Rene Madec


Rene Madec

René Madec

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Madec.
René Madec

René Madec (1736-1784) est un marin et un aventurier, né et mort à Quimper (département du Finistère, région Bretagne). Issu d’une famille modeste, il s’embarque à 11 ans et navigue sur les bateaux de la Compagnie des Indes. Il participe aux conflits franco-britannique en Inde et crée une armée privée qu’il met au service des princes indiens et du Grand Moghol, qui le fait Nabab. Combattant avec les Français contre les Britanniques, il revient au pays après la capitulation. Le Roi l’anoblit et le décore, ce qui lui permet de jouir de sa fortune et de se faire construire de belles demeures à Quimper et aux alentours. Il meurt d’une chute de cheval.

Sommaire

Les premiers voyages

Né le 27 février 1736, René Madec est le huitième enfant de François Madec, maître d’école et de Corentine-Manon Melin, tenancière d’auberge. Pendant son enfance, il est plus attiré par l’activité des quais du port de Quimper que celle de l’école, son avenir de marin est décidé.

À l’âge de 9 ans, il embarque pour la première fois pendant quatre mois, sur un caboteur de vin, basé à Bordeaux. À l’issue de ce premier contact avec la mer, son père lui fait suivre des cours de navigation et d’hydrographie dans le but d’intégrer le Bataillon d’Orient de la Compagnie des Indes, avec le grade d’officier. Il n’a que 11 ans quand il embarque à Lorient sur la Valeur, un bateau négrier qui va charger sa cargaison de « bois d’ébène » (esclaves) au Sénégal à destination de Saint-Domingue.

L’Inde

Matelot et soldat

En 1750, nouveau départ de Lorient à destination de Pondichéry, voyage à bord de l’Auguste durant lequel il échappe au scorbut et au typhus. Ce séjour de quelques mois l’imprègne pour toujours des charmes de l’Inde ; la route vers l’Europe est ponctuée d’une escale de deux mois au Brésil, alors aux mains des Portugais. De retour en Bretagne où il reste huit mois sans emploi, il n’a pour seul projet que retourner dans ce pays exotique. Cela se produit en 1752 et dés son arrivée, il rejoint l’armée de Joseph François Dupleix qui affronte les troupes britanniques, parties à la conquête du territoire indien, direction Trichinapaly. Après de nombreux engagements armés, la paix entre Français et Britanniques est signée ; Dupleix, désavoué, retourne en France. Madec, après avoir servi comme soldat pendant trois ans, songe à rentrer chez lui, mais il ne parvient pas à dépasser l’île Bourbon et doit s’engager comme matelot pour faire du transport entre les îles de l’océan Indien.

En 1756, la guerre reprend entre les belligérants, Madec regagne Pondichéry à bord du Duc d’Orléans, après avoir servi dans la marine de commerce, il entre dans la marine de guerre. Quand il apprend que son escadre va regagner l’île Maurice (alors île de France), il décide de déserter et il gagne le continent à la nage. Il s’engage dans le bataillon de marine formé par le chevalier du Pouët où il est nommé au grade de sergent et le 11 décembre 1758, les troupes françaises arrivent à Madras pour assiéger les Britanniques ; le siège de Madras dure quarante cinq jours, c’est un échec. Commence alors une longue errance guerrière et aventureuse à travers l’Orissa, les Circars, le Dekkan et la Carnatique, Madec se voit confier le commandement d’une troupe de 400 Cipayes. En 1760, Lally-Tollendal, qui se trouve dans une situation délicate, fait appel au Breton dont il a entendu parler des exploits et de sa témérité et le fait entrer aux grenadiers à cheval. Un fantaisiste projet d’attaque de Madras est mis sur pied, mais les troupes françaises sont contraintes de s’enfermer dans la forteresse de Gingy et capitulent au bout de cinq mois. Madec est fait prisonnier par les Britanniques et enfermé au fort de Madras. Afin de sortir de prison et de ne pas y mourir de faim, il accepte, ainsi qu’une centaine de prisonniers français, de s’engager dans les troupes ennemies, il est envoyé à Calcutta où il reste en garnison pendant un an. Il met ce temps à profit pour étudier les dialectes locaux, les coutumes et la situation politique du pays. Après avoir participé à la déroute de l’armée du nabab du Bengale Kassem-Ali-Khan pour le compte des Britanniques, il prend la direction d’une mutinerie qui gagne le camp du nabab vaincu, près de Vârânasî, où sont aussi présents le Grand Moghol Shâh Âlam II et le vizir Sudjah Dowlah. C’est le début de sa carrière de chef de guerre, de conseiller influent et de sa fortune.

Nabab

En 1764, il est à la tête d’une armée privée, forte d’environ 1 500 hommes qu’il met au service des rajah puis du Grand Moghol lui-même. Parallèlement à ses activités guerrières, il commence à se bâtir une fortune colossale. Au début de 1766, il épouse la fille d’un conseiller du prince Shuja, Marie-Anne Barbette, âgée de 13 ans, dont la famille est d’origine française, les noces et les festivités semblent avoir été excessivement fastueuses et dispendieuses.

