Plasma quark-gluon


Plasma quark-gluon
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Plasma.

Le plasma de quarks et de gluons (QGP, de l'anglais quark-gluon plasma) est un état de la chromodynamique quantique (QCD) qui existe à des températures et/ou des densités extrêmement élevées. Cet état consiste en une « soupe » de quarks et de gluons (presque) libres. Elle diffère en cela des autres états de la matière, comme les solides, les liquides ou les gaz, dans lesquels les quarks et les gluons sont confinés dans les hadrons.

Le QGP était sans doute présent dans l'univers durant les 20 à 30 premières microsecondes après le Big Bang. Aujourd'hui, des théories prédisent son existence au sein de certaines étoiles très denses, mais le seul moyen de l'étudier réellement est de « le fabriquer » artificiellement dans des accélérateurs de particules.

Sommaire

Création du plasma quark-gluon

SPS

La première création de plasma de quarks et de gluons fut annoncée en février 2000.

Elle eu lieu au CERN, en utilisant des noyaux de plomb accélérés à une énergie de 33 TeV par le Supersynchrotron à protons (SPS), puis projetés sur des cibles fixes. Les impacts amenèrent localement la matière à une température « 100 000 fois supérieures à celle du cœur du Soleil[1] » et avec des "densités d’énergie" 20 fois plus grandes que celle du noyau atomique[2].

RHIC

Ensuite, l’étude de ce plasma se poursuit au Laboratoire national de Brookhaven, en particulier avec le Collisionneur d'ions lourds relativistes (RHIC ; Relativistic Heavy Ion Collider) construit dans ce but. Celui-ci peut accélèrer deux faisceaux de noyaux lourds (cuivre ou or) en sens inverse, jusqu'à une énergie de 100 GeV par nucléons[3], puis les fait entrer en collision frontale.

Ce qui suit est la traduction d'un communiqué de presse d'une université américaine :[réf. souhaitée] A l'aide du collisionneur à ions lourds du laboratoire de Brookhaven, des physiciens pensent avoir réussi à créer un plasma quark-gluon. L'équipe a créé ce plasma en fracassant des noyaux d'atomes d'or les uns sur les autres à des vitesses relativistes. L'explosion résultante des particules n'a duré que 10-20 seconde. En utilisant des collisions à grande vitesse entre des atomes d'or, les scientifiques pensent avoir recréé une des formes les plus mystérieuses de la matière dans l'Univers, le plasma quark-gluon.

Le professeur de physique Daniel Cebra est l'un des chercheurs. Son rôle consistait à établir les dispositifs d'écoute électroniques qui collectent des informations sur les collisions, un travail qu'il a comparé à « dépanner 120.000 systèmes stéréo ». Maintenant, en utilisant ces détecteurs, « nous analysons ce qui se produit réellement pendant la collision pour comprendre ce qu'est le plasma quark-gluon », a-t-il indiqué. « Nous avons essayé de dissocier des neutrons et des protons, les constituants des noyaux atomiques, en leurs quarks et gluons constitutifs », précise-t-il. « Nous avons eu besoin de beaucoup de chaleur, de pression et d'énergie, localisées dans un petit espace. »

Les scientifiques ont réalisé de bonnes conditions avec des collisions frontales entre les noyaux d'atomes d'or. Le plasma quark-gluon résultant a subsisté pendant un temps extrêmement court, moins de 10-20 seconde, selon Cebra. Mais les collisions ont laissé des traces mesurables. « Notre travail est comme une reconstitution d'accidents », explique-t-il. « Nous voyons des fragments issus d'une collision, et nous remontons en arrière depuis ces éléments ».

On s'était attendu à ce que le plasma quark-gluon se comporte comme un gaz, mais les données indiquent davantage une substance se comportant comme un liquide. Le plasma est moins compressible que prévu, ce qui signifie qu'il peut être susceptible de supporter les pressions des noyaux d'étoiles très denses. « Quand une étoile à neutrons devient assez grande et assez dense, elle peut passer par une phase "à quark", ou bien elle peut juste s'effondrer en un trou noir », indique Cebra. « Pour supporter une étoile à quark, le plasma quark-gluon aurait besoin d'être extrêmement rigide. Nous espérons qu'il existe des étoiles à quark, mais il sera difficile de les étudier. Si elles existent, elles doivent être infiniment lointaines ».

