Records divers depuis les debuts du tennis

Records divers depuis les debuts du tennis

Records divers depuis les débuts du tennis

Le tennis est l'un des sports professionnels les plus médiatisés, et de très nombreux champions se sont illustrés depuis les origines de la discipline. Certains l'ont marqué par le nombre de titres qu'ils ont remportés, par leurs victoires dans les tournois du Grand Chelem, ou encore par la vitesse maximale de leurs services. Voici donc une liste de records divers depuis les débuts du tennis.

Sommaire

Nombre de tournois majeurs gagnés en simple messieurs y compris les tournois majeurs professionnels d'avant 1968

Les trois tournois professionnels (Wembley Pro, French Pro et U.S. Pro) jusqu'en 1967 inclus (avant l'ère open) sont quelquefois considérés comme constituant le Grand Chelem professionnel par des historiens du tennis comme Robert Geist dans son livre DER GRÖSSTE MEISTER Die denkwürdige Karriere des australischen Tennisspielers Kenneth Robert Rosewall ou encore Raymond Lee dans son article Greatest Player of All time: A Statistical Analysis [1]

Ken Rosewall: 23 titres majeurs en simple

  • Tournois du Grand Chelem (8 titres)
    • Australian Championships (joueurs professionnels exclus): 1953, 1955
    • Australian Open (amateurs et professionnels acceptés): 1971, 1972
    • French Championships (joueurs professionnels exclus): 1953
    • French Open (amateurs et professionnels acceptés) : 1968
    • U.S. Championships (joueurs professionnels exclus): 1956
    • U.S. Open (amateurs et professionnels acceptés) : 1970
  • Tournois professionnels majeurs avant l' ère open (15 titres)

Rod Laver : 19 titres majeurs en simple

  • Tournois du Grand Chelem (11 titres)
    • Australian Championships (joueurs professionnels exclus): 1960, 1962
    • Australian Open (amateurs et professionnels acceptés): 1969
    • French Championships (joueurs professionnels exclus): 1962
    • French Open (amateurs et professionnels acceptés): 1969
    • Wimbledon (joueurs professionnels exclus): 1961, 1962
    • Wimbledon (amateurs et professionnels acceptés): 1968, 1969
    • U.S. Championships (joueurs professionnels exclus): 1962
    • U.S. Open (amateurs et professionnels acceptés): 1969
  • Tournois professionnels majeurs avant l'ère open (8 titres)
    • U.S. Pro: 1964, 1966, 1967
    • French Pro: 1967
    • Wembley Pro: 1964, 1965, 1966, 1967

Roger Federer: 15 titres majeurs en simple

  • Tournois du Grand Chelem (15 titres)
    • Open d'Australie (amateurs et professionnels acceptés): 2004, 2006, 2007
    • Roland Garros (amateurs et professionnels acceptés) : 2009
    • Wimbledon (amateurs et professionnels acceptés) : 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2009
    • U.S. Open (amateurs et professionnels acceptés) : 2004, 2005, 2006, 2007, 2008

Pete Sampras: 14 titres majeurs en simple

  • Tournois du Grand Chelem (14 titres)
    • Open d'Australie (amateurs et professionnels acceptés): 1994, 1997
    • Wimbledon (amateurs et professionnels acceptés) : 1993, 1994, 1995, 1997, 1998, 1999, 2000
    • U.S. Open (amateurs et professionnels acceptés) : 1990, 1993, 1995, 1996, 2002

Pancho Gonzales: 14 titres majeurs en simple

  • Tournois du Grand Chelem (2 titres)
    • U.S Championships (joueurs professionnels exclus): 1948, 1949
  • Tournois professionnels majeurs avant l'ère open (12 titres)
    • U.S. Pro: 1953, 1954, 1955, 1956, 1957, 1958, 1959, 1961
    • Wembley Pro: 1950, 1951, 1952, 1956

Bill Tilden: 13 titres majeurs en simple

  • Tournois du Grand Chelem (10 titres)
    • U.S. Championships (joueurs professionnels exclus): 1920, 1921, 1922, 1923, 1924, 1925, 1929
    • Wimbledon (joueurs professionnels exclus): 1920, 1921, 1930
  • Tournois professionnels majeurs avant l'ère open (3 titres)
    • French Pro: 1934
    • U.S. Pro: 1931, 1935

Roy Emerson : 12 titres majeurs en simple

  • Tournois du Grand Chelem (12 titres)
    • Open d'Australie (joueurs professionnels exclus): 1961, 1963, 1964, 1965, 1966, 1967
    • Roland Garros (joueurs professionnels exclus): 1963, 1967
    • Wimbledon (joueurs professionnels exclus): 1964, 1965
    • U.S. Open (joueurs professionnels exclus): 1961, 1964

