Role de la theorie dans l'education musicale


Role de la theorie dans l'education musicale

Rôle de la théorie dans l'éducation musicale

Dans la musique occidentale savante — la musique classique —, le système de notation, qui depuis la fin du Moyen Âge, n'a cessé de s'enrichir et se complexifier, a fini par devenir une discipline à part entière, au même titre que la pratique instrumentale ou vocale proprement dite. Depuis bien longtemps en effet, les pédagogues accordent une place très importante à l'« éducation musicale générale », c'est-à-dire, au solfège dans son sens le plus large — théorie aussi bien que lecture solfégique.

L'enseignement de ce solfège, long, difficile, parfois aride — surtout dans son aspect théorique — pose un certain nombre de questions, pédagogiques aussi bien que didactiques, qui ont trouvé des réponses différentes selon les époques, selon les pays et selon les éducateurs.

Par ailleurs, depuis le milieu du XXe siècle, un certain nombre de méthodes d'enseignement musical, ont vu le jour — citons, parmi les plus célèbres, la méthode Dalcroze, la méthode Kodály, la méthode Marthenot, le Orff-Schulwerk aussi appelé méthode Orff , la méthode Willems, la méthode Yamaha... — dans le but de proposer aux musiciens en herbe, un cheminement équilibré, mêlant effort et plaisir, théorie et pratique, spontanéité et réflexion, et se démarquant nettement de certains procédés pédagogiques en usage au cours de décennies précédentes, tout spécialement en matière de transmission des connaissances théoriques. Ces méthodes ont parfois été baptisées ou surnommées après coup : « méthodes actives », ceci, afin de souligner la place prioritaire qu'elles accordent à la pratique musicale par rapport aux aspects théoriques.

Suite à ces différentes remises en question, le pédagogue s'interroge fréquemment sur la place que doit tenir la « théorie musicale » dans son enseignement.

Sommaire

Abus de l'enseignement de la théorie solfégique

Depuis la fin du XIXe siècle, un certain nombre d'erreurs pédagogiques ont été commises dans le domaine de l'apprentissage des règles théoriques propres au solfège, qui ont eu pour conséquence d'éloigner temporairement ou définitivement de la pratique musicale un trop grand nombre d'élèves.

  • De nombreux enseignants, aveuglés par le louable dessein de diffuser leur art, non plus à une élite — comme dans le passé —, mais au plus grand nombre — l'éducation pour tous —, ont tenté, très souvent en vain, de transmettre des « connaissances » sur la notation musicale, au lieu de transmettre une « pratique musicale » — but normal de l'éducation musicale —, ce qui constituait bien évidemment une aberration, puisque dans le domaine de la musique, tout comme dans de nombreux autres domaines, la « théorie doit être au service de la pratique », et non pas l'inverse.
  • Par ailleurs, même pour les élèves pratiquant un instrument, l'apprentissage par cœur des différentes règles théoriques, souvent très abstraites, n'a pas contribué à rendre l'étude du solfège très populaire, alors que dans de très nombreux cas, la théorie peut se déduire progressivement de la pratique, sans pour autant nécessiter d'étudier la règle concernée sur le bout des doigts.

Il convient donc de répéter que la théorie du solfège ne doit pas constituer un but en soi, mais au contraire avoir pour fonction d'« éclairer la pratique solfégique », c'est-à-dire, la lecture musicale courante.

Nécessité de l'enseignement de la théorie solfégique

Cependant, cette théorie solfégique, si dangereuse lorsqu'elle est mal utilisée, ne doit pas pour autant être définitivement écartée de la pédagogie musicale. Il semble au contraire indispensable d'intégrer les principes théoriques de la notation musicale dans les cours de solfège ou d'instrument. En effet, priver systématiquement l'élève d'une connaissance théorique générale basée sur les principes élémentaires de la musique, ou de la possibilité de s'y référer, peut conduire tôt ou tard ce dernier, par le biais de mauvaises associations, à de graves contresens, en matière de lecture ou d'analyse musicale.

