Français

  • Marguerite-Bourgeoys (circonscription provinciale) — Pour les articles homonymes, voir Marguerite Bourgeoys (homonymie). Marguerite Bourgeoys Circonscription électorale provinciale …   Wikipédia en Français

  • Marguerite Bourgeoys (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Marguerite Bourgeoys (1620 1700) est une sainte canadienne qui fut la fondatrice de la Congrégation de Notre Dame de Montréal. Marguerite Bourgeoys est… …   Wikipédia en Français

  • Sainte Marguerite — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour les articles homonymes, voir Sainte Marguerite et Marguerite. Sainte Marguerite désigne plusieurs saintes et bienheureuses chrétiennes  …   Wikipédia en Français

  • Bienheureuse Marguerite Bourgeoys — Marguerite Bourgeoys Pour les articles homonymes, voir sainte Marguerite (homonymie) et Bourgeois. Marguerite Bourgeoys …   Wikipédia en Français

  • Vénérable Marguerite Bourgeoys — Marguerite Bourgeoys Pour les articles homonymes, voir sainte Marguerite (homonymie) et Bourgeois. Marguerite Bourgeoys …   Wikipédia en Français

  • Musée Marguerite-Bourgeoys — Pour les articles homonymes, voir Marguerite Bourgeoys (homonymie). 45°30′36″N 73°33′04″O / …   Wikipédia en Français

  • Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys — Pour les articles homonymes, voir Marguerite Bourgeoys (homonymie). La Commission scolaire Marguerite Bourgeoys est l une des quatre grandes commissions scolaires de l île de Montréal (Québec, Canada). La réforme scolaire de 1998 amena la… …   Wikipédia en Français