Robert Le Vigan


Robert Le Vigan
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Vigan.

Robert Le Vigan

Nom de naissance Robert-Charles-Alexandre Coquillaud
Naissance 7 janvier 1900
Paris, France
Nationalité France Française
Décès 12 octobre 1972
Tandil, Argentine
Profession Acteur

Robert Le Vigan, nom de scène de Robert-Charles-Alexandre Coquillaud, né à Paris 18e le 7 janvier 1900[1] et mort à Tandil (Argentine) le 12 octobre 1972, est un acteur français remarqué pour ses seconds rôles dans les films français des années trente et quarante, dont Golgotha, La Bandera ou Le Quai des brumes. Après la Libération, son implication dans la collaboration lui vaudra d'être condamné à l'indignité nationale. Il terminera sa vie en exil en Espagne et ensuite en Argentine.

Sommaire

Biographie

Jeunesse

Né rue de la Charbonnière, à Paris dans le XVIIIème. Son père était médecin-vétérinaire et la légende raconte qu'il aurait choisi son surnom - Le Vigan - suite à l'apprentissage rabâché des départements [réf. nécessaire], notamment du Gard, préfecture Nîmes, sous-préfectures : Alès et Le Vigan. Surnommé « La vigue » par son ami Louis-Ferdinand Céline, il n'aurait, en fait, jamais mis les pieds dans cette ville.

Refusant de prendre la relève de son père, Robert Le Vigan s'intéresse très tôt à l'art dramatique. Il est reçu au concours d'entrée au Conservatoire de Paris. Second prix de comédie en première année, il quitte le Conservatoire, en apprenant qu'il ne pourrait jamais obtenir le premier prix du fait de son engagement militaire. Le music-hall est le seul refuge pour obtenir quelques emplois honorables et subsister, il se retrouve employé dans des petits rôles qui lui permettent de faire ses classes. Il rencontre Marcel Dalio avec qui il poursuit les cachets. Il interprète Molière et Regnard en Belgique.

Il effectue son service en tant que fantassin au 167e régiment d'infanterie situé à Wiesbaden en zone française. Libéré, il reprend du service du côté des provinces en effectuant quelques tournées en interprétant Molière et George Bernard Shaw. Dans les troupes de : Gaston Baty et Louis Jouvet. En 1927, il tourne avec Arletty dans des sketches.

Avant la guerre

Julien Duvivier le remarque dans une pièce de Jules Romains Donogoo. Il l'engage et lui donne un rôle dans Les Cinq Gentlemen maudits, rôle qui le cantonnera dans des emplois équivoques et de méchants. Il tourne ensuite la Bandera, Les Bas-fonds. Et Le Quai des brumes films qui le rendent célèbre. Il interprète le rôle du Christ dans Golgotha. Colette dira, après l'avoir vu jouer, que Le Vigan était un acteur « saisissant, immatériel, sans artifice, quasi céleste » . Entre deux contrats il fréquentait des cercles où se retrouvaient le peintre Gen Paul, l'écrivain Marcel Aymé, le dessinateur Poulbot, et Louis-Ferdinand Céline avec qui il se lie d'amitié . En 1938 sort le film de Christian-Jaque, Les Disparus de Saint-Agil, dans lequel Le Vigan fait une composition.

