Pondichery


Pondichery

Pondichéry

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pondy.
Pondichéry

Une rue de Pondichéry
Une rue de Pondichéry

Administration
Pays
État et territoire
Inde Inde
Territoire de Pondichéry
District Puducherry
Site Internet Consulter
Démographie
Population 220 749 hab. (2001)
Géographie
Coordonnées
géographiques
11° 56′ Nord
       79° 50′ Est
/ 11.93, 79.83
Altitudes mini. 0 m — maxi. m
Superficie 293 km2
Fuseau horaire IST
(UTC+5.30)
India-locator-map-blank.svg
Pondichéry

Pondichéry (en tamoul, புதுவை ou புதுச்சேர, en translittération anglaise, Puducherry, translittération française, Poudouchéry), ou Pondicherry (ancienne dénomination anglaise), ou encore Pondy (nom abrégé, souvent utilisé y compris en Inde) est une ville dans le sud-est de l'Inde, enclavée dans l'État du Tamil Nadu pour ce qui est de la ville principale. La ville est la capitale du territoire de Pondichéry. Son intense activité portuaire est liée à son activité de tissage du coton. La population, en 2001, est de 220 000 habitants, si l'on s'en tient au sens le plus étroit de ville, et de 725 300 au sens le plus large. Une minorité francophone est présente.

Sommaire

Colonisation française

Pondichéry entre dans l'histoire de France lorsque la Compagnie française des Indes orientales achète en 1673 un petit village côtier au sultan de Bijapur. Pondichéry devient ainsi la tête de pont des intérêts commerciaux de la France en Inde. Il faut cependant attendre 1685 pour que François Martin, nommé « directeur de la côte de Coromandel », mette Pondichéry sur la voie de la prospérité.

Les frictions avec les Hollandais, déjà bien implantés dans la région, et la mort de Martin en 1706, ralentissent le développement de la ville. Il faut attendre 1726 et l'arrivée de Pierre Lenoir pour que les affaires reprennent. La ville est ensuite dirigée par Benoist Dumas en 1735 et plus tard par Joseph François Dupleix en 1742. C'est sous le mandat de ce dernier, et grâce à lui, que Pondichéry connaît son apogée. Grâce à ses victoires militaires contre les Britanniques, il étend le territoire autour de la ville et dans le sud de l'Inde, et a beaucoup d'influence dans les affaires des princes et souverains de la région.

Mais les actionnaires de la Compagnie française des Indes, soucieux de leurs intérêts commerciaux, voyant d'un mauvais œil les guerres incessantes avec les Britanniques et influencés également par les informations venant de l'Angleterre (informations déphasées, car il fallait 6 à 8 mois pour la transmission des ordres et rapports par voie de mer), décident de le remplacer. Dupleix quitte l'Inde le 14 octobre 1754 emportant avec lui ses rêves d'une Inde française.

Son remplaçant, Godeheu, est chargé de traiter avec les Britanniques. Mais la paix ne dure pas, et, malgré les victoires initiales de Lally-Tollendal, Pondichéry est prise par les Britanniques le 16 janvier 1761 et rasée presque complètement. La France ne récupère son comptoir qu'en 1765, après la signature du Traité de Paris (1763).

Après deux autres occupations anglaises, en 1778-1785 et en 1793-1814, les Français en récupèrent le contrôle total seulement en 1816, sans jamais cependant y retrouver la gloire de jadis, avec interdiction d'y posséder fortification et garnison (police seule autorisée). Depuis lors, Pondichéry n'est plus alors qu'une escale vers l'Indochine où se focalisera l'intérêt de la France pendant le XIXe siècle.

Depuis l'indépendance

À Pondichéry, on trouve des panneaux bilingues incluant une version en français

En 1954, suite à des négociations avec l'Inde indépendante, la France prend la décision de céder l'ensemble de ses territoires à l'Inde (les autres loges avaient été cédées beaucoup plus tôt). Le 1er novembre 1954 a lieu le transfert de facto. Le traité de cession sera signé en 1956 et le parlement français qui avait fait patienter le gouvernement indien jusqu'à la fin de la guerre d'Algérie, le ratifiera en août 1962 (transfert de jure). Pendant une période de six mois, les habitants des comptoirs auront la faculté d'opter pour la nationalité indienne ou française, selon leur domiciliation au moment du transfert et suivant les modalités du traité pas très simples et toujours sujettes à controverse, ou ne rien faire (perte de l'ancienne nationalité).