  • Combien d'élèves, ayant appris que « la noire vaut un temps », lisent une mesure notée en « C barré », comme un « 4/4 », ou pire encore, une mesure notée en « 6/8 », comme un « 3/4 ». Combien d'élèves confondent « do dièse » et « ré bémol », parce qu'on leur a dit un jour que « c'était pareil », ou parce que, sur leur instrument, c'est de fait, le même son. Combien d'élèves, parce qu'on a omis de leur expliquer qu'une mélodie réside, non pas dans la succession des notes qui la constituent, mais dans les intervalles qui séparent les notes en question, sont incapables de transposer un air pourtant facile, de trouver les fonctions tonales élémentaires d'une mélodie, d'harmoniser une chanson traditionnelle, etc.

C'est que, trop souvent malheureusement, le professeur de solfège ou d'instrument néglige l'aspect théorique de son enseignement — soit parce qu'il redoute une matière qui peut très vite se révéler rébarbative et décourageante, soit parce qu'il pense, à tort, faire ainsi gagner du temps à ses élèves —, et se contente de quelques explications fragmentaires, qui ressemblent plus à des recettes — « pour avoir tel résultat, faites comme ceci, sans chercher à comprendre » — qu'à de véritables principes de théorie musicale. Précisons au passage que le fait d'avoir recours à une recette n'est évidemment pas condamnable en soi ; ce qui est grave, c'est d'avoir systématiquement recours à la même recette, sans jamais révéler le véritable principe générateur de la recette en question.

Il est donc indispensable que l'élève puisse avoir accès, lorsque le besoin s'en fait ressentir, à une théorie solfégique lui permettant le cas échéant de relativiser ou corriger les données fragmentaires ou abusivement simplifiées qu'il aurait assimilées.

Sources écrites de la théorie solfégique

Dans le domaine des manuels d'éducation musicale, deux types d'ouvrages sont ordinairement utilisés de nos jours : d'une part, les méthodes de pédagogie musicale, qui s'adressent aux professeurs de musique, d'autre part, les livres de cours, qui eux, s'adressent aux élèves.

  • Une méthode de pédagogie musicale contient des principes, des réflexions, parfois aussi, quelques recettes, concernant l'enseignement musical, solfégique ou instrumental. Elle a pour but de détailler, expliciter et analyser l'aspect méthodologique de la transmission et de l'acquisition des connaissances musicales. Une méthode est donc consacrée à l'aspect didactique de cet enseignement.
  • Un livre de cours contient des exercices de lecture, solfégique ou instrumentale, accompagnés le cas échéant de diverses explications théoriques. Exercices et explications sont classés de manière progressive — parfois divisés en leçons, permettant un dosage quantitatif des nouvelles assimilations — en fonction d'un niveau, d'un âge, etc., et limités à un certain programme scolaire.

Une théorie de solfège est un troisième type de manuel qui ne prétend se substituer ni aux méthodes, ni aux livres de cours, mais qui demeure indispensable en tant que complément didactique.

Contenu de la théorie solfégique

La théorie de solfège — comme toute théorie extra musicale, d'ailleurs — s'adresse à la logique du lecteur, que celui-ci soit élève ou professeur. Clarté et précision sont de rigueur, aussi bien dans le domaine du plan général — une théorie digne de ce nom ne se contente pas d'être un catalogue de règles classées en fonction de l'évolution supposée de l'élève —, que dans celui de l'énoncé des principes et des différentes règles : définitions, limites, cas particuliers, etc. De caractère exclusivement cérébral et objectif, elle ne préjuge ni du niveau relatif de l'élève dans la pratique musicale, ni de son âge, ni de ses besoins, ni de ses goûts. Elle explique simplement les divers mécanismes de la notation, en invitant le lecteur à comprendre la fonction d'une règle, à découvrir comment celle-ci se rattache toujours à un grand principe, à réfléchir à la nécessité d'une exception, à distinguer l'essentiel de l'accessoire, etc., afin de lui permettre, entre autres choses, d'effectuer une analyse de l'environnement rythmique et tonal, de mieux contrôler sa lecture, enfin, de développer progressivement son autonomie.

C'est pour répondre à ces besoins qu'a été élaboré l'article solfège.