Pendant la guerre

En 1939 il est mobilisé comme conducteur dans une unité transmissions. C'est la drôle de guerre et il profite de quelques permissions pour retrouver ses amis comédiens à Nice.
Le Vigan fit un détour par Oran pour y rejoindre sa compagne avec laquelle il partage dix ans de relation commune. Sans emploi, il regagne Marseille, ville d'où le comédien Albert Préjean l'avait fait partir pour l'Algérie.
L'Armistice déclaré il remonte à Paris. Sous l'Occupation Robert le Vigan bascule dans l'antisémitisme.
Collaborateur, délateur des milieux artistiques auprès de la Gestapo, on lui propose des petits rôles de propagande dans des comédies de seconde zone ; il participe à des émissions à Radio Paris, la radio d'Occupation collaboratrice, où il se montre d’un antisémitisme forcené. Ces émissions avaient pour directeur Maurice Rémy, ancien comédien, qui payait chaque cachet tenu par « ses employés ». Il n'était pas dit sur les ondes, ouvertement, « mort aux juifs » mais les sketches et les répliques furent suffisamment tendancieux pour que Le Vigan soit condamné cinq années plus tard, pendant l'épuration.
Il tourne L'Assassinat du Père Noël (1941), film de Christian-Jaque, et rédige une lettre dans laquelle il mentionna sa grande joie d'avoir collaboré à cette réalisation, produite par Alfred Greven pour la Continental (compagnie allemande), ce qui lui sera reproché lors de son procès.
Il tourne aussi dans Romance de Paris et interprète Goupi Tonkin dans Goupi Mains Rouges.
En 1943, il adhère au Parti populaire français (PPF) de Jacques Doriot, et rejoint Louis-Ferdinand Céline à Sigmaringen en 1944. Cette fuite en Allemagne en compagnie de l'écrivain, pour échapper à l'Épuration, a été décrite en détails par Céline dans "D'un Château L'autre" (1957), Nord (1960) et Rigodon (1969), romans autobiographiques dont Le Vigan est un des protagonistes aux côtés de Lili et du chat Bébert. À son retour en France, l'acteur est emprisonné à Fresnes et condamné, pour faits de collaboration, à l'indignité nationale et à 10 ans de travaux forcés.

Après la Guerre

Libéré sous condition en 1948, il choisit l'exil. Il se rend en Espagne, puis en Argentine où il tourne un dernier film en 1951 et vit ensuite dans la misère. Il meurt en Argentine le 12 octobre 1972, à l'âge de 72 ans, et ayant renoncé à tout retour à tel point que François Truffaut, le contactant dans la fin des années soixante pour le réhabiliter comme comédien, n'avait pu le soustraire à sa retraite .

Filmographie

Théâtre

Notes et références

  1. Archives de l’état civil de Paris en ligne, acte de naissance N° 18e/152/1900

Bibliographie


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Robert Le Vigan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Robert Le Vigan — (* 7. Januar 1900 in Paris als Robert Charles Alexandre Coquillaud; † 12. Oktober 1972 in Tandil, Argentinien) war ein französischer Schauspieler, ein gefragter und intensiv filmender Charakterstar des heimischen Vorkriegskinos.… …   Deutsch Wikipedia

  • Vigan — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Vigan est un nom de famille notamment porté par : Valéry Vigan (1968 ), journaliste, éditorialiste, directeur de publication Robert Le Vigan (1900… …   Wikipédia en Français

  • Robert de joly — Naissance 5 juillet 1887 Paris Décès  1968 (à 81 ans) Montpellier Nationalité  …   Wikipédia en Français

  • Robert de Joly — Naissance 5 juillet 1887 Paris Décès  1968 (à 81 ans) Montpellier Nationalité …   Wikipédia en Français

  • Robert de Herte — Alain de Benoist Pour les articles homonymes, voir Benoist. Alain de Benoist Nom de …   Wikipédia en Français

  • Le Vigan — bezeichnet: Le Vigan (Gard), eine Gemeinde im französischen Département Gard Le Vigan (Lot), eine Gemeinde im französischen Département Lot Kanton Le Vigan, einen Kanton im französischen Département Gard Arrondissement Le Vigan, ein… …   Deutsch Wikipedia

  • Le Vigan — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Robert Le Vigan, acteur français Pierre Le Vigan, journaliste, essayiste et philosophe français Communes Le Vigan, commune française du Gard Le Vigan,… …   Wikipédia en Français

  • Le Vigan — puede referirse a: Le Vigan, comuna francesa del departamento de Gard. Le Vigan, comuna francesa del departamento de Lot. Robert Le Vigan, actor francés. Esta página de desambiguaci …   Wikipedia Español

  • Le Vigan — Robert Coquillaud …   Eponyms, nicknames, and geographical games

  • Luc Vigan — Alain Dorémieux Cet article fait partie de la série Science fiction La SF à l’écran autre A B C …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.