Photocopie


Photocopie

Photocopieur

Histoire de l’imprimerie

Technologies
Sceau-cylindre 4100-2500 av. J.-C.
Disque de Phaistos 1850–1400 av. J.-C.
Xylographie 200 ap. J.-C.
Typographie 1450
Taille-douce années 1430
Imprimerie 1439
Lithographe 1796
Chromolithographie 1837
Presse rotative 1843
Flexographie années 1890
Impression offset 1903
Sérigraphie 1907
Sublimation 1957
Photocopieur années 1960
Tampographie années 1960
Imprimante laser 1969
Imprimante par matrice de points 1970
Imprimante thermique
Jet d’encre 1976
Impression numérique 1993
Impression 3D
Photocopying kserokopiarka.jpg

Un photocopieur (ou une photocopieuse parfois abrégé en "copieur") est un appareil de reprographie permettant de reproduire un document rapidement et à faible coûts lorsque le nombre d'exemplaires à reproduire est relativement peu élevé.

Sommaire

Principe de fonctionnement

L'immense majorité des photocopieurs utilise le procédé xérographique qui est une technique d'électrophotographie.

Le photocopieur est constitué d'un cylindre métallique nommé tambour ou photoconducteur recouvert d'une couche de matériau semi-conducteur, du sélénium à l'origine. Ce semi-conducteur à la particularité d'être électriquement résistant à l'état normal mais de devenir conducteur quand il est éclairé.

La première opération consiste à charger positivement la couche de semi-conducteur en électricité statique. Ensuite l'image à reproduire est projetée via un objectif et des miroirs sur le tambour photosensible. Les zones claires de cette image rendent la surface semi-conductrice électriquement neutre en permettant aux charges de se disperser, ces zones ne sont donc plus chargées électriquement. L'étape suivante consiste à appliquer le toner : une poudre très fine de carbone noir, chargé négativement en électricité. Celle-ci ne va adhérer au tambour que sur les zones qui sont encore chargées positivement (zones sombres de l'image). On fait ensuite passer une feuille de papier contre le tambour. On inverse la charge électrique de la feuille pour permettre aux particules de carbone d'adhérer aux fibres du papier. Puis la feuille est chauffée pour fixer définitivement la poudre de carbone qui fond et s'incruste dans les fibres du papier.

Pour résumer :

  1. chargement électrique du tambour ;
  2. exposition de l'image lumineuse au tambour ;
  3. transfert du toner sur les zones non exposées ;
  4. transfert du toner, du tambour vers le papier ;
  5. fixation du toner .... Le tambour est nettoyé en préparation à la copie suivante.

Les imprimantes laser et copieurs numériques utilisent le même principe, mais inversé. Le toner est dans ce cas attiré par les parties du tambour qui ont été éclairés par un faisceau laser dont la puissance varie en fonction de l'intensité de chaque pixel.

Pour les photocopieurs couleurs, le principe est le même que pour le N&B, sauf que la feuille est soumise à 4 dépôts de Toner (Cyan, Magenta, Jaune & Noir) et pour ce faire, il y à deux techniques, soit le Toner est directement déposé sur la feuille et nécessite donc que la feuille passe 1 fois devant chaque Tambours, soit l’addition de la totalité de l’image est d’abord déposée sur un intermédiaire appelé toile de transfert, puis ensuite sur la feuille. Les deux méthodes marchent bien, cependant, la première est délicate à mettre en œuvre, car elle nécessite beaucoup de synchronisation et est donc réellement efficace à faible vitesse, la seconde rajoute une pièce d’usure, ce qui augmente théoriquement le risque de pannes. Aujourd’hui, quasiment tous les copieurs couleur fonctionnent avec une toile de transfert, dont la durée de vie est très longue, le principe de l’exposition de la feuille au 4 tambours étant réservés à des copieurs de vieille technologie, mais encore utilisé pour passer du fort grammage de papier, mais aussi pour avoir une très bonne qualité d’image.

Fonctionnalités des photocopieurs récents

Les photocopieurs récents possèdent toutes les caractéristiques d'un ordinateur : processeur, disque dur, modem, messagerie électronique. Ils sont utilisables comme imprimantes à travers le réseau.

Il est également possible d'utiliser les photocopieurs comme scanner de documents afin de stocker un document sous forme numérique soit directement sur le disque dur, soit en transférant les données sur un ordinateur connecté à la machine ou bien d'envoyer directement le scan par l'Internet ou vers une solution de GED. Il est également fréquent que les photocopieurs connectés possèdent une interface web permettant de paramétrer ou surveiller à distance l'état de la machine, facilitant ainsi la maintenance ou la prévention pour remplacement des consommables.

Evolution au sein des entreprises

La tendance actuelle vise à remplacer dans les entreprises les points d'impressions personnels (imprimante à jet d'encre ou laser) par une plateforme d'impression bureautique multifonction permettant de copier, imprimer et faxer les documents réalisés.