Björn Borg : 11 titres majeurs en simple

  • Tournois du Grand Chelem (11 titres)
    • Roland Garros (amateurs et professionnels acceptés) : 1974, 1975, 1978, 1979, 1980, 1981
    • Wimbledon (amateurs et professionnels acceptés) : 1976, 1977, 1978, 1979, 1980

Tableau récapitulatif

Joueur Tournois du Grand Chelem (amateurs ou open)1 Majeurs Pros (jusqu'en 1967)2 Total Majeurs3
Björn Borg 11 0 11
Roy Emerson 12 0 12
Roger Federer 15 0 15
Pancho Gonzales 2 12 14
Rod Laver 11 8 19
Ken Rosewall 8 15 23
Pete Sampras 14 0 14
Bill Tilden 10 3 13

1 Nombre de tournois du Grand Chelem (amateurs jusqu'en janvier 1968, open à partir de mai 1968) remportés.
2 Nombre de tournois majeurs professionnels (aussi appelés "tournois du Grand Chelem professionnel") remportés avant l'ère open débutée en avril 1968.
3 Total du nombre de tournois majeurs remportés.

Avant 1968 le circuit professionnel était (beaucoup) moins populaire que le circuit traditionnel amateur. Un exemple : 6 juillet 1957 Lew Hoad, le meilleur amateur du monde et donc le joueur le plus populaire du moment remporte le tournoi de Wimbledon amateur en balayant son successeur à la tête du tennis amateur, Ashley Cooper, 6-2, 6-1, 6-2. Ce tournoi engrange des recettes grâce à son succès populaire bien qu'il soit interdit aux professionnels. Le 15 juillet Hoad joue son premier match professionnel au Tournament of Champions Pro à Forest Hills en compagnie des meilleurs pros de l'époque, Gonzales, Segura, Sedgman, Rosewall et Trabert. Pour illustrer le niveau des professionnels, Hoad qui avait survolé les amateurs à Wimbledon, n'a gagné que 2 simples lors de ses 11 premiers matches professionnels. Forest Hills Pro a été un échec financier bien que les 6 meilleurs joueurs du monde furent présents contrairement à Wimbledon amateur qui n'avait dans son tableau aucun des 5 meilleurs joueurs du moment, tous professionnels. Le circuit pro n'étant donc pas populaire et par conséquent peu viable financièrement, n'importe quel tournoi pouvait être annulé à tout moment du fait du nombre de spectateurs souvent faible et de la couverture télévisuelle quasi nulle. Par conséquent le circuit professionnel ne pouvait pas à l'époque instaurer une réelle tradition contrairement au circuit amateur. Et même dans le circuit amateur l'importance des compétitions changeait d'une année sur l'autre car les joueurs amateurs étaient entièrement soumis au bon vouloir de leurs dirigeants et ils ne pouvaient absolument pas choisir les tournois où ils souhaitaient jouer : par exemple von Cramm ne fut pas autorisé à disputer les simples de Roland Garros en 1937 (mais fut obligé de jouer les doubles) ni aucun tournoi du Grand Chelem entre Roland Garros 1938 et Forest Hills 1939. Norman Brookes, alors président de la Fédération australienne, n'autorisa pas John Bromwich alors meilleur joueur de son pays à disputer Wimbledon 3 années de suite (1938, 1939, 1946) car la priorité de Brookes était que l'Australie ramène la Coupe Davis et qu'aucune considération individuelle ne pouvait entrer en ligne de compte. Les exemples de ce type foisonnent dans le tennis jusqu'à l'orée des années 1970.

Depuis 1983, la tradition est forte dans le tennis et la hiérarchie des compétitions est très claire : 1) Wimbledon, 2) l'US Open et Roland Garros, 4) l'Australian Open et loin derrière 5) la Masters Cup, 6) la Coupe Davis.

Mais avant 1983 et surtout avant 1968, date de début de l'ère open, la hiérarchie des événements tennistiques évoluait quasiment chaque année : en 1934 l'US Pro fut un tournoi de très haut rang avec tous les meilleurs joueurs pros mais en 1936 ce même tournoi n'opposa que des enseignants professionnels sans aucun des meilleurs pros.

Par conséquent pour une année donnée un tournoi professionnel n'était majeur que s'il attirait les meilleurs pros et pouvait rapidement devenir un tournoi de second rang quand son tableau manquait de densité.

