Répression du Falun gong


Répression du Falun gong

Répression du Falun Gong

Le mouvement Falun Gong (pratique du Qi Gong) est interdit en Chine et officiellement réprimé depuis 1999. Une controverse existe sur l'ampleur, la nature et les motifs réels de cette répression, parfois qualifiée de « persécution », la plupart des informations sur la question provenant soit du gouvernement chinois soit du mouvement lui-même.

Sommaire

Origine de la persécution

Li Hongzhi a présenté le Falun Gong au public en mai 1992. Durant les premières années de sa diffusion, il a reçu plusieurs distinctions émanant d’organisations gouvernementales, l’encourageant à promouvoir ce qui était alors considéré comme une bonne pratique. De 1992 à 1994, il a voyagé dans la plupart des grandes villes chinoises pour délivrer son enseignement suite à des invitations d’organisations de Qigong. Les conférences de Li Hongzhi était organisées par la Société chinoise de recherche sur le Qigong, organe gouvernemental qui profitait le plus des frais d’inscription à ces conférences[1]. Li Hongzhi commença par la suite à donner des conférences gratuitement. Après avoir refusé d’augmenter les tarifs de ses conferences, suite à des plaintes d’autres maîtres de Qigong, Li Hongzhi a quitté la Société chinoise de recherche sur le Qigong, arguant que celle-ci essayait simplement de se faire de l’argent sur le dos des maîtres de Qigong sans faire la moindre recherche[1]Des sources provenant du Falun Gong affirment, qu’à l’époque, des individus de la Société chinoise de recherche sur le Qigong ont alors commencé à colporter des rumeurs au sujet de Li Hongzhi auprès du gouvernement, le pressant de faire ce qu’il fallait pour limiter son succès grandissant[1].

David Ownby (agrégé d’histoire à l’université de Montréal) soutient que l’opposition au Falun Gong au sein du parti n’a commencé qu’en 1994 et a augmentée les années suivantes. Il note qu’il n’y a pas de preuve concluante concernant les motifs initiaux d’opposition au sein du parti[2]. Quoi qu’il en soit, Ian Johnson, (journaliste au Wall Street Journal, correspondant du journal en Chine pendant plusieurs années) note que la croissance phénoménale du Falun Gong fait partie d’une tendance plus large en Chine venant du refus du gouvernement de tenir compte des changements de la société et son refus de revoir certaines politiques rigides en matière de religion qui ont créé l’opposition entre le Falun Gong et le gouvernement.[3].

Le 17 juin 1996, Le Guangming Daily, un des journaux officiels du gouvernement, souvent perçu comme le point de vue de l’intelligentsia chinoise[2], a publié un editorial titré « Une alarme longue et forte doit être tiré contre la pseudo-science » affirmant que le Falun Gong faisait la promotion de superstitions[4] Les pratiquants de Falun Gong affirme que ce fut le début d’une “campagne médiatique massive et concertée”.[5]

Six mois plus tard, les agences de police ont lancé une enquête nationale concernant le Falun Gong sous les ordres de fonctionnaires du Parti communiste - dontLuo Gan - avec pour objectif de trouver des fautes au Falun Gong[2]. Une autre enquête officielle fut lancée sous le même prétexte en 1998, et la surveillance policière des pratiquants de Falun Gong a augmentée. Malgré l'évaluation précédente du Falun Gong indiquant que la pratique n'avait « que des aspect bénéfiques et ne fait aucun mal ni au Politburo, ni à la société »[1], une circulaire a été distribué dans tous les bureaux de police du pays, désignant le Falun Gong comme une “secte”[2]. Tout écrit émanant du Falun Gong ne pouvait alors plus être publié par les voies officielles[6] et pouvait être confisqué[2].

Le Falun Gong apporte des éléments selon lesquels, plus tard, des agents impliqués dans ces enquêtes auraient commencé eux-mêmes à pratiquer le Falun Gong[5].

Le 11 mai 1998, He Zuoxiu, un physicien de l'Académie chinoise des sciences, remonté contre toute forme d’idée “non scientifique” ou touchant au surnaturel[7], dénonça le Falun Gong lors d’un interview pour la télévision pékinoise. L’émission montrait un site de pratique et désignait le Falun Gong comme une “superstition féodale”. La station de télévision a reçu des lettres de protestations de pratiquants, et 2000 d’entre eux ont manifesté silencieusement en s’asseyant devant ses bureaux[3][1].

En 1999, selon les estimations de la République Populaire de Chine, il y aurait eu entre 70 et 100 millions de pratiquants du Falun Gong en Chine[8].

Le 11 avril 1999, He Zuoxiu a publié un article dans un petit magazine d'étudiants[9] le magazine des jeunes de l’université de Tianjin titré “Je ne suis pas d’accord pour que les jeunes pratiquent le Qigong” affirmant qu’un étudiant de l’institut avait connu “deux rechutes d’aliénation mentale” après avoir pratiqué le Falun Gong. Les pratiquants ont alors qualifié l’article d’être “inexacte, insultant et calomniant injustement la pratique”.[1]. Noah Porter suggère que les critiques de He sont peut-être une tentative intentionnelle de provoquer les pratiquants.[10]

Quoi qu’il en soit, la publication a refusé d’appliquer un droit de réponse concernant l’article de He. Des pratiquants se sont rendus à l’université de Tianjin et dans ses agences gouvernementales affiliées pour faire appel du 18 au 24 avril.[10]. La police anti-émeute s’est rendue sur les lieux[1], des pratiquants ont été battus et 45 ont été arrêtés, d’après au moins un rapport[11]. D’après Danny Schechter, les pratiquants ont été “choqués” de ce “traitement injuste” et se sont plaint auprès des authorités locales. Celles-ci les ont prévenu que les pratiquants emprisonné ne seraient relaché qu’avec l’accord du gouvernement central.[1]

D’autres académiciens et membres de la communauté scientifique, y compris le directeur de l’académie des sciences, ont alors dénoncé le Falun Gong[12]. He Zuoxiu, le beau-frère de Luo Gan, un des éxécutants en chef de la persécution, est désigné comme étant « devenu un héros national » pour s’être opposé au Falun Gong[13]. D’après le New York Times, He Zuoxiu a joué un rôle important dans le bannissement du Falun Gong[14]. Il a declaré au Times que les pratiquants “devraient être chassés et enfermés jusqu’à ce qu’ils aient renoncés à leur croyance”[14] et a publié un livre intitulé "Comment le Falun Gong m’a harcelé et à harcelé ma famille", où il décrit le Falun Gong comme étant un “culte hérétique” – un mot qui apparait dans les pamphlets du gouvernement.[1] Il a également fondé ‘l’association chinoise anti-culte’ qui a mené la campagne de diffamation contre le Falun Gong, en le désignant comme un culte mauvais.

