Réal Bouvier


Réal Bouvier
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouvier.
Réal Bouvier
Réal Bouvier sur le pont du J.E. Bernier II, sur lequel il franchit le passage du Nord-Ouest en 1977
Réal Bouvier sur le pont du J.E. Bernier II, sur lequel il franchit le passage du Nord-Ouest en 1977

Naissance 6 janvier 1946
Longueuil
Décès 9 janvier 2000 (à 54 ans)
Longueuil
Nationalité Drapeau du Canada Canadienne (officielle)
Drapeau : Québec Québécoise (conviction)
Profession Journaliste et navigateur

Réal Bouvier est un navigateur et un journaliste québécois, né le 6 janvier 1946 à Longueuil et décédé le 9 janvier 2000 à Longueuil. En 1977, il franchit le passage du Nord-Ouest aux commandes du J.E. Bernier II, un voilier de plaisance de 11 mètres. Le J.E. Bernier II demeure le plus petit navire à avoir franchi le passage en une saison et le premier voilier de plaisance à avoir fait le tour de l'Amérique du Nord, un trajet de 18 500 milles marins.

Sommaire

Biographie

Carrière de journaliste

D'abord collaborateur au Quartier latin de l'Université de Montréal, journaliste au Soleil à Québec, à La Voix de l'Est à Granby, puis aux quotidiens montréalais La Presse et Le Devoir, Réal Bouvier devient chroniqueur spécialisé en nautisme, notamment aux revues maritimes Québec Yachting et L'Escale[1].

Le J.E. Bernier II et la traversée du passage du Nord-Ouest

Le J.E.Bernier II au Musée maritime du Québec.

En 1975, il fait construire chez Fercraft Marine à Côte-Sainte-Catherine le J.E. Bernier II, un cotre d'acier de 11,8 mètres (39 pi) selon les plans de Robert Dufour, l'architecte naval qui a dessiné peu après le Corbin 39. Le J.E. Bernier II, qui arbore une fleur de lys au point de drisse de sa grand-voile, a un déplacement de 9,9 tonnes (22 000 lb), un tirant d'eau de 1,52 mètre (5 pi) et est doté d'un moteur Volvo Penta diesel de 36 cv.

Parti de Lachine le 30 juin 1976, Réal Bouvier entreprend l'expédition 74 ° Nord, rendue possible grâce à de nombreux commanditaires et dont le principal est Canada Steamship Lines[2]. Elle vise à franchir le passage du Nord-Ouest. Bouvier est secondé dans ce périple par Marie-Ève Thibault, photographe, Jacques Pettigrew, cinéaste, Pierre Bédard, géologue ainsi que Marc Paquet, James Gray, Yves Desbiens et Lee Brock.

À l'hiver 1976, le Détroit de Lancaster est pris par les glaces, ce qui force l'équipage à hiverner à Holsteinsborg au Groenland. Le voilier reprend la mer le 25 juin 1977 et fait la rencontre d'un voilier des Pays-Bas, le Williwaw, mené par Willy de Roos et Jean-Louis de Gerlache. Les deux équipages décident de joindre leurs efforts pour atteindre la Baie de Baffin.

Bouvier est toutefois ralenti, il doit s'arrêter dans le fjord de Strathcona pour faire machiner un nouvel arbre d'hélice et un inverseur à la mine de Nanisivik au Nunavut. Il gagne par la suite l'île Beechey où se trouvent les pierres tombales des membres de l'expédition Franklin de 1845. Deux routes s'offrent désormais à lui : celle du sud empruntée par Roald Amundsen en 1905 ou celle du nord empruntée par le superpétrolier Manathan en 1969. Bouvier opte pour le sud et navigue dans le détroit de Peel le 23 août 1977, à 400 milles du pôle nord magnétique. Il mouille à Pasley Bay, là où en 1942 Henry Larsen a hiverné à bord du St. Roch. Ensuite, Bouvier gagne successivement la baie de Gjöa, le détroit de Simpson et le golfe de la reine Maud pour finalement atteindre le cap Bathurst le 10 septembre et entrer dans la mer de Beaufort.

Le J.E. Bernier II hiverne à Tuktoyaktuk pour relever les voiles à la mi-juillet 1978. Le détroit de Béring est traversé le 30 août 1978 et Bouvier atteint Vancouver le 15 octobre après avoir parcouru 9 800 milles marins. Finalement, il navigue vers le sud, franchit le canal de Panamá et rejoint le Québec par l'Atlantique et le fleuve Saint-Laurent. Le J.E. Bernier II est conservé depuis 1979 au Musée maritime du Québec situé à l'Islet[2].

