Réalisations urbaines du Second Empire à Paris


Réalisations urbaines du Second Empire à Paris

Cet article propose une liste des opérations d'urbanismes réalisées sous le Second Empire. Certaines de ces réalisations, planifiées par le préfet Haussmann et son administration, ne seront terminées que sous la Troisième République.

Pour une présentation des travaux haussmanniens dans leur ensemble, voyez l'article principal : Transformations de Paris sous le Second Empire.


RéalisationsUrbaines2ndEmpire.jpg


Code couleur : Selon l'année de prise du décret de percement ou d'alignement (ou du commencement des travaux en cas de différence importante). Caractères de couleur jaune en cas de voie préexistante faisant l’objet uniquement d’un alignement ou d’un élargissement.

(1854) : Année de la prise de décret pour le percement ou l'alignement

(1854-1858) : Année de la prise de décret et année de la fin des travaux si elle est connue

(1857/1866) : Année de la prise de décret et année du commencement des travaux en cas de différence importante

(1859, puis 1902) : Années des prises de décret pour des travaux différés d'alignement

Le plan figure les percements ou alignements de voies initiés sous le Second Empire et sous la Troisième République ainsi que les autres réalisations urbaines initiées ou achevées sous le Second Empire uniquement.

Sommaire

Places et bâtiments publics

  • l’île de la Cité est réaménagée. Seule la partie Dauphine et le quartier situé entre Notre-Dame de Paris et le quai des Fleurs sont conservés. En dehors des monuments historiques (Notre-Dame, Sainte-Chapelle, Conciergerie), le reste de l’île est rasé et remplacé par des équipements publics (Hôtel-Dieu, Tribunal de Commerce, caserne de la Cité qui deviendra la Préfecture de Police, ainsi que la partie occidentale du palais de Justice) ou des espaces libres (parvis de Notre-Dame et jardins). Tous les ponts actuels sont construits, reconstruits ou (dans le cas du pont Neuf) transformés de manière importante.
  • 1.5 : Le Jeu de paume (1861).
  • 1.6 : Galerie de l’Orangerie (1853) par Firmin Bourgeois puis Louis Visconti.
  • 1.7 : Aile nord du palais du Louvre (le long de la rue de Rivoli) ébauchée sous Napoléon Ier, achevée en 1855, sous la direction de Louis Visconti et Hector-Martin Lefuel.
  • 1.8 : Place du Louvre, aménagée en 1853-1854. La place est agrandie, encadrée à l’est par deux immeubles côté nord et côté sud, à l’architecture homogène avec arcatures en plein cintre, rappelant celle de la rue de Rivoli en construction.
  • 1.9 : Mairie du Ier arrondissement (1858-1860), par Jacques Hittorff. Elle est construite au flanc de l’église Saint-Germain-l’Auxerrois. Suite aux travaux de la place du Louvre, cette église du XVe siècle se trouve isolée et de biais face à la colonnade du Louvre. Elle échappe cependant à une destruction programmée : Haussmann, de confession protestante, ne souhaite pas voir disparaître l’église dont les cloches ont donné le signal du massacre de la Saint-Barthélémy. Le préfet de la Seine fait alors édifier la mairie du Ier arrondissement, ainsi que le beffroi (par Théodore Ballu en 1858) qui sépare les deux édifices, redonnant à la fois de la consistance à la place et rétablissant l’harmonie géométrique, en refermant l’angle que l’église formait avec la colonnade du Louvre.