Manifestation à Zhongnanhai et ses conséquences

Plusieurs jours après les protestations à Tianjin, le matin du 25 avril 1999, environs 10.000 pratiquants de Falun Gong et sympathisants se sont rendus à l’enceinte du Zhongnanhai ou vivent et travaillent les plus importants membres du gouvernement. Ils sont restés là-bas en silence pendant 12 heures, lisant et méditant, demandant la reconnaissance officielle de leur foi, la libération des pratiquants emprisonnés et le droit de pratiquer librement. Le premier ministre Zhu Rongji – ou peut être seulement son secrétaire[9] a rencontré des représentants des pratiquants, et la foule s’est dispersée après que les pratiquants arrêtés aient été relâchés[15].

Un article du World Journal soutient que les manifestations au Zhongnanhai pourraient avoir été organisées par le gouvernement afin de « reprendre le dessus contre le Falun Gong, mouvement obsrevé et surveillé par des espions infiltrés depuis des années »[16] Luo Guan aurait souhaité que la pratique soit interdite depuis 1996, mais manquait de bases légales pour cela. Crédité comme étant le chef communiste ayant organisé la manifestation à Zhongnanhai, Luo est cité pour avoir ordonné directement à la police de créer un incident qui pourrait ensuite être cité contre le Falun Gong[17]. Les pratiquants souhaitaient, selon Danny Schechter, faire appel pacifiquement au bureau d’appel des citoyens, se trouvant à dans la rue Fuyou, à côté du Zhongnanhai[1] Un homme de 74 ans, le général en retrait Yu Changxin a été arrêté pour avoir organisé le rassemblement et condamné à passé 17 ans en prison en janvier 2000.[9].

Le gouvernement chinois déclara officiellement que cette manifestation du 25 avril constituait selon lui « l’incident politique le plus sérieux » depuis les manifestations de la place Tian'anmen[18]. Selon certaines analyses, le gouvernement s’est inquiété qu’un si grand nombre de personnes puisse se rassembler si près du siège du pouvoir[9]

Après sept années de popularité croissante du mouvement, le 20 juillet 1999, le gouvernement commença une campagne contre les pratiquants, sauf dans les régions administratives spéciales de Hong Kong et Macao[19],[20]. À la fin de 1999, une nouvelle législation était en place qui rendait hors-la-loi les « religions hétérodoxes » et s’appliquait rétroactivement au Falun Gong[21].

Campagne de propagande

Depuis le début de la mise au ban du mouvement, les médias, sous le contrôle des autorités, ont fait référence au Falun Gong en tant que « culte diabolique » diffusant des superstitions. Le 30 juillet, l’agence Xinhua a rapporté la confiscation d’un million de livres du Falun Gong, des centaines de milliers furent brulés et détruits[22].

Elizabeth J. Perry décrit la quantité de reportages qui ont littéralement inondés les informations du soir, au tout début de l’interdiction du Falun Gong. « Pendant des semaines, chaque soir était diffusées des images des livres du Falun Gong qui avait été rapportés volontairement ou confisqués par la police dans les librairies et les maisons d’édition », y compris la maison d’édition de l’armée de libération du peuple. « Certains étaient entassés puis brûlés, d’autres étaient recyclés… » Les reportages des médias se focalisaient sur les déclarations de proches de « victimes » du Falun Gong qui parlaient de la « terrible tragédie » qui s’était abattue sur ceux qu’ils aimaient, d’anciens pratiquants qui confessaient avoir été « abusé par Li Hongzhi… et exprimant des regrets d’avoir été aussi naïf », « Des images heureuses de ceux qui avaient abandonné résolument les habitudes du Falun Gong » et recherchaient alors des passe-temps plus inoffensifs, la suite diffusant les conseils de professeurs d’instructions physiques suggérant des alternatives saines au Falun Gong comme le badminton, la danse de salon, ou encore le bowling.. Mme Perry écrit que la forme de base de cette offensive est, selon elle, très similaire aux « campagnes antidroitières des années 50 [et] aux campagnes anti pollution spirituel des années 80 »[23].

Le Falun Gong a été jugé comme appartenant à un « mouvement anti-chinois international » d’après Willy Lam de CNN.[24]. Dans un mouvement de retour à la Révolution Culturelle, le Parti à organisé des rallyes dans les rues et des réunions interrompant le travail d’entreprises situées dans des provinces lointaines pour dénoncer la pratique. Xinhua a publié un éditorial concernant des membres de l’armée de libération du peuple qui déclarait le Falun Gong comme un « effort des forces occidentales hostiles pour pervertir la Chine » et souhaitant faire au mieux pour pouvoir défendre le gouvernement central et « maintenir la sécurité nationale et la stabilité sociale ».[24].

La campagne a pénétré dans les institutions éducatives en incorporant une propagande anti-Falun Gong dans les livres de classe des lycées, collèges et écoles primaires[25]. La WOIPFG prétend que les étudiants qui pratiquaient le Falun Gong furent exclut des universités, des écoles et des examens. Un politique dite de « coupable par association » a été appliquée, de façon à ce que la famille directe de pratiquants connus comme tels soient eux aussi exclut du système scolaire, les enfants apprenant à l’école des poèmes anti Falun Gong[26] et des pétitions anti Falun Gong étaient organisé en masse,[27], les professeurs d’université, instituteurs et étudiants qui refusaient de renoncer ou de dénoncer le Falun Gong étaient renvoyé chez eux faisant alors face à des conséquences comme l’arrestation, les travaux forcés, le viol et la torture aboutissant parfois à la mort, les étudiants étaient obligés à visionner des vidéos ou à assister à des séminaires attaquant le Falun Gong[27], tandis que des bannières discréditant le Falun Gong étaient disposé près des écoles et des universités, rappelant la Révolution Culturelle.[27][28]. Visiter des sites web du Falun Gong pouvait avoir pour conséquence d’être arrêté. Les examens contenaient des questions anti Falun Gong – les réponses incorrectes pouvant avoir des répercussions violentes.[25]

D’après le Washington Post, les fonctionnaires de quartier rassemblaient les personnes âgées, les gens handicapés et les malades dans des classes dénonçant la pratique. Les universités envoyaient du personnel pour aller chercher étudiants et professeurs ayant été mis dehors pour les obliger à assister aux classes de lavage de cerveau, certains étaient obligés de laisser seul des parents malades pour assister à ces classes[29].

