Primate


Primate

Primates

Comment lire une taxobox
Primates
 Macaques de Formose (Macaca cyclopis)
Macaques de Formose (Macaca cyclopis)
Classification classique
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Infra-classe Eutheria
Ordre
Primates
Linnaeus, 1758
Familles de rang inférieur
Classification phylogénétique
Position :

Wikispecies-logo.svg Retrouvez ce taxon sur Wikispecies

Commons-logo.svg D'autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons
Parcourez la biologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png

Les primates (du latin primas, atis signifiant « celui qui occupe la première place ») constituent un ordre au sein des mammifères placentaires. Selon la classification phylogénétique actuelle, ils sont regroupés dans la clade intermédiaires des Euarchontoglires avec les lapins, toupayes ou galéopithèques.

On divise aujourd'hui les primates en deux clades : celui des strepsirrhiniens auquel appartiennent les lémurs, et celui des haplorrhiniens auquel appartiennent les singes, l'homme et les autres hominidés[1],[2].

Sommaire

Étymologie

Le nom de primates apparaît dans la dixième édition du Systema Naturae de Carl von Linné, vaste ouvrage qui s'efforce de classer l'ensemble des espèces vivantes selon leurs proximités physiologiques. Selon Linné, le groupe des primates comprend l'homme et certaines espèces animales. Plus précisément, il est divisé en quatre genres : Homo (l'homme) , Simia (les singes), Lemur, et Vespertilio (les chauves-souris). La classification de Linné a été revue par la suite et les chauves-souris ne font plus partie du groupe, mais le mot de primate demeure.

Caractéristiques

 v · d · m  Formule dentaire
mâchoire supérieure
3 3 1 2 2 1 3 3
3 3 1 2 2 1 3 3
mâchoire inférieure
Total: 36
Formule dentaire
des premiers Primates
(diversifiée depuis)


Les primates sont généralement caractérisés :

  • par une vie arboricole,
  • le remplacement des griffes par des ongles plats (chez la plupart des espèces), l'aptitude à la préhension par l'utilisation de la queue ou des mains/pattes (grâce au pouce opposable aux autres doigts). Ainsi, chez certains, les os du radius et du cubitus sont très mobiles l'un par rapport à l'autre, permettant des mouvements sophistiqués de la main.
  • une prédominance de la vision sur l'olfaction. Ainsi les orbites oculaires orientées vers l'avant permettent une vision binoculaire, et le développement du lobe occipital du cerveau montre la prédominance de la vue sur les autres sens.

La présence d'un cerveau plus développé que chez la plupart des autres mammifères est souvent avancée comme caractéristique de ce groupe mais elle n'est vérifiée que pour la super-famille des hominoïdés. Elle est en outre partagée par d'autres taxons. À ces traits s'ajoute la locomotion bipède, permanente chez l'homme, partielle et à des degrés divers chez les autres hominidés.

Taille et poids

Échelle des masses moyennes
Espèce Femelle Mâle
Gorille 105 kg 205 kg
Orang-outan 100 kg 180 kg
Humain 62.5 kg 78.4 kg
Patas 5.5 kg 10 kg
Nasique 9 kg 19 kg
Ouistiti pygmée 120 g 140 g

Leur taille varie entre 13 cm (chirogale mignon, Microcebus murinus) et 175 cm , pour une masse allant de 100 g jusqu'à 275 kg (gorille, Gorilla gorilla).

Physiologie

Il n'existe des hormones de grossesse gonadotropines chorioniques que chez les équidés et les primates (chez l'espèce humaine, il s'agit de la hCG pour human Chorionic Gonadotropin).

Distribution géographique

À l'exception de l'être humain anatomiquement moderne (c'est-à-dire nous) présent sous tous les climats et de certains macaques, les primates actuels se trouvent essentiellement dans les régions équatoriales, tropicales ou subtropicales. En Amérique, on trouve des primates du nord du Mexique jusqu'au sud de l'Argentine. En Afrique, on les trouve essentiellement au sud du Sahara. À Madagascar se sont développées des espèces endémiques de strepsirrhiniens (telles que les lémurs). En Asie, on trouve des primates en Arabie, dans le Sous-continent indien, en Chine, au Japon et en Asie du Sud-Est. La limite est de leur expansion est Sulawesi et le Timor.

Dans les autres régions, il se trouve peu de primates en liberté (hormis les homo sapiens). Les quelques espèces présentes, comme les rhésus en Floride et les magots à Gibraltar ont été introduites par l'homme.

Structures sociales

Les sociétés de primates sont extrêmement variées : ces animaux peuvent vivre isolés, en groupes permanents ou en groupes temporaires.

Les êtres humains et les autres grands singes semblent partager une dimension sociale unique : la culture. En 2001, Frans de Waal a montré dans une étude innovante que les grands singes (comme les chimpanzés) pouvaient partager des particularités culturelles (des pratiques apprises et non pas innées qui sont transmises à l'intérieur d'un groupe mais inconnues en dehors)[3]. Sans tomber dans les excès de certains tenants de la sociobiologie ou de la psychologie évolutionniste, cela ouvre la porte à une évaluation intéressante des structures sociales des primates en rapprochant les grands singes de l'homme.

