Que La Fête Commence

Que La Fête Commence

Que la fête commence

Que la fête commence est un film historique français réalisé par Bertrand Tavernier, sorti en 1975, à partir de l'histoire vraie de la conspiration de Pontcallec au XVIIIe siècle avec Philippe Noiret, Jean Rochefort et Jean-Pierre Marielle.

Sommaire

Synopsis

En France, pendant le premier quart XVIIIe siècle : le roi Louis XV (arrière petit fils et successeur de Louis XIV) étant mineur, la régence est assurée par son grand-oncle, le duc d'Orléans. En Bretagne, le marquis de Pontcallec fomente un complot destiné à renverser le duc au profit du roi Philippe V d'Espagne, petit fils de Louis XIV et oncle du jeune souverain. Il espère ainsi redonner son indépendance à la Bretagne - en la libérant de ses devoirs de vassalité envers le pouvoir parisien - et y proclamer la république. L'abbé Dubois, premier ministre complaisant du régent et manipulateur ambitieux, se charge de mettre fin à la conspiration tout en l'utilisant pour assouvir ses propres ambitions.

Commentaires

Dans une atmosphère d'arrogance et de libertinage, des interprètes admirables servis par des dialogues d'esprit dans des scènes jubilatoires. Au milieu de la crise des finances publiques, un ministre sans scrupules(l'abbé puis cardinal Dubois) obtient du pouvoir patelin la tête du marquis de Pontcallec. C'est sans illusion que Philippe d'Orléans, débauché mais fin politique, laisse faire son ministre et complice.

Contée par l'homme de cour et mémorialiste Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, c'est une chronique tragi-comique particulièrement hostile à l'institution telle qu'elle a évolué sous le règne de Louis XIV, et ennemi acharné de Philippe d'Orléans, époux d'une bâtarde royale.

Lors de sa sortie, en mars 1975, beaucoup reconnurent dans le personnage incarné par Philippe Noiret, le nouveau président Valéry Giscard d’Estaing, un dirigeant moderne à l'époque comparée à ses prédécesseurs. L’action réformatrice de son gouvernement (loi sur l’avortement, majorité à dix-huit ans, position pro-européenne) étant elle aussi contrariée par les intérêts de ses alliés gaullistes représentés [?] à l’époque par son premier ministre et ennemi intime, Jacques Chirac. Son nom est d’ailleurs utilisé dans le film pour un des personnages secondaires, le chirurgien du Régent, personnage ayant réellement existé et ancêtre du futur Président de la République.[1]

Fiche technique

Distribution

Autour du film

Récompenses

Lien externe

Références

  1. Michel Cadé, une critique de la réforme giscardienne: Que la fête commence et Le juge et l'assassin de Bertrand Tavernier. 2003, pp. 267-278.
  • Portail du cinéma Portail du cinéma
  • Portail de la réalisation audiovisuelle Portail de la réalisation audiovisuelle
  • Portail de la Bretagne Portail de la Bretagne
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
Ce document provient de « Que la f%C3%AAte commence ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Que La Fête Commence de Wikipédia en français (auteurs)


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»