Le journal rapporte l’histoire d’un étudiant de l’université de Pékin, Alex Hsu qui a été kidnappé alors qu’il se rendait dans un laboratoire informatique. Il est raconté qu’il a été conduit dans un hôtel situé près d’un camp de travaux forcés où se trouvaient 20 autres pratiquants y compris des étudiants, des professeurs, du personnel de l’université et des professeurs à la retraite. A l’hôtel, 3 anciens pratiquants toujours détenu au camp de travaux forcés ont essayé de le persuadé d’abandonner la pratique pendant 12 heures par jour.[29]. Le Washington Post raconte que plus tard, de nouveaux « professeurs » ont rejoint l’assemblée « analysant les écrits du fondateur du Falun Gong, Li Hongzhi et ne laissant pas Hsu se reposer. » Les propos de Hsu suivant sont rapporté «  C’était de la torture mental… La pression ne faisait qu’augmenter. Et la menace était toujours présente. On pouvait voir que ces gens avaient tous souffert, et on savait ce qui arriverait si on n’abandonnait pas aussi. »[29] Le Washington Post rapporte que les pratiquants sont forcé d’assister aux clases jusqu’à ce qu’ils aient renoncé à leur croyance par écrit, puis sur vidéo. Hsu est cité à nouveau disant « C’était très douloureux, Ils nous obligeaient à mentir. Nous savions que le Falun Gong est bon, mais ils nous obligeaient à dire que c’était mauvais »[29]. Hsu a pleuré après avoir prétendu renoncer, et, plus tard, il a cessé d’aller à l’école et a commencé à se cacher. Dans son livre, A China more Just, l’avocat des droits de l’Homme Gao Zhisheng explique que « ceux qui refusent de se soumettre lors des classes sont envoyé aux camps de travaux forcés où ils font face à un régime de violence encore plus systématique que dans le passé, d’après ce que disent les pratiquants ainsi que d’après des sources gouvernementales. En moyenne, le conseiller gouvernemental a déclaré que la plupart des gens abandonnent le Falun Gong au bout de 10 à 12 jours de classe, certains résistent jusqu’à 20 jours ».[29]

Anne-Mary Brady de l’université de Canterbury prend le Falun Gong comme exemple de l’utilisation du PCC des nouvelles technologies comme outils de propagande « Si vous faites une recherche en Chine en utilisant le Google chinois et le mot clé Falun Gong, tout ce que vous trouverez sont les sites du gouvernement ». Elle explique que des entreprises occidentales faisant des affaires en Chine ont bien dû participer à ce système de censure[30]. D’après James Mulvenon de la Rand Corporation, le ministère chinois de la sécurité public pratique une guerre internet pour attaquer les sites du Falun Gong aux États-Unis,[31] en Australie, au Canada, et en Angleterre. Il convient aussi que le CCP bloque l’accès aux ressources concernant ce sujet en Chine.[32][33]

En juillet 2001, dans le cadre de la House Concurrent Resolution 188, la Chambre des représentants a dénoncée le « célèbre » bureau 610 qui régente la persécution à l’aide de « lavages de cerveau organisé, torture et meurtre » et a déclaré que la propagande des médias contrôlé par l’État « inondait le public dans une tentative d’incitation à la haine et à la discrimination ». Le résolution a été voté à 420 votes contre 0, appelant la Chine à « cesser la persécution du Falun Gong et le harcèlement des pratiquants de Falun Gong aux États Unis ; de libérer tous les pratiquants de falun Gong et de mettre fin aux tortures et autres traitements cruel et inhumain utilisé contre eux, d’appliquer le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et la déclaration universelle des droits de l’Homme ».[34].

L'interdiction en tant que "secte hérétique"

En RPC, bien que la liberté d'association soit garantie par la constitution, toutes les associations doivent en pratique être déclarées et parrainées par une association gouvernementale. Contrairement aux autres écoles de qigong qui restent locales, Falun Gong a acquis une taille nationale puis mondiale.

Depuis 1999, Falun Gong est qualifié de secte hérétique par les autorités de la RPC. Le sens original de secte n'est pas péjoratif, dans le sens moderne le débat secte/religion est stérile, en l'absence de définition. Dans la tradition orientale, l'élévation spirituelle peut se présenter sans rituel ni forme religieuse, dans le cadre d'un enseignement de maître à disciple, à l'inverse des conceptions occidentales qui la classent dans la catégorie religion.

Les autorités de la RPC se sont livrées à une répression des pratiquants de Falun Gong, marquée par des arrestations et l'emprisonnement des membres ainsi que leur soumission à un programme de « rééducation par le travail ». Des ouvrages de son fondateur, Li Hongzhi, furent brûlés ainsi que d'autres documents didactiques, les centres et écoles furent fermés et les adeptes forcés de renier et de se détacher du Falun Gong, certains d'entre eux étant soumis à des lavages de cerveau dans des écoles et des stades[réf. nécessaire], tandis qu'un mandat d'arrêt était lancé contre Li Hongzhi qui vit à New York.

