Roulers


Roulers
Drapeau communal Roulers
(nl) Roeselare
La grand-place de Roulers

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique
Roulers

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative
Roulers
Armoiries de la commune
RoeselareLocatie.png
Géographie
Pays Drapeau de Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau : Flandre Communauté flamande
Province Drapeau de la province de Flandre-Occidentale Province de Flandre-Occidentale
Arrondissement Roulers
Coordonnées 50° 56′ 00″ N 3° 07′ 00″ E / 50.933333333333, 3.116666666666750° 56′ 00″ Nord
       3° 07′ 00″ Est
/ 50.933333333333, 3.1166666666667
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
59,79 km² (2005)
54,07 %
0,63 %
42,81 %
2,48 %
Données sociologiques
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
56 547 (1er janvier 2008)
49,25 %
50,75 %
946 hab./km²
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2008)
19,78 %
61,48 %
18,73 %
Étrangers 2,28 % (1er janvier 2008)
Économie
Taux de chômage 5,21 % (janvier 2009)
Revenu annuel moyen 13 829 €/hab. (2005)
Politique
Bourgmestre Luc Martens (CD&V)
Majorité CD&V-SP.A-Spirit
Sièges
CD&V
VLD
sp.a
Groen!
Vlaams Belang
N-VA
37
18
5
6
1
6
1
Sections de commune
Section Code postal
Roulers
Beveren
Oekene
Rumbeke
8800
8800
8800
8800
Autres informations
Gentilé Roularien(ne)
Zone téléphonique 051
Code INS 36015
Site officiel www.roeselare.be

Roulers (en néerlandais Roeselare, en latin médiéval Rollarium) est une ville néerlandophone de Belgique située en Région flamande, chef-lieu d'arrondissement en province de Flandre-Occidentale.

Sommaire

Toponymie

Le nom de « Roulers » dérive de deux radicaux germaniques : roes (« jonc ») et hlar (« friche ») d'où le néerlandais Roeselare. Il signifie donc « lande à joncs ».

La forme romane Roulers n'est ni arbitraire, ni récente. cf. vieux français larris, friche, lande. L'élément -lers (parfois Flers) se retrouve fréquemment en Belgique et dans le nord de la France (cf. Meulers), dans des régions n'ayant jamais parlé flamand. Elle correspond donc à une formation romane, à partir d'éléments germaniques qui se sont diffusés antérieurement à la langue néerlandaise.

Histoire de la ville

En 822, le nom Roulers est connu et dès le 10e siècle, il y a déjà de l’industrie et du commerce. En 1250, la ville obtient une charte et des privilèges.

Beaucoup de bâtiments historiques, par exemple un petit château (Belfort) et une grande salle des ventes à la place du marché (1260), ont disparu à la suite de plusieurs catastrophes. Au moyen âge, il était très difficile de défendre la ville parce qu’il n'y avait pas, ou très peu, de fortifications.

En 1282, Robert, comte de Boulogne, vendit la ville de Roulers à Gui de Dampierre, comte de Flandre, qui la destinait à son fils Jean[1].

Sous Maximilien Ier la ville fut ravagée par l’armée autrichienne (en 1488 et 1492), puis lors des guerres religieuses par la fureur iconoclaste (le 26 août 1566). Pendant la guerre de quatre-vingts ans, l’industrie drapière, naguère florissante, disparut. Ensuite, Roulers connut une période de pauvreté malgré quelques gloires locales : à Venise, Adriaen Willaert (un habitant de Roulers) fut le premier compositeur de musique polyphonique.

En 1609, la Trêve de douze ans ramena la prospérité à Roulers jusqu’à ce qu'une nouvelle guerre éclatât en 1640. Par suite de la paix de Nimègue (1678), Roulers fut rattaché à la France et devint une place frontière. Il y vivait beaucoup de contrebandiers, la ville n’ayant plus de finances publiques et donc, plus d’argent pour réparer la halle du marché. La ville servit de camp de repli pour les armées anglo-hollandaise lors des batailles successives de la guerre de Succession d'Espagne (1704-1711) aux Pays Bas. Le petit château finit par s’écrouler faute d'entretien (le 30 octobre 1704) et la tour en tombant détruisit la plus grande partie du marché couvert. Avec les décombres, on reconstruisit une halle plus petite, mais qui brûla elle-même en 1749. Les caves de ce bâtiment existent toujours sous la place du marché.

