Revolution roumaine de 1989


Revolution roumaine de 1989

Révolution roumaine de 1989

Drapeaux de la Révolution au Musée militaire de Bucarest

La soit-disant révolution roumaine de 1989 fut une série d'émeutes et de protestations qui se déroulèrent en décembre 1989 et aboutirent au renversement du régime communiste de Nicolae Ceauşescu et à l'exécution du dictateur.

De tous les pays de l'Est ayant renversé le régime communiste après la chute du mur de Berlin au cours de l'automne et l'hiver 1989-1990, la Roumanie fut le seul où cette métamorphose se fit dans le sang : 1 104 morts (dont 564 à Bucarest, 93 à Timişoara, 90 à Sibiu, 66 à Braşov, 26 à Cluj-Napoca) et 3 321 blessés (dont 1 761 à Bucarest).

La nature exacte des événements continue à alimenter la controverse. Les interprétations divergent fortement, allant de la révolution populaire spontanée au coup d'état interne monté par des dirigeants du Parti communiste roumain, aidée de services secrets étrangers, le tout étant accompagné d'une manipulation médiatique dans le but de permette à certains de s'emparer des biens de la nation. L'enrichissement "brutal" de certaines personnes "bien placées" après cette "révolution" en est une preuve incontestable ... même si des noms ne peuvent évidemment, sous peine d'être inquiété comme du temps du dictateur Ceaucescu, être donnés.

Sommaire

Avant la révolution

Comme dans la majorité des pays de l’Europe de l'Est, la population était mécontente de sa situation. La politique économique de Ceauşescu (n'ayant aucun recours à des dettes extérieures, combiné à des projets de constructions surdimensionnées) avait mené à l’appauvrissement de la population. La pauvreté et la suppression de la liberté d’opinion renforcé par la police secrète (Securitate), ont peut-être constitué les principales raisons du déclenchement de la révolution. Mais l'implication de services secrets étrangers dans le déclenchement est assez probable. Même après la chute du Mur de Berlin en novembre 1989 et celle du président de Bulgarie Todor Jivkov, le président roumain, Ceauşescu, dictateur tout-puissant et figure omni-présente a continué d’ignorer le danger proche.

Début à Timişoara

Le 17 mars 1989, six anciens membres du Parti communiste roumain critiquent dans une lettre ouverte la politique économique de Nicolae Ceausescu. Mais peu de temps après, Ceauşescu obtient une victoire d’image, car la Roumanie parvient à rembourser toute sa dette extérieure et il est réélu président le 26 novembre 1989.

Le 16 décembre pourtant, a lieu à Timişoara, une manifestation de soutien contre l’évacuation d’un pasteur protestant d’origine hongroise que la Sécuritate voulait déporter.

La manifestation change bientôt et la foule commence à chanter des chants anti-communistes. La Sécurité réagit par des gaz lacrymogènes et des canons à eau. La manifestation reprend le lendemain. L’armée intervient : des combats de rue, des voitures incendiées, des coups de feu. L’armée envoie des blindés. La manifestation prend fin. Le 18 décembre, un groupe de 30 jeunes gens arbore des drapeaux tricolores sans l’insigne communiste et chantent l’ancien hymne national.

Le 21 décembre, 100 000 ouvriers rentrent dans la ville de Timisoara et commencent à manifester contre le gouvernement. « Nous sommes le peuple », «  L’armée est avec nous ».Les militaires[citation nécessaire], qui avaient été envoyés dans d’autres parties du pays pour réprimer les mouvements de Timisoara, rejoignent les protestataires.

[réf. nécessaire]

La capitale - Bucarest

Les événements de Timisoara ont été décrits par les radios étrangères - qui parlent de massacre de masse et de charniers - et écoutés clandestinement par les Roumains. De retour d’un voyage en Iran, Ceauşescu trouve une situation déjà dégradée en Roumanie. Le 21 décembre, il tient un discours public à Bucarest. La foule commence à s’agiter et peu après un mouvement de protestation commence. Les tentatives de Ceauşescu de calmer la foule restent célèbres : "a-lo! a-lo! a-lo! Alo, attendez tranquillement, chacun à sa place! a-lo! a-lo!". Les gens crient «  Changez le dictateur ». Dans le même temps, de plus en plus de gens sortent dans la rue. L’armée commence à réprimer le mouvement avant 3 heures de matin. Un journaliste français, Jean-Louis Calderon, est tué accidentellement.