Avant l'ère open outre les nombreux petits tournois et les classiques tournées professionnelles opposant deux (voire 4 ou 6) têtes d'affiche, certains tournois professionnels majeurs furent organisés:

a) Quelques-uns survécurent seulement quelques années à cause principalement de soucis financiers et d'autres prirent temporairement de l'importance quand d'autres grands tournois ne furent pas organisés  :

  • la Bristol Cup (organisée soit à Beaulieu soit à Cannes) dans les années 1920
  • le Queen's Club Pro (seulement en 1928)
  • le tournoi de Southport (appelé the International Pro Championship of Britain) dans les années 1930
  • le World Pro Championships à Berlin dans les années 1930
  • the U.S Pro hardcourt à Los Angeles en 1945 (qui fut le tournoi pro qui attira le plus de grands joueurs cette année-là, la dernière de la Seconde Guerre mondiale)
  • Philadelphia Pro 1950-1952
  • le "Tournament of Champions" Pro à Los Angeles en 1956 et à Forest Hills dans les années qui suivirent (à ne pas confondre avec l'"U.S. Pro" qui fut organisé dans divers lieux dont ... Forest Hills)
  • quelques Masters Pro Round Robin à Los Angeles (1957, 1958)
  • l'Australian Pro (il n'y eut que trois éditions en 1954, 1957 et 1958)
  • Madison Square Garden Pro (1966, 1967)
  • Wimbledon Pro (1967)
  • ... et quelques autres tournois pros en Australie et en Afrique du Sud.

b) il y eut aussi quelques épreuves professionnelles par équipes calquées sur le format de la Coupe Davis comme la Bonnardel Cup dans les années 1930 et la Kramer Cup (1961-1963)

c) Néanmoins trois tournois survècurent plus ou moins avec certaines fois toute la crème du tennis et d'autres fois avec très peu des meilleurs joueurs : le London Indoor Professional Championship organisé à Wembley dans la banlieue de Londres souvent appelé "Wembley Pro" pour simplifier. Disputé entre 1934 et 1990 avec certaines interruptions, il fut souvent considéré comme le plus important tournoi professionnel. Le plus vieux des trois tournois fut le United States Professional Championship ("U.S. Pro"), organisé entre 1927 et 1999 avec une interruption en 1944 et quelques-unes dans les années 1990. Le promoteur (et ancien joueur pro) Jack March organisa le tournoi de Cleveland de 1950 à 1964 en l'appelant pompeusement the World Professional Championships : ce tournoi fut assimilé à l'U.S. Pro en 1950 et de 1952 à 1962. Le troisième grand tournoi qui survécut assez longtemps furent les Internationaux de France Professionnels ("the French Professional Championships" ou plus simplement the "French Pro"), à Paris, qui fut organisé pour la première fois au moins en 1934 (et peut-être avant mais les sources ne sont pas claires) jusqu'en 1968. Ce tournoi eut lieu soit à Roland Garros, et dans ce cas il fut aussi appelé "Championnat du Monde Professionnel sur terre battue", soit au stade Pierre de Coubertin de 1963 à 1967, soit peut-être au Palais des Sports en 1953 (il n'est pas sûr que l'édition 1953 fut officiellement considérée comme un "French Pro"). Les tournois britannique et américain continuèrent un peu pendant l'Ère Open mais perdirent de leur importance face aux nouveaux tournois du Grand Chelem Open, aux WCT Finals et aux Masters (le French Pro connut sa dernière édition lors de la première année open).

Ainsi pour une année donnée ces trois championnats pouvaient être les plus grandes compétitions comme en 1964 ou ne l'étaient pas forcément comme en 1959 où les plus grands tournois furent probablement Forest Hills Pro, le Masters Pro à Los Angeles et presque tous les tournois en Australie devant Wembley Pro, le French Pro ou l'U.S. Pro (disputé à Cleveland cette année-là).

Ces 3 tournois furent considérés par certains experts du tennis comme les 3 tournois du Grand Chelem professionnel (jusqu'en 1967). Certaines années comme en 1948, 1 seul de ces tournois fut organisé (l'U.S. Pro en l'occurrence) voire aucun comme en 1944 : ceci explique que les records des joueurs professionnels sont moins impressionnants que ceux des joueurs de l'ère open mais ceci ne signifie pas que ces joueurs furent moins grands que ceux d'aujourd'hui.

Remarque fondamentale

Tous les records de cet article doivent être considérés avec prudence car

a) ils mêlent des performances des circuits amateur (jusqu'en 1967), professionnel (jusqu'en 1967) et open (depuis 1968)

et b) ils ne tiennent pas toujours compte des plus grandes épreuves d'une année donnée (cf. exemple de l'année 1959).

Par exemple les victoires amateures de Rosewall entre 1953 et 1956 ne valent pas grand chose car les tous meilleurs qui étaient pros ne purent disputer les mêmes épreuves que Rosewall à cette époque.