Chaque aspect de la société a été mobilisé contre le Falun Gong, y compris l’appareil médiatique de l’État, les forces de police, l’armée, le système éducatif, les entreprises et le cercle familial.[35] Une entité extraconstitutionnelle, le Bureau 610, a été créée afin de « diffuser une campagne de terreur ».[36] Cela a été effectué à grande échelle à l’aide de la télévision, de la radio et de la presse écrite.[21] Les entreprises et les particuliers ont été pressés de coopérer à cette campagne activement. Les pratiquants ont ainsi été soumis à cette force de coercition dans le but de leur faire abjurer leur foi.[27] Ils sont également sujet à de fréquents rapports concernant des tortures, des emprisonnements illégaux, la soumission à des travaux forcés et des abus psychiatriques.[37] Les pratiquants de Falun Gong composent 66% des cas de tortures rapportés en Chine[38] ainsi qu’au moins la moitié de la population soumise aux travaux forcés là bas.[39] En juillet 2006, les parlementaires David Kilgour et David Matas ont présenté un rapport concernant le trafic systématique des organes des pratiquants de Falun Gong prélevés à vif.[40]

Certaines personnes haut placés ont voulu s’en prendre à la pratique pendant quelques années,[17] mais manquait d’un prétexte suffisant et du support de la population, jusqu'à ce qu’en 1999, ait lieu un certains nombres de manifestations. En particulier, le 25 avril 1999, un rassemblement d’environs 10.000 individus qui s’est tenu à proximité du Zhongnanhai, le siège du gouvernement.[17][41]

La nature du parti communiste est interprétée comme une des causes de la mise au ban de la pratique. La popularité de la pratique du Falun Gong,[42] ses origines traditionnelles[43][44] et son idéologie distincte de celle du communisme a été perçue comme un défi pour le gouvernement.[45] Jiang Zemin est considéré comme le principal responsable de la décision finale de mettre au ban la pratique, compte tenu du fait que cette décision n’était pas unanime au sein des dirigeants du parti. C’est lui qui aurait ensuite impulsé une campagne de dénigrement de type maoïste.[24][46] On le soupçonne d’avoir des mobiles plus personnels, comme de la jalousie vis-à-vis de la popularité de Li Hongzhi,[47] ainsi qu’un tempérament colérique et belliqueux.[17][47]

Le rassemblement du 25 avril et la perspective qu’un tel nombre de personnes puissent se réunir si près du siège du pouvoir ont alerté les autorités.[9] D’après certaines estimations, il y avait plus de 100.000 pratiquants de Falun Gong à Pékin à ce moment là, et il fut rapporté que cette manifestation de grande envergure démontrait la perte de pouvoir du parti communiste sur la population, à un moment sensible de réformes politiques et économiques.[11]

La persécution du Falun Gong peut être liée directement à des peurs politiques[9] ainsi qu’à une intolérance générale de la dictature communiste vis-à-vis de tout ce qui ne se conforme pas à son mode de pensée. La grande popularité du Falun Gong, la multiplication des sites de pratiques autour du monde ainsi que la présence des écrits spirituels de Li Hongzhi à disposition sur internet contenant des propos concernant la santé, les démons, les extra-terrestres et autres idées diamétralement opposé à l’idéologie communiste était perçus comme un défi au Parti. Pour y répondre, les autorités se sont lancées dans une campagne stalino-maoïste.[45]

Le quotidien canadien Globe and Mail rapporte que la réaction “hystérique” du régime face à un groupe religieux inoffensif montre deux aspects du régime assez déplaisant. D’abord que « c’est toujours un régime totalitaire, incapable de tolérer la moindre concurrence, exigeant l’exclusivité de la loyauté [du peuple]… chaque groupe, du club d’échec à l’armée, doit se soumettre au contrôle du parti communiste et le moindre groupe qui ne le fait pas est une menace » et en second lieu, le fait que le Parti souffre d’insécurité, particulièrement depuis les évènement de Tienanmen en 1989 « les dirigeants vivent dans la peur du peuple chinois. Seul un régime pétri par la peur peut avoir un tel réaction de panique face à un groupe de personnes d’âge moyen qui se réunissent dans des parc pour pratiquer la méditation »[48]

Le 22 juillet 1999, le gouvernement de la République populaire de chine a publié une déclaration interdisant le Falun Gong:

«  La Chine interdit en ce jour la société de recherche du Falun Dafa et l’organisation du Falun Gong qui la contrôle en les déclarant illégales. Dans le cadre de sa décision en la matière publié en ce jour, Le ministre des affaires civils a déclaré qu’après enquête, la société de recherche du Falun Dafa n’avait pas été enregistré légalement et était impliqué dans des activités illégales, préconise des superstitions, répand des mensonges, embobine les gens, suscite et crée des perturbations, met en danger la stabilité sociale. La décision citée plus haut, en accord avec la Direction des Enregistrement et de la Réglementation des organisations populaires, déclare le société de recherche du Falun Dafa et l’organisation du Falun Gong qui la contrôle comme illégale et par voie de conséquence, interdite.[49]  »

Dans un autre commentaire, Xinhua déclara que le Falun Gong était opposé au Parti, et qu’il « prêchait l’idéalisme, le théisme et des superstitions féodales ». Ils tentèrent alors de faire une distinction entre les « membres ordinaires » et les dirigeants, se référant à eux comme étant « un petit nombre de conspirateurs et d’organisateurs qui ont des intentions politiques » Voilà qui sonnait comme un avertissement pour certains dirigeants du parti communiste qui pratiquaient le Falun Gong.[50] Xinhua a affirmé que les actions prisent à l’encontre du Falun Gong était essentiels pour le maintien "du rôle d'avant-garde et de la pureté" du Parti communiste et qu’ "En fait, les prétendu ` Vérité, Bienveillance, Patience ' les principes prêchés par Li n'ont rien en commun avec le progrès moral et culturel socialiste que nous nous efforçons de réaliser »[51]

Li Hongzhi répondit le 22 juillet 1999, dans l’article intitulé Mes quelques déclarations:

« 

Falun Gong de Chine n’est qu’une activité populaire pour pratiquer le Qigong, il n’a aucune organisation, encore moins de but politique. Il n’a jamais participé à aucune activité anti-gouvernementale. Je suis un homme qui se cultive, je n’ai jamais eu d’affinité avec le pouvoir politique, je ne fais qu’enseigner à l’homme à se cultiver et pratiquer. Si un homme veut bien pratiquer le qigong il doit nécessairement être un homme de haute moralité.

Ni maintenant ni dans le futur nous ne nous opposerons au gouvernement. Les autres peuvent nous maltraiter, nous ne devons pas maltraiter autrui, nous ne devons pas considérer l’homme comme un ennemi.

