Pierre Pellerin

Pierre Pellerin
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pellerin.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Pierre Pellerin (journaliste).

Pierre A. J.-C. Pellerin (né le 15 octobre 1923 à Strasbourg) est un expert en radioprotection.

Il a été professeur à la faculté de médecine Paris Descartes (1962-1992), dont il est émérite depuis 1993. Fondateur et directeur du Service central de protection contre les rayonnements ionisants (SCPRI), il a en outre été fondateur et directeur (de 1956 à 1992) du Centre international de référence pour la radioactivité de l'OMS (1967-1995).

Sommaire

Grades universitaires

  • Docteur en médecine (Paris, 1948), diplômé en électro-radiologie et en médecine du travail ;
  • Licencié en sciences (Paris, 1948) ;
  • Assistant de biophysique à la Faculté de médecine de Paris (1946-52), puis chargé de cours (1952-54) ;
  • Maître de recherche (INSERM-CEA, 1950-56) ;
  • Chargé de cours à la Faculté de médecine de Nancy, en biophysique et médecine nucléaire (1954) ;
  • Agrégé de biophysique (1955) ;
  • Professeur agrégé à la Faculté de médecine de Nancy ;
  • Titulaire de la chaire de biophysique et médecine nucléaire à l'Université Paris Descartes (1971-92) ;
  • Médecin-biologiste des Hôpitaux de Paris (médecine nucléaire) (1962).

Commissions, missions, etc.

  • En France :
    • Président du Comité national d'experts médicaux en cas de sinistre nucléaire de 1960 à 1993.
    • Membre du Conseil supérieur d'hygiène publique de France de 1962 à 1993.
      • de la Commission des installations nucléaires de base (CINB) de 1960 à 1993.
      • de la Commission interministérielle des radioéléments artificiels (CIREA) de 1960 à 1993.
      • du Conseil supérieur de sûreté nucléaire de 1962 à 1993.
      • du Conseil national de la métrologie (CNM) de 1961 à 1995.
    • Commissaire du Gouvernement à l'Assemblée nationale, au Sénat et au Conseil d'État pour tous les textes réglementaires relatifs à la protection contre les rayonnements et la radioactivité de 1964 à 1993.
    • Expert auprès des Tribunaux de 1962 à 1993.
    • Missions gouvernementales d'inspection des centres d'expérimentations de Reggane (Algérie) en 1960 et de Moruroa (Polynésie française) en 1978 et en 1982.
  • Au niveau international :

Travaux et publications

  • 75 publications scientifiques: électrophysiologie, détection des radioéléments, radiobiologie, métabolisme des radioéléments, radiotoxicologie, normes de radioprotection.
  • Lauréat de la Faculté de Médecine de Paris - Prix de Thèse (1948).
  • Lauréat de la Faculté de Médecine de Paris - Prix Barbier (1951).
  • Lauréat de l'Académie de Médecine - Prix Bergonié (1949)
  • Lauréat de l'Académie de Médecine - Prix Delherm (1957).
  • Lauréat de l'Académie des Sciences
  • Prix du Général Muteau (1987).

Rôle lors de la catastrophe de Tchernobyl

Le 29 avril, soit trois jours après la catastrophe de Tchernobyl alors que la nouvelle vient tout juste d'arriver en France, Pierre Pellerin, en tant que directeur du Service central de protection contre les rayonnements ionisants (SCPRI) intervient au journal télévisé du soir et déclare : « cela ne menace personne actuellement, sauf peut-être dans le voisinage immédiat de l'usine, et encore[1],[2] ».

Ce même 29 avril, Antenne 2 fait poser l'image d'un STOP sur la carte de France de la météo[3] présentée par Brigitte Simonetta pour illustrer le fait qu'aucune contamination ne menace, sur la base du fait que l'anticyclone des Açores va détourner le nuage. Cette initiative n'avait pas été lancée par Pierre Pellerin.

Le 30 avril 1986, l'anticyclone n'a pas détourné le nuage et le réseau du SCPRI commence à détecter la contamination qui sera confirmé le lendemain sur l'ensemble du territoire. Après vérification, Pierre Pellerin rédige dans la nuit un communiqué de presse qui annonce qu'on observe une augmentation du niveau de radioactivité sur le sud-est, puis le lendemain un second communiqué pour l'ensemble du territoire français. Les deux communiqués indiquent que ce niveau ne justifie pas de prendre des mesures de santé publique particulières[4].

Le 1er mai est jour férié en France et les communiqués ne sont diffusés par aucun média ce jour là. Ils ne sont repris que le 2 mai par la presse dont le journal Libération[5].

Les jours suivant, l'historique des communiqués du SCPRI montre que celui communique au jour le jour les infos dont il dispose sur la contamination dans le territoire, il diffuse en particulier des cartes de celle-ci, et communique sur les éventuelles conséquences sanitaires, y compris sur les pluies qui peuvent rabattre des traces de radiation. La conclusion est cependant à chaque fois que le niveau reste à tout endroit très largement inférieur aux seuils pouvant entrainer des conséquences pour la population[4].

Toutefois les journalistes sont insatisfaits de ne pouvoir communiquer directement avec le SCPRI et de n'avoir accès qu'à ses compte-rendus écrits[4]. Ils s'étonnent que les communiqués du SCPRI soient aussi rassurants alors que l'inquiétude se répand dans d'autres pays européens, que des mesures drastiques y sont souvent prises[4].