Malgré les catastrophes que Roulers a connues, l’église Saint-Michel restait en bon état. Toutefois, le clocher s’est écroulé le 19 janvier 1735 par un fort orage : on le reconstruisit. Ces trois grandes catastrophes et les reconstructions successives font que l’église offre aujourd'hui une juxtaposition de trois styles. Vers 1770, l’hôtel de ville de style rococo fut édifié.

Après la fameuse bataille de Waterloo, la ville échut au Royaume des Pays-Bas jusqu’à l’indépendance de la Belgique en 1830. L’indépendance, paradoxalement, ramenait la pauvreté à Roulers, mais la situation s'améliora grâce à la construction de la ligne de chemin de fer Courtrai-Bruges (1838) et l’invention de la machine à vapeur. De 1862 à 1872, on creusa le canal Roulers-Lys, ce qui dynamisa l’économie locale : le long du canal, la construction de quais attirait les activités industrielles à Roulers et fit croître la population.

Le 28 juillet 1875, une révolte d'étudiants, « De Groote Stooringe », éclata contre l’utilisation exclusive de la langue française dans le Petit Séminaire de Roulers. Ce mouvement se réclamait d'Albrecht Rodenbach, écrivain qui animait plusieurs associations d'étudiants. « De Groote Stooringe » est depuis quelques années une fête culturelle à Roulers.

Pendant la Première Guerre mondiale, la ville avait souffert beaucoup de l’artillerie alliée. On reconstruisit la ville mais elle n’était pas sitôt reconstruite que la Seconde Guerre mondiale éclata ; en fait, la ville souffrit relativement peu de cette guerre ; les Polonais ont libéré la ville.

Dans les années 1960, on a utilisé la REO, halle aux légumes et aux fruits (celle-ci est aujourd’hui la plus grande de Flandre). La communauté urbaine de Roulers s’est formée en 1977 par la jonction de Roulers, Beveren, Oekene et Rumbeke.

Dans les années 1976-1979, on a construit une nouvelle gare avec deux tunnels qui remplacent quatre passages à niveau. A l’avenir, on veut renouveler tous les environs de la gare pour intégrer le Nord de la ville (le quartier Krottegem) au centre de la ville. Au début des années 1980, on a changé profondément la circulation une première fois. Aujourd’hui, la municipalité pense aux nouvelles mesures de sûreté concernant la prévention routière.

Monuments

Office du Tourisme (Ooststraat)

Transports

  • Gare moderne au chemin de fer Courtrai-Bruges
  • Transport public urbain et régional (bus) bien organisé
  • Près de l’autoroute A17/E403 Tournai/Courtrai-Bruges

(à 1 heure de Bruxelles et 30 minutes de Lille en France): trois sorties (6, 7 et 8)

Industrie

Deux zones industrielles importantes (nourriture, électro) (Roeselare/Roulers-Haven/Port = Canal Roulers-Lys, Beveren-Noord/Nord) Roeselare Expo

Média

Roularta Media Group, télévision régionale Wtv/Focus

Activités sociales et culturelles

  • Beaucoup d’écoles de tous les niveaux, mais pas d'université
  • Centre culturel « De Spil »
  • Centre de la jeunesse (Diezie), des jardins de récréation (Kerelsplein)
  • Beaucoup d’unions et d’activités socio-culturelles
  • Deux grands hôpitaux (direction privée et publique)

Environnement

  • Quelques jardins publics : Rondekom, Kleine Bassin, Grote Bassin/Sint-Sebastiaanspark, Sterrebos, Kleiputten
  • Trois villages rustiques
  • Cité-jardin (beaucoup de quartiers avec des arbres et des fleurs)

Activités sportives

  • Football : KSV Roeselare, stade Schiervelde (deuxième division nationale)
  • Volley-ball : Knack Roeselare, salle de sport Schiervelde (première division nationale)

Programme de développement urbain

On réalisera certains projets à court, à moyen ou à long terme.

