Philosophie de l'esprit


Philosophie de l'esprit
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Philosophie de l'esprit (spiritualisme).

La philosophie de l'esprit est l'étude philosophique de la nature de l'esprit (la psyché)[1], des événements, des fonctions et des propriétés mentales, de la conscience, et de leurs rapports avec le corps[2]. Cette expression traduit littéralement l'expression anglophone utilisée en philosophie analytique.

Gray756.png

Le terme n'implique pas l'existence d'une entité spirituelle (âme) mais l'étude philosophique de la psychologie, des présupposés sur les compétences cognitives, sur les états ou sur les processus, événements, dispositions et fonctions qu'on appelle couramment « états mentaux », les représentations, les sensations, les croyances, les jugements.

La philosophie de l'esprit enveloppe des parties de la philosophie des sciences (notamment la philosophie de la psychologie et d'autres sciences cognitives comme les neurosciences(« Il ne peut y avoir chez l’individu de changement d’état mental sans une évolution des processus neuronaux. »), la linguistique ou l'intelligence artificielle), de philosophie de la connaissance (comment pouvons-nous connaître quelque chose sur ces états mentaux ?), de métaphysique (existe-t-il des entités mentales ? Se distinguent-elles des entités matérielles et quelles sont leurs relations ?).

Sommaire

Le problème corps-esprit

Le problème corps-esprit est le problème de la détermination des relations entre le corps humain et l'esprit. Bien que ce problème existe presque depuis l'origine de la philosophie (cf. Platon), ce problème est reconnu depuis le XXe siècle (surtout depuis Gilbert Ryle, La Notion d'esprit) comme une question fondamentale, voire comme la question centrale de la philosophie de l'esprit sous l'expression anglaise de Mind-body problem.

Le problème corps-esprit est essentiellement le problème de savoir comment expliquer les relations entre l'esprit, ou les processus mentaux, et les états ou processus corporels. Il est par exemple pour nous évident que nos expériences sensorielles ont leur origine dans des stimuli, qui nous parviennent du monde extérieur par le moyen de nos organes des sens, et que ces stimuli produisent des modifications de l'état de notre cerveau, causant en fin de compte la perception de sensations qui peuvent être agréables ou déplaisantes. Il semble également évident que nous pouvons mouvoir notre corps en sorte de satisfaire un besoin ou un désir. Pourtant, comment se peut-il que l'expérience consciente puisse mettre en mouvement un corps, i.e. un objet matériel doté de propriétés physico-chimiques ? Comment peut-on vouloir être la cause du fonctionnement de nos neurones et de la contraction de nos muscles, de sorte qu'ils réalisent ce que nous nous proposons de faire ? Ce sont là quelques-unes des questions principales auxquelles se sont confrontés les philosophes de l'esprit, depuis Descartes.

Les états mentaux

Qualia

Les qualia, au singulier quale, sont définis comme les propriétés de l'expérience sensible par lesquelles cela fait quelque chose de percevoir ceci ou cela (couleur, son, etc.). Ce sont donc des effets subjectifs ressentis et associés de manière spécifique aux états mentaux :

  • expériences perceptives ;
  • sensations corporelles (douleur, faim, plaisir, etc.) ;
  • passions et émotions.

Par définition, ces qualia sont inconnaissables en l'absence d'une intuition directe ; ils sont donc aussi incommunicables. L'existence et la nature de ces propriétés sont l'un des débats les plus importants de la philosophie de l'esprit. Cette importance tient au fait que l'existence des qualia réfute le physicalisme, dans la mesure où on les tient pour des phénomènes irréductibles.

L'intentionnalité

Un état mental est dit "intentionnel" quand il est dirigé vers un objet. L'objet que vise un état mental intentionnel n'existe pas nécessairement dans le monde : si je crois que le roi de France est chauve, ma croyance a bien un contenu (elle décrit un certain état de fait), mais elle n'a pas de référent (aucun état de fait actuel ne répond à la description qu'enveloppe ma croyance). L'intentionnalité recouvre donc plus que la simple capacité de viser des objets hors de nous : elle s'applique généralement au pouvoir de représenter mentalement des états de faits. Voici quelques exemples d'états intentionnels : la croyance, le désir, la joie, la peine, le regret, l'espoir, la déception, la peur, le dégoût, etc.