Le but de ce changement est de réduire les charges liés à l'achat des consommables pour les imprimantes.

Malheureusement, le nombre de photocopies réalisées en couleur augmente jusqu'à un coefficient de 300%. La cause principale en est la création des documents en PDF à l'aide de logiciels du domaine public qui transforme le vrai noir en couleur RVB. La plupart des photocopieurs couleurs étant réglés de manière standard, le RVB génère une impression en couleur ce qui a pour conséquence d'augmenter la facture de maintenance de manière disproportionné à l'effet escompté.

Le photocopieur devient alors un élément du réseau informatique géré par l'administrateur réseau de l'entreprise ou par un prestataire externe en mesure de gérer ce genre de solutions complexes[1]

Le nom donné à ces nouvelles machines est "mopieur", contraction de "mailer" et "photocopieur", faisant désormais office de : Photopieurs/Scanners/Fax/Envoi d'emails/Imprimante.

Histoire

En 1938, Chester Carlson fait une démonstration du procédé qu'une petite société américaine a décidé d'exploiter commercialement. Le premier copieur xérographique (le 914) est commercialisé en 1959, après quatorze ans de développement. À l'échéance du brevet d'invention, au début des années 1970 Xerox était devenue une multinationale détenant 95% du marché des « duplicateurs ».

Le principe général de l'électrophotographie semble cependant avoir été découvert par le physicien Jean-Jacques Trillat en 1935. Il le présenta à la société Kodak qui déclara l'invention sans avenir commercial. Un article décrivant le principe général aurait été publié dans un numéro de la revue Science & vie cette même année.

Principaux fabricants de photocopieurs

Notes et références

Ce document provient de « Photocopieur ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Photocopie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • photocopie — [ fɔtɔkɔpi ] n. f. • fin XIXe « épreuve positive »; de photo et copie ♦ Reproduction photographique d un document. ⇒ copie. Faire une photocopie. L original et la photocopie. Reproduction par photocopie. ⇒ reprographie. Photocopie à échelle… …   Encyclopédie Universelle

  • photocopie — nf. FOTÔKOPI (Albanais, Bellecombe Bauges) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • photocopier — [ fɔtɔkɔpje ] v. tr. <conjug. : 7> • 1907; de photocopie ♦ Reproduire (un document) par la photographie. Photocopier un contrat, un diplôme. Absolt Machine à photocopier. ⇒ photocopieur. ● photocopier verbe transitif Faire une photocopie d… …   Encyclopédie Universelle

  • CRIMINALISTIQUE — La criminalistique est l’art et la science de découvrir, d’analyser et d’identifier les indices matériels des faits; sa méthodologie et sa technique sont essentiellement consacrées à la découverte du fait judiciaire et à l’identification de son… …   Encyclopédie Universelle

  • reprographie — [ r(ə)prɔgrafi ] n. f. • 1963; angl. reprography, de repro(duction) et (photo)graphy ♦ Anglic. Ensemble des procédés de reproduction des documents écrits. ⇒ photocopie, xérographie. Adj. REPROGRAPHIQUE . ● reprographie nom féminin (de reproduire) …   Encyclopédie Universelle

  • Revenu supplémentaire temporaire d'activité — Le Revenu supplémentaire temporaire d activité (RSTA) est une aide sociale française. Sommaire 1 Conditions d’attribution du RSTA 2 Publics exclus[2] 3 Formulaires [3] 4 …   Wikipédia en Français

  • copie — [ kɔpi ] n. f. • apr. 1250; lat. copia « abondance » → copieux I ♦ 1 ♦ Reproduction (d un écrit). ⇒ calque, double, épreuve, fac similé, imitation, photocopie, reproduction. Copie exacte, fidèle. Pour copie conforme (Abrév.P. C. C.). Copie… …   Encyclopédie Universelle

  • fac-similé — [ faksimile ] n. m. • 1821; fac simile 1796; lat. fac simile « fais une chose semblable » ♦ Reproduction exacte, parfois à une autre échelle (d un écrit, d un dessin, d un tableau), soit à la main, soit au moyen d un procédé photographique ou… …   Encyclopédie Universelle

  • fotocopie — FOTOCÓPIE, fotocopii, s.f. Copie fotografică (pozitiv, mai rar negativ) a unui document, text, a unei fotografii, fotograme etc. – Din fr. photocopie. Trimis de zaraza joe, 13.09.2007. Sursa: DEX 98  FOTOCÓPIE s. (FOTO) copie fotografică. Trimis …   Dicționar Român

  • Attestation De Capacité — Elle est délivrée pour les transporteurs et pour les commissionnaires de transport. L ensemble des textes ci dessous, fixant les conditions d obtention des attestations de capacité sont reproduits des différents codes et journaux officiels. Des… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.