Prades (Pyrenees-Orientales)


Prades (Pyrenees-Orientales)

Prades (Pyrénées-Orientales)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prades.
Prades

Prada de Conflent

Carte de localisation de Prades Prada de Conflent
Pays France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Pyrénées-Orientales
(sous-préfecture)
Arrondissement Prades
(chef-lieu)
Canton Prades
(chef-lieu)
Code Insee 66149
Code postal 66500
Maire
Mandat en cours
Jean Castex
2008-2014
Intercommunalité Communauté de Commmunes du Conflent
Latitude
Longitude
42° 37′ 05″ Nord
       2° 25′ 22″ Est
/ 42.6180555556, 2.42277777778
Altitude 300 m (mini) – 745 m (maxi)
Superficie 10,87 km²
Population sans
doubles comptes
6 221 hab.
(2006)
Densité 572,3 hab./km²
Clocher de l'église Saint-Pierre

Prades (en catalan Prada de Conflent ou Prada) est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Orientales et la région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Pradéens.

Sommaire

Géographie

Localisation

Prades se situe en Conflent dont elle est la principale ville, au pied du massif du Canigou, à 40 kilomètres à l'ouest de Perpignan, sur la rive droite de la Têt.

Transports

La route nationale 116, qui relie Perpignan à Bourg-Madame (en Cerdagne) contourne la ville par le nord. La ville bénéficie également d'une liaison régulière par TER (Train express régional) avec Perpignan à l'est et Villefranche-de-Conflent à l'ouest (puis avec Bourg-Madame et Latour-de-Carol par la Ligne de Cerdagne). Cependant, si le trajet Perpignan-Prades dure environ trente minutes, celui jusqu'à Latour-de-Carol est beaucoup plus long (plus de trois heures) avec correspondance à Villefranche-de-Conflent.
Des services de car assurent également la liaison avec plusieurs communes des environs.

Histoire

Etymologiquement, Prades viendrait du latin prata (prairies). La première mention du lieu date de 843. C'est à cette date que Charles le Chauve fait donation au comte d'Urgell et Cerdagne alors en place de la villa de Prada. Le comte fait don de la villa à l'Abbaye Sainte-Marie de Lagrasse vers 855. Prades devient alors seigneurie de Lagrasse, statut que le village conservera jusqu'à la Révolution[1].
Il est fait mention au XIe siècle de l'actuelle église paroissiale Saint-Pierre[2].
Au XIIIe siècle la ville se dote d'une enceinte fortifiée, qui sera renforcée au XVIe siècle avant d'être plus tard démantelée[3].
Pau Casals, célèbre violoncelliste, y trouve refuge en 1939 alors que la chute de la République espagnole était proche. Dans les années qui suivent, il s'intéresse au sort des nombreux républicains espagnols exilés dans la région.
En 1950 il crée à Prades le festival de musique (qui porte désormais son nom) auquel il participa jusqu'en 1966, et qui permit des rencontres musicales devenues légendaires entre les plus grands instrumentistes de l'époque.
Ainsi, tous les étés depuis 1968, Prades accueille l'Université catalane d'été (en catalan Universitat Catalana d'Estiu).

Administration

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Parti Qualité
1983 1987 Guy Malé UDF sénateur, président du conseil général
1987 1989 Marcel Mulcio
1989 2001 Paul Blanc RPR sénateur, conseiller général
2001 2008 Jean-François Denis PRG
2008 2014 Jean Castex UMP
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Évolution démographique
(Source : Cassini[5] et INSEE[6])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 119 2 152 2 344 2 664 2 836 3 013 3 145 3 222 3 367
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 074 3 152 3 579 3 208 3 877 3 856 3 816 3 762 3 666
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 835 3 875 4 146 3 856 4 170 4 815 4 946 5 019 5 393
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
5 676 5 937 6 448 6 100 6 009 5 800 6 621 - -

