Saint-étienne-de-mer-morte


Saint-étienne-de-mer-morte

Saint-Étienne-de-Mer-Morte

Saint-Étienne-de-Mer-Morte

L'étang et le moulin à eau rénové.
L'étang et le moulin à eau rénové.

Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Arrondissement de Nantes
Canton Canton de Machecoul
Code Insee abr. 44157
Code postal 44270
Maire
Mandat en cours
Jean Gilet
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Machecoul
Site internet http://pagesperso-orange.fr/stetiennedemermorte/
Démographie
Population 1 231 hab. (2006)
Densité 45 hab./km²
Gentilé Stéphanoises, Stéphanois
Géographie
Coordonnées 46° 55′ 50″ Nord
       1° 44′ 29″ Ouest
/ 46.9305555556, -1.74138888889
Altitudes mini. 9 m — maxi. 47 m
Superficie 27,33 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Saint-Étienne-de-Mer-Morte (Saent-Estienn-de-Melmartz en gallo) est une commune française, située dans le département de la Loire-Atlantique et la région Pays de la Loire. Ses habitants s'appellent les Stéphanois et les Stéphanoises.

La commune fait partie de la Bretagne historique, dans le pays traditionnel du Pays de Retz et dans le pays historique du Pays Nantais. La commune a aussi fait partie des Marches Communes de Bretagne-Poitou, entre Pays de Retz et Vendée historique.

Sainte-Étienne-de-Mer-Morte comptait 1 231 habitants au dernier recensement de 2006.

Sommaire

Géographie

Situation de la commune de Saint-Étienne-de-Mer-Morte dans le département de Loire-Atlantique

Vue satellite

Google maps

Situation

Saint-Étienne-de-Mer-Morte est située à 35 km au sud de Nantes et à 16 km au nord-est de Challans.

Les communes limitrophes sont La Marne, Paulx, Touvois, Corcoué-sur-Logne et La Limouzinière en Loire-Atlantique, La Garnache et Froidfond en Vendée.

Selon le classement établi par l’INSEE en 1999, Saint-Étienne-de-Mer-Morte était une commune rurale non polarisée (cf. Communes de Loire-Atlantique).

Géographie physique

Hydrographie

Étymologie

Le nom de Saint-Étienne-de-Mer-Morte, à l’étymologie particulièrement floue et problématique, semble être le résultat d’un florilège de déformations phonétiques, de mauvaises retranscriptions de copistes et d’erreurs d’interprétations en tout genre.


La première mention historique du village remonterait à l’an 851, au traité d’Angers, après la victoire d’Érispoé, roi de Bretagne, sur Charles II le Chauve, roi de France[1],[2].

Dans une charte du roi Louis VI de 1123, le village est nommé ecclesia de Mellomartis. Selon Jean-Anne Chalet[3], Mellomartis serait une contraction contenant les noms de Mellona, déesse romaine qui protégeait les abeilles, et de Mars, dieu de la guerre. Ce nom remonterait ainsi à l’époque de la colonisation de Jules César : ses soldats romains auraient trouvé des ruches sauvages en grande quantité, et en auraient tiré du miel ; dans le même temps, les soldats auraient élevé un temple au dieu de la guerre.


En 1238, Mellomartis est devenue Malamorte, et est placée sous l’invocation de Saint Étienne, diacre martyr lapidé par les Juifs. En effet, le village, ancien camp romain, est devenu forteresse féodale chrétienne sous le nom de Castrum Sancti Stephani de Mala Morte (1238), Castrum Santi Stephani de Malamorte (1239), Sanctus Stephanus de Mala Morte (1239). Durant les siècles suivants, la ville prend donc les noms de Saint Étienne de Malemort (1299), Parochia sancti Stephani de Mala Morte (1293), St Étienne de Malemort (1383), Saint Étienne de Mallamort (1383), Parochia sancti Stephani de Mala Morte (1396), Chatellenie de Saint Étienne de Malemort ou de Mallemort (1404), estang et chaussée de Saint Étienne de Mallemort (1415-1443).

Malamort, Malemort, prend alors une nouvelle étymologie. Le vocable, signifiant a priori “mauvaise mort”, est pourtant difficile à interpréter. Il ferait référence :

  • soit à la mort violente du martyr lapidé Saint Étienne[4] [5] [6],
  • soit au souvenir d’une guerre ou le lieu d’une bataille sanglante,
  • soit au souvenir d’une épidémie de peste (ou autre) qui aurait dépeuplé la région (et dans ce cas, le fléau serait antérieur au XIIIe siècle)[7],
  • soit à un passage dangereux qui pourrait se rapporter au Falleron, rivière dont la vallée très resserrée s'étend à la limite de la commune[8],
  • soit au marécage putride de l’étang qui existait jadis aux portes de la ville, et qui laissait apparaître des végétaux au pourrissement avancé[9]. C’est cette dernière supposition qui pourrait avoir fait passer Male Mort en Mare Morte : une mare aux eaux croupissantes, une étendue d’eau stagnante[10].

Mais dans tous les cas, le mot d’origine Mellomartis est déjà oublié depuis longtemps.


Le vocable Mermort naît ensuite au XVIe siècle. En réalité, Mermort ne serait au départ qu’un dérivé obscur de Malemort, déjà en usage courant depuis l'origine du nom jusqu'à la fin du XVe siècle. Ou bien il s’agirait d’une erreur de retranscription et d’approximations successives de copistes qui se seraient répandues ensuite. La forme Mermort supplante alors l’ancienne forme Malemort, et l’on trouve ainsi les variantes suivantes : Saint Étienne de Mermort (1513), Saint Étienne de Mairemort (1552), Saint Étienne de Mairemort (1553), Stephani de Mari Mortuo (1561), Saint Étienne de Mayre Mort (1561), Ecclesia sancti Stephani de Mari Mortuo (1561), Saint Étienne de Mairemort (1568), Stephani de Mari Mortuo (1616), Saint Étienne de Mermort (1649), Saint Étienne de Mairemort (1664), Saint Étienne de Meremort (1682), Saint Stephanus Maris Mortui (1689), Saint Étienne de Meremort (1689), Saint Étienne de Mairemort (1690), Saint Étienne de Mairemort (1694), Saint Étienne de Mermort (XVIIIe siècle).

Évidemment, les pseudo-historiens ont bientôt vu dans l’appellation Mer-Morte une nouvelle étymologie conjecturale qui ne correspond pas aux formes des siècles précédents[11] : on a ainsi pensé que la mer bordait jadis le territoire de la ville[12] [13] (ce qui est faux, l’océan se trouvant à 25 km de la ville). Le nouveau nom de la commune obtient ainsi une signification nouvelle, erronée, et qui ne correspond plus à l'ancienne. En outre, cette nouvelle étymologie n’explique pas pourquoi la mer en question, au bord de la ville, serait morte

Et inévitablement, les pseudo-historiens ont vu dans Mer-Morte une référence à la Mer-Morte en Terre Sainte, expliquant que Mer-Morte est une de ces nombreuses appellations qui sont apparues vers le XIIe et XIIIe siècle, à l'époque des croisades, et qui font référence à la Terre Sainte ; on trouve ainsi, par exemple, Jéricho (Indre-et-Loire) ou Olivet (Loiret) en référence au Mont des Oliviers. Mais bien évidemment, le nom de la ville existait avant le début de la première croisade de 1095[14], et la forme Mer-Morte n’apparaît que 600 ans après les croisades.


Signalons que certains étymologistes ont fait du nom du lieu une corruption de Meix Morte ; le terme meix désignait en ancien français le territoire sur lequel s'installait un colon pour exploiter des terres nouvellement défrichées. Le mot dérive du latin mansus, dérivé de manere : “rester”. Mais cette explication n’a pas de valeur aux vues des formes anciennes du nom de la ville[15].


En 1910, Le préfet de Loire-Inférieure a proposé à la municipalité de rebaptiser Saint-Étienne-de-Mer-Morte en Saint-Étienne-en-Retz. Le Conseil, après en avoir délibéré, a considéré qu'étant donné les profondes modifications des côtes en cet endroit de la Loire-Inférieure, rien ne prouvait que le nom de Saint-Étienne-de-Mer-Morte ne fût pas justifié et a décidé que l'orthographe du nom ne fût pas changée, d'autant plus qu'elle eût été contraire à la croyance populaire[16].


Pour résumer, il semblerait donc bien que le suffixe du nom de la ville, basé dès le départ sur une racine m-l-m-r-t (et certainement pas m-r-m-r-t), résulte de trois étymologies différentes, qui se sont commodément superposées les unes sur les autres, l’une après l’autre, au fil des siècles :

  • Mellomartis ;
  • Mala Morte, Malamorte, Mallamort, Malemort, Mallemort, Malemorte, Malmort ;
  • Marmort, Mayrmort, Mayre Mort, Mayremort, Mairmort, Mairemort, Meremort, Mermort, Mer-Morte.


