Probleme des neutrinos solaires


Probleme des neutrinos solaires

Problème des neutrinos solaires

Le problème des neutrinos solaires est apparu récemment avec la création de structures permettant la détection des neutrinos, et en particulier Super-Kamiokande dans les années 1990 au Japon. Il provient d'une quantité trop faible de neutrinos détectés par rapport à la valeur théorique. Un peu de physique quantique est nécessaire pour comprendre ce problème.

Sommaire

Formation des neutrinos

Les neutrinos et antineutrinos sont des particules élémentaires de masse très faible (elle était souvent supposée nulle au début des recherches), nécessaires dans la théorie de la physique quantique pour assurer la conservation de l'énergie dans les processus de réaction nucléaire. L'énergie des étoiles étant issue en majeure partie des réactions de fusion nucléaire, la quantité d'antineutrinos créés dans le cœur des étoiles est énorme. Ainsi, à chaque réaction de fusion entre 2 protons au centre d'une étoile, un anti-neutrino est produit.

Insensibles à l'interaction forte et à l'interaction électromagnétique, ils traversent sans aucune difficulté la matière, avec laquelle ils n'interagissent que par l'interaction faible. Ainsi, à chaque seconde, plusieurs millions de neutrinos nous traversent sans interagir, la majorité d'entre eux étant issus du soleil (étoile la plus proche) et de la Terre (radioactivité bêta). Au cœur du Soleil, les réactions de fusion entre 2 protons produisent des νe de basse énergie (0 à 420 keV). Il s'ensuit un cycle compliqué de réactions nucléaires produisant des νe de plus hautes énergies mais en moins grand nombre.

Catégories de neutrinos

La physique quantique prévoit qu'il doit exister 3 types principaux de neutrinos, liés aux types de fermions dont ils sont issus. On distingue ainsi les neutrinos électroniques, principalement associés aux électrons et aux quarks up et down ; les neutrinos muoniques, principalement associés aux muons et aux quarks charm et strange ; les neutrinos tauiques, principalement associés aux taus et aux quarks top et bottom (le neutrino tauique n'a pas encore été directement détecté). À chaque neutrino doit être associé un antineutrino, dont on n'est pas sûr qu'il s'agisse d'une particule distincte.

Détection des neutrinos et déficit de neutrinos électroniques

Les détecteurs de neutrinos, jusqu'à une période récente, ne permettaient de détecter que les neutrinos électroniques en interaction avec la matière (ce qui est rare, comme nous l'avons vu). Or, la théorie prédit que les neutrinos produits dans les réactions thermonucléaires au cœur du Soleil sont des neutrinos électroniques.

Connaissant l'énergie rayonnée par le Soleil, et la partie de l'énergie de fusion emportée par un antineutrino, on en déduit facilement la quantité de neutrinos s'échappant du soleil par unité de temps. On en déduit donc, connaissant la distance Terre-Soleil, le flux théorique de neutrinos par unité de surface et par unité de temps au niveau de la Terre. Enfin, à partir des caractéristiques du détecteur, on trouve la quantité de neutrinos que l'on doit détecter par jour dans ce flux. Or, toutes les expériences (sur différentes échelles de temps, avec plusieurs détecteurs reposant sur des principes différents) ont montré que l'on ne détecte en fait qu'entre la moitié et les deux tiers des neutrinos attendus, ce qui sort de toutes les incertitudes acceptables.

Résolution du problème

Le problème du manque de neutrinos solaires détectés est à présent attribué à des oscillations des neutrinos. La physique quantique prévoit la possilité que les neutrinos puissent osciller, si leur masse n'est pas rigoureusement nulle, c’est-à-dire qu'un neutrino électronique puisse spontanément au bout d'un certain temps se transformer en neutrino muonique ou tauique, et vice-versa, ceci même dans le vide. Le déficit en neutrinos électroniques détectés serait donc dû selon cette hypothèse au fait que parmi les neutrinos émis par le soleil, tous de type électronique, un certain nombre se transformerait pendant le trajet Soleil-Terre en neutrinos muoniques ou tauiques, que les détecteurs ne voient pas.

Plus précisément, la proportion de l'état propre de masse ν3 pour νe est négligeable lors de sa formation dans le Soleil. De plus, l'angle de mélange θ13 qui intervient surtout pour les oscillations \nu_e \leftrightarrow \nu_{\tau} est très faible. Donc le νe restera approximativement un mélange des états propres ν1 et ν2 pendant sa propagation. On peut expliquer le déficit de νe observés par le modèle LMA (large mixing angle) MSW avec la transition \nu_e \rightarrow \nu_{\mu}. La condition d'adiabaticité est vérifiée avec une très bonne précision pour toutes les énergies.