Nous lançons un appel aux différents gouvernements des pays du monde entier, aux organisations internationales, à tous les hommes bienveillants afin qu’ils puissent nous apporter aide et soutien, pour solutionner la crise qui a récemment eu lieu en Chine.[52] »

Le 10 juin 1999, le Parti a fondé le Bureau 610, une organisation extraconstitutionnelle chargé de diriger la persécution. Ses représentants se trouvent dan toutes les provinces, villes, comté, université, départements du gouvernement et entreprises d’état en Chine.[11] Dans le rapport Kilgour Matas, un fonctionnaire du Parti est cité pour avoir déclaré que les dirigeants du bureau 610 s’étaient réunit au Grand Hall du Peuple à Pékin en 1999 pour discuter de la campagne qui « n’allait pas très bien » car il y avait des manifestations constamment sur la place Tienanmen.[40] Li Lanqging, le dirigeant du Bureau 610 est cité pour avoir annoncé verbalement la nouvelle politique du gouvernement contre le Falun Gong « diffamez leur réputation, ruinez les financièrement, détruisez les physiquement. »[40] Mrs Kilgour et Matas ont rapporté que c’est seulement à partir de cette date que les pratiquants morts des mains des policiers furent enregistré en tant que « suicidés »

Le 20 juillet 1999, la persécution a commencé officiellement. Sous les ordres du bureau de la sécurité public, les églises, les temples, les journaux, les cours de justice et la police ont été mobilisé rapidement afin de suivre la ligne de Parti pour écraser le Falun Gong. « Aucune mesure n’est trop extrême ».[35] Le Falun Gong a ainsi été condamné dans les médias, ses livres et vidéo cassettes ont été détruits par le feu et écrasé par des bulldozers le tout filmé par les médias.[21] Pendant des jours une vague d’arrestations a eu lieu dans toute la Chine. Quatre pratiquants de Pékin ont été arrêtés en tant que « dirigeants », ils ont subi un procès fantoche et furent condamné à des peines allant de 8 à 18 ans de prisons. L’arrestation d’autres « dirigeants » du Falun Gong a commencé à travers le pays, la police forçant les portes des maisons et procédant à des arrestations au milieu de la nuit.[10] A la fin de l’année 1999, les pratiquants mourrait en détention[35] et à la fin du mois de février 2000, 5.000 étaient détenus dans toute la Chine.[21]

La campagne a commencé à mettre l'accent sur l’aspect légale de la persécution. Le Congrès National du Peuple a voté une loi (l'article 300 du Droit pénal) le 30 octobre 1999 avec application rétroactive ayant pour but de supprimer des milliers "de religions hétérodoxes" à travers la Chine, légitimant ainsi la persécution de Gong Falun et d’autres groupes spirituels considérés comme "dangereux pour l'état."[53]

A propos du role tenu par Jiang Zemin

Julia Ching de l’université de Toronto suggère que l’incident du Zhongnanhai a conduit à “la peur, l’animosité, la répression”.[17] Jiang Zemin avait prétendument reçu une lettre d’un ancien directeur de l’hôpital militaire 301 d' “un docteur ayant une réputation excellente parmi l‘élite politique” conseillant la pratique du Falun Gong au haut dirigeant du Parti.[17] Jiang a également découvert que Zhuan Falun avait été publié par Armée populaire de libération et qu’il était probable qu’environs 700.000 membre du parti communiste le pratiquait. “Jiang perçoit le Falun Gong comme une menace idéologique: les convictions spirituelles contre l'athéisme militant et le matérialisme historique. Il veut purger le gouvernement et les militaires de telles convictions."[17]

Robert A.F. Thurman, un spécialiste du bouddhisme de l’université de Columbia, dit que le régime est effrayé par le Falun Gong et est “devenue fou, effrayé à l’idée de montrer sa faiblesse et ses doutes au monde entier”. Des sources du Washington Post ont raconté que tous les membres du Comité permanent du bureau politique du Parti communiste chinois ne partageait pas les opinions de Jiang concernant la nécessité de l’éradiquer.[11] A travers une purge de type maoïste, Jiang a poussé les cadres du Parti à lui “prêter allégeance” en applicant ses ordres. asseyant ainsi son authorité lors du 16e congrès du Parti communiste, afin de le diriger. Un vétéran du Parti communiste a déckaré à Willy Lam de CNN, “Comme avec les campagnes depuis les années soixante, le rite standard de séances idéologiques tenues dans les unités du parti, les usines et les collèges ces dernières années se résument à des déclarations de soutien en faveur de la politique de Pékin de la part des participants - et en faveur du chef supérieur [du parti communiste chinois]”.[24]

Jiang a été critique pour avoir utilisé cette approche de type maoïste. Willy Lam rapporte qu’un fonctionnaire a declare que “les dirigeants sont obsédé par el Falun Gong et en ont fait leur priorité numéro un cette année”.[54] Tony Saich (professeur à Harvard) est d’avis que Jiang a utilisé cette campagne comme un test de loyauté à son pouvoir.[55] La taille et l’importance de la campagne anti-Falun Gong de Jiang a surpassé de beaucoup les mouvements de répression précédents.[24]

John Pomfret a écrit dans le Washington Post que “c’est Jiang qui a ordonné que le Falun Gong soit etiquetté comme un “culte” puis a fait passer une loi interdisant les cultes”. Une source du parti aurait déclaré “c’est évident que c’est quelque chose de très personnel pour Jiang… Il voulait que cette organisation soit écrasé”.[56] John Pomfret écrit que “l’intérêt que Jiang porte au Falun Gong est si profond que lorsque s’est tenu le sommet de l’APEC (Coopération économique pour l'Asie-Pacifique) en Nouvelle Zélande en septembre 1999, il a distribué un livre qui attaquait le Falun Gong a tous les participants de la réunion, y compris au président Clinton”.[56] John Pomfret raconte que cela a stupéfié les diplomates et les a renforcé dans leurs inquiétudes concernant les dirigeants communistes “devenus fondamentalement coupés de la réalité quotidienne. Egalement que Jiang Zemin n’a ni le souhait ni la capacité de participer à des discussions importantes avec les dirigeants occidentaux.” John Pamfret signale les propos d’un diplomate de l’APEC déclarant “ce gars a vraiment cru que nous devions être au courant de ce truc”.[56]

Formes de la répression

Un peu partout dans le monde, les médias ont d'abord relayé les propos des autorités chinoises.