Selon les hypothèses dernièrement formulées, des essais pratiqués sur des noyaux d'uranium pourraient fournir un plasma de quark-gluon aux caractéristiques proches de l'état solide. Le laboratoire de Brookhaven serait également le siège de ses expériences.

LHC

La prochaine étape sera celle des collisions de noyaux de plomb au Large Hadron Collider (LHC), avec l’expérience ALICE.

Cette fois, les noyaux atteindront une énergie de 2,76 TeV par nucléons avant d’entrer en collision[4].

Notes et références de l'article

  1. soit approximativement 1500 milliards de kelvins, sachant que la température régnant au cœur du soleil est d’environ 15 millions de kelvins.
  2. (fr) public.web.cern.ch ; La soupe primordiale
  3. (en) Run overview of the Relativistic Heavy Ion Collider, consulté début octobre 2009. À noter que le RHIC produit également des collisions entre protons (« pol. p-p ») pour d’autres expériences.
  4. (fr) LHC France > L’accélérateur > Deux accélérateurs en un

Voir aussi

Articles connexes

Liens et documents externes

Le plasma Quark-Gluon sur FuturaSciences


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Plasma quark-gluon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Plasma de quark-gluon — Plasma quark gluon Pour les articles homonymes, voir Plasma. Le plasma de quarks et de gluons (QGP, de l anglais quark gluon plasma) est un état de la chromodynamique quantique (QCD) qui existe à des températures et/ou des densités extrêmement… …   Wikipédia en Français

  • Quark-Gluon-Plasma — Quark Gluon Plạsma   [ kwɔːk ], Abkürzung QGP, theoretisch vermuteter Zustand hadronischer Materie bei sehr hohen Energiedichten (Temperaturen), in dem Quarks und Gluonen als freie Teilchen nach den Gesetzen der Quantenchromodynamik miteinander… …   Universal-Lexikon

  • Quark–gluon plasma — A QGP is formed at the collision point of two relativistically accelerated gold ions in the center of the STAR detector at the relativistic heavy ion collider at the Brookhaven national laboratory. A quark–gluon plasma …   Wikipedia

  • Quark Gluon Plasma — Datei:First Gold Beam Beam Collision Events at RHIC at 100 100 GeV c per beam recorded by STAR.jpg Bild der Endprodukte einer 100 GeV Gold Gold Kollision am Relativistic Heavy Ion Collider. Es wurde angenommen, dass sich bei der Kollision ein QGP …   Deutsch Wikipedia

  • Quark-Gluon-Plasma — Bild der Endprodukte einer 100 GeV Gold Gold Kollision am Relativistic Heavy Ion Collider (RHIC). Es wurde angenommen, dass sich bei der Kollision ein QGP bildet. Das Quark Gluon Plasma (Abkürzung QGP) ist ein Zustand der Materie, in dem das …   Deutsch Wikipedia

  • Quark-gluon plasma — A quark gluon plasma (QGP) is a phase of quantum chromodynamics (QCD) which exists at extremely high temperature and/or density. This phase consists of (almost) free quarks and gluons, which are the basic building blocks of matter. Experiments at …   Wikipedia

  • quark gluon plasma — new form of matter in which freely propagating quarks and gluons exist in the plasma …   English contemporary dictionary

  • quark-gluon plasma — noun a predicted state of matter, containing deconfined quarks and gluons, present in the very early universe (first millionth of a second), and recreated at extremely high energy densities, such as those in the collision of heavy atomic nuclei… …   Wiktionary

  • quark-gluon plasma — …   Useful english dictionary

  • Quark-Stern — Ein Quarkstern, auch Seltsamer genannt, ist ein theoretisch möglicher Endzustand der Sternentwicklung vor einem Schwarzen Loch. Mit dem Verbrauch seines nuklearen Brennmaterials (Kernfusion) wird die Materie eines Sterns durch die Gravitation… …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.