Philippe de La Mothe-Houdancourt


Philippe de La Mothe-Houdancourt
Philippe de la Motte-Houdancourt Duc de Cardone
La-motte-houdancourt.jpg
Surnom Le maréchal de La Mothe
Naissance 1605
Décès 24 mars 1657 (à 52 ans)
Origine Royaume de France Royaume de France
Allégeance Royaume de France Royaume de France
Grade Maréchal de France
Général des Armées du Roy en Espagne
Années de service 1622 - 1652
Conflits Guerre de Trente Ans
Distinctions Duc de Cardona (1642-1653)
Duc de Fayel (1653)
Pair de France (1652)
Chevalier de Saint-Michel
Autres fonctions Vice-roi de Catalogne
Famille Maison de La Mothe-Houdancourt
Blason Philippe de La Mothe-Houdancourt.svg

Philippe, comte de la Mothe-Houdancourt (né en 1605 - mort le 24 mars 1657), duc de Cardone et de Fayel, est un aristocrate et militaire français du XVIIe siècle. Pair de France, il est maréchal de France pendant la guerre de Trente Ans.

Sommaire

Biographie

Famille

Philippe de la Mothe-Houdancourt est l'un des 12 enfants de Philippe (1558-1652), seigneur de La Mothe-Houdancourt, de Sacy et de Rucoin, et de sa troisième femme, Louise Charles du Plessis-Picquet[1], fille d'Antoine, seigneur du Plessis-Picquet qu'il épouse le 14 février 1594. Il est apparenté au cardinal de Richelieu. Il est également le demi-frère du marquis d'Houdancourt et le frère des évêques de Mende, de Saint-Flour et de Rennes.

Début de carrière contre les Protestants

Il embrasse très jeune la carrière des armes. Dès 1622, alors qu'il n'a que 17 ans, il s'engage contre les protestants parmi les chevau-légers du duc de Mayenne, aux sièges de Nègrepelisse, de Saint-Antonin, de Sommières, de Lunel, et au siège de Montpellier contre les Protestants. Le 15 septembre 1626, il se trouve au combat naval où le duc Henri II de Montmorency bat les Rochellois et contribue à chasser les Anglais de l'Île de Ré, le 8 novembre 1627.

En 1629, il participe aux sièges de Soyon, de Pamiers, de Réalmont, de Saint-Sever, de Castelnau, et de Privas. Il concourt à l'attaque de Pignerol en 1630, de Brigneras, du pont de Carignan, où il est blessé le 6 août. Fidèle au roi, il prend part à la bataille de Castelnaudary le 1er septembre 1632, auprès du maréchal de Schomberg. Il obtient la même année le gouvernement de Bellegarde.

Dans les armées de Bourgogne et d'Allemagne

Nommé maître de camp du régiment d'infanterie qu'il lève en 1633, il assiste au siège de Nancy, participe aux combats d'Avein le 20 mai 1635, au siège de Louvain et à la prise du fort de Schenk. Il sert en qualité de sergent de bataille en 1636 dans l'armée de Bourgogne et secours Saint-Jean-de-Losne assiégée par le duc de Lorraine et le général Matthias Gallas.

Maréchal de camp en 1637, il commande un corps séparé de l'armée d'Allemagne et se signale à la tête de l'infanterie française au combat de Kintzingen. L'année suivante, il est employé à l'armée de Bourgogne sous le duc de Longueville. Il bat un corps ennemi à Poligny, en 1638. En 1639, il défait le duc Savelli et se rend maître du château de Blâmont. Fait lieutenant général en Bresse, le 20 avril, et capitaine d'une compagnie de gendarmes, il passe en Piémont à la mort du cardinal de la Valette, le 27 septembre. Il prend le commandement de l'armée en attendant l'arrivée du comte d'Arcourt.

Contre l'Espagne

Sur l'ordre de ce nouveau chef, la Mothe-Houdancourt s'empare de Quiers à la vue de l'armée espagnole, dans la nuit du 24 octobre. Cependant d'Arcourt éprouve quelques défaites et l'armée, obligée de battre en retraite, eut essuyé de grandes pertes si La Mothe et l'arrière-garde n'avaient soutenu seuls pendant deux heures les attaques du marquis de Leganès, dont les troupes triomphantes étaient bien plus nombreuses.

La Mothe se trouve en 1640 à la bataille de Casal, au siège de Turin et aux deux combats livrés devant cette place. Sa belle conduite lors de la prise de Chieri le fait désigner pour un commandement supérieur. Promu lieutenant général des armées du roi en 1641, il est envoyé à l'armée de Catalogne sous les ordres du prince de Condé pour soutenir le soulèvement de la Catalogne. Cette province en lutte contre l'Espagne s'est donnée à la France, sous la réserve de conserver ses privilèges. La Mothe y mène 5 000 hommes de troupe, s'empare de Valls, de Lescouvette (sic), du fort de Salou, de la ville et du fort de Constantí, et assiège Tarragone, le 10 juin 1641. Mais cette ville continue d'être ravitaillée par la mer et il doit se retirer.

