Programme commun


Programme commun

Signé le 26 juin 1972 par le Parti socialiste, le Parti communiste et les radicaux de gauche, le Programme commun était un programme de réforme qui prévoyait un grand bouleversement dans les domaines économique, politique et militaire en France. Inflexion majeure dans la stratégie de conquête de pouvoir du Parti socialiste jusqu'ici tourné vers le centre, l'alliance PS-PCF ouvrait une recomposition politique à gauche pour les trente années à venir, contribuant notamment à l'élection de François Mitterrand à l’élection présidentielle de 1981, qui met en pratique une partie de ce programme. À partir de 1983, une partie des réformes déjà réalisées seront annulées après le « tournant de la rigueur ».

Sommaire

Projets

  • « Vivre mieux, changer la vie » : Réduction du temps de travail (retour à une durée du travail effective de 40 heures), augmentation des salaires, généralisation de la sécurité sociale, aide au logement ;
  • Nationalisation (avec indemnisation) de grands secteurs industriels, régulation des marchés, « démocratie » dans l'entreprise ;
  • Décentralisation, « démocratisation » des institutions, garanties dans le domaine des libertés individuelles (fin des gardes à vue)
  • La lutte contre le chômage
  • « Politique de paix » avec l'abandon de la force de frappe nucléaire, la réduction du service militaire à 6 mois, et la dissolution de l'OTAN et du pacte de Varsovie sources de tensions internationales.
  • Remaniement de l'Éducation nationale
  • ...

Alors que ces projets (augmentation des salaires, réduction du temps de travail,...) nécessiteraient un besoin de financement majeur, les méthodes de financement n'ont pas été très explicitées.

Réalisation

Signée par le PS, le PC et le Mouvement des Radicaux de gauche en 1972, cette union marque le retour de la gauche dans le paysage français de l'après 1958 et le début de l'hégémonie du PS. Elle permit notamment à François Mitterrand d'être le candidat unique de la gauche en 1974 (exception faite d'Arlette Laguiller) et à l'union de gagner une majorité de municipalités aux élections de mars 1977.

Cependant, les résultats décevants du PCF aux législatives partielles (et sûrement sous la pression de l’URSS) amènent celui-ci à conditionner le maintien de sa participation à une radicalisation du programme. Cela provoque la rupture avec un PS déjà très divisé sur la question du programme commun (le congrès d'Epinay n'avait été emporté que d'une très courte majorité par la plate-forme de François Mitterrand et de ses alliés), d'où la constitution de listes séparées au premier tour des législatives de 1978. Malgré un rabibochage des trois partis entre les deux tours des législatives de 1978, les Français font le « bon choix » (cf. discours du président Giscard d’Estaing de Verdun-sur-le-Doubs) et la droite garde la majorité à l’Assemblée nationale. Pour la première fois le Parti socialiste obtient un score supérieur à celui du Parti communiste, ce qui a pu être interprété comme une validation à moyen terme de la stratégie de François Mitterrand.

La mise en place

Article détaillé : Tournant de la rigueur.

La mise en place du Programme commun à partir de l'élection de François Mitterrand en mai 1981 a mené à une perte de confiance et à une fuite importante de capitaux.

Face à cette crise majeure, le président revient sur les changements opérés dans le domaine économique ; Pierre Bérégovoy, ministre de l'Économie, des Finances et du Budget du gouvernement Laurent Fabius, privatise certains secteurs. Les marchés financiers sont partiellement dérégulés. La plupart des entreprises nationalisées entre 1981 et 1984 sont privatisées sous le gouvernement Jacques Chirac entre 1986 et 1988 ; à partir de 1984, la France quitte un fonctionnement économique très étatisé et adopte davantage un fonctionnement d'économie sociale de marché.

Ce projet, du point de vue économique, aura marqué l'histoire de la France de par son échec et sera une des causes de la faiblesse de la gauche au cours des années suivantes. Le « tournant de la rigueur » de 1983-1984 mine l’idéologie de l’ensemble des partis de gauche.

Conséquences

Le PCF perd un quart de son électorat au premier tour de l'élection présidentielle de 1981 et tombe de 20% à 15% des suffrages. En juin 1984, il passe en-dessous du Front national aux élections européennes et tombe à 10%. En 1988, André Lajoinie, candidat du PCF plafonne à 6% des suffrages. Quant au PS, il remplace le PCF comme pôle principal de la gauche en France, pour la première fois depuis 1945.