Le 2 mai 1986 le journal Libération indique  : « TCHERNOBYL : le choc du nuage, Pierre Pellerin, le directeur du service central de protection contre les radiations (SCPRI) a annoncé hier que l’augmentation de radioactivité était enregistrée sur l’ensemble du territoire, sans aucun danger pour la santé ». Le 12 mai, le même journal publie un article déclarant que les pouvoirs publics français ont menti, ce qui est inexact, que le nuage a bien survolé la France, et que le professeur Pellerin en aurait fait « l'aveu » deux semaines après la catastrophe[5],[6]. La polémique initiée par cet article, et reprise par d'autre comme le Canard Enchaîné[4], conduit de nombreuses personnes à attribuer au professeur Pellerin le propos selon lesquels le nuage de Tchernobyl se serait « arrêté à la frontière ». En 1999 au cours d'une émission télévisée, Noël Mamère attribue de nouveau de manière ironique ces propos au professeur Pellerin, qui le poursuit en diffamation à la suite de cela.

Un rapport de 2005 de Paul Genty et Gilbert Mouthon critique le rôle du Pr. Pellerin ; il s'inscrit dans l'instruction judiciaire entamée en mars 2001 par la juge d'instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy, initiée par le dépôt de plainte contre X pour défaut de protection des populations contre les retombées radioactives de l'accident par l'Association française des malades de la thyroïde.

Aspect judiciaire

Poursuites en diffamation

Pierre Pellerin a attaqué en diffamation plusieurs médias.

1) Contre Mmes Michèle Rivasi et Crie, et l'Éditeur devant la Chambre de Presse du Tribunal de Grande Instance de Paris, plainte en diffamation contre Mmes Rivasi, Crie, et l'éditeur. Le Tribunal se déclare incompétent : Pr. Pellerin étant fonctionnaire, sa plainte aurait dû être déposée au pénal. Les prévenus sont donc relaxés pour vice de forme. Sur le fond, le Tribunal conclut que la diffamation de P. Pellerin est incontestable.[réf. nécessaire]

2) Contre Noël Mamère et Antenne 2[réf. nécessaire] :

  • 2000 : Plainte au Pénal (Chambre criminelle) en diffamation contre Noël Mamère et A2.
  • 2001 : Condamnation de Noël Mamère et de A2 en Première Instance. Ils font appel.
  • 2002 : Condamnation en Cour d'Appel de Noël Mamère et de A2. Ils se pourvoient en cassation.
  • 2002 : Rejet du pourvoi en Cour de Cassation de Noël Mamère et de A2.
  • 2003 : Noël Mamère saisit en 2003 la Cour européenne des droits de l'homme, en invoquant la violation du droit à la liberté d'expression, et obtient gain de cause en 2006 ([7]).

3) Contre J.-M. Jacquemin et l'Éditeur

  • 2002 : Plainte au Pénal (Chambre Criminelle) en diffamation contre Jacquemin et l'éditeur.
  • 2003 : Condamnation de Jacquemin et de l'éditeur en Première Instance. Ils font appel.
  • 2004 - 18 mars : Condamnation, en Cour d'Appel, de M. Jacquemin et de l'éditeur. M. Jacquemin se pourvoit en Cassation.
  • 2004 - 22 septembre : Rejet par la Cour de Cassation du pourvoi Jacquemin contre l'arrêt du 18/03/04 de la Cour d'Appel. La condamnation de Jacquemin est définitive.

Plainte de la CRIIRAD

Suite aux conclusions du rapport Genty-Mouthon, la CRIIRAD demande la mise en examen du Pr. Pierre Pellerin, en sa qualité d'ancien directeur du SCPRI. Les faits établis sont en effet constitutifs du « délit de mise en danger délibérée et de diffusion de fausses nouvelles de nature à tromper les citoyens sur les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl », d'après la CRIIRAD.

Pierre Pellerin a toujours soutenu qu'il y avait eu une élévation générale de la radioactivité en France mais que ce niveau de radiation restait à un niveau acceptable par rapport aux conditions sanitaires requises pour la population, et ceci avec une très large marge de sécurité.

Le 31 mai 2006, Pierre Pellerin est mis en examen dans le cadre du dossier dit des cancers de Tchernobyl pour « infraction au code de la consommation » et placé sous statut de témoin assisté concernant les délits de « blessures involontaires et atteintes involontaires à l'intégrité de la personne ». Pierre Pellerin aurait désiré être mis en examen, car il « était dans l’ignorance de la teneur exacte des griefs formulés à son encontre[8]. » Le procès se termine par un non-lieu le 7 septembre 2011[9].

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Références

  1. Cet extrait de l'entrevue de P. Pellerin au journal télévisé du 29/04/1986 apparaît dans Tchernobyl, négligence ou mensonge d’Etat ?, reportage de Jean-Charles Chattard et Laurent Jourdan, diffusé dans le cadre de l'émission Envoyé spécial du 17/03/2011.
  2. Intervention de Pierre Pellerin au journal télévisé
  3. Tel Est Pris Qui Croyait Prendre
  4. a, b, c, d et e « Le nuage de Tchernobyl se serait arrêté aux frontières »
  5. a et b http://www.ecolo.org/documents/documents_in_french/fr.mensonge_tchernobyl.doc
  6. Un étrange nuage dans le ciel de mai Libération titrait, le 12 mai 1986, «le mensonge radioactif»
  7. Noël Mamère#Affaire Noël Mamère contre le professeur Pierre Pellerin
  8. Article de F.Sorin paru dans la Revue générale nucléaire, n°3, mai-juin 2006
  9. AFP / 07 septembre 2011 16h25

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pierre Pellerin de Wikipédia en français (auteurs)


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»