En matière de théorie solfégique, l'essentiel étant plus de comprendre que de retenir à tout prix, rien ou presque n'est à apprendre par cœur — et surtout pas les règles complexes telles que la constitution en tons et demi-tons des divers intervalles contenus dans l'octave, le nombre de quadruples croches équivalent à une ronde pointée, les gammes majeures et mineures correspondant aux différentes armures, etc. C'est pourquoi, cet article essaie de suivre un cheminement rationnel et un plan logique, partant du général — les grands principes — et allant vers le particulier — les règles effectives de la notation. Le contenu faisant principalement appel au raisonnement, le recours à la mémorisation forcée doit normalement être évité : « ce qui se comprend bien, se retient habituellement sans effort ». C'est ainsi que cet article consacré au solfège est non seulement destiné à l'étudiant en musique, mais encore, au professeur de solfège ou d'instrument, qui pourra y trouver, non pas une méthode d'enseignement, mais plutôt un support à son propre enseignement, une source de réflexions lui permettant de nourrir sa pédagogie. Il est également permis d'espérer que le lecteur curieux ou soucieux d'accroître ses connaissances puisse y trouver la réponse à ses interrogations.

Voir aussi

Liens internes

  • Portail de la musique Portail de la musique
  • Portail de la musique classique Portail de la musique classique
Ce document provient de « R%C3%B4le de la th%C3%A9orie dans l%27%C3%A9ducation musicale ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Role de la theorie dans l'education musicale de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Rôle de la théorie dans l'éducation musicale — Dans la musique occidentale savante la musique classique , le système de notation, qui depuis la fin du Moyen Âge, n a cessé de s enrichir et se complexifier, a fini par devenir une discipline à part entière, au même titre que la pratique… …   Wikipédia en Français

  • Formation musicale assistée par ordinateur — La formation musicale assistée par ordinateur (FMAO) consiste en l adoption de l outil informatique pour l apprentissage et la mise en pratique des disciplines enseignées en cours de formation musicale, ou solfège, telles que le développement de… …   Wikipédia en Français

  • Systeme de notation musicale de Jean-Jacques Rousseau — Système de notation musicale de Jean Jacques Rousseau Jean Jacques Rousseau est bien connu comme l auteur des Confessions ou du Contrat social. Il l est sans doute moins comme musicien, et moins encore comme l inventeur d un système de notation… …   Wikipédia en Français

  • Système de notation musicale de jean-jacques rousseau — Jean Jacques Rousseau est bien connu comme l auteur des Confessions ou du Contrat social. Il l est sans doute moins comme musicien, et moins encore comme l inventeur d un système de notation musicale. C est pourtant à une telle entreprise qu il… …   Wikipédia en Français

  • Système de notation musicale de Jean-Jacques Rousseau — Jean Jacques Rousseau est bien connu comme l auteur des Confessions ou du Contrat social. Il l est sans doute moins comme musicien, et moins encore comme l inventeur d un système de notation musicale. C est pourtant à une telle entreprise qu il… …   Wikipédia en Français

  • Vie musicale en Suisse — Carnaval de Bâle en 2005. Scène du festiva …   Wikipédia en Français

  • Solfège — Dans la musique occidentale, le solfège (ou formation musicale) est l étude des éléments permettant de lire, écrire, jouer ou chanter une partition. Le but ultime du solfège est de pouvoir entendre une œuvre musicale, son orchestration et son… …   Wikipédia en Français

  • Représentation de la musique — Solfège Dans la musique occidentale, le solfège (ou formation musicale) est l étude des éléments permettant de lire, écrire, jouer ou chanter une partition. Le but ultime du solfège est de pouvoir entendre une œuvre musicale, son orchestration et …   Wikipédia en Français

  • Solfege — Solfège Dans la musique occidentale, le solfège (ou formation musicale) est l étude des éléments permettant de lire, écrire, jouer ou chanter une partition. Le but ultime du solfège est de pouvoir entendre une œuvre musicale, son orchestration et …   Wikipédia en Français

  • Dissertation sur la musique moderne — Système de notation musicale de Jean Jacques Rousseau Jean Jacques Rousseau est bien connu comme l auteur des Confessions ou du Contrat social. Il l est sans doute moins comme musicien, et moins encore comme l inventeur d un système de notation… …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.