Télédiffusion

La révolution roumaine de 1989 a été la première révolution télédiffusée en direct de l'Histoire. Les principaux événements ont eu lieu à Timişoara et Bucarest dans la semaine précédant Noël 1989. Les manifestations et des actions armées ont eu un caractère anti-communiste et la tentative de répression a été brutale, faisant plus de 1 300 victimes[réf. nécessaire].

Les services secrets

En 1978, le lieutenant général Ion Mihai Pacepa, vétéran de la Securitate (les services secrets roumains), avait fait défection et s'était réfugié aux États-Unis, portant un coup sévère au régime et contraignant Ceauşescu à revoir toute l'organisation de la Securitate. En 1986, Pacepa devait révéler, dans son livre Red Horizons: Chronicles of a Communist Spy Chief[1], divers détails sur le régime de Ceauşescu, tels que sa collaboration avec des terroristes arabes, ses entreprises d'espionnage industriel aux États-Unis et ses efforts constants et élaborés pour obtenir le soutien des pays occidentaux.

Le déroulement des événements

"a-lo! a-lo! a-lo! Alo, attendez tranquillement, chacun à sa place! a-lo! a-lo!"
prononcé par Ceausescu depuis son balcon face à la foule peu de temps lors de la Révolution roumaine de 1989

Le régime de Ceauşescu s'effondra après avoir ordonné aux forces armées et à la Securitate d'ouvrir le feu sur les manifestants anti-communistes dans la ville de Timişoara le 17 décembre 1989. Les manifestations faisaient suite à la tentative d'expulsion par le régime, du pasteur hongrois[2] László Tökés ; la rébellion se propagea à Bucarest, probablement aiguillonnée par la décision peu opportune de Ceauşescu d'y organiser le 21 décembre 1989 un rassemblement de masse censé confirmer le soutien populaire au régime. La manifestation, diffusée en direct à la télévision, se transforma en une démonstration massive de protestation contre le régime. Huit minutes après le début du discours de Ceauşescu la foule criait « Timişoara » et Ceauşescu interrompit son discours avec inquiétude tandis que la transmission télévisée était interrompue. Le lendemain, les manifestants envahissaient le palais présidentiel. Le couple Ceaucescu rejoignit un hélicoptère sur le toit du palais pour s'enfuir avec deux conseillers et trois hommes d'équipage dans le but de rejoindre un palais de province et de rassembler les forces encore fidèles au régime. Les manifestants s'attaquèrent ensuite à la chaîne de télévision publique et à 13h parvenaient à en prendre le contrôle. Les forces armées fraternisèrent spontanément avec les manifestants.

La mort du dictateur

Selon la version officielle, Nicolae et Elena Ceauşescu prirent la fuite du palais présidentiel en hélicoptère, prétendument en prenant en otage son pilote menacé à l'aide d'une arme à feu. À cause de manque de carburant, le pilote posa l'hélicoptère dans la campagne, à proximité des bâtiments d'une ferme. S'en serait suivi une fuite erratique du couple présidentiel, au cours de laquelle il aurait notamment été pris en chasse par des citoyens insurgés tentant de les arrêter, avant de parvenir à trouver un répit de courte durée dans une école. Ils auraient finalement été retenus prisonniers pendant plusieurs heures dans une voiture de police, les policiers restant dans l'expectative et écoutant la radio pour deviner dans quel sens le vent allait tourner, avant d'être livrés aux forces armées.

Selon d'autres sources, le général Stanculescu aurait œuvré pour des puissances étrangères (la CIA et le KGB voulant tous deux se débarrasser du dirigeant) et le détournement de l'hélicoptère présidentiel ne serait pas dû au hasard.