Si l’on veut trouver un semblant de réalisme dans toutes les explications du nom, il faut en fait bel et bien remonter à la racine m-l-m-r-t et donc au premier nom originel de la ville, Mellomartis (dont l’étymologie, Mellona + Mars, reste toutefois à prouver), ce qui balaie une fois pour toutes les explications hasardeuses de “mauvaise mort” et de “mer”, morte ou pas, au bord de la ville : au départ, ce n’est pas un changement de sens qui a eu lieu, c’est uniquement une évolution phonétique. Le chrétien Sanctus Stephanus s’est ensuite ajouté au païen Mellomartis, et les deux noms ainsi associés ont finalement évolué ensemble : Mellomartis a dû être commodément transformé en Male Mort pour mieux s’associer à Saint-Étienne et, affublé d’une nouvelle signification, paraître ainsi plus chrétien… :

  • Ecclesia de Mellomartis (1123)
  • Castrum sancti Stephani de Mala Morte (1238)
  • Castrum Santi Stephani de Malamorte (1239)
  • Sanctus Stephanus de Mala Morte (1239)
  • Saint Étienne de Malemort (1299)
  • Parochia sancti Stephani de Mala Morte (1293)
  • St Étienne de Malemort (1383)
  • Saint Étienne de Mallamort (1383)
  • Parochia sancti Stephani de Mala Morte (1396)
  • Chatellenie de Saint Étienne de Malemort (1404)
  • Chatellenie de Saint Étienne de Mallemort (1404)
  • Estang et chaussée de Saint Étienne de Mallemort (1415-1443)
  • Saint Étienne de Mermort (1513)
  • Saint Étienne de Mairemort (1552)
  • Saint Étienne de Mairemort (1553)
  • Stephani de Mari Mortuo (1561)
  • Saint Étienne de Mayre Mort (1561)
  • Ecclesia sancti Stephani de Mari Mortuo (1561)
  • Saint Étienne de Mairemort (1568)
  • Stephani de Mari Mortuo (1616)
  • Saint Étienne de Mermort (1649)
  • Saint Étienne de Mairemort (1664)
  • Saint Étienne de Meremort (1682)
  • Saint Stephanus Maris Mortui (1689)
  • Saint Étienne de Meremort (1689)
  • Saint Étienne de Mairemort (1690)
  • Saint Étienne de Mairemort (1694)
  • Saint Étienne de Mermort (XVIIIe siècle)
  • Saint-Étienne-de-Mer-Morte (aujourd’hui)


Histoire

Un rapide survol audio de l'histoire la commune

Émission Radio Fidelité du 24 février 1990 au format ogg vorbis (durée 45 mn, enregistrement de piètre qualité)


Il y a 50 millions d'années

- Tiré de «Vendée du nord ouest hier et aujourd'hui, juin 1998 » Jean Marc Viaud, dépôt légal 2e trimestre 1998, imprimerie IRI à Challans, pages 141 à 152.

Un fleuve tropical, nommé Yprésis par les géologues, après un parcours de plus de 200 km d'est en ouest, venait se répandre dans un large delta, qui occupait la région nantaise et le nord ouest de la Vendée. Une végétation luxuriante à palmier, parcourue par une faune tropicale, colonisait l'immense delta qui évoluait au gré des précipitations sur les terre émergées. La période géologique correspond à l'existence de ce fleuve date du début de l'éocène, première partie de la première moitié de l'ère tertiaire soit de : -50 à -46 millions d'années avant notre ère.
Une partie seulement des sédiments du fleuve et de la zone deltaïque sont parvenus jusqu'à nous. Au cours des millions d'années qui suivirent leur dépôt, une grande partie de ces sédiments ont été érodés, repris et transportés par d'autres rivières, fleuves ou mers. Dans la zone deltaïque les dépôts ont été mieux conservés mais ne sont pas toujours accessibles. Des mouvements de sols liés à des réseaux de failles ont provoqué des effondrements piégeant, dans des dépressions, une partie des sédiments yprésiens.
Au débouché du fleuve, dans le delta, il subsiste encore aujourd'hui d'importants dépôts de sables et graviers, en particulier dans la région de La Marne où ils sont exploités en carrière. Plus tard, Ypresis fut remplacé par la Loire. Vers -45 millions d'années, une élévation progressive du niveau marin a recouvert l'ancien delta. La mangrove disparue, une vie marine s'est installée.
Durant près de 3 millions d'années, la mer du Lutécien va recouvrir toute notre région (Grand Lieu, Machecoul, Challans) et y laisser des dépôts de sables et calcaires.

Traces de la préhistoire

Hache en dolérite de Mme Michon

- Extrait du Bulletin municipal de Saint-Étienne-de-Mer-Morte, no 10

A deux cents mètres du pont du Rivolet, sur les hauteurs dominant le Falleron, une hache de pierre polie a été trouvée dans une anfractuosité, par un Stéphanois, en 1964, en débroussaillant le rocher. Le résultat de l'identification faite par M. Gouraud : « hache en dolérite de type A, roche granitoïde verdâtre du sud du Finistère – nord du Morbihan, datant de 4000 à 2000 ans avant J.-C.

Hache en bronze à talon type Tréboul de Mr Thomas

- Tiré du « dictionnaire archéologique du pays de Retz » Michel Tessier, 1994, société nantaise de préhistoire, imprimerie Allais à Vertou, page 47.

Une hache en bronze à talon type Tréboul a été découverte en 1980 dans le jardin de Mr A. Thomas

- Tiré du «Bulletin de la société préhistorique française» G. Gouraud, 1988, T85, no 1, pages 7 à 8.

Hache à talon, à butée sub-carrée, contours curvilignes, le décor est constitué d'une fossette hémi-circulaire. L'état de surface est assez altéré peut être du à l'utilisation d'un moule peu soigné. Les bulles d'air sont restées nombreuses à la coulée du métal. Devant l'imperfection de l'outil réalisé, il ne semble pas y avoir eu de rectification des irrégularités. La lame est nettement trapézoïdale. Les rebords n'ont pas été régularisé et les bavures entre les valves du moule sont parfaitement visibles. Des aspérités plus importantes peuvent suggérer une tentative maladroite d'obtention d'un anneau. Longueur : 148 mm, longueur du talon 65,5 mm, longueur de la lame : 82,5 mm, largeur maximale : 62 mm, largeur de la base du talon : 25 mm, Poids : 232 g. Interprétation : hache du groupe de Tréboul du Bronze moyen II soit 1400 à 1200 ans avant JC.

Blasonnement

Blason ville fr Saint Etienne de Mer Morte (Loire Atlantique) .svg Saint-Étienne-de-Mer-Morte
  • Description : D'or à la croix de sable chargée d'une église d'argent.
  • Ce blason évoque le blasonnement du Pays de Retz : d’or à la croix de sable Blason Retz.svg, rappelant l'appartenance de Saint-Étienne-de-Mer-Morte au Pays de Retz. L’église évoque la Pentecôte 1432, au cours de laquelle Gilles de Retz pénétra à cheval dans l'église de la ville et fit saisir l'officiant par ses gens, acte qui déclenchera sa perte[17].
  • Blason conçu par la mairie (brevet du Comité Français d'Héraldique en 1994)[18].

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
mars 2001 mars 2008 Marcel Gentet
mars 2008 Jean Gilet
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Site internet officiel de la mairie

Jumelages

Via le canton de Machecoul :

Cultes

Diocèse de Nantes : Paroisse de Sainte Croix en Retz

Centre d'incendie et des secours

Le centre de Saint Étienne fait partie du groupement de Bourgneuf en Retz

Logements pour retraités

Village de Rais

Démographie

Évolution démographique
(Source : INSEE[19])
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005
1 128 1 169 1 078 995 1 041 1 003 1 251
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes

Lieux et monuments

L'église

Le cimetière

- Tiré de « Le patrimoine des communes de la Loire Atlantique » ouvrage collectif, éditions Jean Luc Flohic, (ISBN 2-84234-040-X), 1999, tome 1, page 562

Cette croix porte un Christ grossièrement taillé dans la masse. Elle est, sauf pour le Christ, la réplique de la croix arrière du clocher, qu'elle accompagnait dans l'ancien cimetière (entourant l'ancienne église). Déplacée en 1868 dans le cimetière actuel, elle est scellée sur un fût en forme de haute pyramide tronquée, aux parois légèrement en creux, qui pourrait être son support d'origine. Ce fût est lui-même scellé sur un volumineux cube de granit.