Origine

Article détaillé : histoire évolutive des primates.

Les animaux les plus proches des primates sont les dermoptères, qui appartiennent comme eux au clade des euarchonta. Les euarchonta dans leur ensemble sont assez proches des glires (lapin, lièvres, rongeurs...) avec lesquels ils forment le clade des euarchontoglires.

└─o Euarchontoglires
  ├─o Anagalida dont les glires
  └─o Euarchonta
    ├─o Scandentia
    └─o
      ├─o Dermoptera
      └─o Primatomorpha : Plesiadapiformes†* puis Primates
 
* paraphylétiques

On peut supposer que les primates se sont constitués en groupe distinct il y a 85 millions d'années environ[4]. Toutefois, la recherche du plus ancien ancêtre commun est discutée : le Purgatorius, qui date d'environ 70 millions, n'est peut être pas un primate, et les plus anciens fossiles relevant indiscutablement du clade des primates sont des adapidés[5] vieux de 55 millions d'années (Donrusselia et Cantius).

Subdivisions

La phylogénie du groupe, autrement dit la formation et le développement des espèces, est bien établie et sa structure est relativement bien connue. Il existe encore plusieurs points qui font débat comme par exemple le cas particulier de la relation entre l'espèce humaine et les grands singes qui est un sujet sensible.

Primates
├───Strepsirrhini
│     ├──Lemuriformes
│     │    ├──Daubentoniidae
│     │    │
│     │    └──Lemuroidea
│     │         ├──Cheirogaleidae
│     │         ├──Lepilemuridae
│     │         └──N.N.
│     │             ├──Indriidae
│     │             └──Lemuridae
│     │
│     └──Lorisiformes
│          ├──Lorisidae
│          └──Galagonidae
│
└──Haplorrhini
     │
     ├──Tarsiiformes
     │
     └──Simiiformes
           ├──Platyrrhini
           │     ├──Pitheciidae
           │     └──N.N.
           │         ├──Atelidae
           │         └──N.N.
           │             ├──Callitrichidae
           │             └──N.N.
           │                ├──Aotidae
           │                └──Cebidae 
           │
           └──Catarrhini
                 ├──Cercopithecoidea
                 │    └──Cercopithecidae
                 │
                 └──Hominoidea
                      ├──Hylobatidae
                      └──Hominidae

Le sous-ordre des strespisrrhiniens

Peigne dentaire : les 4 incisives et 2 canines sont rapprochées (voire collées) à la manière d'un peigne (voir en:Toothcomb).

Le sous ordre des strespisrrhiniens correspond aux lorisiformes (comme par exemple les loris) et les lémuriformes (comme par exemple les lémurs). Ils sont arboricoles, souvent nocturnes et insectivores (caractères primitifs ancestraux).

D'une manière générale, ce sont des vertébrés munis d'une queue recouverte de fourrure, d'un museau et d'yeux ronds. Ils ont 5 doigts aux mains et aux pieds. La caractéristique principale qui les distingue des autres primates est la présence d'un peigne dentaire à l'avant de leur denture : c'est un ensemble de 6 dents constitué des 4 incisives et des 2 canines, toutes allongées et orientées vers l'avant; il sert à récupérer la gomme des arbres dont ils se nourrissent, mais également à l'épouillage.

Les lorisiformes

Les lorisiformes constituent l'un des deux infra-ordres des strespisrrhiniens : de petite taille, rencontrés en Afrique et en Asie, ils regroupent les familles suivantes :

Les lémuriformes

Exemple de lémurien (Maki catta).

Les lémuriformes constituent l'autre infra-ordre : ils vivent tous à Madagascar, qu'ils ont colonisée en l'absence d'autres primates plus compétitifs. On les classe en diverses familles :

Les haplorrhiniens

Les haplorrhiniens regroupent les singes (ou simiiformes) et les tarsiers.

Les singes

Exemple de platyrhinien, un ouistiti à toupet blanc.

Parmi les singes, on distingue :

  • les platyrhiniens ou singes du Nouveau Monde, originaires d'Amérique centrale et du Sud : ils ont les narines écartées, une queue longue et préhensile. Ils possèdent presque tous 36 dents. Ils se divisent eux-mêmes en trois familles :
  • les catarhiniens ou singes de l'Ancien Monde : ils ont les narines rapprochées, jamais de queue préhénsile, voire l'absence de queue animale. Ils possèdent 32 dents. Ils se divisent eux-mêmes en deux super-familles :

Les tarsiers

Ces derniers, considérés autrefois comme des prosimiens[7]. (terme désuet), sont désormais rattachés aux haplorrhiniens : ils ne possèdent pas de rhinarium mais leurs facultés olfactives sont meilleures que les catarhiniens.

Enjeux éthiques et politiques

Anatomie comparée, homme et gorille.

