Réchauffeur (ferroviaire)


Réchauffeur (ferroviaire)

Le réchauffeur dans le domaine ferroviaire est un organe utilisé sur les locomotives à vapeur et permettant de réchauffer l'eau avant l'introduction de celle-ci dans la chaudière.

Le principe est de mettre en contact l'eau froide arrivant du tender avec de la vapeur prélevée dans l'échappement pour élever la température de l'eau avant son introduction dans la chaudière. Ce principe permettait de réaliser des économies de combustible pouvant aller jusqu'à 25 %.

En France il y avait 3 types de réchauffeurs utilisés :

  • le premier et le plus répandu fut le réchauffeur de type « ACFI» (dont le terme exact est ACFI.RM où RM désigne un réchauffeur par mélange)
  • le deuxième fut le réchauffeur de type « Worthington »
  • le troisième, enfin, fut le réchauffeur de type « Dabeg »

En Allemagne le plus usité fut le réchauffeur de type « Knorr » et il sera présent en France du fait des locomotives armistices.

Pompe ACFI sur le tablier de la 2-151 TQ 5

Sommaire

Le réchauffeur « ACFI.RM »

Ce réchauffeur construit par la société Auxiliaire des Chemins de Fer et de l'Industrie est apparu pour la première fois en 1925 sur le Réseau ferroviaire d'Alsace-Lorraine. Dans les premiers modèles le moteur à vapeur était en bout d'arbre puis il fut situé au milieu entre le cylindre de la pompe à eau froide et le cylindre de la pompe à eau chaude.

La désignation d'un tel équipement était caractérisée par 4 chiffre dont les trois premiers indiquaient les diamètres des cylindres avec le premier désignant celui du cylindre moteur et les deux autres (égaux) désignant celui des cylindres eau froide et eau chaude. Le quatrième indiquait la course du piston.

La principale caractéristique du réchauffeur ACFI.RM est la présence de deux réservoirs cylindriques sur le corps de la chaudière juste derrière la cheminée. La chambre situé du côté opposé à la pompe est la chambre de mélange recevant l'eau froide arrivant du cylindre à eau froide de la pompe et de la vapeur d'échappement. L'autre chambre est la chambre de mise en charge qui sert à stocker l'eau réchauffée avant que le cylindre à eau chaude de la pompe ne l'envoie dans la chaudière.

Une variante appelée « ACFI.RM intégral » est équipée d'un flotteur permettant au cas où le volume d'eau réchauffée est trop important de rediriger l'eau vers la pompe à eau froide et de ne plus perdre l'eau.

Le réchauffeur « Worthington »

Ce réchauffeur fonctionne selon le même principe que l'ACFI mais le groupe de pompes est plus compact et il ne dispose que d'une chambre, celle de mise en charge.

Le réchauffeur « Dabeg »

Ce réchauffeur ne fonctionne pas grâce à un moteur à vapeur mais grâce à un double piston entraîné par une contre-manivelle calée sur un essieu moteur. De plus il n'y plus de présence de chambres et l'eau chaude produite est de suite injectée dans la chaudière mais il n'en reste pas moins un réchauffeur par mélange.

Le réchauffeur « Knorr »

Ce réchauffeur fonctionne par contact, c'est un échangeur de chaleur. Il est composé d'une chambre d'échange et d'une pompe à vapeur avec un cylindre à eau froide. Son principe de fonctionnement était le plus simple puisque la pompe actionnait le cylindre à eau froide qui envoyait l'eau dans la chambre d'échange qui recevait aussi la vapeur d'échappement. L'eau se réchauffait au contact de cette vapeur et était injectée dans la chaudière.

Voir aussi

Articles connexes

Liens et documents externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Réchauffeur (ferroviaire) de Wikipédia en français (auteurs)