Le clocher

Bref historique

- Tiré des « annales de Nantes et du pays nantais n°160 » de Jean Mounes, 1970, page 17, également gravure du clocher page 34

Si Machecoul a une église et deux clochers, si La Marne et Paulx ont une église mais pas de clocher, Saint Étienne a église et clocher mais séparés, comme fâchés. C'est que si l'église néo-gotique n'est que de 1886, le clocher, lui, est un vestige du temple médiéval dont il porte encore l'entrée ogivale en granit

- Tiré du « lien historique » no 1er février 2001, la lettre d'informations de l'association Machecoul-Histoire

Séparé de l'église et solitaire sur sa place, il appartenait à une église du XIII siècle, qui, jugée trop petite, fut remplacée par un édifice plus conséquent en 1885. Le clocher de la nouvelle église ne pouvant être financé, on garda provisoirement l'ancien. Sur murs de schistes locaux, ses ouvertures romanes témoignent du style et de la taille de l'ancien monument. Une plaque y rappelle un événement marquant de Saint Étienne : l'intrusion en armes de Gilles de Rais, avec 60 hommes d'armes, le dimanche de la Pentecôte 1440, l'interruption de l'office, l'enlèvement de l'officiant Geoffroy Le Ferron. C'est cet acte qui conduit Gilles de Rais devant le tribunal de l'évêque de Nantes. Arrêté le 15 septembre 1440, il est condamné, puis exécuté le 26 octobre suivant.

- Tiré des panneaux affichés (années 1990) au fond de l'église de Saint Étienne de Mer Morte

Le clocher vestige de l'ancienne église dont il porte encore l'entrée ogivale laisse entrevoir des bases gothiques et une croix de pierre, très ancienne, est apposée sur sa face arrière. C'était un édifice de petites dimensions et en forme de croix autour duquel se trouvait le cimetière.
L'église pouvait accueillir 360 personnes. Chœur carré, l'autel adossé au pignon; à l'entrée du cœur, deux petits autels : à la Vierge et à St Fiacre. Dans la nef un autel à saint Sébastien, les deux chapelles étaient surmontées d'immenses tableaux : celui du rosaire et le Pentecôte. De cette église subsistent dans la nouvelle église, un bénitier de granit du XIIe, un maître d'autel, des statues et les deux tableaux du rosaire et de la Pentecôte .

- Tiré de « le présent du passé est mémoire » d'Antoine Thomas, imprimerie Duplijet 44980 Sainte Luce sur Loire, édition à compte d'auteur, 2001, pages 3,21,97,98,99,101,42,111

En 1679, l'église ne possédait « qu'une seule nef étroite à laquelle était accolée une minuscule sacristie ». Les deux chapelles ont été adjointes en 1818. Le cimetière qui entourait l'église, avait la particularité d'avoir cinq entrées dont l'une dite « processionnaire » qui faisait face à la grand'porte. La croix qui était placée à gauche de l'entrée de l'église, dans le cimetière, est très probablement celle placée dans le cimetière actuel.

On sait qu'en 1767, la nef est diminuée de l'épaisseur des murs, que la première pierre fut posée le 1er avril ; que brûlée en 1793, l'église fut reconstruite entre 1803 et 1805 ; qu'en 1818, deux chapelles furent adjointes. En 1836 est construite une tour sur laquelle y est posée une flèche.
Cinquante ans plus tard, l'église reconstruite avec de mauvais matériaux est presque en ruine et considérée comme trop petite car «  ne pouvant recevoir que 360 personnes à condition de ne pas laisser de couloir au milieu de la nef, ce qui apparaît dangereux. »

En 1834 et 1835, des enquêtes continuent à être menées auprès des prêtres suspectés au moment des événements de 1832. Des visites à domicile sont subies par le curé de St Étienne, l'abbé Gouy, car il y a des soulèvement sporadiques. Ces visites domiciliaires sont faites par la garde nationale. Le pouvoir est toujours dans la crainte d'une nouvelle insurrection et il pense trouver des armes et des munitions dans les presbytères ou dans leur dépendance. Y eut il des représailles ? Toujours est il que le clocher fut détruit à cette même époque. Cette hypothèse peut apparaître vraisemblable, car le clocher a bien été reconstruit en 1836. Les archives font apparaître que sa reconstruction en a été confiée aux frères Dupont de Paulx pour la somme de 1250 francs. La charpente ayant été confiée au charpentier Chauvet de la Mortière.

En 1843, le clocher est doté d'une horloge qui est installée au premier plancher.

Le 24 janvier 1875, à 21h30, écrit le curé Louis Leroux, on entendit d'abord une détonation sourde suivie d'un long silence. Tout à coup, avec une flamme immense qui paraît tout inonder, ciel et maisons, un bruit terrible se fait entendre. Les maisons tremblent, les vites volent en éclats, les châssis des fenêtres sont arrachés ; la foudre vient de frapper notre clocher surmonté d'une croix de fer. Les ardoises arrachées ou bien toutes amoncelées dans le vieux cimetière, sur les cotés de l'église ou dispersées par le vent avec des débris de volige et d'arrêtiers. Les granits qui forment l'ogive de la grand'porte sont arrachés, brisés en partie et quelques uns lancés comme des boulets vont défoncer la toiture d'une maison voisine. Deux palâtres de granit de la grand'porte sont broyés. La porte d'entrée est déchirée par le bas en plusieurs endroits. Toutes les persiennes de la chambre des cloches sont déchirées. Les tuffeaux des fenêtres coté ouest, ainsi que la corniche supérieure, une partie de la frise et des parties de trumeaux des murs sont brisés. Un architecte évalue les dommages à plus de 3 000 francs. Par bonheur, l'orage a respecté les trois belles cloches. Il avait cependant fondu une partie de la tige de fer qui reliait le mécanisme de l'horloge du cadran. Il avait aussi respecté la croix qui surmonte la flèche du clocher bien qu'ayant fondu le plomb et le zinc qui enveloppaient les patins cloués au arrêtiers.

Le clocher est sommairement réparé en 1913 et plus sérieusement en 1949 avec l'appoint de subvention dites « dommages de guerre ». Le coq est descendu pour être remis en état et rafraîchi. Rutilant de ses fraîches et vives couleurs, notre coq fait procession dans les rue du bourg, présenté par les ouvriers chargé de cette dangereuse mission qu'est sa remontée sur la croix placée au sommet de l'édifice.

C'est dans le clocher que les soldats allemands s'installèrent. Ils recherchaient, en effet, des lieux qui pouvaient faire tour d'observation. Dans un premier temps, ils avaient souhaité s'installer sur le moulin de la Tour. Ce moulin ne fonctionnait plus, mais dominait la campagne environnante. Ne voulant pas avoir de ces « gens -là » chez lui, le propriétaire l'a démoli en trois jours avec ses fils. Si bien que les soldats allemands finirent par s'installer dans le clocher.

La plaque du clocher commémorant l'arrestation de Gilles de Rais

Texte de la plaque du clocher de Saint Étienne de Mer Morte : « Gilles de Raiz, Maréchal de France, pénétra en cette église, le jour de la Pentecôte 1440, en armes, à la tête de ses routiers pendant la grand'messe. Il s'emparait de Jean le Ferron, clerc tonsuré, qu'il enfermait en sa forteresse toute proche. Jean de Malestroit, évêque de Nantes le citait à comparaître devant son official par mandement du 13 septembre. Jean V duc de Bretagne, faisait arrêter Gilles dès le lendemain. Il avouait ses crimes. Jugé, condamné, il fut mis au gibet en prairie de Biesse à Nantes le 26 octobre 1440. »

- Tiré de « Le patrimoine des communes de la Loire Atlantique » ouvrage collectif, éditions Jean Luc Flohic, (ISBN 2-84234-040-X), 1999, tome 1, page 562

Cette plaque rappelle un événement marquant de Saint Étienne de Mer Morte. Le dimanche de la Pentecôte 1440, pendant la grand messe, Gilles de Rais, accompagné d'une soixantaine d'hommes d'armes, force les portes de l'église, interrompt l'office et moleste l'officiant. L'origine de cette intrusion est un litige financier avec Geoffroy Le Ferron, trésorier du duc de Bretagne, concernant la vente du château de Saint Étienne de Mer morte dans laquelle Gilles de Rais s'estime lésé. Le curé de Saint Étienne, Jean Le Ferron, est le frère de Geoffroy et Gilles le considère comme son complice. Ce fut l'erreur fatale. Malgré ses crimes, il avait pu échapper à la justice ducale, mais il n'échappe pas à la justice de l'évêque de Nantes.