En signant le Programme commun, le PCF a commis l'une des deux erreurs de son histoire, avec l'approbation du pacte germano-soviétique en 1939, qu'il n'a jamais pu réparer. En effet, en bloquant 20% des suffrages depuis 1945, le Parti communiste garantissait le maintien de la droite, gaulliste ou Troisième Force, au pouvoir ; sous la Cinquième République, jusqu'en 1972, le PCF monopolisait l'opposition, tout en donnant des satisfecit en politique étrangère : indépendance de l'Algérie (1962), retrait du commandement intégré de l'OTAN (1966), discours de Phnom Penh (1966), politique pro-arabe (1967).

Mais, aveuglé par sa propre propagande, le PCF crut qu'un accord avec le PS le conduirait de façon définitive au pouvoir, en appliquant le vieux principe plumer la volaille socialiste[citation nécessaire], c'est-à-dire qu'une partie de l'électorat socialiste basculerait en faveur du PCF. Or, la composition de la société française, où les classes moyennes sont très solides, ne permettait pas la constitution d'un tel rapport de forces, d'autre part, le nombre d'ouvriers allait en diminuant avec la nouvelle révolution informatique. Dès 1975, les élections locales montrent que le PS l'emporte sur le PCF et la rupture de 1977 ne fait que renforcer le basculement du centre-gauche vers le PS ; les voix perdues à partir de cette date ne seront jamais rattrapées. La chute du Mur de Berlin anéantit le soutien international dont il bénéficiait et le marginalise.

Notes et références


Voir aussi

Articles connexes

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Programme commun de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Le PCF et le programme commun (1968-1981) — L alternance politique, notion apparue dans la vie politique française dans les années 1970 71, se définit comme la succession pacifique d équipes différentes, voire opposées, au pouvoir. Elle exclut donc le coup d État, l insurrection ou la… …   Wikipédia en Français

  • commun — commun, une [ kɔmœ̃, yn ] adj. et n. m. • 842; lat. communis I ♦ Adj. 1 ♦ (XIIe) Qui appartient, qui s applique à plusieurs personnes ou choses. Ces choses ont un usage commun. Un puits, un passage commun. Terres communes (⇒ communal) . Maison… …   Encyclopédie Universelle

  • Programme au lycee — Programme au lycée Cet article fait partie d’une série sur le système éducatif français École maternelle en France …   Wikipédia en Français

  • programme — [ prɔgram ] n. m. • 1677 « description détaillée d un cours; sujet d un concours »; rare av. XIXe; gr. programma « ce qui est écrit à l avance » 1 ♦ Écrit annonçant et décrivant les diverses parties d une cérémonie, d un spectacle, etc. Programme …   Encyclopédie Universelle

  • Programme spatial de la France — Programme spatial français Le programme spatial français regroupe l ensemble des activités spatiales civiles ou militaires françaises. Celles ci s exercent majoritairement depuis une vingtaine d années dans un cadre multinational en particulier… …   Wikipédia en Français

  • Programme spatial francais — Programme spatial français Le programme spatial français regroupe l ensemble des activités spatiales civiles ou militaires françaises. Celles ci s exercent majoritairement depuis une vingtaine d années dans un cadre multinational en particulier… …   Wikipédia en Français

  • Programme du Conseil national de la Résistance — Le Programme du Conseil national de la Résistance souvent abrégé en Programme du CNR est un texte adopté à l unanimité par le Conseil national de la Résistance français le 15 mars 1944. Ce texte de moins d une dizaine de feuillets [1] comprend… …   Wikipédia en Français

  • Programme au lycée — Sommaire 1 Classe de seconde 1.1 Tronc commun 1.1.1 Français 1.1.2 Mathématiques 1.1.3 Histoire …   Wikipédia en Français

  • Programme spatial français — Le programme spatial français regroupe l ensemble des activités spatiales civiles ou militaires françaises. Celles ci s exercent majoritairement depuis les années 1970 dans un cadre multinational en particulier au sein de l Agence spatiale… …   Wikipédia en Français

  • Programme Hector — Hector était un programme musical permanent édité par Radio France. Créé au début des années 90, pour être diffusé par le satellite TDF1 avec le programme Victor (France Culture Europe), Hector était diffusé sur Internet, le câble et le satellite …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.