Autre exemple : lorsque Rod Laver a remporté le Grand Chelem amateur en 1962 il ne fut probablement que le 5e joueur du monde à l'époque derrière Rosewall, Hoad, Segura et Gimeno tous professionnels et par conséquent son Grand Chelem de 1962 ne vaut rien. En 1967 ce même Rod Laver fut omnipotent sur surfaces rapides et remporta les plus grands tournois pros de cette année-là, Wimbledon Pro (gazon), U.S. Pro (gazon), Wembley Pro (indoor bois, surface la plus rapide jamais utilisée en tennis) et French Pro (indoor bois). Dans les records classiques ces tournois ne sont jamais pris en compte puisque seuls les tournois amateurs le sont en 1967 mais personne à l'époque ne contestait la suprématie de Laver : dans ce paragraphe "Records divers" trois de ces tournois sont pris en compte.

En réalité pour comparer les records des joueurs d'avant 1968 avec ceux des joueurs de l'ère open il faudrait sélectionner depuis les débuts des tennis les 4 plus grandes épreuves de chaque année, sachant que celles-ci ont varié d'une année sur l'autre (certaines années il est très difficile d'extraire les 4 plus grands événements tennistiques). Ainsi par exemple le record de Ken Rosewall de 23 victoires, indiqué ci-dessus, serait ramené à environ 21 tournois "équivalents aux tournois du Grand Chelem actuel"  : Wembley Pro 1957, 1960, 1961, 1962, 1963 - New York City-Madison Square Garden Pro 1966 - French Pro 1958, 1960, 1961, 1962, 1963, 1964, 1965, 1966 - French Open 1968 - U.S. Pro 1963, 1965 - U.S. Open 1970 - Australian Open 1971 - WCT Finals 1971, 1972. Dans cette liste disparait donc les grands succès amateurs de Rosewall (Australie 1953, 1955 - Roland Garros 1953 - États-Unis 1956) ainsi que l'Australian Open de 1972 sans grandes vedettes mais par contre apparaissent les plus grands tournois pros d'avant 1968 qui n'étaient pas toujours les 3 classiques cités auparavant.

Article détaillé : Ken Rosewall.

Nombre de tournois gagnés en simple messieurs depuis 1877 (liste provisoire et évolutive en fonction des nouvelles découvertes)

Sources: ATP; Michel Sutter, Vainqueurs Winners 1946-2003, Paris 2003; Joe McCauley, The History of Professional Tennis, London 2001; Robert Geist, Der Grösste Meister Die denkwürdige Karriere des australischen Tennisspielers Kenneth Robert Rosewall, Vienna 1999 ; Tony Trabert dans Tennis de France; ATP; John Barrett editor, World of Tennis Yearbooks, London 1969,1983

  1. Rod Laver : 199 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant en version française et anglaise )
  2. Jimmy Connors : 148 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  3. Ivan Lendl : 144 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant en version française)
  4. Jaroslav Drobny : 138 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  5. Ken Rosewall : au moins 133 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  6. Bill Tilden : au moins 130 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  7. Roy Emerson : 120 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  8. Tony Wilding : au moins 112 tournois (cf. detail complet dans l'article correspondant)
  9. John McEnroe : 102 tournois (cf. detail complet dans l'article correspondant
  10. Björn Borg : 100 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  11. Bobby Riggs : 95 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  12. Pancho Gonzales : 91 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  13. Ilie Nastase : 87 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  14. Gardnar Mulloy : 82 tournois
  15. Budge Patty : 78 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  16. Andre Agassi : 75 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  17. Manuel Santana : 74 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  18. Arthur Ashe : 73 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  19. Martin Mulligan : 72 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  20. John Newcombe : 72 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  21. Guillermo Vilas : 71 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  22. Roger Federer : 65 tournois (inclut Brest Challenger en janvier 1999, St Anton Isopeed Trophy en décembre 2001,et AAMI Kooyong Classic en janvier 2005 et janvier 2009)
  23. Pete Sampras : 64 tournois
  24. Bob Hewitt : 62 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  25. Stan Smith : 60 tournois
  26. Tony Trabert : 57 tournois
  27. Vic Seixas : 56 tournois
  28. Nicola Pietrangeli : 54 tournois
  29. Fred Perry : 51 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  30. Boris Becker : 51 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant)
  31. Tom Okker : 51 tournois (cf. détail complet dans l'article correspondant).

Avant 1972 les résultats du tennis n'étaient pas systématiquement enregistrés comme maintenant avec la FIT (Fédération Internationale de Tennis) et l'ATP. Beaucoup ont été perdus voire jamais sauvegardés. En particulier énormément de résultats professionnels d'avant 1968 ont disparu. Malgré tout les plus importants ont été préservés. Actuellement les données de l'ATP ne sont pas exhaustives, loin de là : elles débutent seulement en 1968 et encore beaucoup de compétitions ne sont pas enregistrées jusqu'en 1970 et même après pas mal de tournois n'y figurent pas, par exemple : le Dunlop Sydney Open en mars 1970 ou les New South Wales Championships en 1973 ou 1974.

