Robert Guei


Robert Guei

Robert Guéï

Côte d'Ivoire

Armoiries de la Côte d'Ivoire
Cet article fait partie de la série sur la
politique de la Côte d'Ivoire,
sous-série sur la politique.


Pouvoir exécutif :

  • Partis politique
  • Personnalités politique

Pouvoir législatif :

Pouvoir judiciaire et administratif :

Organes de regulations :


 v ·  · m 

Portail politique - Portail national

Robert Guéï, né le 6 mars 1941 à Kabakouma, décédé le 19 septembre 2002, était un officier général. Il a été le dirigeant militaire qui a présidé aux destinées de la Côte d'Ivoire du 24 décembre 1999 au 26 octobre 2000. Fondateur de l'Union pour la démocratie et la paix en Côte d'Ivoire (parti politique),

Sommaire

Formation

Guéï est né à Kabakouma, un village dans la région occidentale de Man. Il est membre du peuple Yacouba. Il est militaire de carrière : enfant de troupe, il est formé à l'école militaire préparatoire de Bingerville jusqu"n classe de troisieme ou il obtient le brevet puis à Ouagadougou sous administration française et enfin après son stage de professionnalisation a william ponty au Sénégal. IEn 1963, il rejoint l'École spéciale militaire de Saint-Cyr où il aura comme camarade promotion le général sénégalais Mountaga Diallo et les militaires ivoiriens suivants: Marcel Dey, Arriko Kouadio, Bendji Moke et Joseph Siei.

Il est aussi breveté de l'École supérieure de guerre française.

Carrière

Il est promu sous-lieutenant, puis lieutenant en 1967, capitaine en 1971, commandant en 1975, lieutenant-colonel en 1978.

Avec le soutien de Félix Houphouët-Boigny, il fait son entrée sur la scène politique en 1982 en mettant à la disposition de sa femme, candidate aux municipales, des véhicules des sapeurs-pompiers militaires dont il est commandant en chef. Sanctionné, il est muté à Korhogo au nord du pays.

En 1989, il aurait participé à la préparation de l'attaque du chef de guerre Charles Taylor contre le Libéria.

Rappelé sur le devant de la scène pour mater une mutinerie de jeunes recrues, qui protestaient contre les retards de salaires, il devient, tout en restant colonel, chef d'État-major des FANCI, Forces armées nationales de Côte d'Ivoire en 1990. Il crée alors la FIRPAC, Force d'Intervention Rapide Para-Commando, qui réprime les révoltes d'étudiants de 1991 et organise notamment, le 17 juin, une expédition punitive à la cité universitaire de Yopougon. En dépit de sa mise en cause par une commission d'enquête sur ces exactions, Gueï est élevé au grade de général « pour services éminents rendus à la nation » après avoir été mis sous surveillance stricte d'une "personnalité de haute moralité" .

En 1991, il est promu au grade de général de brigade. Il est alors chef d'état-major des Forces armées nationales de Côte d'Ivoire (FANCI).

En 1992 à l'issue d'une manifestation violente à Abidjan, il contribue à l'arrestation de Laurent Gbagbo qui est emprisonné à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (Maca) à Yopougon.

En 1993, après le décès d'Houphouët-Boigny, Guéï est limogé par son successeur Henri Konan Bédié en octobre 1995, pour avoir refusé de faire intervenir ses troupes pour réprimer les incidents qui impliquaient les partisans des partis de l'opposition RDR d'Alassane Ouattara et Front populaire ivoirien de Laurent Gbagbo écartés du scrutin et qui appellent au boycott actif. Il est nommé ministre mais encore renvoyé en août 1996 et mis à la retraite de l'armée en janvier 1997 ; il a été soupçonné de fomenter un coup d'État.

Bédié est renversé par un coup d'État le 24 décembre 1999. Se défendant d'en être à l'origine, le général Guéï prend cependant la tête d'un Conseil national de Salut public avant de former un gouvernement avec les principaux partis d'opposition (FPI, RDR, PIT). En est exclu le PDCI, l'ancien parti unique jusque-là au pouvoir.

Surnommé « le Père Noël en treillis », catholique fervent, le général Gueï déclare : « Nous sommes venus balayer la maison ». Il met en place une politique musclée contre la délinquance qui s'est développée à Abidjan à la suite de la crise économique, mais ne parvient pas à surmonter les divisions politiques ivoiriennes et à rétablir la paix et la confiance.