Marché aux poissons de Pondichéry

Aujourd'hui, la ville de Pondichéry est la capitale d'un territoire de l'Union, très éclaté, avec ses annexes de Karaikal de langue tamoul comme la capitale, à 200 km au sud, Mahé de langue malayâlam, sur la côte de Malabar à 600 km, à l'ouest et Yanaon de langue télougou, sur la côte d'Andhra, à 1 100 km au nord-est. Chandernagor ayant voté dès 1949 pour l'intégration à l'Inde fait maintenant partie de la grande agglomération de Calcutta (nom actuel : Kolkata). Environ dix mille Français vivent à Pondichéry qui est le siège d'un important consulat français couvrant également tout le sud de l'Union indienne. On peut encore voir des traces de l'influence française : le consulat, l'Alliance française, le Lycée Français, l'École française d'Extrême-Orient (EFEO), les noms de rue parfois encore inscrits en français, les képis des policiers, la bibliothèque Romain Rolland, etc.

Mais l'arrivée massive d'habitants d'autres États de l'Union indienne, la rapide mutation économique de cette paisible ville française en dynamique ville indienne et la spéculation immobilière induite grignotent le cachet français qui faisait naguère le charme de ces comptoirs de l'Inde.

Signalisation bilingue tamoul/français à Pondichéry

Voir aussi

Bibliographie

  • Arno Gisinger, Robert Dulau, Pondichéry / Pondicherry, Éditions PIPPA, collection « Itinérances » (ISBN 978-2-916506-03-6)

Articles connexes

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail du monde indien Portail du monde indien
Ce document provient de « Pondich%C3%A9ry ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pondichery de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pondichéry — v. de l Inde, sur la côte de Coromandel; 162 640 hab.; cap. du territoire de Pondichéry (480 km²; 789 400 hab.). Port. Siège de la Compagnie des Indes (XVIIe s.), elle fut la cap., jusqu en 1954, des établissements français dans l Inde …   Encyclopédie Universelle

  • Pondichéry — (fr., spr. Pongdischerih, Pondicherry, engl., spr. Pannditscherri), 1) französische Besitzung in. Ostindien; umfaßt 5,5 QM., zählte (1856) 119,755 Ew. u. besteht aus den drei Districten: P. mit der Stadt gleiches Namens u. 11 Dörfern; Vallanor… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Pondichéry — (spr. pongdischerih), Hauptstadt des franz. Gouv. P. (Franz. Indien, Franz. Voderindien [Territorien: P., Janaon, Mahé, Karikal und Chandarnagar], 509 qkm, 1903: 273.748 E.) und des Territoriums P. (290,7 qkm, 176.096 E.), auf der Koromandelküste …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Pondichéry — (Pongdischery),Hauptstadt der wenigen Besitzungen, die Frankreich in Ostindien geblieben sind (Karikal, Yanâon, Mahé, Chandernagor), mit 55000 E., guter Rhede. P. wurde 1761, 1778 und 1792 von den Engländern erobert u. 1814 nur unter der… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Pondichéry — Pour les articles homonymes, voir Pondy. Pondichéry / Puducherry / புதுச்சேரி Une rue de Pondichéry Administration …   Wikipédia en Français

  • Pondichery — Puducherry DEC …   Deutsch Wikipedia

  • Pondichéry — Puducherry DEC …   Deutsch Wikipedia

  • Pondichéry — geographical name see Pondicherry …   New Collegiate Dictionary

  • Pondichéry (Ville) — Pondichéry Pour les articles homonymes, voir Pondy. Pondichéry Une rue de Pondichéry Administration …   Wikipédia en Français

  • Pondichery (Geographie) — Pondichery (Geographie), ehemals eine der schönsten und bevölkertsten Städte der Europäer in Ostindien, auf der Küste Koromandel in einer sandigen Ebene, mit 70,000 Ew., deren Zahl bis auf 24,000 herabgekommen ist, und um deren Besitz Franzosen… …   Damen Conversations Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.