Dans Psychologie d'un point de vue empirique (1874) Franz Brentano affirme que l'intentionnalité constitue le critère pertinent pour une distinction générale des phénomènes mentaux et des phénomènes physiques : selon lui, seuls des états mentaux sont intentionnels, et cette propriété ne peut être comprise sous les concepts que nous appliquons avec succès aux phénomènes physiques. L'intentionnalité, appréhendée comme une propriété intrinsèque des états mentaux, constitue l'un des arguments les plus puissants en faveur du dualisme, et soulève de sérieuses difficultés pour toute théorie matérialiste des phénomènes psychiques.

La philosophie de l'esprit et les sciences

Les humains sont des êtres physiques, et, en tant que tels, ils sont les objets de l'examen et des descriptions des sciences naturelles. Si les processus mentaux ne sont pas indépendant des processus corporels, les descriptions de l'être humain par les sciences naturelles ont une importance fondamentale pour une philosophie de l'esprit. Il existe de nombreuses disciplines scientifiques qui étudient les processus liés d'une manière ou d'une autre au mental ; par exemple : biologie, informatique, science cognitive, cybernétique, linguistique, médecine, pharmacologie, psychologie, etc.

Exemples de questions intermédiaires.

Neurobiologie

Nous pouvons faire le lien entre le cerveau et le fonctionnement du corps; mais qu'en est-il du lien entre le cerveau et la conscience?

Le champ théorique de la biologie, tout comme celui d’une majorité de sciences naturelles modernes, peut être fondamentalement caractérisé par une méthodologie matérialiste. Les objets d’études, avec en premier lieu les relations physicochimique à l’intérieur du cerveau, sont en effet considérés comme les fondements de toute activité mentale et du comportement humain. Les avancées toujours croissantes de cette science en matière de compréhension de l’activité mentale peuvent s’expliquer notamment par une claire absence de toute réfutation empirique de son paradigme fondamentale : « Il ne peut y avoir chez l’individu de changement d’état mental sans une évolution des processus neuronaux. » À l’intérieur même du champ de la neurobiologie on peut distinguer plusieurs sous-disciplines considérant elles aussi la relation entre états mentaux et processus chimiques : la Neurophysiologie détermine la nature et les relations entre phénomènes de perceptions et stimulations, les Neurosciences cognitives étudient les corrélations possibles entre processus mentaux et neuronaux, la Neuropsychologie se concentre sur la détermination des facultés mentales par leurs localisations dans des régions spécifiques du cerveau. Dernièrement, l’évolution des études en neurobiologie se concentre sur les origines et le développement du système nerveux humain et, celui-ci constituant une "base" de l’esprit, les scientifiques espèrent ainsi pouvoir formuler une ontogenèse et une phylogenèse sur l’apparition des phénomènes mentaux à partir de leurs états primitifs. Depuis les années 1980 les techniques d’imagerie médicale comme l’IRMf (Imagerie par Résonance Magnétique fonctionnelle – avec une image toutes les 1,5 à 6 secondes) ont permis d’acquérir des connaissances considérables sur le fonctionnement du cerveau, faisant au passage la lumière sur d’anciens problèmes philosophiques.

La méthodologie faisant des avancées capitales en ce domaine, en particulier l’introduction de technologie de pointe en matière d’imagerie médicale, a propulsé les scientifiques vers l’élaboration de programmes de recherche toujours plus ambitieux : l’un des plus importants visant notamment à décrire et comprendre les processus neuronaux qui correspondent à chacune des fonctions du cerveau.

Informatique

Articles détaillés : Computationnalisme et Connexionnisme.

Avec l'ère de l'intelligence artificielle à nos portes, nous pouvons nous demander à quel point est conscient le processus electronique qui n'est pas si différent du processus biologique.

Psychologie

La psychologie arborant différentes écoles, aucune ne peut expliquer correctement comment la conscience peut choisir un tel acte plutôt qu'un autre. Et même si la psychologie peut prédire un acte, on peut se demander, la conscience contrôle-t-elle le corps, ou est-elle seulement un observatoire, voire sans contrôler ses processus mentaux.

Linguistique

De même, peut-on en découler une question : Est-ce que les mots utilisés en français font référence à une idée, un concept immuable, ou est-ce que les mots font références à l'objet, ou aux deux?