Puis, certaines ONG et plusieurs médias ont publié d'autres avis que celui du Parti communiste chinois sur le Falun Gong et ont commencé à parler d'atteinte aux Droits de l'homme (torture[38], travaux forcés[57] , internement psychiatrique[58], prélèvements d'organes[59] , emprisonnement, meurtres [60]).

Certaines organisations des Droits de l’Homme, comme Human Rights Watch, ont appelé le gouvernement chinois à mettre fin à cette répression[18] et à relâcher les pratiquants emprisonnés[61].

Un Bureau 610 aurait été créé pour superviser la « campagne de terreur »[32] et par le biais d’une propagande telévisée, dans les journaux, à la radio et sur Internet[21]. La campagne demandait aux familles et aux collègues de travail d'assister le gouvernement dans sa répression[27].

Des rapports évoquant des tortures ont été produits par Amnesty International[37] ainsi que des emprisonnements illégaux, dse internements psychiatriques abusifs et du travail forcé[62]. Les pratiquants du Falun Gong constituent 66% des cas de torture rapportés en Chine[38] et au moins la moitié de la population des camps de travail forcé[39].

Des rapports évoquant des prélèvements d’organes forcés sur des pratiquants du Falung Gong encore en vie ont été également produits par Amnesty International[63],[64].

Le rapport de Reporters sans frontières de 2002 déclare que les autorités harcèlent et empêchent le travail de journalistes étrangers qui, depuis 1999, s’intéressent au Falun Gong[65].

L'incident de Tian'anmen

Le 23 janvier 2001, cinq personnes ont apparemment tenté de s'immoler par le feu sur la place Tiananmen. Sept jours plus tard, une vidéo fut diffusée par la chaîne de télévision du gouvernement, CCTV, commentant que les personnes en question étaient des pratiquants de Falun Gong[1].

Les médias occidentaux ont d'abord rapporté l'information telle qu'elle fut présentée par Xinhua. Les pratiquants ont ensuite déclaré que ces personnes ne pouvaient pas avoir été membres du Falung Gong, puisque leur pratique interdit le suicide et le meurtre[66]. Selon un communiqué du mouvement à New-York, cet événement serait "une nouvelle tentative du parti communiste chinois pour diffamer les pratiquants du Falun Gong". Le mouvement demandait au "régime de permettre aux médias internationaux de faire une investigation de cet événement afin de clarifier les faits"[67].

Le mouvement du Falun Gong[68], des membres d'organisations luttant pour les droits de l'homme[69] disent avoir noté des incohérences dans le rapport du gouvernement sur cet événement et affirment qu'il s'agit d'une mise en scène destinée à retourner l'opinion publique contre les pratiquants[70] et à crédibiliser la répression[71],[72].

En août 2001, l'IED (International Educational Department), dans son rapport à l'ONU, reprend cette version de la mise en scène et demande que le problème soit traité de toute urgence[70]. Une vidéo "false fire" analyse en détail ce que le mouvement perçoit comme des incohérences et des erreurs dans la version du gouvernement[73].

Un membre d'une équipe de CNN présent sur la place le jour de l'incident se serait vu confisquer son matériel par la police[74].

Dans un documentaire de CBC, Clive Ansley déclare que selon lui, "les personnes impliquées dans cet événement n'étaient pas des membres du Falun Gong, c'est une mise en scène du gouvernement"[75].

Réactions du mouvement et dans le monde

Une exposition anti-torture à New York visant à informer le public au sujet de la persécution

Selon le mouvement, onze pratiquants du Falun Gong de Nouvelle Zélande ont porté plainte contre Jiang Zemin, Luo Guan et Li Lanqing (responsables du bureau 610) pour génocide et crimes contre l'humanité dans une dizaine de pays[76].

Deux Canadiens, l'avocat David Matas et le politicien David Kilgour, accusent Pékin de prélever les organes des membres du Falun Gong contre leur volonté. Ils estiment qu'il y a eu 41500 transplantations d'organes non expliquées entre 2000 et 2005[77].

Les violations des droits de l'homme dans la répression du Falun Gong sont dénoncées par la commission européenne[78] et par des organisations de défense des droits de l'homme comme Amnesty International[79], Human Rights Watch, Reporters sans frontières[80], le MRAP ainsi que la Laogai Research Foundation.

La résolution 188 du 25 juillet 2002 Congrès des États-Unis, votée à l'unanimité (420/0) et rejetée par la République Populaire de Chine[81], déclare "Le Falun Gong est une forme de croyance pacifique et non-violente pratiquée par des millions de personne en république populaire de chine et ailleurs; le gouvernement a cependant interdit cette pratique et a systématiquement tenté de l'éliminer ainsi que ceux qui la suivent... Cette loi viole la constituion de la république populaire de chine ainsi que les conventions internationales et la déclaration universelle des Droits de l'Homme... une propagande des médias contrôlés par l'État a inondé le public de manière à susciter la haine et la discrimination; des mesures officielles ont été prises pour masquer des atrocités (...)"

En Chine, Gao Zhisheng - défenseur des droits de l'Homme en chine - dénonce cette persécution. Suite aux lettres ouvertes à Hu Jintao et Wen Jiabao dénonçant la persécution des pratiquants du Falun Gong, le PCC a fait fermer son cabinet d'avocat pour un an. Il est également sujet à des menaces et a fait face à une tentative d'assassinat [82]. Il recevra également des menaces et se fera ensuite arrêter, et condamner. Amnesty International a relevé dans ce cas plusieurs irrégularités de procédure[83].

Le journal Le Monde rapporte le jeûne collectif organisé en Chine pour soutenir l'avocat et protester en faveur des droits de l'homme en Chine[84].

Pour Nicholas Bequelin, de Human Rights Watch à Hong Kong : « Personne ne croit vraiment que le mouvement Falungong représente une réelle menace pour la stabilité du gouvernement mais sa répression montre dans quelles mesures une campagne politique peut outrepasser toute loi »[85].

