Rayons Cathodiques


Rayons Cathodiques

Rayons cathodiques

On nomme rayons cathodiques une éjection continue d'électrons. Lorsque les éjections de rayons se font dans un gaz excitable, elles peuvent déterminer une fluorescence sur leur trajet. On peut alors observer la trace de ces courants d'électrons et noter leurs ressemblances et différences avec des courants électriques dans les conducteurs :

Ce sont là précisément des comportements semblables, à ceci près que la rigidité des conducteurs ne permet pas des torsions aussi spectaculaires dans les fils électriques.

La seule autre différence appréciable est que la vitesse des électrons dans un conducteur est considérablement plus lente (quelques millimètres par seconde) que celles des électrons dans les rayons cathodiques. Il ne faut pas confondre cette vitesse des électrons avec la vitesse du courant électrique, qui est pour sa part d'un ordre de grandeur comparable à celle de la lumière, au retards éventuels d'induction près.

Historique

L'étude des rayons cathodiques a joué un rôle fondamental au XIXe siècle, à travers notamment les tubes de Crookes. Elle a permis la découverte et la caractérisation de l'électron par Joseph John Thomson en 1896. Les rayons cathodiques ont aussi été étudiés par le physicien Jean Perrin. On en voit des démonstrations au Palais de la découverte, à Paris.

Article connexe

  • Portail de la physique Portail de la physique
Ce document provient de « Rayons cathodiques ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Rayons Cathodiques de Wikipédia en français (auteurs)