Par la relation de son expédition publiée dans La Presse entre 1976 et 1979 et par ses autres écrits, Réal Bouvier a été une inspiration pour les plaisanciers du Québec. Il leur a donné le goût de l'aventure.

Postérité

En 2001, le Port de plaisance de Longueuil est rebaptisé Port de plaisance Réal-Bouvier[3].

Citation

« On va faire le tour du monde, puis après ça, on ira ailleurs ! »

Filmographie

Les cinéastes Jacques Pettigrew et Marie-Ève Thibault ont réalisé un documentaire sur le voyage du J.E. Bernier entre 1976 et 1979[4]. Intitulé Cap au Nord - L'aventure du J.E. Bernier II ce film raconte l'histoire du voyage du voilier et de son équipage, son départ, ses deux hivernements dans l'Arctique et son retour à Montréal[4]. Le premier visionnement public du film a eu lieu en 1980[4].

Notes et références

  1. Éric Trottier, « L'ultime voyage du capitaine Réal Bouvier », dans La Presse, 10 janvier 2000 (ISSN 0317-9249) 
  2. a et b (en)« A bold endeavour for the Musée maritime du Québec », dans Canadian Sailings - Canada's weekly Transportation and Trade logistics magazine, 23 août 2010 (ISSN 0821-5944) [texte intégral (page consultée le 19 juin 2011)] 
  3. Ville de Longueuil - Sogerive, « Un accès privilégié au fleuve pour les touristes et les citoyens de Longueuil - Le port de plaisance Réal-Bouvier ». Consulté le 17 juin 2011
  4. a, b et c D.J. Turner et Micheline Morriset, Index des films canadiens de long métrage, 1913-1985, Ottawa, « Archives nationales du film, de la télévision et de l'enregistrement sonore du Canada », 1987, 816 p. (ISBN 0660533642), p. 279 

Annexes

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Réal Bouvier de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bouvier — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « bouvier », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Patronymie Bouvier est un nom de famille… …   Wikipédia en Français

  • Real — Re al (r[=e] al), a. [LL. realis, fr. L. res, rei, a thing: cf. F. r[ e]el. Cf. {Rebus}.] 1. Actually being or existing; not fictitious or imaginary; as, a description of real life. [1913 Webster] Whereat I waked, and found Before mine eyes all… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Real action — Real Re al (r[=e] al), a. [LL. realis, fr. L. res, rei, a thing: cf. F. r[ e]el. Cf. {Rebus}.] 1. Actually being or existing; not fictitious or imaginary; as, a description of real life. [1913 Webster] Whereat I waked, and found Before mine eyes… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Real assets — Real Re al (r[=e] al), a. [LL. realis, fr. L. res, rei, a thing: cf. F. r[ e]el. Cf. {Rebus}.] 1. Actually being or existing; not fictitious or imaginary; as, a description of real life. [1913 Webster] Whereat I waked, and found Before mine eyes… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Real composition — Real Re al (r[=e] al), a. [LL. realis, fr. L. res, rei, a thing: cf. F. r[ e]el. Cf. {Rebus}.] 1. Actually being or existing; not fictitious or imaginary; as, a description of real life. [1913 Webster] Whereat I waked, and found Before mine eyes… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Real estate — Real Re al (r[=e] al), a. [LL. realis, fr. L. res, rei, a thing: cf. F. r[ e]el. Cf. {Rebus}.] 1. Actually being or existing; not fictitious or imaginary; as, a description of real life. [1913 Webster] Whereat I waked, and found Before mine eyes… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Real presence — Real Re al (r[=e] al), a. [LL. realis, fr. L. res, rei, a thing: cf. F. r[ e]el. Cf. {Rebus}.] 1. Actually being or existing; not fictitious or imaginary; as, a description of real life. [1913 Webster] Whereat I waked, and found Before mine eyes… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Real property — Real Re al (r[=e] al), a. [LL. realis, fr. L. res, rei, a thing: cf. F. r[ e]el. Cf. {Rebus}.] 1. Actually being or existing; not fictitious or imaginary; as, a description of real life. [1913 Webster] Whereat I waked, and found Before mine eyes… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Real servitude — Real Re al (r[=e] al), a. [LL. realis, fr. L. res, rei, a thing: cf. F. r[ e]el. Cf. {Rebus}.] 1. Actually being or existing; not fictitious or imaginary; as, a description of real life. [1913 Webster] Whereat I waked, and found Before mine eyes… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Real Menard — Réal Ménard Réal Ménard, est le député fédéral de la circonscription de Hochelaga située au Québec depuis 1993. Il est un membre du Bloc québécois. Le 26 juin 2009, il a annoncé son intention de quitter la scène politique fédérale pour se… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.