Notes et références

  1. a , b , c , d , e , f , g , h , i , j  et k Danny Schechter, Falun Gong's Challenge to China: Spiritual Practice or Evil Cult?, Akashic books: New York, 2001, p. 66
  2. a , b , c , d  et e David Ownby, "Falun Gong and Canada's Foreign Policy," International Journal, Vol. 51, Spring 2001, pp. 181-204
  3. a  et b Ian Johnson, "A Blind Eye:China's Rigid Policies On Religion Helped Falun Dafa for Years", Page A1, The Wall Street Journal, 13 décembre 2000
  4. A Chronicle of Major Events of Falun Dafa, Clearwisdom.net
  5. a  et b Falun Gong Human Rights Working Group, Introduction
  6. Falun Dafa Australia information center: Timeline, accessed October 7, 2007
  7. Who's afraid of Falun Gong International Religious Freedom Report, Vol. 3, issue 1, International Coalition for Religious Freedom, April 2001
  8. [The New York Times In Beijing: A Roar of Silent Protestors, by Seth Faison, 27 avril 1999 : “...the Government’s estimate of 70 million adherents represents a large group in a nation of 1.2 billion”]
  9. a , b , c , d , e  et f Francesco Sisci, FALUNGONG Part 1: From sport to suicideAsia Times, January 27, 2001
  10. a , b  et c p 99
  11. a , b , c  et d Reid, Graham (April 29-May 5, 2006) "Nothing left to lose", New Zealand Listener, retrieved July 6, 2006
  12. Xinhua, "Truth on Falun Gong: Fight against pseudoscience important", Mingjing.org
  13. "Spiritual Practice or Evil Cult"?: Comprehending Falun Gong in the Context of China's Religious Policy, Zhonghu Yan, Center for the Study of Religion, University of Toronto, December 13, 2001
  14. a  et b Craig S. Smith, "Sect Clings to the Web in the Face of Beijing's Ban", New York Times, Jul 5, 2001. pg. A.1
  15. Jay Nordlinger, Crackdown Time :Why Beijing fears the Falun Gong, National Review, Vol. 51 Issue 18, p. 26, Sept 27, 1999
  16. World Journal, American edition, June 20, 1999
  17. a , b , c , d , e , f  et g Julia Ching, "The Falun Gong: Religious and Political Implications," American Asian Review, Vol. XIX, no. 4, 2001, p. 12
  18. a  et b China's Campaign Against Falungong, Human Rights Watch
  19. "In Beijing: A Roar of Silent Protesters Faison, Seth 27 avril 1999)"
  20. "Notoriety Now for Exiled Leader of Chinese Movement" Kahn, Joseph 27 avril 1999)
  21. a , b , c , d  et e Leung, Beatrice (2002) 'China and Falun Gong: Party and society relations in the modern era', Journal of Contemporary China, 11:33, 761 – 784
  22. People's Daily Online, China Bans Falun Gong, 30 juillet 1999
  23. Elizabeth J. Perry, Critical Asian Studies 33:2 (2001), p. 173
  24. a , b , c , d  et e Willy Wo-Lap Lam, China’s sect suppression carries a high price, CNN.com, February 9, 2001
  25. a  et b WOIPFG, Chinese Ministry of Education Participating in the Persecution of Falun Gong: Investigative Report, 2004
  26. Hugo Restall What if Falun Dafa Is a ‘Cult’?, The Asian Wall Street Journal, February 14, 2001
  27. a , b , c , d  et e Mickey Spiegel, "Dangerous Meditation: China's Campaign Against Falungong", Human Rights Watch, 2002, accessed Sept 28, 2007
  28. WOIPFG, Systematic persecution in China's Schools
  29. a , b , c , d  et e John Pomfret and Philip P. Pan, “Torture Is Breaking Falun Gong, China Systematically Eradicating Group”, Washington Post Foreign Service, Sunday, August 5, 2001; Page A01
  30. Antony Funnell, The Media Report: Three perspectives on China, Radio National Australia
  31. Eric Lichtblau, CIA Warns of Chinese Plans for Cyber-Attacks on U.S., LA Times, 25 april 2002
  32. a  et b Morais, Richard C."China's Fight With Falun Gong", Forbes, 9 février 2006
  33. Associated Press, China Dissidents Thwarted on Net
  34. U.S. Congress (24 juillet 2002) "H.CON.RES.188 for the 107th Congress (2nd Session)", Library of Congress
  35. a , b  et c Johnson, Ian, Wild Grass: three portraits of change in modern china, Vintage, 8 Mars 2005
  36. Morais, Richard C.: "China's Fight With Falun Gong", Forbes, 9 Fevrier 2006
  37. a  et b The crackdown on Falun Gong and other so-called heretical organizations, Amnesty International, 23 mars 2000
  38. a , b  et c Report of the Special Rapporteur on torture and other cruel, inhuman or degrading treatment or punishment: MISSION TO CHINA, Manfred Nowak, United Nations, Table 1: Victims of alleged torture, p. 13, 2006
  39. a  et b International Religious Freedom Report 2007, US Department of State, 14 Septembre 2007.
  40. a , b  et c Matas & Kilgour: PRELEVEMENTS MEURTIERS. Deuxième rapport concernant les allégations de prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong en Chine, 2007
  41. The crackdown on Falun Gong and other so-called heretical organizations, Amnesty International
  42. David Ownby, "The Falun Gong in the New World," European Journal of East Asian Studies, Sep2003, Vol. 2 Issue 2, p 306
  43. Ownby, David, "A History for Falun Gong: Popular Religion and the Chinese State Since the Ming Dynasty", Nova Religio, Vol. ,pp. 223-243
  44. Barend ter Haar, Falun Gong - Evaluation and Further References
  45. a  et b Michael Lestz, Why Smash the Falun Gong?, Religion in the News, Fall 1999, Vol. 2, No. 3, Trinity College, Massachusetts
  46. Tony Saich, Governance and Politics in China, Palgrave Macmillan; 2nd Ed edition (27 Feb 2004)
  47. a  et b Dean Peerman, China syndrome: the persecution of Falun Gong, Christian Century, August 10, 2004
  48. The Globe and Mail, Beijing v. falun gong, Metro A14, 01/26/2001
  49. Xinhua, China Bans Falun Gong, People's Daily, July 22, 1999
  50. Xinhua Commentary on Political Nature of Falun Gong, People's Daily, August 2,1999
  51. Gayle M.B. Hanson, China Shaken by Mass Meditation - meditation movement Falun Gong, Insight on the News, August 23 1999, accessed 31/12/07
  52. http://fr.clearharmony.net/articles/200110/1146.html
  53. Thomas Lum, Congressional Research Report #RL33437, Congressional Research Service, 11 Août 2006
  54. CNN.com, Endgame for the Falun Gong?, 21 août 2001
  55. Tony Saich, Governance and Politics in China, Palgrave Macmillan; 2nd Ed edition (27 Feb 2004)
  56. a , b  et c John Pomfret, “Cracks in China's Falun Gong Crackdown”, Washington Post Foreign Service, Friday, November 12, 1999; Page A1
  57. Press Release HR/CN/1073 communiqué de presse de l'ONU
  58. Sunny Y. Lu, MD, PhD, and Viviana B. Galli, MD, “Psychiatric Abuse of Falun Gong Practitioners in China”, J Am Acad Psychiatry Law, 30:126–30, 2002
  59. la question des prélèvements d'organes selon un rapporteur de l'ONU, FalunHR Reports
  60. US House Concurrent Resolution 188
  61. China uses Rule of Law to Crackdown on Falun Gong, Human Rights Watch
  62. United Nations (February 4, 2004) Press Release HR/CN/1073
  63. Amnesty International, Falun Gong Persecution Factsheet,
  64. MARKET WIRE via COMTEX, China's Organ Harvesting Questioned Again by UN Special Rapporteurs: FalunHR Reports, May 8, 2008, accessed 16/6/08
  65. China annual report 2002 Reporters sans frontière
  66. "The Issue of Killing" from Zhuan Falun, Falun Dafa
  67. Falun Dafa Information Center, New York
  68. False Fire. An analysis on the 2001 Tiananmen incident
  69. Incitement to hatred, Considerations specific to Falun Gong. Bloody Harvest: Kilgour Matas Report on Allegation of Organ Harvesting from Falun Gong Practitioners in China, 14 August 2001
  70. a  et b Press release Statement by United Nations Sub-Commission on the Promotion and Protection of Human Rights, 53rd session, 14 August 2001
  71. Judith Sunderland. From the Household to the Factory: China's campaign against Falungong. Human Rights Watch, 2002. ISBN 1564322696
  72. "Beyond The Red Wall" - The Persecution of Falun Gong, CBC Documentary
  73. False Fire. An analysis on the 2001 Tiananmen incident
  74. The China annual report, 2002 from Reporters sans frontières
  75. "Beyond The Red Wall" - The Persecution of Falun Gong, CBC Documentary
  76. sur le site clearharmony
  77. « Un rapport accuse Pékin de prélever des organes sur des adeptes de Falungong » dans Le Monde, du 06/07/2006, [lire en ligne]
  78. Bulletin de l'Union européenne mentionnant les violations des droits humains en Chine
  79. Rapport Amnesty International Chine 2005
  80. RSF dénonce les atteintes à la liberté d'expression en Chine
  81. Rejet de la résolution par la RPC
  82. Demande d'action urgente par Amnesty International en janvier 2006
  83. site d’Amnesty Belgique
  84. LeMonde.fr : En Chine, des militants des droits de l'homme lancent des grèves de la faim
  85. Sur France soir avril 2009