  • 1.10 : Place Joachim-du-Bellay (usuellement, « square des Innocents ») (1856-1860). La fontaine des Innocents, réalisée en 1549, a été déplacée à cette occasion.
  • 1.11 : Aménagement des Halles. Les rues du Pont-Neuf et des Halles sont percées pour mieux desservir le « ventre de Paris ». Victor Baltard voit son premier projet refusé par Napoléon III, alors même que les travaux ont commencé : ce dernier préfère des charpentes métalliques, sur le modèle de la nouvelle gare Saint-Lazare d’Alfred Armand. Après une seconde consultation et grâce à l’appui de Haussmann, le second projet de Baltard est retenu, sous la forme de dix pavillons (construits entre 1856 et 1870, portés à douze en 1936) faits de fer, de verre et de fonte, matériaux du modernisme à l’époque. De 1971 à 1973, les pavillons sont détruits pour laisser place à un jardin et à un complexe commercial et de transport, le forum des Halles. Deux pavillons subsistent à Nogent-sur-Marne (servant de salle de spectacles) et dans un parc de Yokohama, au Japon (seulement une partie de la structure).
  • 1.12 : Place du Châtelet, réaménagée en 1858. Elle est bordée par le théâtre du Châtelet (1860-1862), de Gabriel Davioud, sur le flanc ouest et le théâtre lyrique (théâtre de la Ville) (1860-1862), du même architecte, sur le flanc est. La fontaine du Palmier, de 1806, est déplacée à cette occasion et un bassin inférieur, toujours de Davioud, lui est ajouté.
  • 3.1 : Mairie du IIIe arrondissement (1864-1867), par Pierre-Victor Calliat et Eugène-Alexandre Chat.
  • 4.1 : Mairie du IVe arrondissement (achevé en 1868), par Antoine-Nicolas Bailly.
  • 4.2 : Place de l'Hôtel de Ville (jusqu’alors place de Grève). Elle est agrandie et réaménagée en 1853. Elle est desservie par la nouvelle avenue Victoria (1855), dessinée dans la perspective de l’hôtel de ville.
  • 5.1 : Place Saint-Michel, créée à l’occasion du percement du boulevard du même nom, en 1855. La fontaine Saint-Michel est édifiée en 1860 par Gabriel Davioud, dans la perspective du boulevard du Palais.
  • 7.1 : Mairie du VIIe arrondissement (achevé en 1862), par Joseph Uchard.
  • 8.1 : Place de la Concorde. Dessinée sous Louis XV par Ange-Jacques Gabriel, elle est remaniée par Jacques Hittorff sous la monarchie de Juillet entre 1834 et 1840 : il y ajoute statues, terre-pleins, l’obélisque de Louxor et les deux fontaines des Mers et des Fleuves. En 1854, dans la perspective de la prochaine exposition universelle, il est nécessaire pour des raisons de sécurité de combler les fossés encadrant la place depuis Gabriel. Ce projet est également confié par l’empereur à Hittorff, malgré les rapports conflictuels que ce dernier entretient avec Haussmann.
  • 8.2 : Place de l’Étoile. Sa conception est due directement à Haussmann, qui va plus loin que le projet initial de l’empereur ne comportant que trois avenues latérales (Foch, Kléber et Friedland). Haussmann imagine une étoile à douze branches rayonnantes à partir d’une vaste place de 240 mètres de diamètres sur laquelle trône l’arc de triomphe (construit entre 1808 et 1835). Les constructions qui la borderont répondent à des critères d’homogénéité. Les travaux ont lieu en 1854.
