Raymond Boudon


Raymond Boudon
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boudon.
Raymond Boudon
Naissance 27 janvier 1934
Paris, France
Nationalité Drapeau de France France
Profession sociologue français

Raymond Boudon est un sociologue français né le 27 janvier 1934 à Paris. Avec Alain Touraine, Michel Crozier et Pierre Bourdieu, Raymond Boudon est un des plus importants sociologues français de la deuxième moitié du XXe siècle. Il est le chef de file du courant de la théorie du choix rationnel dans la sociologie française.

Sommaire

Carrière

Ancien élève de l’ENS, agrégé de philosophie, il enseigne la sociologie à l’université de Bordeaux puis est nommé professeur à l’université Paris IV-Sorbonne. En 2002, il est devenu professeur émérite. Il dirige, parallèlement à son activité d’enseignant, un laboratoire de recherche, le Groupe d’Études des Méthodes de l’Analyse Sociologique (GEMAS). Il est également membre de l'Institut de France (Académie des sciences morales et politiques) depuis 1990. Raymond Boudon est membre du comité de patronage de Commentaire (revue).

Durant les années 1960, Raymond Boudon part aux États-Unis et collabore avec le sociologue américain Paul Lazarsfeld. À l’image d’autres sociologues français, sa démarche va alors être influencée par les courants théoriques américains de l’époque. Ainsi, il va s’orienter vers la sociologie quantitative, et publie en 1967 sa thèse, au titre éloquent : L’analyse mathématique des faits sociaux sous la direction de Jean Stoetzel. La thèse complémentaire de Boudon, sous la direction de Raymond Aron, porte sur le structuralisme : À quoi servent les structures ?

En France, Raymond Boudon s'affirme comme le chef de file de l’individualisme méthodologique, courant qu’il a introduit dans le paysage sociologique français, et qu’il a ensuite largement promu. Se réclamant d’Émile Durkheim, qu'il relit de manière critique, ou d'Alexis de Tocqueville, il est surtout influencé par certains aspects de l'œuvre de Max Weber, dans laquelle il voit un des fondements de la théorie de l'individualisme méthodologique. Sa lecture des travaux des sociologues fondateurs de la discipline (en particulier ceux de Durkheim) est toutefois contestée : on lui reproche notamment de donner à l'individu une part que ces auteurs ne lui donnaient pas.[réf. nécessaire]

L’individualisme méthodologique

Article détaillé : Individualisme méthodologique.

Pour Boudon, l'individu est « l'atome logique de l'analyse » car il constitue, à ses yeux, l'élément premier de tout phénomène social. Comprendre le social, c'est, dans cette perspective, analyser les rationalités des individus, puis saisir leurs « effets de composition », c'est-à-dire la façon dont l'ensemble des actions individuelles s'agrègent pour créer un phénomène social. Boudon a mis ainsi en évidence ce qu'il nomme des « effets pervers », c'est-à-dire des « phénomènes de composition » où l'addition d'actions individuelles rationnelles produit des effets inattendus et contraires aux intentions de chacun. Ainsi, les paniques boursières constituent un exemple typique de tels effets pervers. Quand un grand nombre d'individus, par crainte d'une baisse des cours, vendent leurs actifs, ils provoquent ce qu'ils craignaient : une chute du prix des actions.

Parti d'une interprétation assez étroite de l'individualisme méthodologique, proche de la théorie de l'acteur rationnel standard, telle qu'elle existe en économie, Boudon a depuis les années 1990 élargi son analyse. À la place de cette rationalité instrumentale, où l'acteur maximise son utilité, Boudon a ainsi insisté sur l'importance des croyances dans l'action individuelle, développant les concepts de rationalité axiologique et de rationalité cognitive.

Ces trois formes de rationalités enrichissent la théorie initiale, en montrant bien que les acteurs peuvent, selon les cas, faire des choix "optimaux" quand ils disposent d'informations suffisantes (rationalité limitée, maximisation), des choix "satisfaisants" (rationalité limitée, satisfaction), des choix éthiques (rationalité axiologique, qui peuvent être contraires à leurs intérêts économiques, dans le cas du vote, par exemple).

Le travail de Raymond Boudon est, ainsi, fondé sur une opposition absolue aux explications qui ne tiennent pas compte des critères de choix des individus et imputent à ceux-ci des causes externes : un individu accomplit une action parce qu'il a une raison forte de le faire et non pas parce qu'il est mu par des causalités sociologiques dont il n'a pas conscience. Pour Boudon, les explications sociologiques qui font appel à des concepts comme l'habitus, comme celle de Pierre Bourdieu, ou de « forces sociales » (tel le « courant suicidogène » de Durkheim) sont des « boites noires » qui relèvent de la tautologie : elles n'ont aucune véritable propriété explicative puisqu'elles dénient à l'individu la capacité de choisir, alors même que tout acteur n'agit que parce qu'il a décidé de le faire. Les individus n'ont pas, pour autant, la rationalité que leur prête l'économie néo-classique : leur rationalité est le plus souvent limitée, et ne se résume pas à la recherche d'un intérêt matériel. Par ailleurs, les individus agissent dans un certain contexte social, qui fournit un cadre à leurs actions tout en les bornant.