Le fait que l'homme fasse partie de l'ordre des primates donne à ce groupe d'animaux un caractère particulier. Cette idée est défendue par exemple par Peter Singer, l'auteur du projet grands singes visant à reconnaître un statut spécial pour les singes anthropomorphes [réf. nécessaire]. Peter Singer voudrait en effet accorder certains droits aux grands singes (les plus proches de l'homme génétiquement) et ainsi créer, comme pour l'Homme avec sa charte des Droits de l'homme, une charte définissant les droits des primates. Cette pensée fait partie d'un mouvement que l'on appelle la libération animale ; on peut citer par exemple le documentaire Koko, le gorille qui parle (1978) de Barbet Schroeder, ou en apprenant le langage des signes à un gorille, celui-ci se mit à inventer des mots en accolant des mots déjà appris. Ce débat est l'un des plus houleux du moment, car certains voient cela comme un rabaissement de l'Homme au niveau du primate, ce qui pose certaines questions quant à la nature profonde de l'Homme et notamment dans les questions abordées : finalement qu'est-ce qu'un Humain ? et finalement l'Homme peut-il lui-même définir l'Homme ? Ce sont des questions plus philosophiques, et qui entraînent divers problèmes éthiques.

Protection

75 des 188 espèces de Primates sont menacées de disparition. Toutes les espèces de primates sont inscrites à l'annexe II ou pour les plus menacées à l'annexe I de la CITES.

Notes et références

  1. Phylogénie des primates sur http://www.whozoo.org/. Consulté le 6 octobre 2009(en)
  2. Note : voir aussi l'arbre complet dans l'article Primates (classification phylogénétique)
  3. A. Whiten et Ch. Boesch, La culture des chimpanzés, dans Sur les traces de nos ancêtres, dossier Pour la Science, pages 43 à 49, octobre-décembre 2007
  4. S. Tavaré, C.R. Marshall, O. Will, C. Soligo et R.D. Martin « Using the fossil record to estimate the age of the last common ancestor of extant primates », Nature, 416, pp. 726-729, 18 avril 2002. (résumé en anglais)
  5. Voir pour le moment l'article en anglais Adapid(en)
  6. J.G. Fleagle, Primate Adaptation and Evolution, Academic Press: New York, 1999.
  7. Malgré les analyses rapprochant ceux-ci des simiens, certains travaux récents classent encore le tarsier parmi les prosimiens. Voir Schwartz JH. 1986, Primate systematics and a classification of the order, in: Swindler DR. Erwin J. editors, Comparative Primate Biology I. Systematics, Evolution, and Anatomy, New York, Alan R. Liss, p 1-42.

Annexes

Commons-logo.svg

Articles connexes

Romans liés au sujet

Liens externes


  • Portail de la zoologie Portail de la zoologie

Ce document provient de « Primates ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Primate de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • primate — [ primat ] n. m. • 1823; lat. primas, atis « qui est au premier rang » 1 ♦ Zool. Animal de l ordre des mammifères placentaires, à dentition complète et à main préhensile. L ordre des primates (lémuriens, tarsiens, simiens; hominiens). 2 ♦ Fam.… …   Encyclopédie Universelle

  • Primate — • A bishop possessing superior authority, not only over the bishops of his own province, but over several provinces and metropolitans Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Primate     Primate …   Catholic encyclopedia

  • primate — PRIMÁTE s.n.pl. Ordin de mamifere superioare din care fac parte maimuţele şi omul; (la sg.) animal din acest ordin. [sg. primat2. / < fr. primates, cf. lat. primus – primul]. Trimis de LauraGellner, 13.09.2007. Sursa: DN  PRIMÁTE s. n …   Dicționar Român

  • primate — high bishop, c.1200, from M.L. primas (gen. primatis) church primate, from L.L. adj. primas of the first rank, chief, principal, from primus first (see PRIME (Cf. prime) (adj.)). Meaning biological order including monkeys and humans is 1898, from …   Etymology dictionary

  • Primate — Pri mate, n. [OE. primat, F. primat, L. primas, atis one of the first, chief, fr. primus the first. See {Prime}, a.] 1. The chief ecclesiastic in a national church; one who presides over other bishops in a province; an archbishop. [1913 Webster]… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • primate — Miembro del orden biológico animal, de la clase mamíferos de los cordados. El orden primates incluye a los lemures, monos, simios y seres humanos. La mayoría de los primates tienen grandes cerebros, visión estereoscópica y manos y pies… …   Diccionario médico

  • primate — index chief Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • primate — s.m. [dal lat. tardo primas atis principale ], lett. [chi per prestigio, censo e sim., occupa una posizione preminente nella vita sociale e politica] ▶◀ (lett.) maggiorente, magnate, notabile, (lett.) ottimate. ‖ aristocratico, oligarca …   Enciclopedia Italiana

  • primate — adj. 2 g. s. m. O mesmo que primata …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • primate — (Del lat. primas, ātis). 1. adj. Zool. Se dice de los mamíferos de superior organización, plantígrados, con extremidades terminadas en cinco dedos provistos de uñas, de los cuales el pulgar es oponible a los demás, por lo menos en los miembros… …   Diccionario de la lengua española

  • primate — ► NOUN 1) a mammal of an order including monkeys, apes, and humans. 2) Christian Church the chief bishop or archbishop of a province. ORIGIN from Latin primas of the first rank , from primus first …   English terms dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.