- Tiré de « le présent du passé est mémoire » d'Antoine Thomas, imprimerie Duplijet 44980 Sainte Luce sur Loire, édition à compte d'auteur, 2001, page 42

La plaque commémorant l'entrée, en armes, de Gilles de Rais dans l'église, à la Pentecôte de l'an 1440, est apposée sur la façade du clocher en 1953.

- Tiré de « Gilles de Rais » CRDP collectif, Pierre Chalumeau, (ISBN 2-86628-074-1), publié au CRDP de Nantes en 1998, page 151

L'apposition de cette plaque n'est pas datée mais certains archaïsmes (Raiz, routiers) et la discordance des temps la garantissent fort ancienne.

La croix de pierre du clocher

- Tiré de « Le patrimoine des communes de la Loire Atlantique » ouvrage collectif, éditions Jean Luc Flohic, (ISBN 2-84234-040-X), 1999, tome 1, page 563

Cette croix, légèrement fleurdelisée, est incluse dans le mur (est) en schiste du clocher. Le fût, court, est coupé de deux ergots et s'évase. Taillée dans le granit, elle montre en son cœur une niche simplement décorative, trop petite pour contenir une statuette. Elle dominait le porche de l'entrée principale de l'église.

La plaque de tuffeau du clocher

Une plaque de tuffeau est située sur le coté nord du clocher. On peut y distinguer une inscription qui reste cependant illisible.

Les cloches

- Tiré de « le présent du passé est mémoire » d'Antoine Thomas, imprimerie Duplijet 44980 Sainte Luce sur Loire, édition à compte d'auteur, 2001, pages 97,98,99,101

Quelques semaines avant la guerre des Cent-Jours (20 mars-22 juin 1814), l'abbé Gouy, curé de St Étienne achète une moyenne cloche qui a une place toute prête dans le clocher. Mais devant l'insécurité civile qui règne encore à cette époque, au lieu de procéder à son installation, il préfère la cacher. Mais ou cette cloche pourrait elle se trouver en totale sécurité sinon enfouie dans le sol de la sacristie. Le carrelage existant fut démonté, une fosse creusée pour y placer la cloche et le carrelage replacé par dessus.
Retirée du sol à la rentrée de Louis XVIII, elle fut installée dans le clocher après avoir été bénite le 5 septembre 1815. Appelée Marie, elle eut pour parrain M. Biré de la Sénaigerie et pour marraine Mme de Cornulier de la Caraterie.

En 1839, une nouvelle cloche est achetée par le curé Gouy. Elle pèse 1501 livres. Son nom de baptême est Reine. Elle ira rejoindre Marie, déjà sous la flèche du clocher depuis 1836. Les parrains et marraines ne sont pas connus. Son coût non plus car le don a été fait anonymement. Parmi les signatures de tous les prêtres du secteur ayant assisté à la cérémonie, on trouve celle de Victoire de la Choltière.

En 1865, les cloches sont dans un état lamentable. La grosse Reine est fendue et l'autre Marie est brisée. Il faut les remplacer. Le 3 décembre, le chanoine Le Macron procède à la bénédiction de trois nouvelles cloche qu'une quête avait permis d'acheter. La grosse est appelée : Marie, Henriette, Victorine, Louise. Elle pèse 822 kg pour 1,10 mètre et a pour parrain l'abbé Baudry, vicaire, et pour marraine, Victoire Imbert de la Choltière. La cloche est sous la protection de Ste Marie Immaculée. La moyenne est appelée : Stéphanie, Mathurine, Rose-Anne, elle pèse 564 kg pour 98 cm et a pour parrain Mathurin Sauvaget et pour marraine Rose-Anne Vergne. La cloche est sous la protection de Saint Étienne, martyr. La petite est appelée : Donatienne, Rogatienne, Pétronille, Victoire et pèse 396 kg pour 88 cm. Elle a pour parrain Pierre Salaud et pour marraine Victoire Travers. Elle est sous la protection des martyrs nantais Donatien et Rogatien. Les trois cloches sont l'œuvre d'un fondeur nantais Mr Astier.

- Tiré du bulletin municipal d'information de Saint Étienne de Mer Morte no 3

Les deux premières cloches se trouvent dans le beffroi, la troisième est placée à l'étage supérieur, totalement indépendante. Le beffroi a été refait en 1981.

Les obusiers du clocher

- Tiré de « le présent du passé est mémoire » d'Antoine Thomas, imprimerie Duplijet 44980 Sainte Luce sur Loire, édition à compte d'auteur, 2001, page 78

Pendant de longues années, le clocher fut flanqué de deux obusiers, l'un allemand, l'autre autrichien, épaves de le première guerre mondiale. Amenés là on ne sait trop comment ni pourquoi, leurs fûts pointés vers l'est, ils étaient le symbole de la victoire.

La tour : les vestiges du château « dit de Gilles de Rais » de Saint Étienne de Mer Morte

Généralités

- Tiré des « annales de Nantes et du pays nantais n°160 » de Jean Mounes, 1970, page 17.

Tout aussi oubliée semble la puissante forteresse qui commandait jadis la frontière bretonne passant à un jet d'arbalète de là, an fond du ravin de l'autre coté du moulin. Un calvaire à la sortie du bourg en marque l'emplacement ; à son pied s'enfonce dans le roc, tel un puits de sept mètres, la casemate de base d'une ancienne tour. En 1941 on y dégagea l'entrée d'un souterrain long de onze mètres, menant à une salle de huit mètres sur trois, taillée souterrainement dans le rocher.

Plan du château

Sources pour obtenir le plan du château:
« Mon bourg et la vallée du Falleron », du conseil d'architecture d'urbanisme et de l'environnement de Loire Atlantique (CAUE44), collection « la mémoire des lieux », 1999, (ISBN 29509969-4-9), page 6.
« le présent du passé est mémoire » d'Antoine Thomas, imprimerie Duplijet 44980 Sainte Luce sur Loire, édition à compte d'auteur, 2001, page 34.

Mission de 1947

- Tiré de « le présent du passé est mémoire » d'Antoine Thomas, imprimerie Duplijet 44980 Sainte Luce sur Loire, édition à compte d'auteur, 2001, page 3.

Le vestige de la tour a été démoli en 1923 par les propriétaires du lieu, au grand dam du curé du moment l'abbé Hardy, qui pensait avoir l'autorisation d'y placer une statue du Sacré-Cœur.

Le souterrain

- Tiré de « le présent du passé est mémoire » d'Antoine Thomas, imprimerie Duplijet 44980 Sainte Luce sur Loire, édition à compte d'auteur, 2001, pages 37,38 et 39.

Un souterrain découvert dans les années quarante par un groupe de jeunes du quartier de la tour pendant les vacances scolaires d'été. Le bruit a couru qu'il existait une salle souterraine de 8 mètres par 3 . Cela n'a jamais été prouvé. Le quartier du bourg de St Étienne appelé de la Tour, est en l'année quarante, riche en jeunes, dont les aînés ont à l'époque 12 à 13 ans. C'est l'âge où la curiosité est très éveillée et cet éveil va déboucher sur la connaissance du pays au travers des vestiges de son histoire. Leurs parents ont largement contribué à faire naître en eux ce désir de découverte en leur parlant de Barbe Bleue, du château, du puits de la Tour, du souterrain. Le rocher et le puit, bien connus de tout le pays de par leur situation au bord de le départementale et visibles de la voie, ne retiennent pas, de prime abord, leur curiosité. Mais un souterrain, cela fait travailler les esprits et si le fouilles doivent être entreprises, mieux vaut commencer par rechercher l'emplacement le plus probable. Consultés les adultes son amenés à raconter ce qu'ils savent pour mettre les jeunes chercheurs sur la voie!. Des histoires intéressantes sont rassemblées. Elles concernent plus particulièrement la propriété C. Briand (7 rue de la Tour) située face au rocher de la Tour, de l'autre coté de la rue. Sur cette butte naturelle, une vigne est plantée de ceps de noah. Un jour le père Robin vint dans cette vigne pour y remplacer des piquets. Une barre de fer entre les mains, notre homme fouille le sol dans le but d'y creuser un avant trou afin d'y introduire le piquet. La barre s'enfonce d'abord lentement puis, d'un coup, échappe des mains de l'ouvrier, pour disparaître entièrement dans le sol. Chacun pense à l'existence d'une cavité dans la roche, sans qu'il y ait, pour autant, de recherches entreprises. Une partie de ce même terrain est appelée, un peu plus tard, à recevoir une maison d'habitation dont le toit abritera la famille Briand. Au moment de la construction, un sérieux problème se pose. En creusant les fouilles amenées à recevoir les fondations de la maison, les ouvriers, sous les coups de pioches voient le sol s'effacer pour mettre )à jour une cavité qui ressemble à un souterrain. La maison fut construite mais, au préalable il fallut combler l'excavation avec des gravats. Ces différents témoignages concordent pour dire qu'un souterrain traverse, en partie, les propriétés Briand et Grellier (5 rue de la Tour). Mais par ou commencer les recherches ? Mr Briand pense que l'objet pense que l'objet de nos recherches se situerait à proximité d'un petit édifice qui sert de toilettes. Il est décidé de commencer les travaux de déblaiement tout près des toilettes, coté coteau. Une tranchée est ouverte et la terre rejetée sur les bords. Très rapidement il s'avère que la couche de terre recouvrant la roche est peu épaisse. Après en avoir enlevé quelques dizaines de centimètres, apparaît une roche friable, et, sous cette roche, un vide en arc de cercle. De jour en jour, la voûte du souterrain apparaît plus large. C'est alors que se présente à eux une difficulté majeure. La boue déposée par les eaux pluviale qui dévalent du quartier a comblé en quasi totalité le souterrain. Il ne reste plus sous la voûte qu'à peine quarante centimètres de vide. Les études recommencées, le souterrain tombe, à nouveau dans l'oubli. Depuis cette époque, personne ne s'en est plus préoccupé