Vers 1767, il soutient les Jats dans le conflit qui les oppose aux Rajputs, ses victoires décisives sont très largement récompensées en argent et en or, ce qui lui permet d’acheter un palais à Bhaktapur, dans lequel il s’installe avec son épouse et leur fils qui vient de naître en 1768, Balthazar-René-Félix. Une nouvelle victoire lui vaut le titre honorifique de Panchazari et sa fortune considérable lui fait envisager son retour en France. Mais le représentant du gouvernement français à Chandernagor souhaite un rapprochement avec les princes indiens dans le but de contenir les Britanniques et éventuellement les expulser du Bengale. Madec repart en guerre pour le compte de l’empereur Moghol, Shâh Âlam II, qui l’honore du titre de nabab, en remerciement des services militaires rendus. Il lui confère aussi le titre de Bocci, qui le place au troisième rang de la hiérarchie impériale, juste après le Grand Vizir et le dote d’un vaste jaguir (sorte de fief). Son armée compte maintenant 6 000 hommes, il est devenu un des hommes les plus importants et les plus influents de l’Hindustan. Avec sa famille, qui s’est agrandie d’une fille, Marie-Anne, il vit quelque temps à Delhi, puis à Hyderabad, il arrive enfin à Pondichéry en février 1778. Il s’engage, une fois encore, lors du siège de la ville et le blocus du port les Britanniques. Le 18 octobre, c’est la capitulation, deux mois plus tard, muni d’un sauf-conduit, Madec quitte l’Inde et revient en France.

Dernières années à Quimper

Le 11 janvier 1779, c’est le départ pour la France, sur le Brisson. Après une escale à l’île Maurice, le bateau arrive en Europe où il est attaqué au large de l’Espagne par des corsaires britanniques. Fait prisonnier, René Madec est détenu deux mois en Irlande. Débarqué à Lorient, il se rend à la cour à Versailles où il doit remettre à Louis XVI qui le reçoit, le rapport du gouverneur Guillaume Léonard de Bellecombe, sur le siège de Pondichéry. On l’informe que depuis 2 ans (1er janvier 1777), il a le grade de colonel et qu’il est reçu dans l’Ordre royal et militaire de Saint-Louis. Il est, peu de temps après, anobli par le roi.

René Madec se retire à Quimper, muni de sa fortune et s’installe dans un hôtel particulier (au n° 5 d’une rue qui porte aujourd’hui son nom). Il acquiert deux domaines, Coatfao en Pluguffan et Prat an Raz en Penhars, où il fait reconstruire le château. En 1782, naissance d’une fille, Marie-Henriette. Il meurt le 28 juin 1784 des suites d’une chute de cheval, son épouse lui survit jusqu’en 1841.

L’artiste Bartabas s’est inspiré de la vie de René Madec pour son spectacle équestre Voyage aux Indes galantes, en 2005 au château de Versailles.

Sources et Bibliographie

  • Albert Le Bail, Le Nabab – René Madec, La Découvrance éditions, Bouhet, 2004, (ISBN 2-84265-292-4).
  • Jean-Loup Avril, Mille Bretons, dictionnaire biographique, Les Portes du large, Saint-Jacques-de-la-Lande, 2002, (ISBN 2-914612-10-9).
  • Max Vignes, L'histoire du Nabab René Madec, Terre de brume, Rennes, 1995, (ISBN 2908021552).
  • Émile Barbe (ancien Conseiller à la Cour d’Appel de Pondichéry), Le Nabab, René Madec - histoire diplomatique des projets de la France sur le Bengale et le Pendjab (1772-1808) - d’après nos papiers d’état originaux et inédits et les archives privées de la famille Madec. Félix Alcan éditeur, Paris, 1894.

Roman

  • Irène Frain, Le Nabab, Éditions Jean-Claude Lattès, Paris, 1982, (ISBN 2253044733).
  • Portail de la Bretagne Portail de la Bretagne
  • Portail du monde maritime Portail du monde maritime
Ce document provient de « Ren%C3%A9 Madec ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Rene Madec de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • René Madec — Pour les articles homonymes, voir Madec. René Madec René Madec (1736 1784) est un marin et un aventurier, né et mort à Quimper (département du …   Wikipédia en Français

  • Rene Vautier — René Vautier Pour les articles homonymes, voir Vautier. René Vautier Naissance 15 janvier 1928 Camaret sur Mer   …   Wikipédia en Français

  • René Maran — (* 8. November 1887 in Fort de France, Martinique; † 9. Mai 1960) war ein französischer Schriftsteller, der von den Antillen stammte. Marans Vater arbeitete in der Kolonialverwaltung. Maran wurde auf einem Schiff geboren, das die Familie nach… …   Deutsch Wikipedia

  • Madec — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Patronyme L’abbé Jean François Madec (1879 1936), pionnier de l’action sociale et ardent défenseur de la culture bretonne Monseigneur Joseph Madec, évêque …   Wikipédia en Français

  • René de la Poix de Fréminville — Jean Merrien René de la Poix de Fréminville (3 juin 1905 7 juin 1972), plus connu sous le nom de plume de Jean Merrien, est un navigateur et écrivain français spécialiste de l histoire maritime. Sommaire 1 Biographie 1.1 Origines 1.2 L avant… …   Wikipédia en Français

  • René Vautier — Pour les articles homonymes, voir Vautier. René Vautier Données clés Naissance 15 janvier 1928 Camaret sur Mer …   Wikipédia en Français

  • Rene-Marie Madec — (February 7 1736 1784), called Medoc in Anglo Indian writings, was a French adventurer in India.Madec was born at Quimper in Brittany of poor parents. Aged twelve, he embarked as ship s boy on a boat from Lorient heading for the island of… …   Wikipedia

  • René Garrec — Mandats Président du conseil régional de Basse Normandie 1986 – 2004 Électio …   Wikipédia en Français

  • René Teulade — Parlementaire français Date de naissance 17 juin 1931 (1931 06 17) (80 ans) Mandat Sénateur Début du ma …   Wikipédia en Français

  • René Beaumont — Mandats Sénateur de Saône et Loire Actuellement en fonction …   Wikipédia en Français