Donc les totaux enregistrés ici sont forcément supérieurs à ceux de l'ATP (cf. exemple de Connors, Lendl, McEnroe, Nastase, Ashe ou Borg (par exemple la 1re victoire de celui-ci à Helsinki en 1973 ne figure pas dans les statistiques de l'ATP)). Autre remarque : Michel Sutter a choisi environ 150 à 200 tournois pour chaque année dans son livre, notamment quelques tournois sur invitation et aussi des tournois qui dans les années 1940-1980 étaient les équivalents des tournois challenger de maintenant. Au début des années 1990 quand ces derniers tournois sont apparus, Sutter les a inclus dans ses listes. Sutter, étant la source principale de cette partie de l'article, ceci explique que le nombre de victoires de Federer affiché ici est supérieur de deux unités à celui publié par l'ATP.

Joueurs de tennis ayant remporté le plus de tournées professionnelles majeures avant l'ère open

Pancho Gonzales: 7 tournées professionnelles majeures

  • 3 janvier 1954 - Mai 1954: cette tournée a eu lieu aux États-Unis et comprenait Pancho Segura, Frank Sedgman, Donald Budge et Carl Earn. Gonzales mena face à Segura 30-21 (ou 30-20) et Sedgman 30-21 (ou 30-20). Segura a mené Sedgman 23-22. Budge n'a gagné que quelques matches contre les trois autres (et un seul contre Gonzales) et fut remplacé par en Mars par Earn.
  • 9 décembre 1955 - 3 juin 1956: ce fut un tête-à-tête aux États-Unis contre Tony Trabert. Gonzales gagna 74-27.
  • Janvier 1957 - Mai 1957: ce fut une tournée mondiale contre Ken Rosewall. Gonzales vainqueur 50-26.
  • Janvier 1958 - Mai 1958: ce fut une tournée mondiale contre Lew Hoad. Gonzales vainqueur 51-36.
  • 20 février 1959 - Avril (?) 1959: ce fut une tournée mondiale avec Hoad, Ashley Cooper, et Mal Anderson. Gonzales termina avec un score de 47-15 devant Hoad 42-20, Cooper 21-40, et Anderson 13-48.
  • Janvier ? 1960 - Juin ? 1960 : ce fut une tournée mondiale avec Rosewall, Segura, et Alex Olmedo. Gonzales vainqueur 49-8 puis Rosewall 32-25, Segura 22-28, et Olmedo 11-44.
  • 30 décembre 1960 ou 1er janvier 1961 - 28 mai 1961: ce fut une tournée mondiale avec Gonzales (Segura se substituant occasionnellement à Gonzales), Andres Gimeno, Hoad (avec Trabert, Cooper, et Sedgman se substituant occasionnellement à Hoad), Barry MacKay, Olmedo, et Butch Buchholz. Dans la première phase, Gonzales termina avec un score de 33-14 record (en incluant les matches de Segura) puis Gimeno 27-20, Hoad 24-23 (comprenant les matches de Trabert, Cooper, et Sedgman), MacKay 22-25, Olmedo 18-29, et Buchholz 16-31. Dans la seconde et dernière phase, Gonzales vainquit Gimeno 21-7 (et Sedgman, remplaçant définitivement Hoad, domina MacKay pour la 3e place).

Ellsworth Vines: 5 tournées professionnelles majeures

  • 10 janvier 1934 - 17 mai 1934 : tournées en Amérique du Nord contre Bill Tilden : score définitif inconnu mais les deux joueurs disputèrent un peu plus de 50 matches et Vines mena par 19 victoires de plus que Tilden (Vines domina aussi Henri Cochet 10-0 et Martin Plaa 8-2 lors d'une petite tournée aux USA opposant une équipe de France à une équipe des États-Unis (Tilden étant le partenaire de Vines)
  • 9 janvier 1935 - avril 1935 : tournée en Amérique du Nord contre Les Stoefen puis Hans Nüsslein (et Tilden occasionnellement) : Vines a battu Lester Stoefen 25-1 puis une fois que ce dernier est tombé malade, Vines a alors dominé Nüsslein environ 3 matches sur 4 (sans plus de précision), et quelquefois il rencontra et vainquit Tilden (considéré comme une vedette plus attractive que Nüsslein)
  • 11 janvier 1936- 11 mai 1936 : tournée aux États-Unis contre Stoefen : résultats finaux inconnus mais au 29 mars, Vines menait 33-5 (en octobre et novembre, Vines et Tilden s'affrontèrent dans une tournée en Asie : les résultats finaux ne sont pas connus mais à la fin de la partie japonaise de la tournée Vines menait Tilden 8-1)
  • 6 janvier 1937 - 12 mai 1937 : tournée en Amérique du Nord contre Fred Perry : Vines vainqueur 32-29 (dans une petite tournée des Îles Britanniques, 25 mai - 15 juin, Perry vainquit Vines 6-3)
  • 11 janvier 1938 - 30 mai 1938 : tournée aux États-Unis contre Fred Perry : Vines gagna 49-35 (ou 48-35) (lors d'une petite tournée aux Caraïbes, du 15 au 29 novembre, les deux joueurs finirent ex aequo : 4 partout)