Dans le Soleil, des milliers de longueurs d'oscillations sont obtenues. De nombreuses oscillations se produisent aussi dans le vide mais la proportion des saveurs de quarks serait conservée en moyenne. En 2008, les meilleures valeurs sont \theta \simeq 34° et \Delta m^2 \simeq 8.0 \times 10^{-5} eV^2. Les neutrinos les plus énergétiques subiraient dans le Soleil une conversion adiabatique.

Nous avons pour ces neutrinos : 
P = |\langle \nu_e | \nu(t) \rangle|^2 \approx |\langle \nu_e |\nu_{2m}(t) \rangle|^2
= |\langle \nu_e |\nu_{2} \rangle|^2 \approx \sin^2 \theta \approx \frac{1}{3} 
. Nous retrouvons grossièrement la valeur donnée par l'expérience. Une déviation de la valeur de la probabilité sin2θ est une indication de la présence d'oscillations.

Expériences futures

Une piste envisagée pour vérifier cette hypothèse est de comparer entre le jour et la nuit le flux de neutrinos détecté. En effet, la nuit, les neutrinos solaires, pour être détectés, doivent traverser toute la Terre, et devraient donc pouvoir osciller par interaction avec la matière, donc à un taux différent de l'oscillation dans le vide, ce qui devrait causer un flux détecté différent par rapport à celui détecté dans la journée. En outre, une telle expérience permettrait de mieux connaître les périodes de ces oscillations, ce qui améliorerait notre compréhension du phénomène. Mais actuellement, les détecteurs ne sont pas assez sensibles pour permettre cette mesure.

Une autre piste explorée est celle de l'étude des oscillations possibles de neutrinos engendrés par des réacteurs nucléaires ou des accélérateurs de particules, comme par exemple les expériences CNGS ou K2K.

Voir aussi

Articles connexes

  • Portail de la physique Portail de la physique
  • Portail de l’astronomie Portail de l’astronomie
Ce document provient de « Probl%C3%A8me des neutrinos solaires ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Probleme des neutrinos solaires de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Problème des neutrinos solaires — Le problème des neutrinos solaires est apparu récemment avec la création de structures permettant la détection des neutrinos, et en particulier Super Kamiokande dans les années 1990 au Japon. Il provient d une quantité trop faible de neutrinos… …   Wikipédia en Français

  • Probleme des neutrinos atmospheriques — Problème des neutrinos atmosphériques Les rayons cosmiques interagissent dans les hautes couches de l atmosphère et produisent des pions et des kaons qui se désintègrent en muons et en neutrinos muoniques. Les muons se désintègrent à leur tour en …   Wikipédia en Français

  • Problème des neutrinos atmosphériques — Les rayons cosmiques interagissent dans les hautes couches de l atmosphère et produisent des pions et des kaons qui se désintègrent en muons et en neutrinos muoniques. Les muons se désintègrent à leur tour en νe, νμ et e − . Les particules… …   Wikipédia en Français

  • Oscillation des neutrinos — Oscillation de neutrinos Pour consulter un article plus général, voir : neutrino. L oscillation du neutrino est un phénomène de la mécanique quantique, selon lequel un neutrino créé avec une certaine saveur leptonique (électron, muon ou… …   Wikipédia en Français

  • Neutrinos — Neutrino Neutrinos Propriétés générales Classification Leptons Composition élémentaires Propriétés physiques Masse • νe : < 2,5 eV.c 2 • νμ : < 170 keV.c 2 • ντ : < 18 MeV …   Wikipédia en Français

  • NEUTRINOS — Simple hypothèse mathématique en 1930, particule physique aux propriétés exotiques en 1956, le neutrino s’est révélé peu à peu être l’une des particules élémentaires les plus fondamentales de la physique. Il s’est aussi multiplié: on en connaît… …   Encyclopédie Universelle

  • Oscillation de neutrinos — Pour consulter un article plus général, voir : neutrino. L oscillation du neutrino est un phénomène de la mécanique quantique, selon lequel un neutrino créé avec une certaine saveur leptonique (électron, muon ou tauon) peut être mesuré plus… …   Wikipédia en Français

  • Formation des structures — La formation des structures est le processus primordial de genèse des structures observables dans le ciel actuel à partir d un état dense, chaud et surtout quasiment uniforme[1]. Comprendre ce passage de l homogène et uniforme à une grande… …   Wikipédia en Français

  • Evaporation des trous noirs — Évaporation des trous noirs Pour les articles homonymes, voir Trou noir (homonymie). Article principal : Trou noir. Le rayonnement de Hawking est le phénomène selon lequel un observateur regardant un trou noir peut détecter un infime… …   Wikipédia en Français

  • Évaporation des trous noirs — Pour les articles homonymes, voir Trou noir (homonymie). Article principal : Trou noir. Le rayonnement de Hawking est le phénomène selon lequel un observateur regardant un trou noir peut détecter un infime rayonnement de corps noir émanant… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.