  • 8.4 : Place de l’Europe. Entièrement refaite en 1863 sur un viaduc, suite à l’élargissement des voies de chemin de fer se rendant à la gare Saint-Lazare.
  • 9.1 : Opéra Garnier. Le jeune Charles Garnier est désigné à l’issue d’un concours rassemblant cent soixante et onze participants pour construire cet opéra dans le « style Napoléon III », selon les mots de l’architecte. La construction s’étend de 1861 à 1875, avec cependant une inauguration provisoire qui a lieu en 1867.
  • 11.1 : Place de la République (place du Château-d’Eau). Elle est remodelée en 1857 à l’occasion du percement de quatre voies magistrales qui s'y abouchent : rue de Turbigo, boulevard de Magenta, boulevard du Prince-Eugène (boulevard Voltaire) et boulevard des Amandiers (avenue de la République). La place est largement agrandie, en forme de quadrilatère. La caserne Vérines (caserne du Prince-Eugène) est édifiée en 1854, bordant la partie nord-est de la place, remplaçant le diorama de Louis Daguerre. La fontaine du Château d’eau, qui trônait sur la place depuis 1811 est jugée insuffisante pour la nouvelle place et déplacée en 1867 à l’entrée de la grande halle de la Villette où elle se situe encore aujourd’hui. Gabriel Davioud fait alors édifier une nouvelle fontaine, toujours ornée de lions, qui sera finalement déplacée en 1889 place Daumesnil. C'est à cette date qu'est construit le monument à la République, tel que nous le connaissons aujourd’hui.
  • 11.2 : Place Léon-Blum (place du Prince-Eugène jusqu’en 1870, puis place Voltaire jusqu’en 1957). Inaugurée en 1857.
  • 11.3 : Mairie du XIe arrondissement (1862-1865), par Etienne-François Gancel.
  • 11.4 : Canal Saint-Martin : il est recouvert le long du boulevard Richard-Lenoir et abaissé de six mètres pour le faire passer sous le nouveau boulevard du Prince-Eugène (boulevard Voltaire), alors en construction.
  • 11.5 : Cirque Napoléon (auj. Cirque d’hiver de Paris). Construit en 1852 par Jacques Hittorff.
  • 12.2 : Fondation Eugène-Napoléon. Bâtiment édifié en 1856 par la volonté de l’impératrice Eugénie qui souhaite le dédier à l’instruction professionnelle de jeunes filles pauvres.
  • 13.1 : Place Jeanne d'Arc. Ouverte en 1855 autour de la nouvelle église Notre-Dame de la Gare, elle-même édifiée dans la perspective de la nouvelle rue Jeanne-d'Arc.
  • 14.1 : Hôpital Sainte-Anne ou « asile clinique », construit entre 1863 et 1867.
  • 14.2 : Prison de la Santé, construite en 1867 par Joseph Auguste Émile Vaudremer.
  • 14.3 : Mairie du XIVe arrondissement (1852-1858), par Claude Naissant.
  • 16.1 : Place du Trocadéro (place du Roi de Rome jusqu’en 1877). Elle est créée en 1869, après nivellement du sommet de la colline de Chaillot par Haussmann en 1860.
  • 17.1 : Place du Maréchal-Juin (place Pereire jusqu’en 1973, du nom de célèbres banquiers ayant participé très largement aux opérations immobilières dans le cadre des rénovations du Second Empire). Elle est aménagée en 1863, accueillant six nouvelles voies.
  • 20.1 : Place Gambetta (1862) et mairie du XXe arrondissement (1867-1877), par Claude Salleron.