Au mois de septembre, il emporte d'assaut la ville de Tamarit en Aragon, revient devant Tarragone et marche au secours d'Almenas, assiégée par les Espagnols au commencement de novembre. Sa troupe étant moins forte que celle des assiégeants, il envoie dans la nuit cent chevaux avec toutes les trompettes et tous les tambours de son armée par les montagnes voisines, tandis qu'il débouche avec ses soldats dans une vallée opposée. Le bruit des trompettes attire les Espagnols du côté des montagnes et les Français s'emparent de leur camp, de leurs canons et de leur bagages.

En 1642, La Mothe, après avoir pourvu à la sûreté de ses conquêtes en Aragon, revient en Catalogne. En marchant sur Villelongue, il rencontre un parti espagnol qu'il défait. Pendant que le roi Louis XIII assiège Collioure, les Espagnols marchent au secours de cette place, le 24 mars. Le 28 mars, La Mothe remporte la bataille de Montmeló contre les troupes de Gerolamo Caracciolo, Marquis de Torrecuso. Il bat les Espagnols près de la rivière de Martorell, en les surprenant au passage d'un défilé. Secondé par du Terrail, il force un corps ennemi de 3 600 hommes à mettre bas les armes[2]. En récompense, il est créé Maréchal de France par le roi, le 2 avril suivant à Narbonne.

Au mois de mai, il attaque et prend d'assaut la ville de Tamarit. Il est nommé vice-roi de Catalogne après le renvoi du maréchal de Brézé le 25 juin, et duc de Cardone au mois d'octobre. La Mothe fait lever le siège de Lérida. Le 7 octobre, Leganès s'avance pour le combattre avec 25 000 hommes, La Mothe, qui n'en compte que 12 000, prend position sur les hauteurs voisines, fait 700 prisonniers aux Espagnols, qui perdent en outre 3 000 hommes, tués ou blessés.

Le maréchal est reçu comme vice-roi à Barcelone au mois de décembre. Quoique inférieur en forces à l'armée espagnole, il se maintient en 1643, obligeant l'ennemi à lever le siège de Flix, de Mirabel et du cap de Quiers. En 1644, les Espagnols, commandés par Philippe de Silvas viennent mettre le siège devant Lérida. La Mothe marche contre eux, mais le désordre se répand dans ses troupes. Il est battu le 15 mai. Lérida se rend aux Espagnols le 31 août.

On lui fait un crime de cette défaite. La vice-royauté de Catalogne lui est retirée le 24 décembre et il est arrêté le 28 du même mois. Il est enfermé au château de Pierre-Encise, accusé de n'avoir pas profité de l'occasion qu'il avait eue de s'emparer du roi d'Espagne au cours d'une partie de chasse. Traîné devant plusieurs tribunaux, il est enfin disculpé par le parlement de Grenoble, et sort de Pierre-Encise au mois de septembre 1648, après quatre années de détention.

On attribua cette persécution à Louvois qui a succédé comme ministre de la Guerre à Desnoyers, ami du maréchal[3]. La Mothe-Houdancourt se retire d'abord dans ses terres mais, lorsque les troubles de la Fronde éclatent, il se range parmi les mécontents qui demandent l'éloignement de Mazarin, en 1649. Le cardinal de Retz le représente comme « enragé contre la cour" »[4].

Le 22 février 1649, la cour lui enlève ses régiments. Rentré dans le devoir, on lui rend la vice royauté de Catalogne, après la démission du duc de Mercœur, le 15 novembre 1651, avec le commandement de l'armée et ses deux régiments. En outre, le duché de Cardone est érigé en pairie en avril 1652. Le 23 du même mois, il force les lignes de fortification élevées devant Barcelone, et se jette dans la place, où il se défend pendant plusieurs mois. La disette l'oblige à se rendre le 13 octobre.

La prise de Barcelone fait perdre la Catalogne à la France et au maréchal de La Mothe, son duché de Cardone, mais sa terre de Fayel est élevée en duché-pairie en janvier 1653. Au mois de mai, il se démet de la vice-royauté de Catalogne, du commandement de l'armée, et rentre à Paris.

