Protection du travailleur isolé


Protection du travailleur isolé

Mise au point préalable : le titre protection du travailleur isolé est une mauvaise formulation car aucun des dispositifs évoqués ci-dessous ne "protège" le travailleur isolé ! En réalité il faut parler de DATI : Dispositif d'Alarme pour Travailleur Isolé !

Introduction du sujet : à propos de situations de travail dangereux et isolé il ne faut pas penser que prévention "secondaire" (détection d'un problème se posant au travailleur isolé), mais d'abord de prévention "primaire" (réduction des risques présents dans la situation) et sinon aussi prévention "tertiaire" (intervention de secours efficaces). Pour bien comprendre la priorité de la prévention primaire (alors un DATI ne sera peut-être pas nécessaire !) ou au contraire l'importance de la prévention tertiaire (sinon un DATI ne sert à rien !) il faut absolument analyser la situation de travail isolé selon la recommandation CNAM n° R416 "Travail isolé et dangereux" ! Cette méthodologie de prévention du travail isolé est extrêmement intéressante. Lien : http://www.ameli.fr/employeurs/prevention/recherche-de-recommandations/pdf/R416.pdf

Revenons à la technique (si on choisit de se doter d'un DATI) : Un DATI est un dispositif utilisé par un (ou plusieurs) travailleurs "hors de vue et hors d'ouie" d'autres travailleurs (exemples : dans un environnements dangereux, des veilleurs de nuit...). Il s'agit d'un appareil permettant d'alerter les secours en cas de problème. L'appel peut-être déclenché de façon volontaire et/ou automatiquement, en cas de la perte de verticalité du travailleur par exemple.

Sommaire

Type d’alarme

Deux grands types d’alarmes existent, les alarmes déclenchées volontairement et les alarmes automatiques.

Les alarmes volontaires possèdent un bouton-poussoir permettant de déclencher une alarme si le travailleur le juge nécessaire. Certains systèmes possèdent une boucle d’arrachement (par exemple jack ou fusible) ayant le même effet qu’un bouton poussoir ; ce système est surtout utilisé dans les milieux médical, carcéral, ou psychiatrique.

Les alarmes automatiques sont au nombre de trois :

  • La perte de verticalité, qui se déclenche quand le PTI est penché de plus d’un certain angle pendant un certain temps.
  • La perte de mobilité, qui se déclenche quand le PTI est immobile pendant une durée déterminée.
  • Les alarmes de « sécurité positive », qui se déclenchent lorsqu’un dysfonctionnement est détecté, batterie faible ou vide, ou perte de liaison avec le réseau pendant un temps t. Ce type d’alarme sous-entend un contrôle permanent de la liaison avec le PTI.

Types de réseau utilisé

Réseau GSM

De nombreux systèmes DATI utilisent le réseau GSM pour relayer les alarmes et permettre la communication entre tous les éléments du réseau. Cette utilisation d’un réseau déjà existant à des avantages et des inconvénients.

Tout d’abord, il n’est pas nécessaire d’installer des antennes pour la communication, les infrastructures sont déjà présentes. Gérer un grand nombre de PTI est aisée. La surface couverte par le GSM est d’ordre mondial, elle permet une grande mobilité de l’employé équipé.

Cependant, l’utilisation du réseau GSM induit la nécessité de prendre un abonnement auprès d’un opérateur (Orange, SFR ou Bouygues) ce qui induit un coût supplémentaire, notamment pour la sécurité positive, qui implique une liaison régulière entre la base et le DATI. De plus, les opérateurs ne garantissant pas le fonctionnement permanent de leur réseau, il peut être saturé, notamment au niveau des SMS qui sont souvent utilisés pour transmettre des alarmes. Il faut également noter que le réseau GSM ne couvre pas l’intégralité de la surface du pays, ce qui rend certaines zones interdites à son utilisation.

Réseau radio privé

Ce type de liaison est réservé à une utilisation locale, car il est nécessaire de mettre en place un réseau DATI pour que le système soit efficace, les puissances émises conditionnent la taille des batteries et donc la taille du DATI ainsi que sa portée. La fréquence utilisée conditionne également la portée du système.

Pour la mise en place d’un réseau radio, une antenne de réception et éventuellement une antenne d’émission sont à prévoir, ainsi qu’un test de couverture radio du site. De plus, il est préférable d’utiliser deux fréquences différentes pour l’alarme et les communications s’il y en a, car si une communication est en cours et que l’alarme est transmise sur la même fréquence, elle ne sera pas relayée. Plusieurs bandes de fréquences sont utilisées par ces systèmes. On remarque notamment l’utilisation de la norme DECT pour les téléphones sans fil dans la bande de 1,88 GHz – 1,9 GHz ou même du Wi-Fi.

Type de localisation

Localisation GPS

Ce type de localisation est très précis et permet de localiser une personne sur toute la surface du globe, mais il faut être dans la zone de vision de 3 satellites Ce système ne fonctionne pas en intérieur. Il est généralement associé aux systèmes utilisant le réseau GSM pour être en accord avec l’itinérance que permet ce réseau.

Localisation par balise

Ce type de localisation est généralement utilisé pour des « petites » surfaces à couvrir, dans le cas où les terminaux restent dans un domaine délimité (pas d’itinérance en dehors de l’entreprise). La précision de ce type de liaison dépend de la finesse du maillage utilisé pour placer les balises. Le PTI retient les dernières balises qu’il détecte et transmet leur identité si un signal d’alarme est envoyé. Ce type de localisation permet également de donner la direction dans laquelle le travailleur se dirigeait avant de lancer l’alarme en retenant plusieurs balises. On peut trouver aussi des systèmes pour lesquels se sont les balises qui transmettent quel PTI se trouve dans son « champs de vision », ainsi, si la centrale reçoit une alarme, elle sait quelle(s) balise(s) est la dernière à avoir renvoyée l’adresse du PTI en alarme.

Autres caractéristiques

Communication vocale, communication par message texte, liaison mono ou bidirectionnelle, numéros pré-enregistrés, autonomie, etc.

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Protection du travailleur isolé de Wikipédia en français (auteurs)