Jack Kramer: 4 tournées professionnelles majeures

  • 26 décembre 1947 - mai 1948 tournée en Amérique du Nord contre Bobby Riggs : Kramer vainqueur 69-20
  • 25 octobre 1949 - 21 mai 1950 tournée en Amérique du Nord contre Pancho Gonzales : Kramer gagna 96-27 (ou 97-26)
  • 28 octobre 1950 - mars 1951 tournée en Amérique du Nord contre Pancho Segura : Kramer a gagné 64-28 (ou 58-27)
  • Janvier – 1er juin 1953 tournée en Amérique du Nord contre Frank Sedgman : victoire de Kramer 54-41

Bill Tilden: 3 tournées professionnelles majeure

  • 18 février, 1931 - 16 août 1931: Dans cette tournée d'Amérique du Nord contre Karel Koželuh, Tilden gagna 50 matches à 17 (Tilden, qui enregistrait ses résultats, publia le bilan suivant : Ensemble : Tilden 50, Kozeluh 17. Indoor: Tilden 26, Kozeluh 1. Gazon: Tilden 2, Kozeluh 0. Dur outdoor: Kozeluh 5, Tilden 3. Terre battue: Tilden 19, Kozeluh 11.) Plus tard à l'automne 1931, les deux joueurs firent une tournée en Europe avec Hans Nüsslein, Martin Plaa, Albert Burke, et Frank Hunter.
  • 4 janvier 1932 - ? juillet 1932: Cette tournée américaine commenca avec dix pros (notamment Tilden, Nüsslein, Albert Burke, Vincent Richards, Hunter, Roman Najuch, Allen Behr, et Emmett Pare). Fin janvier, chaque étape proposait un match Tilden-Nüsslein, précédé par un simple entre deux autres pros et suivi d'un double. À partir de mai, Koželuh rejoignant la troupe, Tilden et Nüsslein affrontèrent aussi les autres joueurs. Les résultats complets et détaillés sont inconnus mais Tilden est le vainqueur sûr : début avril 1932, Tilden menait Nüsslein 32 matches à 12.
  • 24 janvier 1933 - ? Mai 1933: encore une tournée en Amérique du Nord entre Tilden et Nüsslein. Bien que les résultats furent incomplets, Tilden fut le vainqueur. Début mai 1933, les données de plus de la moitié de leurs matches indiquaient que Tilden avait remporté deux-tiers de leurs confrontations (pendant l'été, une tournée européenne proposait quelques compétitions par équipes nationales avec Tilden, Bruce Barnes, Nüsslein et d'autres joueurs de nationalité allemande ainsi que des joueurs français).

Donald Budge: 3 tournées professionnelles majeures

  • 3 janvier 1939 - 6 mars 1939 : tournée en Amérique du Nord contre Ellsworth Vines : 22-17 (ou 21-18) pour Budge (puis Budge domina Perry 28-8 dans une autre tournée en Amérique du Nord moins importante que la tournée Vines-Budge car Perry était le dauphin de Vines chez les pros, du 10 mars au 8 mai, enfin Budge a aussi remporté une tournée en Europe face à Vines, Tilden et Stoefen)
  • 6 janvier 1941 - 10 mai 1941 : tournée en Amérique du Nord contre Bill Tilden : résultats finaux précis inconnus mais sur 49 matches complètement documentés Budge mena 43-5 plus une égalité, le résultat final devant être approximativement de 46-7 plus 1 égalité
  • 26 décembre 1941 - avant le 5 avril, 1942 : tournée en Amérique du Nord contre Riggs, Frank Kovacs, Perry and Stoefen : Budge vainqueur 52-18 (Riggs 36-36, Kovacs 25-26, Perry 23-30, Stoefen, remplaçant les joueurs blessés ou malades, 2-28.