Mariage et descendance

Il épouse le 21 novembre 1650 à Saint-Brice en Auxerrois, Louise de Prie (1624-1709), marquise de Toucy et gouvernante des enfants de France. De ce mariage naitront trois filles :

Armoiries

Figure Blasonnement
Orn ext maréchal-duc et pair OSE.svg
Blason Philippe de La Mothe-Houdancourt.svg

Écartelé: aux 1 et 4, d'azur, à une tour d'argent (de la Mothe); aux 2 et 3, d'argent, à un lévrier rampant de gueules, colleté d'azur, bordé et bouclé d'or, accompagné de trois tourteaux de gueules (Houdancourt).[5]

Source

  • Nouvelle biographie universelle générale, publié sous la direction de M. le Dr. Hoefer, de Nouvelle biographie, 1859, p. 248
  • Louis Moreri, Jean Le Clerc, Le grand dictionnaire historique sur le mélange curieux de l'Histoire sacrée et profane, Volume 3, Paris, 1693, p. 572-573

Notes et références

  1. Tante d'Amador de la Porte
  2. Il fait notamment prisonnier 200 officiers, dont Don Pedro de Aragon, le duc Don Francesco de Toralte (lieutenant général), le marquis de Ribas (général de l'artillerie) et Don Vicente de la Mare (général de cavalerie). En outre, il capture dix-sept cornettes, cinq drapeaux, de la vaisselle en argent et 5 000 pistoles qui servirent à payer la garnison de Perpignan
  3. Louis Moreri, Jean Le Clerc p. 572
  4. La Mothe était du moins tout dévoué au duc de Longueville. « Le maréchal de La Mothe, » ajoute le coadjuteur, « avoit beaucoup de cœur. Il étoit capitaine de la seconde classe, il n'étoit pas homme de bon sens, il avoit assez de douceur et de facilité dans la vie civile, il étoit très utile dans un parti parce qu'il étoit très commode »
  5. Source : Armorial de J.B. RIETSTAP - et ses Compléments

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Philippe de La Mothe-Houdancourt de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Philippe de la Mothe-Houdancourt — Philippe de la Motte Houdancourt Naissance 1605 Décès 1657 (à 52 ans) Origine …   Wikipédia en Français

  • Philippe de la mothe-houdancourt — Philippe de la Motte Houdancourt Naissance 1605 Décès 1657 (à 52 ans) Origine …   Wikipédia en Français

  • Philippe de La Mothe-Houdancourt — Philippe, comte de La Mothe Houdancourt, duc de Cardone (* 1605; † 24. März 1657) war ein französischer General und seit 1642 Marschall von Frankreich. Er war Vizekönig von Katalonien und Oberbefehlshaber der französischen Armeen in Spanien. La… …   Deutsch Wikipedia

  • Philippe de La Mothe-Houdancourt, duc de Cardona — In diesem Artikel oder Abschnitt fehlen wichtige Informationen. Du kannst Wikipedia helfen, indem du sie recherchierst und einfügst. Philippe, comte de La Motte Houdancourt, duc de Cardone (1605– …   Deutsch Wikipedia

  • Henri De La Mothe-Houdancourt — (1612 1684) fut évêque de Rennes, archevêque d’Auch, abbé de Souillac, abbé de Froimont et abbé de Saint Martial de Limoges, seigneur de Chevrières, Rhuis, Saint Germain lès Verberie, Seigneur de Roberval de 1641 à 1684. Sommaire 1 Famille 2… …   Wikipédia en Français

  • Henri de la mothe-houdancourt — (1612 1684) fut évêque de Rennes, archevêque d’Auch, abbé de Souillac, abbé de Froimont et abbé de Saint Martial de Limoges, seigneur de Chevrières, Rhuis, Saint Germain lès Verberie, Seigneur de Roberval de 1641 à 1684. Sommaire 1 Famille 2… …   Wikipédia en Français

  • Charlotte de La Mothe-Houdancourt — Portrait de Madame de Ventadour, par Pierre Mignard, vers 1720. Pays …   Wikipédia en Français

  • Charlotte De La Mothe-Houdancourt — Charlotte Eléonore Magdeleine de la Mothe Houdancourt (1654 1744) Duchesse de Ventadour, épouse de Louis Charles de Lévis, duc de Ventadour, dame de Roberval de 1685 à 1744, gouvernante des enfants royaux. Biographie Charlotte Eléonore de la… …   Wikipédia en Français

  • Charlotte de la mothe-houdancourt — Charlotte Eléonore Magdeleine de la Mothe Houdancourt (1654 1744) Duchesse de Ventadour, épouse de Louis Charles de Lévis, duc de Ventadour, dame de Roberval de 1685 à 1744, gouvernante des enfants royaux. Biographie Charlotte Eléonore de la… …   Wikipédia en Français

  • Henri de La Mothe-Houdancourt — (* 1602 oder 1612; † 24. Februar 1684 in Mazères) war ein französischer Bischof. Leben Henri de La Mothe war der fünfte Sohn des Philippe de La Mothe, Herrn von Houdancourt in der Picardie, und dessen dritter Ehefrau Louise du Plessis Piquet. Als …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.