Politique étrangère de la Mongolie


Politique étrangère de la Mongolie
Mongolie
State emblem of Mongolia.svg
Cet article fait partie de la série sur la
politique de la Mongolie,
sous-série sur la politique.


v · 1921, la Mongolie, devenue une République populaire en 1924, a été proche de l'Union soviétique jusqu'au changement de régime survenu en 1990.

Sommaire

Relations avec la Corée du Nord

Une délégation mongole, conduite par le président Natsagiyn Bagabandi, a visité la Corée du Nord du 21 au 23 décembre 2005[1]. Une délégation parlementaire mongole s'est aussi rendue à Pyongyang en décembre 2006, reçue notamment par les députés nord-coréensKim Wan-su et Pak Kyu-hong[2].

Statut de zone exempte d’armes nucléaires de la Mongolie

En 1992, le Président de la Mongolie Punsalmaagiin Ochirbat a annoncé que son pays envisageait de devenir un "pays-zone exempte d'arme nucléaire". Les changements géopolitiques engendrés par la chute de l'Union soviétique et, en particulier pour le pays, le retrait des troupes russes de son territoire, ont donné à Oulan-Bator l'opportunité de proclamer sa neutralité politique.

Bien que peu orthodoxe, l'initiative mongole de devenir une zone exempte d'arme nucléaire a été bien accueillie tant par ses voisins russe et chinois que l'ensemble de la communauté internationale. Jusqu'alors, les zones exemptes d'armes nucléaires étaient composées de groupes de pays bien que l'option d'une zone à un seul pays avait été reconnue depuis longtemps. Ainsi, la résolution 3261 F de l'Assemblée générale des Nations unies prévoit une telle possibilité.

Diversification des relations de la Mongolie

Depuis 1990, la Mongolie cherche à diversifier des relations internationales en se démarquant de ses deux puissants voisins, la Chine et la Russie.

Le Japon, la Corée du Sud et les États-Unis apportent une importante aide au développement. Le Japon, dont l'aide cumulée dépasse 2 milliards de dollars depuis 1990, est le premier donateur.

Des liens étroits ont été noués avec les États-Unis : en février 2007, un contingent mongol de 130 hommes combattait en Irak ;[3] en novembre 2005, George W. Bush a été le premier président américain en activité à se rendre en Mongolie dans le cadre d'une visite officielle.

Le président mongol Nambaryn Enkhbayar a effectué une visite officielle à Paris en février 2007[4].

Relations avec des Tibétains

Un Traité d'amitié et d'alliance entre le Gouvernement de Mongolie et le Tibet a été signé sur le 2 février[5] 1913, à Ourga (maintenant Oulan-Bator). Après la chute de la dynastie mandchoue en 1911, le Tibet et la Mongolie ont tous deux déclaré leur indépendance formelle, qui n’a cependant pas été reconnue officiellement par la République de Chine. Dans le traité, la Mongolie et le Tibet déclaraient leur reconnaissance et fidélité mutuelles. Les représentants mongols ayant signé le traité furent le ministre des affaires étrangères Da Lama Ravdan et le Général Manlaibaatar Damdinsüren. Le représentant tibétain qui a signé ce document fut Gendun-Galsan un citoyen tibétain, en outre Agvan Dorjiev, un Bouriate, Chijamts, a aussi signé ce document.

Le 14e Dalaï Lama a fait 5 visites à Oulan-Bator. Pour sa première visite en septembre 1991, 700 000 personnes étaient présentes. La Chine, à qui la Mongolie fournit notamment du cuivre, est son principal partenaire commercial. Les relations bilatérales se seraient tendues après chaque visite du 14e Dalaï Lama à Oulan-Bator. Par exemple, lors de la dernière visite du Lama tibétain, en août 2006, une interruption des liaisons ferroviaires avec la Chine a duré plusieurs jours.[réf. nécessaire]

Le ministre des affaires étrangères de Mongolie ouvre une conférence de l'Union internationale de la jeunesse socialiste (IUSY) du 8 au 10 juin 2007. Au cours de cette conférence une résolution acceptant le Tibet comme état indépendant est passée[6].

Références et notes

Liens internes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Politique étrangère de la Mongolie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Politique étrangère de la Chine — Depuis l’époque de Deng Xiaoping, la diplomatie de la République populaire de Chine est fondée sur le principe du « développement pacifique ». Cette orientation a été confirmée après l’accession au pouvoir de Hu Jintao en 2002. Tout en… …   Wikipédia en Français

  • Politique étrangère de la Russie — Géostratégie de la Russie Cet article traite de la géostratégie et de la géopolitique contemporaines de la Russie. Voir aussi l article connexe sur la vie politique en Russie. Déjà amorcé durant le second mandat de Boris Eltsine (de 1996 à 1999)… …   Wikipédia en Français

  • Politique étrangère de la République populaire de Chine — Depuis l’époque de Deng Xiaoping, la diplomatie de la République populaire de Chine est fondée sur le principe du « développement pacifique ». Cette orientation a été confirmée après l’accession au pouvoir de Hu Jintao en 2002. Tout en… …   Wikipédia en Français

  • Politique étrangère de la Corée du Nord — La Corée du Nord a établi des relations diplomatiques avec plus de 150 États. De plus, elle est membre de la plupart des organisations internationales dont l ONU qu elle a rejoint le 17 septembre 1991, en même temps que la Corée du Sud. Après son …   Wikipédia en Français

  • Politique étrangère de la Turquie — Turquie Cet article fait partie de la série sur la politique de la Turquie, sous série sur la politique …   Wikipédia en Français

  • Politique étrangère du Kirghizistan — Kirghizistan Cet article fait partie de la série sur la politique du Kirghizistan, sous série sur la politique …   Wikipédia en Français

  • Mongolie (pays) — Mongolie Pour les articles homonymes, voir Mongolie (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Mongolie extérieure — Mongolie Pour les articles homonymes, voir Mongolie (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Mongolie — Pour les articles homonymes, voir Mongolie (homonymie). ( …   Wikipédia en Français

  • Politique de la Mongolie — Mongolie Cet article fait partie de la série sur la politique de la Mongolie, sous série sur la politique …   Wikipédia en Français