Les gares et les axes les reliant

La France est en pleine révolution industrielle. Le nombre de kilomètres de voies ferroviaires croît de manière exponentielle dans le pays et il faut créer des infrastructures adaptées. Des gares sont créées sous Louis-Philippe et sous le Second Empire. Face à l'afflux de voyageurs et de marchandises, de nouvelles voies urbaines aérées sont percées pour mieux desservir la ville.

Voies percées pour améliorer l'accès aux gares :

Les ponts

  • P.1 : Viaduc d'Auteuil. Construit en 1863. Remplacé en 1963 par le pont du Garigliano.
  • P.2 : Pont de l’Alma. Construit entre 1854 et 1856 par Gariel. Détruit et remplacé en 1970 (seul le zouave est conservé).
  • P.3 : Pont des Invalides. Détruit et reconstruit en 1854.
  • P.4 : Passerelle Solférino. Construit en 1861. Détruit et remplacé en 1961. Rebaptisée Passerelle Léopold-Sédar-Senghor en 2006.
  • P.5 : Pont au Change. Détruit et reconstruit en 1858-1860.
  • P.6 : Pont Saint-Michel. Détruit et reconstruit en 1857.
  • P.7 : Pont Notre-Dame. Détruit et reconstruit en 1853. De nouveau détruit et reconstruit en 1910-1914 (arche métallique unique pour faciliter la circulation fluviale).
  • P.8 : Petit-Pont. Détruit et reconstruit en 1850-1853.
  • P.9 : Pont d’Arcole. Construit en 1854-1856 en remplacement d’un simple pont suspendu piéton de 1828.
  • P.10 : Pont Louis-Philippe. Détruit et reconstruit en 1860-1862.
  • P.11 : Pont d’Austerlitz. Détruit et reconstruit en 1854. Elargi en 1885.
  • P.12 : Pont de Bercy. Construit en 1864-1865 en remplacement d’un pont suspendu de 1832. Elargi en 1904 pour accueillir le viaduc superposé de la ligne 6 du métro parisien.
  • P.13 : Pont Napoléon III (rebaptisé pont National en 1870). Construit en 1852-1853. Doublé côté amont en 1936-1944.
  • (Pont de Sully) : Deux ponts de chaque côté de l’île Saint-Louis construits en 1874-1876. Le boulevard Henri IV ne sera par ailleurs achevé que sous la IIIe République.
  • (Pont des Arts) : Travaux sur le pont construit en 1804 suite à l’élargissement du quai de Conti en 1852. Pont détruit et reconstruit en 1981-1984.

Les espaces verts

Bois :

Parcs :

Jardins :

  • J.1 : Jardins des Champs-Élysées (remaniés en 1859).
  • J.2 : Jardins de l’avenue Foch (1854).
  • J.3 : Jardin du Luxembourg. Sa configuration générale est inchangée par les travaux d’Haussmann, mais le jardin fut largement rogné par l’élargissement de la rue de Vaugirard et l’ouverture du boulevard Saint-Michel, puis en 1865 par la rue de l’Abbé de l’Épée (auj. rue Auguste Comte). Grilles de Gabriel Davioud / Décoration et déplacement des fontaines Médicis et de Léna.
  • J.4 : Jardin du Ranelagh (1860).

Squares : C'est sous le Second Empire qu'ils font leur apparition dans la ville.

Les lieux de culte

Voir aussi


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Réalisations urbaines du Second Empire à Paris de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Realisations urbaines du Second Empire a Paris — Réalisations urbaines du Second Empire à Paris Article principal : Transformations de Paris sous le Second Empire. Cet article propose une liste non exhaustive des principales opérations d urbanismes réalisées sous le Second Empire.… …   Wikipédia en Français

  • Réalisations urbaines du second empire à paris — Article principal : Transformations de Paris sous le Second Empire. Cet article propose une liste non exhaustive des principales opérations d urbanismes réalisées sous le Second Empire. Certaines de ces réalisations, planifiées par le préfet …   Wikipédia en Français

  • Second Empire — 48°49′N 2°29′E / 48.817, 2.483 Empire français …   Wikipédia en Français

  • Transformations de Paris sous le Second Empire — Le boulevard Haussmann Napoléon III remet au baron Haussm …   Wikipédia en Français

  • Transformations de paris sous le second empire — Le boulevard Haussmann Les transformations de Paris sous le Second Empire ou travaux haussmanniens constituent une modernisation d ensemble de la capitale française menée à bien de 1852 à 1870 par Napoléon III et le préfet Haussmann. Le projet a… …   Wikipédia en Français

  • Paris (France) — Paris  Cet article concerne la capitale française. Pour les autres significations, voir Paris (homonymie). Paris …   Wikipédia en Français

  • Paris intra-muros — Paris  Cet article concerne la capitale française. Pour les autres significations, voir Paris (homonymie). Paris …   Wikipédia en Français

  • Paris — Cet article concerne la capitale de la France. Pour les autres significations, voir Paris (homonymie). 48° 51′ 24″ N 2° 21′ …   Wikipédia en Français

  • Drapeau de Paris — Paris  Cet article concerne la capitale française. Pour les autres significations, voir Paris (homonymie). Paris …   Wikipédia en Français

  • Département de Paris — Paris  Cet article concerne la capitale française. Pour les autres significations, voir Paris (homonymie). Paris …   Wikipédia en Français