Le puit

- Tiré de « le présent du passé est mémoire » d'Antoine Thomas, imprimerie Duplijet 44980 Sainte Luce sur Loire, édition à compte d'auteur, 2001, pages 37,38 et 39.

Deux à trois ans (1943) après la découverte du souterrain, la même équipe de jeunes, toujours intéressée par l'histoire, porte son attention sur le puits dont l'orifice se situe au sommet du rocher de la Tour. Avec l'assentiment du propriétaire, au cours de l'opération de nettoyage, ils découvrent un escalier taillé dans le rocher et qui monte jusqu'au sommet. Cet escalier, dont la première marche est taillée à environ 1 mètre 80 du niveau de la rue est très étroit et ne peut donner le passage qu'à une seule personne. En 1977 Vincent Thomas et Vincent Eveillard font à nouveau une tentative. Mais très vite, ils sont gênés par l'eau. L'évacuation des déblais est également problématique. Le bon vouloir ne suffit pas pour un tel travail il faut des moyens. Ces moyens étant inexistants et la collectivité ne se sentant pas concernée, le puits est à nouveau abandonné.

Le bénitier de la tour

Baptisteria Sacra Index base de données en langue anglaise qui rescence tous les baptistères.

- Tiré de « Le patrimoine des communes de la Loire Atlantique », ouvrage collectif, éditions Jean Luc Flohic, (ISBN 2-84234-040-X), 1999, tome 1, page 561.

Cette cuve octogonale en granit possède, sur son rebord, deux encoches incluant une pièce de bronze, qui sont manifestement les attaches d'un couvercle disparu. Selon toute probabilité, il s'agit d'un baptistère d'époque carolingienne utilisé dans l'ancienne église. Dans les années 1950, on reprofila la place du clocher restée au niveau du cimetière ancien. Il fallut donc détruire tout ou partie de ce qui restait des fondations de l'ancienne église, détruite à partir de 1885. Cette pièce est retirée des fondations.

- Tiré de « le présent du passé est mémoire » d'Antoine Thomas, imprimerie Duplijet 44980 Sainte Luce sur Loire, édition à compte d'auteur, 2001, page 102.

Le curé considérant que le baptistère appartenait à l'église, décide de le récupérer. Pour ce faire, il rencontre l'entrepreneur (Charles Coutin) et lui fait part de son intention. Mais l'entrepreneur refuse car pour lui il en est le véritable propriétaire. En achetant la pierre, il a également acheté le bénitier et de plus il se plaît à dire qu'il en est l'inventeur. L'objet de culte est alors placé dans la cour de l'entrepreneur, appelée la cour impériale. Il sert pendant de longues années à recevoir l'eau d'un toit, au fond de le cour, près de son garage. Il est là, le baptistère, sans doute oublié de tous, jusqu'au jour, assez récent, où le propriétaire du baptistère, petit fils de l'entrepreneur, accepte de le prêter pour le mettre en valeur et décorer le site de la Tour. Supposé être d'époque carolingienne, ce baptistère se présente comme une cuve octogonale, en granit, et qui devait être muni d'un couvercle.

L'auge en granit

Une auge en granit sert actuellement de jardinière sur le quai de la Tour (pour utilisation voir une explication possible dans Le patrimoine des communes de Vendée, pages 100-101, (ISBN 2-84234-118-X) voir page 126 : bac à teinture (auge) 50*50*200 cm).

Lieux de détente et loisirs

Le bois de la Choltière

Situé sur la commune de Paulx, il est la propriété des communes Paulx et de Saint Étienne de Mer Morte. Juste à l'entrée du bois à l'endroit du début chemin carrossable qui y descend, on peut remarquer une pierre de granit qui servait de sabot à un grand portail à deux battants maintenant disparu. Ce devait être un portail d'agrément car le bois n'est pas clos. Un peu plus à droite (à l'endroit ou se situe maintenant une poubelle) se trouvait une charmante petite maison forestière. Inoccupée puis saccagée, elle fut démolie dans les années 1980.
On peut faire une promenade agréable à l'ombre en suivant le ruisseau de la grande Blanchetière. Avec un peu de patience, on verra sans doute un martin pécheur. Si l'on est un peu plus sportif, on pourra retourner par l'intérieur du bois au lieu de revenir sur ses pas. Il y a également plusieurs tables de pique nique. Des espaces ont été aménagés pour pouvoir jouer aux boules ou aux palets.
Quelques informations pour les amateurs de forets en Automne :
- quelques néfliers accessibles le long de la partie haute du chemin de randonnée,
- ce bois est assez pauvre en champignons comestibles. On peut trouver, cependant, des lépiotes en tout genre et quelques chanterelles.
A 500 mètres de là, à l'aide de petits ponts qui enjambent le ruisseau de la grande Blanchetière et le Falleron, il est possible de rejoindre à pied le site du moulin à eau.

L'étang et le moulin à eau rénové

- Tiré du « lien historique » no 1er février 2001, la lettre d'informations de l'association Machecoul-Histoire

La commune a engagé des travaux importants pour la mise en valeur du Falleron et la restauration du moulin à eau. Ce moulin seigneurial qui date du XIe siècle fonctionne selon un cahier des charges très strict : réglage de la profondeur, dates impératives de lever des vannes (de la saint Marc à la Toussaint). Les visiteurs sont impressionnés par l'énorme roue à aubes. Elle est en chêne, a un diamètre de 5,40 mètres, est constituée de 24 aubes montées sur une structure métallique comportant huit rayons de chaque coté. L'eau du Falleron, retenue d'abord par une digue (ou chaussée), est dirigée à travers le chenal jusqu'à la roue ; une vanne règle le débit. Ce moulin n'est plus en activité et sert de lieu d'animation culturelle. La première exposition a été l'œuvre de bénévoles stéphanois et des enfants de l'école : elle a porté sur la vannerie et le rotin, activités qui étaient florissantes à Saint Étienne de Mer Morte dans la première moitié du XX siècle.

- Tiré de la revue 303 no 73 ,page 80, par Dominique Amouroux, ISSN 0762-3291

Associé à Forma 6, l'atelier C s'est fait connaître à l'occasion de la reconversion de la gare de l'État à Nantes en maison des syndicats. Simultanément, il intervenait à une tout autre échelle, celle d'un moulin à eau ruiné, placé au pied de Saint Étienne de Mer Morte. Pour un budget à peine supérieur à celui de la construction d'une simple maison, mais pour une surface triple, il convenait de faire place nette (déblaiement des gravats, démolitions partielles), de remonter la ruine (façade restaurée en enduits à la chaux et à pierres vues, bardage à clins de bois, recréation de la roue à eau), de lui donner une nouvelle affectation (création d'une salle communale à usage de réception ou d'exposition, d'une sale de réunion et d'un espace bar), de le doter du confort nécessaire (isolation, ventilation) et d'en faciliter l'accès (création d'une passerelle pour handicapés). Maître d'ouvrage. Atelier C (Clarisse Crouigneau et Marc Chenais), architectes. SCE, aménagement du site. Livraison : 2001. SHON 300 m2. Montant des travaux : 175 000 €.

Il y a deux chaussées différentes. Celle que l'on voit maçonnée et qui permet à l'eau de déborder par dessus en cas de crue. La seconde, barrage de pierres et de terre, mesure 130 mètres de long, 14 mètres de large et domine le coursier de 4,98 mètres. Il est dit qu'elle a été construite par Gilles de Retz pour inonder les terres (situées en amont) de Jean Le Ferron, parent de l'officiant que Gilles enleva le dimanche de la Pentecôte 1440 en l'église de Saint Étienne de Mer Morte. La partie supérieure était cultivée. Les arbres qui poussent sur les cotés minent malheureusement cette structure.