Le 25 décembre 1989[3], à la suite d'un procès expéditif de 55 minutes rendu par un tribunal auto-proclamé (une cour martiale de complaisance), réuni en secret dans une école de Târgovişte à 50 km de Bucarest, Nicolae Ceauşescu et Elena Petrescu étaient déclarés « coupables de génocide », étaient condamnés à mort et aussitôt exécutés dans la base militaire de Târgovişte. Le soir même, les images des corps du couple Ceauşescu furent diffusées à la télévision. Ils sont enterrés dans un cimetière de Bucarest dans une tombe sans nom. Plus tard, des rumeurs laisseront entendre que le couple a été torturé avant d'être exécuté.

Le nouveau pouvoir

Timbre roumain commémorant la Révolution

Après la fuite de Ceauşescu, le chaos s’installe à Bucarest. Les révolutionnaires envahissent le bâtiment du Comité central et ses bureaux sont vandalisés. Les portraits du dictateur sont arrachés. La télévision roumaine recommence à émettre. Mircea Dinescu et Ion Caramitru apparaissent avec un groupe de personnalités et annoncent la fuite du dictateur. La suite n'est pas vraiment claire. Un nouveau gouvernement se forme avec des membres du parti communiste. La foule demande un gouvernement sans communistes. Partout, apparaissent de mystérieux assassins cachés qui tirent sur la population. Ils sont appelés « terroristes ».

On demande à l’armée de défendre la télévision. Celle-ci transmet des informations contradictoires. Il y a des nombreux morts et des dégâts matériels. À l’aéroport Otopeni, deux compagnies de l’armée luttent l’une contre l’autre, en disant qu’ils luttent contre les terroristes.

Dans l'après-midi, Iliescu, Roman et Voican établissent un gouvernement provisoire. Ion Iliescu (ancien du régime communiste) annonce à la télévision la création du « Front du Salut national » Les « terroristes » attaquent des lieux importants de la vie sociopolitique – la radio, la télévision, le centre de presse, les aéroports et le ministère de la défense. La nuit du 22 au 23 décembre, les citoyens restent dans les rues et dans les zones de siège pour protéger les institutions libérées.

Le monde médiatique est agité par les rumeurs les plus folles : la tout-puissante Securitate aurait construit un gigantesque labyrinthe sous la ville de Bucarest, ce qui lui permettrait de se transporter secrètement et d'intervenir par surprise n'importe où. La presse internationale relaie ces rumeurs avec complaisance : le téléspectateur occidental assiste alors à des progressions en caméra subjective dans des couloirs souterrains toujours déserts, mais susceptibles de receler des compagnies entières de jusqu'au-boutistes de l'ancien régime.

En 1990, Ion Iliescu, fondateur du Front du Salut national, dignitaire du régime communiste reconverti dans la démocratie à l'occidentale, remporte la première élection présidentielle de l'ère post-communiste.

Analyse

En 2008, on ne connaît toujours pas la vérité. Il y a plusieurs hypothèses contradictoires :

  • une révolution spontanée,
  • un coup d’État interne,
  • un coup d’État avec l'aide de services secrets étrangers.

L’identité des « terroristes » est resté un mystère jusqu'à présent, ainsi que leur relation avec le régime actuel. Aucun « terroriste » n’a jamais été retrouvé ou condamné. D’après certaines recherches, il s'agissait un coup d’État et le général Stanculescu aurait créé des « scénarios » avec des terroristes pour maintenir la peur .

Selon certaines hypothèses, le général Stanculescu aurait œuvré pour le compte de puissances étrangères (la CIA et le KGB cherchant tous deux se débarrasser du dirigeant roumain) et le détournement de l'hélicoptère présidentiel ne serait pas dû au hasard.

