Phronesis


Phronesis

La Phronesis ou phronèsis (φρόνησις en grec ancien) est un concept aristotélicien. Employé en particulier dans l'Ethique à Nicomaque (en particulier le livre VI), ce terme a été traduit par Jean Tricot « prudence ». Une traduction récente, de Richard Bodéüs, a choisi de le traduire par « sagacité ». En anglais, il est le plus souvent traduit par « practical wisdom » (« sagesse pratique » ; par opposition à la « sagesse théorétique », définie en VI, 7) bien que le mot « prudence » soit aussi parfois utilisé. L'exposition de la « prudence » au livre VI de l' Ethique à Nicomaque est particulièrement complexe lorsqu'on entre dans les détails, et suscite encore bien des débats parmi les commentateurs.

Sommaire

Le concept chez Aristote

La définition classique est donnée en VI, 5: « la prudence est une disposition (hexis), accompagnée de règle vraie (orthos logos), capable d'agir dans la sphère de ce qui est bon ou mauvais pour l'être humain » (1140b).

La φρόνησις est donc la vertu (arété) de la faculté d'opiner de l'âme, qui se distingue de la faculté de raison (1140b25). Ceci parce que la faculté d'opiner, comme la prudence, a rapport au contingent, c'est-à-dire à la sphère des actions humaines, et non au nécessaire ou à l'universel.

De plus, la prudence est une « vertu pratique », c'est-à-dire qui a rapport à la praxis, à l'action, par opposition à la poïesis, c'est-à-dire aux arts ou à la production technique (technè).

Enfin, la prudence, vertu morale par opposition aux vertus intellectuelles, indique une rationalité dite (après Tricot) « prudentielle ». Elle a pour condition nécessaire mais non suffisante l'habileté, qui est la « puissance capable de faire les choses tendant au but que nous nous proposons et de les atteindre » (1144a25, VI, 13). Autrement dit, elle a besoin de cette puissance qu'est l'habileté, mais ne se confond pas avec celle-ci, car « nous appelons habiles les hommes prudents aussi bien que les roués » (ibid.). En termes modernes, on pourrait traduire « habileté » par rationalité instrumentale, c'est-à-dire la capacité à choisir les moyens adéquats à la fin. La prudence ne se réduit donc pas à celle-ci, bien qu'elle ne puisse exister sans elle.

Elle est en effet la faculté de choisir le « juste milieu » dans des circonstances concrètes chaque fois différentes et pour une part imprévisibles. Il s'agit donc d'une faculté de rationalité essentiellement liée à la contingence de notre monde. Aussi, la prudence n'a pas « seulement pour objet les universels, mais elle doit aussi avoir la connaissance des faits particuliers, car elle est de l'ordre de l'action » (VI, 8, 1141b15): la prudence requiert ainsi l'expérience que donne l'âge (VI, 8 et VI, 9, 1142a10).

Cette vertu s'attache ainsi aux actes contingents, c'est-à-dire relativement au bon agir. Cette disposition a pour fin le sujet agissant lui-même, c'est-à-dire que la prudence permet de se constituer vertueux (Éthique à Nicomaque, VI, 5). Cela ne veut pas dire, toutefois, que la prudence ne se rapporte qu'à l'individu (contrairement à ce que croit la doxa, VI, 8), car « peut-être cependant la poursuite par chacun de son bien propre ne va-t-elle pas sans économie domestique ni politique » (VI, 9, 1142a10). Ainsi, « la sagesse politique et la prudence sont une seule et même disposition, bien que leur essence ne soit cependant pas la même » (VI, 8, 1141b20); la prudence appliquée à la cité s'appelle soit législation, soit politique proprement dite (ibid.).

Il n'est pas possible d'être homme de bien sans prudence, ni, inversement, prudent sans vertu morale (VI, 13). Elle réglemente en quelque sorte l’usage des passions, c’est-à-dire qu’elle consiste en un juste usage des passions et des affects (pathoi) selon les circonstances. C'est pourquoi, bien qu'elle soit dans la partie rationnelle de l'âme, elle ne porte pas sur le nécessaire mais sur le contingent, puisqu'elle agit selon les circonstances. La prudence consiste par exemple à savoir quand il faut être en colère, jusqu’à quel point et avec qui[1]. Elle est donc capacité à agir selon les circonstances de façon adéquate : l'homme prudent sait agir, après délibération (boulesis), comme il faut.

Enfin, la prudence n'est pas simple application d'un syllogisme pratique (pour parler en termes modernes), ce qui en ferait un simple « jugement déterminant » (pour parler comme Kant). En effet, l'homme prudent (phronimos) n'applique pas des règles universelles aux cas particuliers: il est au contraire à soi-même sa propre mesure. Aussi, c'est l'homme prudent qui est la mesure de la prudence (le phronimos est la mesure de la phronesis): autrement dit, il n'y a pas de mesure fixe, stable, permanente, ou encore de critère universel, qui pourrait permettre de départager les hommes prudents des autres. C'est au contraire l'homme qui est la mesure de cette vertu (et non le contraire).

Bibliographie

  • Aubenque, Pierre (1963), La prudence chez Aristote, Paris (un classique, bien qu'écrit d'un point de vue bien particulier)

Références

  1. Sur la colère, voir aussi la Rhétorique d'Aristote

Voir aussi

Articles connexes

Liens et documents externes

thèse université Laval 2004


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Phronesis de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Phronesis — (Greek: φρόνησις) in Aristotle s Nicomachean Ethics is the virtue of moral thought, usually translated practical wisdom , sometimes as prudence .Aristotle distinguishes between two intellectual virtues: sophia and phronesis . Sophia (usually… …   Wikipedia

  • Phronèsis — Phronesis Demande de traduction Phronesis → …   Wikipédia en Français

  • Phrônesis — Phronesis Demande de traduction Phronesis → …   Wikipédia en Français

  • Phrónesis — (griech.), Einsicht, Klugheit …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Phronesis —  ♦ Phronesis    Греческое название благоразумия (Благоразумие) или практической мудрости. Отличается от «софии» (sophia) – теоретической или созерцательной мудрости …   Философский словарь Спонвиля

  • phronesis — /froh nee sis/, n. Philos. wisdom in determining ends and the means of attaining them. [1885 90; Gk phrónesis thinking, equiv. to phrone (verbid s. of phroneîn to think; akin to phren mind) + sis SIS] * * * ‖ phronesis (frəʊˈniːsɪs) [a. Gr.… …   Useful english dictionary

  • Phronesis — Buchillustration zur Klugheit in Orbis sensualium pictus von Johann Amos Comenius Klugheit (griechisch φρόνησις phrónesis Vernunft , lat. prudentia) ist die Fähigkeit zu angemessenem Handeln im konkreten Einzelfall unter Berücksichtigung aller… …   Deutsch Wikipedia

  • phronesis — /froh nee sis/, n. Philos. wisdom in determining ends and the means of attaining them. [1885 90; < Gk phrónesis thinking, equiv. to phrone (verbid s. of phroneîn to think; akin to phren mind) + sis SIS] * * * …   Universalium

  • phronesis — noun The virtue of practical wisdom as posited by Aristotle …   Wiktionary

  • phronēsis — (Gk., intelligence, prudence) Practical wisdom, or knowledge of the proper ends of life, distinguished by Aristotle from theoretical knowledge and mere means–end reasoning, or craft, and itself a necessary and sufficient condition of virtue …   Philosophy dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.