Dans le mur du bâtiment du moulin, au pied de l'escalier se trouve un pierre de schiste ou sont gravés un point et la date 1660 (ou 1640 ?). Est-ce pour marquer un niveau de crue ?

C'est le martin pécheur philibertin qui gère la pêche sur l'étang et le Falleron (rivière de seconde catégorie) à Saint Étienne de Mer Morte. Cartes annuelles ou journalières sont en vente au café de l'Espérance. L'amont du moulin à eau et jusqu'au pont est accessible aux pécheurs handicapés. Hélas, le poisson chat y est roi ! Viennent ensuite le gardon et rotengle, le carassin, la perche soleil puis la carpe. On trouve également de l'anguille et de la tanche. La perche, le brochet et le sandre sont également présents. En aval du moulin et jusqu'au pont du Rivolet, on trouvera moins de poissons chats, mais surtout du gardon, du rotengle, des vairons, des chevesnes et des carassins.

La rivière du Falleron

- Tiré des « annales de Nantes et du pays nantais n°160 » de Jean Mounes, pages 16-18

Poitevin d'abord – ou vendéen si l'on préfère – durant les cinq premiers kilomètres de son cours, le Falleron ne ressemble guère au Tenu. De Touvois à Saint Étienne de Mer Morte, il semble d'abord hésiter sur son appartenance, joue au fleuve frontière. Mais à hauteur de l'ancienne forteresse stéphanoise qui le domine du haut de son roc, après avoir naguère encore poussé la roue d'un vieux moulin au toit moussu, le Falleron se décide, et entre en Pays de Retz. Ayant tranché une dernière barre schisteuse qui lui barrait la route au village de la Martinière, il se laisse couler vers Machecoul, laissant derrière lui un lit fait de flaques dormantes l'été, mimant le torrent les jours pluvieux d'hiver. Son nom, les gaulois de la nation pictonne durent en hériter sous une forme très proche de l'actuelle : onn, onna, c'était déjà le préceltique « cours d'eau »? Ces nouveaux habitants se contentèrent, semble t il de l'affubler d'un préfixe fall, au sens hypothétique de médiocre. C'est à peu près tout ce que valait le Falleron ! En aval de Saint Étienne, la vallée du Falleron s'élargit ; de belles prairies en occupent le fond. Un dernier moulin à eau, veuf lui aussi de sa roue et voici Paulx. Nous voici à Machecoul, Le Falleron qui végétait entre deux flaques, prend soudain des allures de canal en aval de son confluent avec la Loire.
Avec la Loire ? Du moins ... presque : d'un étroit canal débouche selon les besoins en eau du bas pays, un rapide courant parti du fleuve, à une quarantaine de kilomètres d'ici, et venu par gravité et pompage. Mais laissons Machecoul, le relief s'efface, les arbres disparaissent : nous venons d'atteindre la marais. D'abord mince au Pas Giraud -moins d'un mètre – la couche de vase marine va s'épaississant vers l'ouest, dépassant dix mètres. Le Falleron s'y divise en deux bras méandreux, la Taillée-Gouine et la Gravelle, deux bras enserrant un immense marais bas et plats, fait de prés géométriques. À port le Roche les deux bras du Falleron se rejoignent en même temps que les territoires de Machecoul, Bourgneuf, et Bois de Cené. Le cours d'eau poursuit sa route somnolente vers la mer.

Ce lien : RBDE, donne le niveau d'eau (en continu et sur plusieurs années) du Falleron au pont du Rivolet.

Le chemin de randonnée autour de la commune

La commune entretient un chemin de randonnée fléché en bleu et jaune qui permet de passer par quelques endroits pittoresque des environs du bourg. On peut prendre le parking du moulin à eau ou le bois de la Choltière comme point de départ. Avec une bonne carte IGN on peut aussi se créer ses propres randonnées en suivant les « chemins jaunes » (en fait les chemins d'exploitations agricoles). Merci de ne pas laisser de traces de votre passage...

- Tiré de la Revue 303 no 56 d'Annie Antoine, ISSN 0762-3291 2e trimestre 1994, page 178

Le bocage est un paysage rythmé par un réseau de haies. Rien de moins naturel que ce type d'occupation de l'espace, c'est un objet construit à un certain moment de l'histoire ; il n'est pas là de toute éternité et il est susceptible de modifications considérables.
Dans les économies anciennes, c'est le rapport culture élevage qui commande l'évolution des systèmes paysagers. La haie bocagère permet la coexistence de la polyculture céréalière et de l'élevage bovin. Alors, les animaux et les cultures occupent successivement les mêmes espaces. Il faut donc que ceux ci soit ouverts ou fermés. C'est précisément ce à quoi sert la haie avant la modernisation agricole du XIXe siècle. Ainsi, lors de dégâts par des animaux divaguants dans une parcelle cultivée, c'est le propriétaire de la haie par laquelle il est entré dans la parcelle qui est condamné à payer les dépens.
La haie se compose de trois niveaux : la strate arborescente, formée d'arbres de hautes tiges(chênes, fruitiers), la strate arbustive formée d'« épines » et, au pied, la strate herbacée qui couvre le talus. Tous les arbustes ne se valent pas pour assurer le remplissage d'une haie : les végétaux épineux sont les plus recherchés et parmi eux tout particulièrement l'aubépine et le prunellier qui conservent longtemps leurs qualité défensives, même lorsqu'ils sont morts et secs. L'aubépine a la propriété (que ne partage pas l'épine noire ou blanche pourtant très utilisées également) de ne pas produire de rejets ce qui signifie qu'elle pousse toujours à la même place : comme elle a une très grande longévité elle constitue un très bon indice pour matérialiser une limite de propriété ou de parcelle. En revanche la ronce et l'églantine, qui peuplent spontanément les haies, sont beaucoup moins appréciées car ce sont des ligneux qui ne fournissent pas de bois. Si la haie perd de sa densité, il est possible de la consolider en y plaçant des pieux, de la boucher avec une partie des végétaux qui proviennent de la taille. L'aspect de la haie dépend à la fois des outils employés pour la tailler, de l'utilisation de la parcelle qu'elle entoure (cultures, prairies, friches) et de l'usage que l'on souhaite faire du bois qu'elle fournit. C'est également un compromis entre le propriétaire auquel appartiennent les arbres de hautes tiges et le locataire auquel revient le bois de l'émondage. Compromis entre la nécessité d'avoir une haie dense qui soit un bon obstacle et la nécessité de la réduire pour ne pas faire trop d'ombre aux cultures.
Actuellement, quand elles n'ont pas fait l'objet de campagne d'arrachage, les haies sont traitées d'une manière radicalement différente ou bien totalement abandonnées. L'aspect du bocage dépend toujours de la double composante : l'intervention humaine et la croissance/dégénérescence des végétaux. La taille mécanique a fait que la haie s'est développée en hauteur ; parallèlement elle a perdu de son épaisseur, les arbustes qui en constituaient le remplissage n'étant plus renouvelés. Le têtards, non remplacés, y apparaissent tous en fin de vie.
Cette évolution résulte du fait que le bocage hérité des siècles passés n'a plus vraiment de raison d'être dans l'agriculture contemporaine, ni dans sa fonction de cage pour les cultures ou les animaux (remplacée par la clôture électrique ou le barbelé), ni dans sa fonction productrice de bois. Même là ou elle n'est pas éliminée, la haie traditionnelle est condamnée parce qu'elle ne s'intègre plus dans le système agraire. L'agriculteur du XXIe siècle n'a pas besoin de cette structure de haies qui gêne l'intervention des machines et à la différence de ses ancêtres, il a des moyens rapides et efficaces pour éliminer l'obstacle. Les nouveaux discours sur le bocage insistent non sur ce qui faisait autrefois son utilité mais sur les aspect consécutifs de sa création (brise-vent, rétention d'eau), ce qui montre bien que la haie s'est vue attribuer des finalités différentes au cours de son histoire. Ils lui prêtent aussi une valeur écologique qui reste à démontrer : frein à la pollution, lieu de diversité animale et végétale, refuge pour les espèces menacées ...
Julien Gracq a dit « Le bocage est une forme économique qui mourra d'une transformation sociale »

« L'atlas floristique de la Loire Atlantique et de la Vendée » de Pierre Dupont, (ISBN 2-84231-177-9), éditions Silöe, donne l'inventaire de toutes les plantes poussant sur la commune.