Prises de positions

Raymond Boudon est partisan d'une liberté d'expression totale, comme l'indique sa signature de la pétition lancée par le site Enquête & Débat[1].

Ouvrages principaux

  • L’Inégalité des chances, Paris, Armand Colin, 1973 (publication poche : Hachette, Pluriel, 1985).
  • Effets pervers et Ordre social, Paris, PUF, 1977 (en poche : Quadrige, 1993).
  • La Logique du social, Paris, Hachette, 1979 (en poche : Hachette, Pluriel, 1983).
  • Dictionnaire critique de la sociologie, (avec F. Bourricaud), Paris, PUF, 1982.
  • La Place du désordre. Critique des théories du changement social, Paris, PUF, 1984 (en poche : Quadrige, 1991).
  • L’Idéologie, ou l’Origine des idées reçues. Paris, Fayard, 1986 (en poche : Seuil/Points, 1992).
  • L’Art de se persuader, des idées douteuses, fragiles ou fausses, Paris, Fayard, 1990 (en poche : Seuil/Points).
  • Traité de sociologie,PUF,1992
  • Le Juste et le Vrai : études sur l'objectivité des valeurs et de la connaissance, Paris, Fayard, 1995.
  • Le Sens des valeurs, PUF, 1999.
  • Raison, bonnes raisons, PUF, 2003.
  • L'Explication des normes sociales, coéd. avec P. Demeulenaere et R. Viale, Paris, PUF, 2001.
  • avec Robert Leroux, "Y a-t-il encore une sociologie", Paris, Odile Jacob, 2003.
  • Tocqueville aujourd'hui, Odile Jacob, 2005
  • Pourquoi les intellectuels n'aiment pas le libéralisme, Odile Jacob, 2004. 252 pages. (ISBN 2-7381-1398-2) (Ouvrage tiré d'une conférence donnée en 2003 à l'invitation du parti libéral suisse.)
  • Renouveler la démocratie. Éloge du sens commun, Odile Jacob, 2006
  • Essais sur la théorie générale de la rationalité, PUF, 2007.
  • La Rationalité, PUF, coll. "Que sais-je ?", 2009.
  • La sociologie comme science, La Découverte, Repères, 2010.

Décorations

Notes et références

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Raymond Boudon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Raymond Boudon — (* 27. Januar 1934 in Paris) ist ein französischer Soziologe und Philosoph. Boudon vertritt den methodologischen Individualismus, wonach soziale Handlungen auf das Individuum als logische Einheit der soziologischen Analyse zurückgeführt werden.… …   Deutsch Wikipedia

  • Raymond Boudon — (born in Paris on January 27, 1934) is a French sociologist.Professor in the University of Paris Sorbonne, he is member of many important institutions: Académie des Sciences morales et politiques, Academia Europaea, British Academy, American… …   Wikipedia

  • Boudon — Raymond Boudon (* 27. Januar 1934 in Paris) ist ein französischer Soziologe und Philosoph. Er ist Mitglied des Institut de France und emeritierter Professor an der Universität Paris Sorbonne (Paris IV). Er ist Mitglied der Academia Europaea, der… …   Deutsch Wikipedia

  • Raymond Claude Ferdinand Aron — Raymond Aron Pour les articles homonymes, voir Aron. Raymond Aron Philosophe occidental XXe siècle Naissa …   Wikipédia en Français

  • Boudon, Raymond — (1934 )    sociologist    An internationally renowned, and one of the most influential of contemporary sociologists, Raymond Boudon was born in Paris and educated at the École Normale superieure. He is a leading proponent of the tradition of… …   France. A reference guide from Renaissance to the Present

  • Boudon — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Boudon est un nom de famille notamment porté par : Raymond Boudon, un sociologue français, défenseur de l individualisme méthodologique. Jacques… …   Wikipédia en Français

  • Raymond Aron — Pour les articles homonymes, voir Aron. Raymond Aron Philosophe occidental XXe siècle …   Wikipédia en Français

  • Boudon — Boudon, Raymond …   Enciclopedia Universal

  • Boudon, Raymond — ► (n. 1934) Sociólogo francés, especializado en metodología y técnicas matemáticas. Es autor de El análisis matemático de los hechos sociales (1967) …   Enciclopedia Universal

  • Emile-Charles-Raymond Pirolley — Évêque de l’Église catholique Emile Charles Raymond Pirolley [[Image: Portrait de Emile …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.