Les monographies et les manuels d'histoire présentent des opinions divergentes sur le sujet. Avec le temps qui passe, les choses deviennent de moins en moins claires

Références

  • La révolution roumaine de 1989 (Adrian Balan)
  • Victor Loupan, La Révolution n'a pas eu lieu : histoire d'un coup d'État, Robert Laffont, 1990
  • Transcription du procès
  • Domniţa Ştefănescu, Cinq ans, 1995, Editura "Maşina de Scris", Bucureşti.
  • Viorel Patrichi, "Le sosie de Nicolae Ceauşescu", Lumea Magazin Nr. 12, 2001.
  • Marian Oprea, "Apres 15 ani", Lumea Magazin Nr. 10, 2004.
  • "Suicide ?" , Jurnalul Naţional du 30 décembre 2004.
  • Mark Almond, Uprising: Political Upheavals that have Shaped the World (Răscoală: Schimbări politice care au cutremurat lumea), 2002. Mitchell Beazley, London.
  • Liens Vidéos :
    • Înregistrare video din 20 décembre 1989 de la Timişoara
    • Faceţi culoarul liber să treacă tovarăşul Bălan! - înregistrare video din 22 decembrie 1989 de la Timişoara
    • Înregistrarea video cu ultimul discurs al lui Nicolae Ceauşescu în Piaţa Republicii
    • Eseu foto anonim despre Revoluţia Română din 1989

Notes et références

  1. publié en France en 1988, sous le titre Horizons rouges (Paris, Presses de la Cité. 323 p.)
  2. C'est-à-dire faisant partie de l'importante minorité hongroise de Roumanie.
  3. http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&id_notice=CAB02036560 Journal télévisé d'Antenne 2 du 26 décembre 1989 qui relate l'exécution des Ceauşescu (Archive INA)
  • Portail de la Roumanie Portail de la Roumanie
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail du marxisme Portail du marxisme

Ce document provient de « R%C3%A9volution roumaine de 1989 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Revolution roumaine de 1989 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Révolution roumaine de 1989 — Manifestants roumains. Informations générales Date Du 16 au 25 décembre 1989 Lieu R …   Wikipédia en Français

  • La révolution roumaine de 1989 — Révolution roumaine de 1989 Drapeaux de la Révolution au Musée militaire de Bucarest La soit disant révolution roumaine de 1989 fut une série d émeutes et de protestations qui se déroulèrent en décembre 1989 et aboutirent au renversement du… …   Wikipédia en Français

  • Révolution roumaine — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Révolution roumaine désigne quatre phénomènes historiques différents : la Révolution transylvaine de 1784 ; la Révolution de 1821 en Moldavie et …   Wikipédia en Français

  • Révolution armée — Révolution Pour les articles homonymes, voir Révolution (homonymie). Une révolution est, au sens politique ou social, un mouvement politique amenant, ou tentant d amener, un changement brusque et en profondeur dans la structure politique et… …   Wikipédia en Français

  • Révolution bourgeoise — Révolution Pour les articles homonymes, voir Révolution (homonymie). Une révolution est, au sens politique ou social, un mouvement politique amenant, ou tentant d amener, un changement brusque et en profondeur dans la structure politique et… …   Wikipédia en Français

  • Révolution bourgeoise-démocratique — Révolution Pour les articles homonymes, voir Révolution (homonymie). Une révolution est, au sens politique ou social, un mouvement politique amenant, ou tentant d amener, un changement brusque et en profondeur dans la structure politique et… …   Wikipédia en Français

  • Révolution dans les mentalités — Révolution Pour les articles homonymes, voir Révolution (homonymie). Une révolution est, au sens politique ou social, un mouvement politique amenant, ou tentant d amener, un changement brusque et en profondeur dans la structure politique et… …   Wikipédia en Français

  • Révolution des prolétaires — Révolution Pour les articles homonymes, voir Révolution (homonymie). Une révolution est, au sens politique ou social, un mouvement politique amenant, ou tentant d amener, un changement brusque et en profondeur dans la structure politique et… …   Wikipédia en Français

  • Révolution des élites — Révolution Pour les articles homonymes, voir Révolution (homonymie). Une révolution est, au sens politique ou social, un mouvement politique amenant, ou tentant d amener, un changement brusque et en profondeur dans la structure politique et… …   Wikipédia en Français

  • Révolution intérieure — Révolution Pour les articles homonymes, voir Révolution (homonymie). Une révolution est, au sens politique ou social, un mouvement politique amenant, ou tentant d amener, un changement brusque et en profondeur dans la structure politique et… …   Wikipédia en Français