Personnalités liées à la commune

Économie

La commune accueille de nombreux commerces et entreprises.

Transports publics

Le réseau de bus "lila" permet de se déplacer dans le canton de Machecoul

Notes et références

  1. Patrimoine des communes de la Loire Atlantique (ouvrage collectif). Éditions Jean Luc Flohic, 1999, (ISBN 2-84234-040-X). Tome 1, p. 562. Origine du nom : Saint Étienne de Male-Mort, devenu par erreur de copiste Marmort, Mayrmort puis Mer Morte. La première mention historique de Saint Étienne de Mer Morte apparaît en 851, au traité d'Angers, après la victoire d'Erispoë roi de Bretagne sur Charles le Chauve roi de France.
  2. THOMAS, Antoine. Le présent du passé est mémoire. Sainte-Luce-sur-Loire : publication à comte d’auteur, imprimerie Duplijet, 2002. P. 4. « La première fois que nous voyons le nom de notre paroisse, c'est dans le traité d'Angers en 851, après la victoire d'Erispoë, Gouverneur de Bretagne, sur Charles le chauve roi de France ». Lignes écrites par l'abbé Baudry, vicaire à Saint Étienne de Mer Morte de 1853 à 1868.
  3. CHALET, Jean-Anne. Belles heures du comté nantais. Éditions Serge Godin, 1981. P. 104. Sans qu'il soit possible d'être formel, il semble bien que la commune doive son nom à deux facteurs totalement étrangers l'un à l'autre. D'abord « Mellona », la déesse romaine qui protégeait les abeilles, puis « Mars », dieu de la guerre. C'est l'époque de la colonisation de César : ses hommes trouvent des ruches sauvages en grande quantité, et en tirent du miel. Dans le même temps, un temple est élevé au dieu des armées. Et l'on retrouve ainsi dans la charte de Louis VI : « ecclesia de Mellomartis » (1123). Un siècle environ s'écoule et la paroisse est placée sous l'invocation de Saint Étienne. À ce moment apparaît, tout à la fois, la notion de l'ancien camp romain, devenu forteresse féodale, et le nom du saint : « castrum sancti Stephani de Malamorte » (1239). On trouve « Saint Étienne de Mallamort » en 1383, alors que le terme de « mer » n'apparaît qu'au XVIIIe siècle, avec « Saint Étienne de Mermort ». Nous pouvons donc véritablement ranger parmi les légendes la tradition selon laquelle la mer aurait baigné les abords du bourg aux temps historiques (Bruneau).
  4. MERLANT, Yves. Annales de Nantes et du pays nantais. 1970, n° 160, p. 13. Distant maintenant de 25 km de l'océan a t il vu autrefois la mer lécher les bases de son château ? Rien n'est moins sûr. On voit citer dans les textes anciens le castrum Santi Stephani de Malamorte, nom qui, d'après Léon Maître, rappellerait plutôt la mort violente du martyr lapidé.
  5. MOUNÈS, Jean, FRÉOR, Pierre. Visage du pays de Retz. Éditions du Pays de Retz, 1973 (réédité en 1985), (ISBN 2-903049-01-8). P. 66. Déformation populaire de « Malemort » par allusion au martyre de saint Étienne.
  6. BOUTIN, Émile. Châteaux et manoirs en pays de Retz, les gens et des gestes. Éditions Siloë, 1995, (ISBN 2-908924-80-3). P. 113-114. D'où vient donc le nom de Mer Morte ? A mon avis, deux hypothèses, entre bien d'autres, méritent d'être retenues. La première vient de la dédicace de la paroisse à saint Étienne. Ce diacre martyr fut lapidé par les juifs. Mourir sous les coups de pierre est une bien « mauvaise mort ». La seconde éventualité aurait trait à une guerre ou une terrible épidémie de peste qui aurait dépeuplé la région. Dans ce cas, le fléau serait antérieur au XIIIe siècle, puisque les deux textes anciens concernant la paroisse sont « Sanctus Stephanus de Mala Morte » en 1239, et le « Castrum sancti de Mala Morte » en 1238. Tout au long du XIIIe siècle, nous retrouvons cette désignation latine du château, en 1276, 1277 et 1287. Pareillement, la « Parochia sancti Stephani de Mala Morte » apparaît encore en 1293 et 1396. Sans doute est ce par la faute d'un copiste que nous avons en 1561 « Ecclesia sancti Stephani de Mari Mortuo » qui va donner Mairmort ou Mayremort au cours de XVIe siècle, puis Meremort au XVII (1682-1689). Et l'on arrive à l'orthographe actuelle. Évidemment, Mer Morte n'a rien à voir avec l'océan pourtant tout proche (l'étymologie donne souvent lieu à des méprises. Ainsi, La chapelle Basse Mer n'est autre de la chapelle Beata Mater, sous l'invocation de la bienheureuse Mère de Dieu).
  7. MAIRIE DE SAINT-ÉTIENNE-DE-MER-MORTE. Bulletin municipal de Saint-Étienne-de-Mer-Morte, n°10, 1987. L'origine du nom de Saint Étienne de Mer Morte a toujours aiguisé la curiosité des chercheurs et donné lieu à beaucoup d'interprétations différentes les unes des autres. Dans les différents écrits déposés aux archives départementales, on trouve : « Saint Étienne de Malemort » en 1299 ; « Parochia Saint Stephani de Mala Morte » en 1293, 1396 ; « Chatellenie de Saint Étienne de Malemort ou de Mallemort » en 1404 ; « estang et chaussée de Saint Étienne de Mallemort » 1415-1443. Le nom de Mermort commence au XVIe siècle, nous trouvons alors les variantes : Saint Étienne de Mairemort en 1552, 1553, 1568, 1664, 1690, 1694 ; Saint Étienne de Mayre Mort en 1561 ; Saint Étienne de Meremort en 1682, 1689 ; Saint Étienne de Mermort en 1513, 1649. Voici ce qui pu tromper le copiste : en 1561, nous avons Stephani de Mari Mortuo (aussi en 1616) et en 1689, Saint Stephanus Maris Mortui… Maire Mort dérive de Malemort en usage courant de puis l'origine du nom jusqu'à la fin du XVe siècle a abouti à la forme Mermort. Male Mort évoque le souvenir ou lieu de bataille sanglante ou peut-être une épidémie de peste ou autre. Selon Léon Maitre « Malemorte » rappellerait plutôt la mort violente du martyr lapidé. Le nouveau nom de la commune à une signification nouvelle qui ne correspond pas à l'ancienne. Distant, actuellement, de 25 km de l'océan, « nous pouvons véritablement ranger parmi les légendes, la tradition selon laquelle la mer aurait baigné les abords du bourg aux temps historiques » (Bruneau). Pourtant, nos anciens stéphanois racontaient que leur parents disaient que sur les bords du Falleron, dans les rochers de la Martinière, étaient fixés des anneaux ayant pu servir autrefois à amarrer les bateaux. Certains auraient même vu ces anneaux.
  8. OUEST FRANCE, édition vignoble pays de Retz du 19/08/1992, p. 8. Quant à savoir l'origine du patronyme de cette cité, la logique veut qu'elle tire son appellation de sa situation : là serait le point le plus avancé jusqu'où venait la mer, lorsqu'elle envahissait la baie de Bourgneuf. Mais les dictionnaires et les archives ne sont pas toujours d'accord. On trouve la première trace de cette commune dans une charte du roi Louis VI, en 1123, sous le nom de « Mellomartis ». En 1239, mention est faite sur la carte des sires de Rays du castrum (château) de St Stephani de Malamorte, qui devient St Étienne de Malemort en 1383, pour se transformer encore, en St Étienne de Mermort, au XVIIIe siècle. Au Moyen Âge, elle appartenait à une châtellenie (entre la seigneurie et la baronnie dans la hiérarchie féodale) relevant de la baronnie de Retz. Le dictionnaire des étymologies attribue l'appellation de « Mer Morte » comme étant un dérivé obscur de malamorte, altération de male mort, qui signifiait « passage dangereux » et pourrait se rapporter au Falleron, dont la vallée très resserrée s'étend à la limite de la commune.
  9. THOMAS, Antoine. Le présent du passé est mémoire. Sainte-Luce-sur-Loire : publication à comte d’auteur, imprimerie Duplijet, 2002. P. 51, 59. Jusqu'à la fin du XIXe siècle, le lit de l'étang, au milieu duquel coule le Falleron, est un véritable marécage, un plan d'après les aveux de 1580 et 1679, en témoigne. Zone propre en hiver puisque recouverte par les eaux dont le niveau est réglé par le déversoir du moulin. Mais lorsque les précipitations pluvieuses se faisaient plus rares, à la belle saison, les eaux en baissant, laissaient apparaître des végétaux au pourrissement avancé. En séchant, ces végétaux dégagent des odeurs putrides. L'été, il n'y avait d'eau que dans le canal et les terres, recouvertes et fertilisées par le limon généraient une végétation drue et florissante. Lorsque, à la saison pluviale, les eaux recouvraient le sol, les végétaux étaient à nouveau engloutis. Cette zone, de par sa situation aux portes mêmes du bourg, n'a t elle pas été, à l'époque, à l'origine, de la dénomination de Saint Étienne de Malmort (mauvaise mort). Une mauvaise hygiène du corps, l'alimentation insuffisante, l'insalubrité du lieu ont sûrement contribué au développement d'épidémies redoutables. Cette situation s'est vite améliorée lorsque des canaux furent creusés, au cours du XIXe siècle, pour assainir le terrain, dans le but d'y faire des plantations d'osier, ce végétal ligneux, utilisé dans l'industrie de la vannerie.
  10. CASSAGNE, Jean-Marie, KORSAK, Mariola. Origine des noms de villes et villages de Loire Atlantique. Éditions Jean Michel Bordessoules, 2002, (ISBN 2-913471-45-5). P. 234. Il faut donc chercher une autre explication ; le toponyme pourrait donc être à lire mer morte, dans le sens de mare morte et designer un étang aux eaux croupissantes, une étendue d'eau stagnante. Le toponyme peut donc représenter une ré-interprétation de scribe influencé par le Mer Morte des croisés.
  11. MERLANT, Yves. Annales de Nantes et du pays nantais. 1970, n° 160, p. 13. Distant maintenant de 25 km de l'océan a t il vu autrefois la mer lécher les bases de son château ? Rien n'est moins sûr. On voit citer dans les textes anciens le castrum Santi Stephani de Malamorte, nom qui, d'après Léon Maître, rappellerait plutôt la mort violente du martyr lapidé.
  12. DEBEC, Hugues, PELLETIER, Bruno. 303 n° 49, 2e trimestre 1996, ISSN 0762-3291. P. 170. La mer s'est retirée… ou est-ce la terre qui a avancé ? En tout cas, Bourgneuf en Retz était il y a bien longtemps, un port. Ainsi en était-il de même pour Machecoul et Prigny. Saint Étienne de Mer Morte (à plus de vingt kilomètres de l'actuelle côte atlantique) passe pour avoir été une ancienne ville de bord de mer.
  13. TOUCHARD-LAFOSSE, G. La Loire Inférieure. 1999 (Réédition de l'ouvrage de 1851), (ISBN 2-915681-46-5). P. 279-280. Saint Étienne de Mer Morte, commune limitrophe du département de la Vendée, se trouve à quatre lieues au moins de la mer. On pense cependant que son nom vient de ce que l'océan bordait jadis son territoire. En 1400 les seigneurs de Retz avaient un château fort en ce lieu, et y entretenaient un capitaine. Ceci pourrait achever de convaincre qu'il y avait là une côte battue par la mer, et exposée à des débarquements d'ennemis ou de pirates. Le canton de Machecoul est généralement fertile en grains et en fourrages ; il renferme peu de vignoble ; et le vin y est de médiocre qualité.
  14. CASSAGNE, Jean-Marie, KORSAK, Mariola. Origine des noms de villes et villages de Loire Atlantique. Éditions Jean Michel Bordessoules, 2002, (ISBN 2-913471-45-5). P. 234 On a longtemps dit que Mer Morte était une de ces nombreuses appellations qui apparurent vers le XIIe et XIIIe siècle, à l'époque des croisades, et font référence à la terre Sainte ; on trouve ainsi, par exemple, Jéricho (Indre-et-Loire) ou Olivet (Loiret) en référence au Mont des Oliviers. Cependant le nom a pu avoir été donné à l'endroit bien avant le début de la première croisade de 1095.
  15. CASSAGNE, Jean-Marie, KORSAK, Mariola. Origine des noms de villes et villages de Loire Atlantique. Éditions Jean Michel Bordessoules, 2002, (ISBN 2-913471-45-5). P. 234. Signalons que certains étymologistes ont fait du nom du lieu une corruption de « meix morte » ; le terme meix désignait en ancien français le territoire sur lequel s'installait un colon pour exploiter des terres nouvellement défrichées. Le mot dérive du latin mansus, dérivé de manere (= rester); la racine a donné manoir en français moderne. On pense cependant aujourd'hui que le nom du lieu pourrait représenter une déformation de male mort, référence au martyre se saint Étienne ou peut-être au bas-latin mala morte (= passage dangereux). Le toponyme actuel est sans doute du à des approximations successives de copistes qui ont fait passer le nom de Malamorte ou Malemort à Marmort, puis Maymort et Mer Morte. Ajoutons pour être exhaustifs, qu'un sérieux doute subsiste de toute manière sur l'origine du nom. En effet, si l'on possède un texte du XIIIe siècle dans le quel on trouve mention du castrum sancti Stephani de Malamorte, il existe un autre manuscrit, antérieur d'un siècle au précédent, dans lequel l'endroit est appelé Mellomartis. Ce qui ne cadre pas du tout avec les théories avancées. Mais peut-être s'agit il dans ce cas d'une erreur de scribe…
  16. THOMAS, Antoine. Le présent du passé est mémoire. Sainte-Luce-sur-Loire : publication à comte d’auteur, imprimerie Duplijet, 2002. P. 82. Le préfet de Loire Inférieure propose, en 1910, à la municipalité de rebaptiser Saint Étienne de Mer Morte en Saint Étienne en Retz. Le Conseil après en avoir délibéré considère « qu'étant donné les profondes modifications des côtes en cet endroit le la Loire Inférieure, rien ne prouve absolument que le nom de Saint Étienne de Mer Morte ne soit pas justifié et est d'avis que l'orthographe du nom ne soit pas changé d'autant plus qu'elle serait contraire à la croyance populaire ».
  17. Écus du Pays de Nantes
  18. Écus du Pays de Nantes
  19. Saint-Étienne-de-Mer-Morte sur le site de l'Insee