On veut améliorer la sécurité routière et l’attraction de la ville. Il s’agit de la rénovation des environs de la gare, un projet d’urbanisation au centre (le site KBC à proximité de la place du marché) et des travaux aux certaines rues à la cité et à la périphérie.

En résumé, plus d’habitations, de parkings, de magasins, de bureaux, de salles d’exposition, de jardins publiques et moins de bouchons aux rues commerciales.

Un système électronique qui annonce les parkings libres.

Des couloirs d’autobus, des nouveaux arrêts d’autobus, des nouvelles relations d’autobus (Krottegem, Schiervelde, Tielt) pour un meilleur transport public et des passages bons pour les vélos et les piétons.

Une nouvelle académie des arts (S.A.S.K.) à la place Notre-Dame (Onze-Lieve-Vrouwemarkt) et une nouvelle bibliothèque avec un centre de la connaissance et de l’instruction.

L’extension de l’infrastructure sociale (l’hôtel de ville, site Noord/Boro).

Une nouvelle maison de repos et un nouveau centre d’accueil à l’hameau Zilverberg.

Un nouveau hôpital impressionnant (Heilig-Hart) à proximité de l’autoroute A17/E403 (Oekene). Le centre médical actuel deviendra éventuellement une maison de repos parce que le nombre des personnes âgées augmente vite.

On étudie la construction d’une nouvelle salle des événements (inter)nationaux à proximité de l’autoroute A17/E403 (Oekene).

Un bois de récréation pour les enfants.

Un terrain pour des conteneurs aux environs du canal Roulers-Lys.

Une maison de la nourriture (centre d’information)

Ville-Lumière flamande

Musée (Albrecht) Rodenbach

Les événements et le folklore

  • La statue de Peegie (Botermarkt) est un peu la mascotte de la ville et symbolise la « malice » et l’esprit commercial des habitants de Roulers.
  • La Braderie (de Batjes),
  • Le Nocturne (de Winkelnacht),
  • La Semaine Internationale (de Internationale Week),
  • Le Marché de la semaine (le mardi matin),
  • Le Marché du 1er mai,
  • Le Marché de Pentecôte (Sinksenmarkt),
  • Le Marché de Noël (Kerstmarkt),
  • De Groote Stooringe (Fête Culturelle d’origine flamande),
  • Les foires/Kermesses (Kermissen),
  • Carnaval,
  • Happenings des rues commerciales (Meensesteenweg, Westlaanpromenade),
  • La foire-exposition (de Jaarbeurs),
  • L’entrée de Saint-Nicolas (de Intrede van Sinterklaas)

Notes

  1. Léon Vanderkindere, La Formation territoriale des principautés belges au Moyen Âge, vol. I, Bruxelles, H. Lamertin, 1902 (réimpr. 1981) [lire en ligne], p. 250 

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Roulers de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Roulers — Roulers, Stadt, so v.w. Rousselaer …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Roulers — (spr. rulärs), belg. Stadt, s. Roeselare …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Roulers — (spr. rulähr), belg. Stadt, s. Rousselaere …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Roulers — (en néerl. Roeselare) v. de Belgique (Flandre Occid.); 51 980 hab. Centre industriel (chimie, alimentation, électron.). égl. des XVe XVIe s …   Encyclopédie Universelle

  • Roulers —   [ru lɛrs], belgische Stadt, Roeselare.   …   Universal-Lexikon

  • Roulers — Roeselare …   Deutsch Wikipedia

  • Roulers — Sp Rùselarė Ap Roeselare flamandiškai (olandų k. tarme) Sp Rulèras Ap Roulers prancūziškai L Belgija …   Pasaulio vietovardžiai. Internetinė duomenų bazė

  • Roulers — /rooh lairs /; Fr. /rddooh lerdd /, n. a city in NW Belgium: battles 1914, 1918. 39,826. * * * …   Universalium

  • ROULERS —    (20), a manufacturing town in West Flanders, 19 m. SW. of Bruges; engaged in manufacturing cottons, lace, &c.; scene of a French victory over the Austrians in 1794 …   The Nuttall Encyclopaedia

  • Roulers — /ruˈlɛəz/ (say rooh lairz) noun a town in north western Belgium; much destruction during World War I because of nearby German encampment. Dutch, Roeselare …   Australian English dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.