Dans les années "pré-open" les professionnels disputaient quelquefois plus de matches en tournées qu'en tournois car les tournées pros rapportaient beaucoup plus d'argent que les tournois pros. Parce qu'exemple Perry, qui défia Vines, reçut 91000 $ pour la tournée en Amérique du Nord en 1937 alors qu'il ne gagna que 450 $ lorsqu'il remporta l' U.S. Pro en 1938. Henry Ellsworth Vines, Jr. n'a pas disputé un seul tournoi entre Wembley en octobre 1935 (qu'il remporta) et Wembley en mai 1939 (qu'il perdit) : par exemple en 1937 il disputa 70 matches étalées sur deux tournées et 0 match de tournoi. Même dans les années 1950 certains pros disputaient de nombreux matches de tournées : pendant ses cinq premiers mois chez les pros (de janvier à mai 1957) Rosewall joua 76 matches de tournée face à Gonzales contre seulement 9 matches en tournois. Dans les années 1960 la tendance s'est inversée. Tout ceci explique que les joueurs pros avant 1968 ne purent jouer autant de tournois que les joueurs du XXIe siècle (pour l'année 1952 Joe McCauley n'a trouvé trace que de 7 tournois pros ouverts aux meilleurs pros et de 2 autres tournois pros, the British Pro and the German Pro, disputés par des joueurs locaux).

Ceci explique qu'il faut se garder de vite comparer les joueurs de l'ère open avec leurs prédécesseurs professionnels car ces derniers, ne pouvant disputer beaucoup de tournois du fait de leur rareté, semblent avoir un palmarès moins étoffé qu'il ne l'est réellement : par exemple en 1937 Vines et Perry n'ont (disputé et) gagné aucun tournoi et pourtant ils furent cette année-là les meilleurs joueurs du monde avec Budge.

Joueurs de tennis N°1 mondiaux ou N°1 mondiaux ex aequo depuis 1877 (triés par nombre d'années décroissant)

Cette liste est tirée de l'article "Joueurs de tennis numéros 1 mondiaux"

Estimations de journalistes, d'officiels comme la Fédération internationale de tennis, de promoteurs ou même de joueurs de tennis…

Lorsqu'une année le numéro 1 mondial est relativement sûr, l'année est écrite en caractères gras (par exemple Kramer fut indubitablement le meilleur joueur du monde en 1949) et lorsqu'une année plusieurs joueurs sont susceptibles d'être numéros 1 ex aequo, cette année est en caractère normal (par exemple Vines, Budge et Perry furent considérés co-numéros 1 mondiaux en 1937; de même pour Rosewall, Newcombe et Laver en 1970)

Numéros 1 ou Numéros 1 ex aequo triés par nombre d'années décroissant (et par année croissante) depuis 1877

(Lorsqu'une année le numéro 1 mondial est relativement sûr l'année est écrite en caractères gras et lorsqu'une année plusieurs joueurs sont susceptibles d'être numéros 1 ex aequo cette année est en caractère normal) :

Avant 1973 aucun classement mondial informatique n'existait mais seuls des journalistes ou des officiels (à titre privé) ou des promoteurs ou les joueurs eux-mêmes proposaient leur propre classement annuel.

En 1973 l'ATP publia ses classements toutes les deux semaines puis quelques années plus tard (probablement en 1977) chaque semaine. Cependant ses classements présentaient de nombreuses imperfections dans les années 1970 et 80 car ils ne prenaient pas en compte des grandes compétitions comme la Coupe Davis, les WCT Finals ou le Masters (appelé plus tard "the Singles Championship" et depuis 2000 la Masters Cup) et car ils n'accordaient pas (et n'accordent toujours pas) suffisamment de points aux tournois du Grand Chelem. Depuis des progrès ont été effectués (mais pas encore assez) puisque désormais la Masters Cup accorde des points[2].

Par conséquent d'autres classements proposés par des connaisseurs du tennis peuvent être quelquefois meilleurs que le classement informatique de l'ATP : les joueurs cités ci-dessous pour les années 1973 à 2006 peuvent donc légèrement différer de la liste éditée par l'ATP. En particulier Connors a été classé 5 fins d'année de suite, de 1974 à 1978, numéro 1 mondial par l'ATP mais la majorité des connaisseurs contestaient à juste titre ce résultat : en 1975 la quasi-totalité des grands spécialistes (parmi eux John Barrett, Bud Collins, Barry Lorge, Judith Elian) classèrent Arthur Ashe no 1 mondial bien que le classement informatique ne lui attribuât que la 4e place; en 1977 personne, hormis le classement ATP, ne considérait Connors comme le meilleur joueur du monde : tous placèrent Borg et Vilas aux deux premières places; enfin en 1978 personne, sauf le classement ATP, ne douta de la domination de Borg qui fut même intronisé Champion du Monde par la Fédération Internationale de Tennis (FIT). Autres exemples : la quasi-totalité des gens considérèrent qu'en 1982 et en 1989 les champions du monde furent respectivement Connors et Becker, tous deux ayant réussi le doublé Wimbledon-US Open même si l'ATP classa respectivement McEnroe et Lendl numéros 1 « informatiques ». Depuis le milieu des années 1990, le classement ATP (depuis 2000 les classements "Race" et technique) sont plus ou moins acceptés comme les classements officiels mais certaines personnes les contestent quelquefois (par exemple en 1999 beaucoup estimèrent que Sampras était le véritable dauphin d'Agassi et non pas Kafelnikov, deuxième à l'ATP). Enfin depuis 1978 la FIT (au début par l'intermédiaire de Sedgman, Hoad et Tony Trabert) désigne le Champion du Monde.