Voir aussi

Commons-logo.svg

Articles connexes

Liens externes

Géographie
Histoire
  • Portail de la Loire-Atlantique Portail de la Loire-Atlantique
  • Portail des communes de France Portail des communes de France
Ce document provient de « Saint-%C3%89tienne-de-Mer-Morte ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Saint-étienne-de-mer-morte de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Saint-Etienne-de-Mer-Morte — Saint Étienne de Mer Morte Saint Étienne de Mer Morte L étang et le moulin à eau rénové …   Wikipédia en Français

  • Saint-Étienne-de-Mer-Morte — Saltar a navegación, búsqueda Saint Étienne de Mer Morte …   Wikipedia Español

  • Saint-Étienne-de-Mer-Morte — is a village and commune in the Loire Atlantique département of north western France.ee also*Communes of the Loire Atlantique department …   Wikipedia

  • Saint-Étienne-de-Mer-Morte — Pour les articles homonymes, voir Saint Étienne (homonymie). 46° 55′ 50″ N 1° 44′ 29″  …   Wikipédia en Français

  • Saint-Etienne-de-Mer-Morte — Original name in latin Saint tienne de Mer Morte Name in other language Saint Etienne, Saint Etienne de Mer Morte, Saint tienne, Saint tienne de Mer Morte, Sant Stefan Melveuzh State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 46.92848 latitude …   Cities with a population over 1000 database

  • Saint-Étienne (Begriffsklärung) — Saint Étienne oder St Étienne bezeichnet: Personen und Personengruppen: Saint Étienne, französischer Name des Heiligen Stephanus Jean Paul Rabaut Saint Étienne, französischer Politiker während der Revolution AS Saint Étienne, französischer… …   Deutsch Wikipedia

  • Saint-Etienne (homonymie) — Saint Étienne (homonymie) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le nom de saint Étienne  est celui de plusieurs saints de la chrétienté. On le retrouve dans de nombreux toponymes,… …   Wikipédia en Français

  • Saint-étienne (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le nom de saint Étienne  est celui de plusieurs saints de la chrétienté. On le retrouve dans de nombreux toponymes, édifices religieux ou autres dont …   Wikipédia en Français

  • Saint Étienne (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le nom de saint Étienne  est celui de plusieurs saints de la chrétienté. On le retrouve dans de nombreux toponymes, édifices religieux ou autres dont …   Wikipédia en Français

  • Saint Etienne — may refer to: *Saint Étienne, a city in central eastern France *Saint Etienne (band), an English indie dance band *AS Saint Étienne, a French football (soccer) team *Jean Paul Rabaut Saint Étienne, French revolutionary Places Canada * Saint… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.