Raymond Lœwy


Raymond Lœwy

Raymond Loewy

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lœwy.

Raymond Loewy (5 novembre 1893 à Paris - 14 juillet 1986 à Monaco), est un designer industriel et un graphiste franco-américain.

Sommaire

Les débuts

Raymond Loewy fait ses études au lycée Chaptal à Paris[1] L'une de ses premières réalisations, à quinze ans, est le modèle d'avion qui gagne la Coupe aéronautique Gordon Bennett en 1908. L'année suivante, il le vend sous le nom Ayrel. Il sert dans l'armée française pendant la Première Guerre mondiale et est décoré de la Légion d'honneur à titre militaire[1].

Designer industriel

Logo LU (ici à Nantes), créé en 1957
Croquis de Raymond Loewy de la Studebaker Avanti de 1963

Il part pour les États-Unis en 1919. À New York, il trouve du travail comme étalagiste pour des grands magasins dont Macy's et comme illustrateur de mode pour les journaux Vogue et Harper's Bazaar. En 1929, il obtient le poste de directeur artistique de Westinghouse[1]. Un an plus tard, il ouvre sa propre agence de design "Raymond Loewy"[1] et sa première commande en tant que designer industriel est de moderniser la machine à dupliquer, le cyclostyle, inventée par David Gestetner. En 1931, il épouse Jhona Thomson (ils divorcent en 1945). Les années 1930 le voient travailler pour Shell dont il dessine le logo, divers objets aux couleurs de la marque Coca-Cola, les voitures Studebaker, pour Greyhound Lines, etc.[1] Sears, Roebuck and Company lui commande le design du réfrigérateur coldspot en 1934 dont les ventes passent de 60 000 à 275 000 unités vendues[1]. En 1938, il est naturalisé citoyen américian. Le design du paquet de cigarettes Lucky Strike date de 1940. Son agence s'agrandit et devient, en 1944, "Raymond Loewy Associates" comptant 150 employés et autant de clients actifs[1].

Pour le Chemin de fer de Pennsylvanie, il dessine les locomotives K4s, S1, T1 et la GG1. La collaboration avec Studebaker continue et donne naissance en 1947 à la Studebaker Champion, en 1953 à la Studebaker Commander et à la Studebaker Avanti.

En 1948, il épouse Viola Erikson. Ils ont une fille, Laurence. En 1953, il revient vers ses sources françaises et fonde, à Paris, la Compagnie de l'esthétique industrielle[2]. De ces bureaux sont issus les logos pour les biscuits LU (1957), la marque de prêt-à-porter Newman (1969) dont la particularité est qu'il peut se lire à l'endroit comme à l'envers, pour les enseignes de Coop, L'Oréal, Monoprix. En 1963, son agence compte 250 collaborateurs[1].

Le président J.F. Kennedy lui commande la décoration de l'Air Force One. Plus tard, toujours dans l'aéronautique, l'aménagement intérieur du Concorde et de ses plateaux-repas lui est confié, en 1976, par Air France. La même année, il réalise le design de l'intérieur de la station spatiale Skylab pour la NASA.

Il est le créateur des logos BP, de la Baldwin Locomotive Works locomotives diesel avec une face de requin et du timbre Cinq cents John Kennedy, premier timbre d'hommage émis par la poste des États-Unis.

Il est évoqué dans le film "Aviator" où Leonardo DiCaprio interprète Howard Hugues.

Critiques

Certains critiquent Loewy pour avoir assumé seul le crédit de designs dont il n'était que partiellement responsable ou de projets dans lesquels il n'eut que peu d'implication. Quelquefois il s'est contenté d'ajouter une touche finale à un projet existant. Par exemple Loewy est crédité pour le styling de la locomotive électrique GG1 de la société de chemin de fer de Pennsylvanie mais en fait la forme avait déjà été conçue par le PRR et ses fournisseurs. Loewy ne fait que de proposer que la carrosserie soit soudée et arrondie plutôt que rivetée et ce sont les cinq bandes décoratives qu'il ajoute qui transforment alors un bon projet en un classique.

Quelquefois, les allures aérodynamiques voulues par Loewy pour ses objets ont nui à leur fonctionnalité. C'est ce qui est arrivé pour le métro de New York avec des portes inclinées de 15º.

Galerie

Voici une sélection de ses travaux :

Notes et références

  1. a , b , c , d , e , f , g  et h Biographie, raymond-loewy.un-jour.org
  2. Notons que l’intitulé d’« esthétique industrielle » n’a pas « pris », le français adoptant l’anglicisme design et semble de même rejeter la proposition gouvernementale de stylique.

Liens externes

Ce document provient de « Raymond Loewy ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Raymond Lœwy de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Raymond — is a name of Germanic origin, from the name Reginmund , composed of the elements ragin ( counsellor ) and mund ( protector ). This was the name of several saints, including Saint Raymond Nonnatus, the patron of midwives and expectant mothers, and …   Wikipedia

  • Raymond — steht für: Raymond (Vorname) (Namensträger siehe dort), Variante von Raimund Raymond (Familienname) – Namensträger siehe dort Raymond (Automobilhersteller), ehemaliger französischer Automobilhersteller A Raymond Group, Automobilzulieferer im… …   Deutsch Wikipedia

  • Raymond — Raymond, NE U.S. village in Nebraska Population (2000): 186 Housing Units (2000): 75 Land area (2000): 0.128276 sq. miles (0.332234 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.128276 sq. miles (0.332234 sq …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Raymond IV — de Toulouse Raymond IV de Toulouse, par Merry Joseph Blondel. Salles des croisades, Versailles Raymond IV (ou VI) [1] de Toulouse, dit Raymond de Saint Gilles († 1105) est un comte de Sa …   Wikipédia en Français

  • Raymond — Saltar a navegación, búsqueda Ramón hace referencia a: Abreviatura científica del botánico Louis Florent Marcel Raymond (1915 1972) Raymond Aron, sociólogo, filósofo y publicista francés Raymond Carver, escritor estadounidense Raymond Duchamp… …   Wikipedia Español

  • Raymond VI — • Count of Toulouse (1156 1222) Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Raymond VI     Raymond VI     † …   Catholic encyclopedia

  • RAYMOND (A. G.) — RAYMOND ALEXANDER GILLESPIE (1909 1956) Né à New Rochelle, dans l’État de New York, Alexander Gillespie Raymond entre comme employé de bureau dans une agence de Wall Street spécialisée dans les tractations boursières, alors qu’il a des dons… …   Encyclopédie Universelle

  • RAYMOND (M.) — RAYMOND MARCEL (1897 1981) Écrivain et universitaire suisse de langue française, Marcel Raymond est l’auteur d’une des œuvres critiques les plus fécondes de notre siècle. Après une licence d’histoire à Genève, il vient à Paris entre 1920 et 1925… …   Encyclopédie Universelle

  • Raymond IV —     Raymond IV, of Saint Gilles     † Catholic Encyclopedia ► Raymond IV, of Saint Gilles     Count of Toulouse and of Tripoli, b. about 1043; d. at Tripoli in 1105. He was the son of Raymond III, Pons, and in 1088 succeeded his brother, William… …   Catholic encyclopedia

  • RAYMOND IV — dit RAYMOND DE SAINT GILLES (1042 1105) comte de Toulouse (1088 1105) Fils cadet de Pons, comte de Toulouse, comte de Rouergue (1066) puis comte de Toulouse (1088), son frère aîné, le comte Guillaume, lui ayant cédé son comté avant de partir en… …   Encyclopédie Universelle