Pharmacologie et Médecine

L'effet placebo est encore un mystère pour la pharmacologie et la médecine en général. Comment l'effet placebo peut-il guérir s'il n'agit que sur la conscience? Ou est-ce que le processus mental d'un patient traité avec le placebo interfère-t-il dans la guérison? Est-ce que les maladies sont causées ou guéries par des idées?

Références

  1. Le mind n'est pas l'esprit au sens spiritualiste, mais le mens latin, c'est-à-dire la psyché, l'ensemble des fonctions cognitives telles que la pensée, la perception, etc.
  2. Kim, J., "Problems in the Philosophy of Mind". Oxford Companion to Philosophy. Ted Honderich (ed.) Oxford:Oxford University Press. 1995.

Bibliographie

Ressource gratuite mais avec un comité de rédaction (blind peer review), en anglais.
  • Pascal Engel, Introduction à la philosophie de l'esprit, La Découverte, Paris, 1994.
  • Samuel Guttenplan (dir.), A Companion to the Philosophy of Mind, Blackwell, Oxford, 1994.
  • Philosophie de l'esprit, Jaegwon Kim, Les Éditions d'Ithaque, Paris, 2007 (préface de Pascal Engel).
  • (en) History of the philosophy of mind, embracing the opinions of all writers on mental science from the earliest period to the present time de Robert Blakey, éd. Longman, Brown, Green and Longmans, 1850, Volume 1 en ligne.

Voir aussi

Liens externes

Notes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Philosophie de l'esprit de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Philosophie de l'esprit (hegel) — La Philosophie de l esprit est la troisième et dernière partie de l Encyclopédie des sciences philosophiques de Hegel. Sommaire 1 Situation dans l œuvre 2 Plan de la philosophie de l esprit 3 Esprit subjectif …   Wikipédia en Français

  • Philosophie de l'esprit (spiritualisme) —  Ne doit pas être confondu avec Philosophie de l esprit. La philosophie de l esprit relative à la métaphysique fut représentée par le spiritualisme français, principalement en les figures de Louis Lavelle et de René Le Senne qui fondèrent en …   Wikipédia en Français

  • Philosophie de l'esprit (Hegel) — La Philosophie de l esprit est la troisième et dernière partie de l Encyclopédie des sciences philosophiques de Hegel. Sommaire 1 Situation dans l œuvre 2 Plan de la philosophie de l esprit 3 Esprit subjectif …   Wikipédia en Français

  • Dualisme (Philosophie De L'esprit) — Pour les articles homonymes, voir Dualisme. En philosophie, le dualisme se réfère à une vision de la relation matière esprit fondée sur l affirmation que les phénomènes mentaux possèdent des caractéristiques qui sortent du champ de la… …   Wikipédia en Français

  • Dualisme (philosophie de l'esprit) — Pour les articles homonymes, voir Dualisme. En philosophie, le dualisme se réfère à une vision de la relation matière esprit fondée sur l affirmation que les phénomènes mentaux possèdent des caractéristiques qui sortent du champ de la physique[1] …   Wikipédia en Français

  • Fonctionnalisme (philosophie de l'esprit) — Computationnalisme Le computationnalisme est une théorie fonctionnaliste en philosophie de l esprit qui, pour des raisons méthodologiques, conçoit l esprit comme un système de traitement de l information et compare la pensée à un calcul (en… …   Wikipédia en Français

  • PHILOSOPHIE — Nul ne se demande «pourquoi des mathématiciens?», dès lors que les mathématiques sont reconnues comme science. Mais «pourquoi des philosophes?» ne revient pas à la question beaucoup plus classique «pourquoi la philosophie?» à laquelle il est… …   Encyclopédie Universelle

  • Esprit du monde — Philosophie de l esprit  Ne doit pas être confondu avec Philosophie de l esprit (spiritualisme). La philosophie de l esprit (Philosophy of Mind) est l étude philosophique de la nature de l esprit (la psyché)[1], des événements, des fonctions …   Wikipédia en Français

  • Philosophie générale — Philosophie Auguste Rodin, Le Penseur, 1880 82 : représentation fameuse d un homme plongé dans ses méditations …   Wikipédia en Français

  • Philosophie malsaine — Philosophie Auguste Rodin, Le Penseur, 1880 82 : représentation fameuse d un homme plongé dans ses méditations …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.