Longs matchs de l'histoire du tennis

En simple

En 3 sets gagnants chez les hommes

Avant l'introduction du tie-break

Match le plus long

Match le plus long en nombre de jeux

Après l'introduction du tie-break

Match le plus long sur 1 jour

Match le plus long en durée

Match le plus long en nombre de jeux

Matchs les plus longs en Grand Chelem et en Coupe Davis

En 2 sets gagnants en simple chez les hommes

  • Master 1000 de Madrid. Rafael Nadal bat Novak Djokovic 3-6 7-6 7-6 en 4h03mn.

En 2 sets gagnants en simple chez les femmes

Match le plus long

  • Vicki Nelson bat Jean Hepner au tournoi de Richmond en 1984 en 6h31 (23 jeux)

En double

Plus long 5ème set

  • à Wimbledon Marcelo Melo/Andre Sa battent Paul Hanley/Kevin Ullyett 5-7, 7-6 (4), 4-6, 7-6 (7), 28-26

Plus grand nombre de jeux dans un set

Plus long match féminin

  • Il est l'œuvre de deux Américaines : Vicki Nelson et Jean Hepner. À l'occasion du tournoi de Richmond en 1984, les deux joueuses se sont affrontées pendant 6 heures et 31 minutes. À lui seul, le jeu décisif du second set a duré 1 heure 47, dont 29 minutes rien que pour un échange (long de 643 coups de raquette)… Score final : 6-4, 7-6(11) pour Nelson[3].

Notes et références

  • Portail du tennis Portail du tennis
Ce document provient de « Records divers depuis les d%C3%A9buts du tennis ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Records divers depuis les debuts du tennis de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • Records divers depuis les débuts du tennis — Le tennis est l un des sports professionnels les plus médiatisés, et de très nombreux champions se sont illustrés depuis les origines de la discipline. Certains l ont marqué par le nombre de titres qu ils ont remportés, par leurs victoires dans… …   Wikipédia en Français

  • Les records du tennis — Records du tennis Cet article regroupe tous les plus grands records du tennis au 15 septembre 2009 (après l US Open 2009). On y retrouve : les performances les plus notables dans les tournois du Grand Chelem en simples (messieurs… …   Wikipédia en Français

  • Les Records Personnels De Roger Federer — Records personnels de Roger Federer Cette page traite des différents records détenus par le joueur de tennis suisse Roger Federer au 5 octobre 2009. Sommaire 1 Séries de victoires 1.1 Records battus 1.2 Records approchés …   Wikipédia en Français

  • Les records personnels de Roger Federer — Records personnels de Roger Federer Cette page traite des différents records détenus par le joueur de tennis suisse Roger Federer au 5 octobre 2009. Sommaire 1 Séries de victoires 1.1 Records battus 1.2 Records approchés …   Wikipédia en Français

  • Les records personnels de roger federer — Records personnels de Roger Federer Cette page traite des différents records détenus par le joueur de tennis suisse Roger Federer au 5 octobre 2009. Sommaire 1 Séries de victoires 1.1 Records battus 1.2 Records approchés …   Wikipédia en Français

  • Records du tennis — Cet article regroupe tous les plus grands records du tennis au 30 octobre 2011. On y trouve : les performances les plus notables dans les tournois du Grand Chelem en simples (messieurs et dames) et en doubles (messieurs, dames et… …   Wikipédia en Français

  • Records de titres au tennis — Le tennis est l un des sports professionnels les plus médiatisés, et de très nombreux champions se sont illustrés depuis les origines de la discipline. Certains l ont marqué par le nombre de titres qu ils ont remportés ou par leurs victoires dans …   Wikipédia en Français

  • Calcul de classement de tennis — Tennis  Pour les chaussures de sport appelées tennis, voir Chaussure de sport. Tennis Fédération internationale …   Wikipédia en Français

  • Court de tennis — Tennis  Pour les chaussures de sport appelées tennis, voir Chaussure de sport. Tennis Fédération internationale …   Wikipédia en Français

  • Joueur de tennis — Tennis  Pour les chaussures de sport appelées tennis, voir Chaussure de sport. Tennis Fédération internationale …   Wikipédia en Français


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»