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Economie

Lieux et monuments de la ville

L'église Saint-Pierre

Le monument principal de la ville de Prades est l'église paroissiale Saint-Pierre, sise au coeur du centre ancien. Dépendant de l'abbaye de Lagrasse, les parties les plus anciennes de l'édifice remontent vraisemblablement au XIIe siècle, bien que son origine remonte au moins au XIe siècle.
Mais l'augmentation de la population rend l'édifice trop exiguë à la fin du XVIe siècle, et en 1605 l'emplacement du futur est déterminé par l'évêque d'Elne. Les travaux commencent en 1606 (date de la première pierre) et s'achèventvers 1749 (pierre datée du transept nord)[7].
L'édifice actuel, de style gothique, est de dimensions imposantes : 43 mètres de long pour 13 mètres de large et 17 mètres de haut. Sur le côté sud s'élève le clocher du XIIe siècle, d'environ 30 mètres de haut. La tour est divisée en cinq niveaux séparés par des arcatures et des lésènes. Seuls les trois derniers niveaux sont percés de baies géminées, les deux niveaux inférieurs ayant à soutenir le poids de la tour. Le sommet est une adjonction moderne, comme en témoigne la différence d'appareil, beaucoup plus fruste, avec les pierres soigneusement appareillées de l'époque romane[8].
Le mur méridional de la travée entre la façade occidentale et le clocher possède encore deux baies romanes en plein cintre, l'une étant obstruée.
L'église conserve un splendide mobilier baroque, dont le retable du maître autel considéré comme étant l'un des plus grands de France. Il est du au sculpteur catalan Joseph Sunyer, et fut terminé en 1699[9].

Autres curiosités

En face de l'église s'élève la Maison Jacomet, dont la construction remonte au XVe siècle. Elle fut ensuite remaniée à plusieurs reprises, avant d'être restaurée à la fin des années 1990 et inscrit sur la liste des monuments historiques en 2001[10].
On notera également la chapelle Saint-Martin de Canoha (Sant Marti de Canoa). L'édifice, qui consiste en une nef unique voûtée en berceau (apparemment refait) terminée par une abside en cul-de-four, peut être daté du XIe siècle. L'église est propriété privée[11],[12].

La maison où ont vécu les Merton, 1 rue du 4 septembre, de 1914 à 1916

Personnalités liées à la commune

Jumelages


Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. CAZES Albert (abbé), Saint-Pierre de Prada, Guide Touristique Conflent, page 34
  2. CAZES Albert (abbé), Saint-Pierre de Prada, Guide Touristique Conflent, page 3
  3. CAZES Albert (abbé), Saint-Pierre de Prada, Guide Touristique Conflent, pages 35-36
  4. Liste des maires de Prades sur www.francegenweb.org.
  5. http://cassini.ehess.fr/ Population par commune avant 1962 (résultats publiés au journal officiel ou conservés aux archives départementales)
  6. INSEE : Population depuis le recensement de 1962
  7. CAZES Albert (abbé), Saint-Pierre de Prada, Guide Touristique Conflent, pages 3-4
  8. MALLET, Géraldine, Églises romanes oubliées du Roussillon, Les Presses du Languedoc, 2003, page 192
  9. CAZES Albert (abbé), Saint-Pierre de Prada, Guide Touristique Conflent, page 5
  10. DRAC Languedoc-Roussillon, Prades (Pyrénées-Orientales) : Maison Jacomet, (page consultée le 24 décembre 2007). <http://www.languedoc-roussillon.culture.gouv.fr/fr/0index/01actu/protection_historique/fiches66/Maison%20Jacomet.htm>
  11. MALLET, Géraldine, Églises romanes oubliées du Roussillon, Les Presses du Languedoc, 2003, pages 192-193
  12. CAZES Albert (abbé), Saint-Pierre de Prada, Guide Touristique Conflent, page 39
  13. http://www.cg66.fr/routes_transports/transports/actualite.html



  • Portail du Languedoc-Roussillon Portail du Languedoc-Roussillon
  • Portail des Pyrénées-Orientales Portail des Pyrénées-Orientales
  • Portail des Pays catalans Portail des Pays catalans
Ce document provient de « Prades (Pyr%C3%A9n%C3%A9es-Orientales) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Prades (Pyrenees-Orientales) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires: