Piercing


Piercing
Jeune femme porteuse de plusieurs piercings du visage (Monroe, Septum et Labret)
Un barbell.

Le piercing ou perçage est une pratique consistant à percer une partie du corps pour y mettre un bijou. C'est un type de modification corporelle.

Sommaire

Étymologie

Le mot vient de l'anglais to pierce, qui signifie « percer ». Le mot exact en anglais est body piercing (perçage du corps).

Statistique

La prévalence varie suivant les milieux et les pays. Elle est estimée à près de 10 % des adultes en Grande-Bretagne et serait plus commun chez la femme de moins de 24 ans où elle atteindrait près de 50% de la population (sans prendre en compte le simple perçage d'oreille)[1]. Les chiffres sont proches de ceux retrouvés en Australie[2] ou en Allemagne[3].

Le tiers de ces piercings concerne le nombril, le cinquième la narine. Chez l'homme, le téton arrive en première place[1]. Les neuf dixièmes des interventions se font chez des professionnels[réf. nécessaire].

Origines

Anciennes

Homme portant des bijoux à l'oreille, découvert dans les ruines de Palenque

La pratique de la perforation du corps pour y insérer un ornement est ancienne. Déjà au néolithique, en Afrique, notamment chez les Mursi, une tribu d'Éthiopie, des labrets en pierre étaient insérés au niveau de la lèvre inférieure ou aux lobes des oreilles.

Piercings d'une femme Adivasi dans l'Orissa, en Inde.

Le piercing au nez est une coutume provenant de l'Inde. Il était, à l'époque, réservé aux castes supérieures. En Inde et au Pakistan, cette coutume se pratique depuis des siècles. En Inde, le piercing au nez est couramment porté par les femmes depuis le XVIe siècle. En Égypte antique, des boucles d'oreilles en or étaient portées par les hommes de haut niveau social. Les perforations du nez et des oreilles étaient réservées aux pharaons et autres membres de la famille royale. Ces pratiques sont mentionnées dans la Bible. Dans la Genèse 24:22, le domestique d’Abraham a donné des boucles d'oreilles et des bracelets à Rebecca, épouse de son fils Isaac.

Dans Exode 21:6, le piercing est une marque d'esclavage avec asservissement à perpétuité ou d'affranchissement conditionné librement consenti par l'interprétation du verset 5. 5 Mais si le serviteur déclare: «J'aime mon maître, ma femme et mes enfants, je renonce à partir libre», 6 alors le maître prendra Dieu à témoin et fera approcher l'homme du battant de la porte ou de son montant et lui percera l'oreille avec un poinçon et cet homme sera son esclave pour toujours.

Le percement de l'oreille, courant en Syrie et dans les pays environnants comme signe de servitude, symbolisait l'obéissance stricte que le serviteur devait à son maître.

En Amérique, la perforation de la langue était populaire dans l'élite des civilisations aztèque et maya, bien qu'elle ait été effectuée en tant qu'élément rituel non permanent, supposé permettre d'entrer en contact avec les dieux. Ces civilisations précolombiennes portaient des bijoux aux oreilles, au nez et à la lèvre inférieure. De telles décorations continuent à être populaires parmi les peuples autochtones de ces régions.

Modernes

La perforation des oreilles existe depuis l’Antiquité. Elle s'est poursuivie durant le XXe siècle. Cependant, aux États-Unis, la pratique était devenue relativement rare entre les années 1920 et 1960. À partir des années 1960, elle a regagné du terrain parmi les femmes américaines, et a été par la suite adoptée par les hippies et les communautés gays, puis plus tard par les punks.

Dans les années 1970, la perforation d’autres parties du corps a gagné en popularité dans la culture gay BDSM. En 1975, Jim Ward a ouvert The Gauntlet, le premier magasin de piercing des États-Unis, à Los Angeles.

Dans les années 1980, la perforation des oreilles chez les hommes est devenue commune dans le monde occidental, même si les hommes ont pour habitude de ne percer qu'une seule oreille.

Aujourd'hui, le piercing est devenu une véritable mode et s'est progressivement répandu dans toutes les couches de la population.

S'écrit aussi en français Percing

Significations

Le piercing correspond à une volonté esthétique ou une démarcation sociale. Ainsi, le piercing a pour but l'amélioration de son apparence, la volonté de se distinguer de l'ensemble de la population ou de s'associer à un groupe particulier.

  • Le piercing est un rituel. Le piercing peut être un rituel d'initiation ou de pénitence. D'après un concept anthropologique datant de 1909 : selon les époques et les régions du monde le piercing peut être une rituel de passage à l'âge adulte. À Singapour, lors de la fête du Taipoussan chacun, pour implorer son pardon, porte une charge proportionnelle de piercings variés qu'il exhibe à la communauté lors d'une procession en ville. Aujourd'hui de nombreux sociologues assimilent le piercing chez les adolescents comme pouvant relever de ce concept de rituel de passage à l'age adulte.
  • Le piercing permet l'appartenance à un groupe. Le piercing peut ainsi être une marque pour s'associer à un groupe particulier. Dans l'Égypte antique c'était l'appartenance à l'élite. De nos jours les punks, les gothiques, les metalleux, les teufeurs et d'autres groupes utilisent les piercings comme un de leurs moyens d'identification.
  • Le piercing est un moyen de se différencier. Il est utilisé par certains pour s'opposer à leurs parents ou à la société. C'est une manière de s'affirmer, de se construire et de s'exprimer.
  • Le piercing est un moyen d'érotiser son corps, dans certains cas, il est associé à des pratiques sexuelles ou lié au masochisme.

Types

Emplacements

Bouche

  • Labret : se place généralement en dessus de la lèvre inférieure, centré ou décalé.
  • Medusa : se place au dessus de la lèvre supérieure, centré.
  • Monroe : se situe au dessus de la lèvre supérieure, décalé. Il est généralement plus loin de la lèvre que le labret ou le medusa.
  • Langue : est situé dans la langue, et passe généralement de façon verticale, au centre de la langue.

Oreille

Piercing au rook
  • Lobe : se situe dans la partie inférieure de l'oreille, où le cartilage est absent. C'est le trou le plus répandu et le plus commun.
  • Tragus : se situe dans le cartilage, dans la petite zone prédominance à l'entrée du conduit auditif.
  • Anti-tragus : se situe dans le cartilage, dans la partie opposée au tragus, juste au dessus du lobe.
  • Industriel : seul piercing fait de deux trous, avec une barre transversale qui traverse la partie supérieure de l'oreille. Les trous sont fait dans le cartilage.
  • Rook : se situe dans les plis de l'oreille vers la racine de l'hélix et dans le prolongement de l'anthélix.
  • Snug : se situe vers l’extérieur du pavillon de l'oreille, dans le cartilage.

Œil

  • Paupière : Assez rare, il est possible de se faire un piercing dans la partie mobile de la paupière.
  • Œil de chat : piercing de surface, situé en dessous de l'œil, et au dessus de la pommette.
  • Piercing à l'arcade : au dessus de l'œil, généralement vers l’extérieur du sourcil. Il peut être horizontal ou vertical, droit ou non. C'est également un piercing de surface.

Formes

Trois fers à cheval en haut, trois barbells à droite, trois anneaux au centre et enfin une banane et un tunnel en bas
écarteur en pâte fimo.
  • Labret : il se compose d’une tige droite avec à une extrémité un disque et à l’autre une boule vissable ou un élément clipable. Cette boule peut être remplacée par une autre forme. Les labrets sont utilisés pour les piercings à la lèvre ou aux cartilages.
  • Barbell : il se compose d’une barre droite avec des boules à chaque extrémité dont les deux extrémités se dévissent, permettant de retirer le bijou. Les boules peuvent être remplacées par d’autres extrémités en forme de pointes ou plus fantaisie. Le barbell peut être utilisé pour les piercings à l’arcade et les piercings à la langue mais aussi dans les cartilages.
  • Banane (anglais banana) : c’est une barre courbe avec une boule à chaque extrémité ; là aussi, une boule peut être remplacée suivant les humeurs. Utilisée pour les piercings au nombril. Une autre variété plus petite est le micro banana, il convient aussi bien au piercing de l’arcade qu'à celui du nombril.
  • Anneau : comme son nom l’indique, c’est un anneau qui peut être simple ou agrémenté de décorations. L’anneau est généralement fermé par une boule. Il peut être utilisé pour la plupart des piercings à l’exception de la langue.
  • Fer à cheval : c’est un anneau brisé en forme de fer à cheval qui a deux boules vissables. Généralement porté à l’oreille , à la lèvre , mais aussi à l’arcade sourcilière dans une taille réduite (épaisseur du jonc), et au Septum.
  • Tunnel et plug : ce type de piercing est porté principalement aux lobes des oreilles. C’est un petit cylindre qui est inséré dans le trou après cicatrisation de la perforation. Le tunnel est vide en son centre alors que le plug est plein.
  • Élargisseur : ce type de piercing est porté principalement aux lobes des oreilles. Il sert à agrandir progressivement le diamètre du trou. Il se présente sous différentes formes. On en voit beaucoup en Pâte Fimo, bien que cela soit fortement déconseillé. Bien qu'on entende souvent parler d'« écarteur », ce terme est impropre (on n'écarte pas, on élargit).
  • Industriel : c'est un double piercing. Il se compose de deux perçages à l'oreille, reliés par un barbell de 30 à 40 millimètres.
  • Stud : ce bijou est porté aux narines et reste plus discret que l'anneau. Le désavantage avec l'anneau, c'est qu'on peut l'attraper et provoquer ainsi une irritation car il est exposé sur l'exterieur du visage, mais il a un certain avantage quant à l'hygiene: on peut le tourner dans le piercing et nettoyer ansi son piercing beaucoup plus facilement qu'avec un stud de nez. Les studs vendus sont généralement de taille standard (environ 6mm), ce qui pourrait laisser penser qu'on est limité quant aux bijoux proposé. Et bien non, 90% des narines percées et cicatrisées s'accomodent très bien avec des studs de 6mm. Une autre alternative est le stud de nez en BioFlex@ qui permet, grâce à sa flexibilité, un gain en taille tout en gardant le confort.

Matériaux

Aujourd'hui la majorité des piercings sont en acier inoxydable chirurgical. Ainsi, en France, les piercings dont la matière n’est pas indiquée sont généralement en acier inoxydable chirurgical.

  • Acier inoxydable chirurgical de type 316 LVM (implantable) et 316L (non implantable), c’est le matériau le plus utilisé. De couleur métallique, argenté, lisse et brillant, disponibles parfois en rouge (par anodisation) ou noir (par projection de gaz ionisé).
  • Titane de type TI6AL4VF-136. Le titane est léger, il peut avoir plusieurs couleurs (bien qu'elles disparaissent avec le temps). Le titane ne déclenche que très rarement des réactions allergiques et est donc conseillé en implantation.
  • Niobium, peut être de différentes couleurs dont en noir mat.
  • PTFE (polytétrafluoroéthylène) ou teflon, c’est une matière plastique utilisée en chirurgie pour des implants ; il est parfaitement toléré par l’organisme mais devient poreux au bout de trois mois et craint les UV.
  • Bioplast : matière plastique alliant les avantages du PTFE sans altération avec le temps. Convient parfaitement pour les piercings dans ou autour de la bouche, en minimisant les dégâts aux dents.
  • Or massif ou or 18 ou 24 carats plaqué sur de l’acier inoxydable chirurgical. Pour éviter les risques allergiques, il faut faire attention que l'alliage ne contienne pas de nickel, ce qui est le cas dans l'or blanc.
  • Argent massif : l’argent se sulfurise et doit être retiré régulièrement pour être nettoyé. Des risques d’allergie ou d’irritation sont possibles. En effet il ne contient que 92,5 % d'argent pur, le reste étant principalement du nickel.
  • Platine : risques allergiques très faibles.

D'autres matériaux sont utilisés, comme le plexiglas (PMMA), l'acrylique, le verre, les pierres, le bois, l'os et la corne et bien d’autres encore.

Santé

Pose d'un piercing

De par son succès, le piercing est devenu un problème de santé publique car il n'est pas toujours effectué dans des conditions optimales d'hygiène. Lorsqu'il est correctement exécuté, ces risques sont réduits au minimum, la plupart des individus qui reçoivent un piercing d'un professionnel, et qui en prennent soin, n’ont aucun problème.

Bien que tendant à disparaître progressivement, la pratique du piercing au "pistolet perce-oreille" est à proscrire car très dangereuse. Outre le fait que cet appareil n'est pas stérilisable, les dégâts qui peuvent être occasionnés par le choc mécanique sont souvent désastreux et irréversibles (déformation des cartilages, perforation de la cloison nasale, infections à répétition...). A la base utilisé pour le lobe des oreilles, il n'est absolument pas adapté aux autres parties du corps.

Le taux de complications est près d'un tiers et nécessite une prise en charge médicale dans un peu moins d'un cas sur 2[1]. Il s'agit essentiellement de douleurs prolongées, de saignements ou d'infections.

Cicatrisation

Une nouvelle perforation sera douloureuse, enflée ou rouge pendant plusieurs jours voire plusieurs semaines. La cicatrisation complète prend normalement plusieurs semaines ou plus. Durant cette période de guérison des précautions doivent être prises. Afin d’éviter toutes infections ils convient d’effectuer des soins :

  • se laver soigneusement les mains avant de manipuler le bijou (Lavez vous les mains avec du savon et de l'eau, ou de l'antibactérien liquide) ;
  • faire bouger délicatement le bijou sous la douche uniquement (ne pas l’enlever) ;
  • désinfecter la zone avec un produit adapté (ne pas utiliser d'alcool, de Bétadine ou d'eau oxygénée).

Enfin, les activités sexuelles sont déconseillées durant la période de guérison pour les piercings sur les parties génitales et orales.

Voici une liste des périodes de cicatrisation :

Visage Torse Parties génitales
  • tunnel/pont : 8 – 10 semaines
  • joue : 10 – 12 semaines
  • cartilage de l’oreille : 6 – 9 mois
  • lobe de l’oreille : 6 – 8 semaines
  • arcade : 6 – 8 semaines
  • lèvre : 8 – 10 semaines
  • narine : 1 - 2 semaines
  • langue : 4 – 6 semaines

Dangers liés aux piercings

  • La réaction allergique aux ingrédients des produits pour nettoyer le nouveau piercing ou des produits utilisés dans la proximité de la perforation (savon, peroxyde d'hydrogène, alcool d’isopropyle, produits antibactériens, antiseptiques, maquillage, laque, chlore de piscine, etc.). Ce risque peut être réduit au minimum en nettoyant la perforation comme recommandé, sans la toucher avec des produits irritants, et en ne nageant pas dans l'eau chlorée.
  • Réaction allergique au métal des bijoux, en particulier le nickel. Ce risque peut être réduit en employant des bijoux de haute qualité construits en acier inoxydable chirurgical ou des métaux inertes semblables.
  • Infection bactérienne, en particulier de staphylocoque doré. Cependant, ce risque est minime quand la perforation est exécutée par un professionnel, et quand des mesures appropriées sont prises pendant la période de soins ultérieurs pour éviter l'infection. Le piercing lié à l'utilisation des instruments de perforation des oreilles augmente les chances d’infections bactériennes. Pour cette raison les pistolets de perçage ne devraient jamais être utilisés pour percer une autre partie du corps que les lobes.
  • Les infections parasitaire et protozoaire peuvent se produire en nageant dans les lacs, les fleuves et en mer pendant la période de cicatrisation. Il vaut donc mieux éviter de s'y baigner avant la fin de la cicatrisation.
  • Traumatisme lié à une perforation récente ou liée à l’accrochage fortuit du piercing avec un autre objet. Ce risque est toujours présent, mais il peut être réduit en employant des bijoux appropriés et en couvrant de ruban adhésif les piercings pendant les activités sportives.
  • Infection virale, en particulier de l'hépatite B, de l'hépatite C et du VIH. Risque possible lors de la mise du piercing, mais également pour les piercings « intimes », même complètement cicatrisés, qui augmentent le danger d’être contaminé par des maladies sexuellement transmissibles.
  • Les piercings dans ou autour de la bouche (notamment langue et lèvre) sont nocifs à long terme pour les dents du fait d'une gingivite (irritation de la gencive se rétractant) provoquant leur déchaussement.
  • Pour ce qui est du piercing a la langue, si la couleur varie du rose, rouge au blanc, veuillez immédiatement consulter un médecin, car l'aboutissement est en général très grave et peu provoquer une gangrène qui se généralise de part et d'autre du visage.

De nombreux pays occidentaux, dont la France, ont donc légiféré sur la question : la stérilisation ou l'usage d'instruments neufs est obligatoire, ainsi que l'inscription à un registre national. Des contrôles sont régulièrement effectués par les services sanitaires.

Notes et références

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Xavier Pommereau, Ado à fleur de peau, Albin Michel, 2006.

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Piercing de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Piercing — Saltar a navegación, búsqueda Piercing de pezón, piercing labial y dilatadores en la oreja. Una perforación o piercing (cuya adaptación gráfica propuesta por las Academias de la Lengua Española es Pirsin [1] …   Wikipedia Español

  • piercing — ● piercing nom masculin (anglais piercing, action de percer) Pratique consistant à percer la peau en certains endroits du corps ou certains organes, pour y fixer un bijou ; ce bijou. ● piercing (synonymes) nom masculin (anglais piercing, action… …   Encyclopédie Universelle

  • Piercing — Pier cing, a. Forcibly entering, or adapted to enter, at or by a point; perforating; penetrating; keen; used also figuratively; as, a piercing instrument, or thrust. Piercing eloquence. Shak. [1913 Webster] {Pier cing*ly}, adv. {Pier cing*ness},… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Piercing — (ingl.; pronunc. [pírsin]) m. Práctica de perforar distintas partes del cuerpo para llevar *pendientes. * * * Pirsin o piercing (voz inglesa que significa perforación, pronunciada aproximadamente pirsin) es la práctica de ponerse adornos del… …   Enciclopedia Universal

  • Piercing — Piercing: Das Fremdwort bezeichnet das »Durchstechen oder Durchbohren der Haut zur Anbringung von Körperschmuck«. Das Substantiv, das wie die Mode selbst gegen Ende des 20. Jh.s aufgekommen ist, geht zurück auf gleichbed. engl. piercing, eine… …   Das Herkunftswörterbuch

  • Piercing — Piercing. См. Прокалывание. (Источник: «Металлы и сплавы. Справочник.» Под редакцией Ю.П. Солнцева; НПО Профессионал , НПО Мир и семья ; Санкт Петербург, 2003 г.) …   Словарь металлургических терминов

  • piercing — index acute, bitter (penetrating), caustic, harsh, incisive, interrogative, mordacious, perspicacious …   Law dictionary

  • piercing — → pirsin …   Diccionario panhispánico de dudas

  • piercing — |pírcingue| s. m. 1. Perfuração na pele para uso de tachas ou enfeites. 2. Orifício criado por essa perfuração. 3. Enfeite ou tacha que se usa nesse orifício. • Plural: piercings.   ‣ Etimologia: palavra inglesa …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • piercing — /ˈpirsin(g), ingl. ˈpɪəsɪŋ/ [vc. ingl., dal v. to pierce «forare, perforare»] s. m. inv. CFR. branding (ingl.) …   Sinonimi e Contrari. Terza edizione

  • piercing — [adj] intense to the senses acute, agonizing, arctic, biting, bitter, blaring, cold, deafening, earsplitting, excruciating, exquisite, fierce, freezing, frosty, high, high pitched, keen, knifelike, loud, numbing, painful, penetrating, powerful,… …   New thesaurus


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.