Aux élections d'octobre 2000, après avoir fait campagne sur le thème du refus de toute corruption, il est battu par Laurent Gbagbo du Front populaire ivoirien, mais refuse de reconnaître le résultat, le scrutin étant entaché d'irrégularités. Aussitôt, des manifestations "spontanées" s'opposent à lui, et malgré la répression qui fait environ 300 morts, il doit quitter le pouvoir. Guéï se réfugie à Gouessesso, près de la frontière du Libéria, mais reste une personnalité de la scène politique. Il est invité au forum de réconciliation nationale en 2001 et accepte de s'abstenir de méthodes anti-démocratiques.

En 2001, il crée l`Union pour la démocratie et le progrès en Côte d`Ivoire (UDPCI), d`être l`allié du FPI au Parlement.

Guéï a dénoncé l'accord en septembre 2002, mais est retrouvé tué dans le quartier de Cocody à Abidjan pendant la tentative de coup d'État des rebelles du nord. Son épouse et le ministre de l'intérieur, Émile Boga Doudou, ont été également tués.

Robert Gueï, à l'instar de nombreux dirigeants africains, était membre de la Grande Loge nationale française.

Famille

Il était marié à Rose Guéï et père de 6 enfants: Yves, Franck

Liens externes

Précédé par Robert Guéï Suivi par
Henri Konan Bédié
Président de Côte d'Ivoire
Laurent Gbagbo
  • Portail de la Côte d’Ivoire Portail de la Côte d’Ivoire
Ce document provient de « Robert Gu%C3%A9%C3%AF ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Robert Guei de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Robert Gueï — Robert Guéï Côte d Ivoire Cet article fait partie de la série sur la politique de la Côte d Ivoire, sous série sur la politique. Première République …   Wikipédia en Français

  • Robert Guei — Saltar a navegación, búsqueda Robert Guéï Artículo de la versión en Inglés Robert Guéï (marzo 16to, 1941 hasta septiembre 19, 2002) era el gobernante militar de la Côte d Ivoire de diciembre 24to, 1999 octubre 26, 2000. Guéï nació en Kabakouma,… …   Wikipedia Español

  • Robert Guéï — (March 16, 1941 ndash;September 19, 2002) was the military ruler of the Côte d Ivoire from December 24, 1999 to October 26, 2000.Guéï was born in Kabakouma, a village in the western Man region, and was a member of the Yakouba tribe. He was a… …   Wikipedia

  • Robert Guéï — (* 16. März 1941 in Kabakouma in der Region Man (Elfenbeinküste); † 19. September 2002 in Abidjan) war der militärische Führer der Elfenbeinküste vom 24. Dezember 1999 bis zum 26. Oktober 2000. Guéï wurde in Kabakouma, einem Dorf in der… …   Deutsch Wikipedia

  • Robert Guéï — Pour les articles homonymes, voir Gueï. Robert Guéï Mandats …   Wikipédia en Français

  • Guéï — bezeichnet: Robert Guéï, (* 1941; † 2002), militärischer Führer der Elfenbeinküste Franck Guéi, ivorischer Politiker Diese Seite ist eine Begriffsklärung zur Unterscheidung mehrerer mit demselben Wort bezeichneter Begriffe …   Deutsch Wikipedia

  • Gueï — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Marc Éric Gueï, un footballeur international ivoirien (1980). Robert Guéï, un officier général et une personnalité politique ivoirienne (1941 2002). Guei… …   Wikipédia en Français

  • Guei, Robert — ▪ 2003       Ivorian military leader (b. March 16, 1941, Kabakouma, French West Africa d. Sept. 19, 2002, Abidjan, Côte d Ivoire), mounted in 1999 the first successful coup d état in his native country. His rule lasted only 10 months, but it… …   Universalium

  • Rose Doudou Guei — Rose Doudou Guéï Rose Doudou Guéï était l épouse du Président ivoirien Guéï Robert. Personnalité Rose Doudou Guéï a été Première dame de Côte d Ivoire de décembre 1999 à novembre 2000. Femme de coeur, ardente défenseuse de la condition féminine… …   Wikipédia en Français

  • Rose Guéï — Rose Doudou Guéï Rose Doudou Guéï était l épouse du Président ivoirien Guéï Robert. Personnalité Rose Doudou Guéï a été Première dame de Côte d Ivoire de décembre 1999 à novembre 2000. Femme de coeur, ardente défenseuse de la condition féminine… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.