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Ce document provient de « R%C3%A9pression du Falun Gong ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Répression du Falun gong de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Répression du Falun Gong — Le mouvement Falun Gong (pratique du Qi Gong) est interdit en Chine et officiellement réprimé depuis 1999. Une controverse existe sur l ampleur, la nature et les motifs réels de cette répression, parfois qualifiée de « persécution », la …   Wikipédia en Français

  • Falun gong — Le Falun (roue de la Loi) contient le symbole taoïste du Taiji et le Svastika bouddhiste. C est l emblème du Falun Gong Le Falun Dafa (法轮大法 en chinois simplifié, Fǎlún dàfǎ en pinyin) ou Falun Gong est un mouvement spirituel chinois. Fondé par Li …   Wikipédia en Français

  • Falun Gong — Le Falun (roue de la Loi) contient le symbole taoïste du Taiji et le Svastika bouddhiste. C est l emblème du Falun Gong Le Falun Dafa (法轮大法 en chinois simplifié, Fǎlún dàfǎ en pinyin) ou Falun Gong (法轮功 en chinois) est un mouvement spirituel… …   Wikipédia en Français

  • Falun Gong — The Falun Dafa emblem Traditional Chinese 法輪功 Simplified Chinese …   Wikipedia

  • Falun gong — Sectarian religion As China ‘marketized’ its economy, opened to the outside world, and revised its national constitution in the interval between 1980 and 1986, there were several ‘fevers’ (re) or popular cultural enthusiasms that possessed urban… …   Encyclopedia of Contemporary Chinese Culture

  • Persécution de Falun gong — Répression du Falun Gong Le mouvement Falun Gong (pratique du Qi Gong) est interdit en Chine et officiellement réprimé depuis 1999. Une controverse existe sur l ampleur, la nature et les motifs réels de cette répression, parfois qualifiée de… …   Wikipédia en Français

  • Persécution du Falun gong — Répression du Falun Gong Le mouvement Falun Gong (pratique du Qi Gong) est interdit en Chine et officiellement réprimé depuis 1999. Une controverse existe sur l ampleur, la nature et les motifs réels de cette répression, parfois qualifiée de… …   Wikipédia en Français

  • Persecution of Falun Gong — Falun Gong was introduced to the general public by Li Hongzhi(李洪志) in Changchun, China, in 1992. For the next few years, Falun Gong was the fastest growing qigong practice in Chinese history and, by 1999, there were between 70 and 100 million… …   Wikipedia

  • History of Falun Gong — Main article: Falun Gong Falun Gong is a spiritual practice that combines the practice of meditation with the moral philosophy articulated by its founder, Li Hongzhi. It emerged on the public radar in the Spring of 1992 in the city of Changchun,… …   Wikipedia

  • Reports of organ harvesting from Falun Gong practitioners in China — In March 2006, Falun Gong affiliated media The Epoch Times published a number of articles alleging that the Chinese government and its agencies, including the People s Liberation Army, were conducting widespread and systematic organ harvesting of …   Wikipedia