Pensees


Pensees

Pensées

Les Pensées sont une œuvre posthume de Blaise Pascal, publiée en 1670 soit huit ans après sa mort. Y sont réunies des notes qu'il destinait à l'élaboration d'une Apologie de la religion chrétienne, ainsi que d'autres textes dont le rôle vis-à-vis de l'Apologie n'est pas toujours certain. L'œuvre restée à l'état d'ébauche affichait donc un caractère fragmentaire après sa mort. Le projet apologétique de Pascal était non celui de prouver l'existence de Dieu, car il n'y a pas de certitude de Dieu; mais plutôt de démontrer que l'homme,dans son amas de concupiscence, ne peut trouver la paix intérieure et le véritable bonheur qu'en acceptant que Dieu lui vienne en aide par le biais de la grâce. C'est le pari de Pascal : gager la vie misérable que mène l'homme, certaine mais finie, et parier sur Dieu, incertain, mais infini.

En ont découlé deux façons différentes d'éditer le texte. La première consiste à organiser les fragments selon un ordre supposé voulu par l'auteur, c'est le cas par exemple de l'édition Brunschvicg, qui va jusqu'à proposer des titres de chapitre sous lesquels il réunit des fragments. Mais on peut aussi effectuer un travail sur la genèse de l'œuvre. Dès lors on s'aperçoit que Pascal procédait en réunissant les différents fragments dans différentes « liasses », suivant un plan de travail non plus chronologique mais thématique. Sellier, en examinant par exemple les origines des papiers, propose donc une édition dans laquelle il vise à reconstituer ces différentes liasses telles qu'elles devaient être au moment de la mort de Pascal.


Sommaire

Le politique

L'organisation de la société

  • La société est hiérarchisée, ce que ne critique pas Pascal qui, au contraire, pense que cela est juste car c'est une garantie d'ordre : les hommes sont "distingué[s] par le dehors [...]. Mais cela est très raisonnable" (93).
  • Au sommet de cette hiérarchie, le roi, dont Pascal aimerait peut-être qu'il travaillât (15), à l'image du "Grand Seigneur des Turcs" et contrairement à la pratique dans notre pays. Il convient surtout qu'il ne soit pas un "tyran", car la tyrannie, "désir de domination universel et hors de son ordre" (54), est abus et démesure. Pourtant, sa puissance vient de la "force" (41 et 80) qui est un mal nécessaire, car elle garantit la paix politique. Peut-être aussi faudrait-il remettre en cause la monarchie héréditaire ("On ne choisit pas pour gouverner un vaisseau celui des voyageurs qui est de la meilleure maison",28), qui est malgré tout un moindre mal, car ce système évite les coups d'État, toujours néfastes à la population (87)? Et s'il inspire le respect, comme "les grands" (75), le roi n'en reste pas moins un homme aussi malheureux que les autres s'il n'est pas "diverti" : "un roi sans divertissement est un homme plein de misère" (127).
  • Au bas de l'échelle, le peuple, qui, sans le savoir, fait preuve d'opinions "saines" (87 et 88), donc d'une certaine sagesse, car il ne conteste rien pourvu que les choses lui semblent juste. Ainsi "honore"-t-il sans se poser de questions "les gentilshommes" (85), au contraire des "demi-savants" (93) qui critiquent tout sans rien comprendre. C'est pourquoi il convient de le manipuler (63), et ce dans son propre intérêt, dans un souci de paix sociale.


Les dangers politiques

  • Le danger le plus redoutable est la guerre, légitimée par la "coutume" ("Il demeure au-delà de l'eau", 18 : c'est donc un ennemi). Ses causes sont arbitraires (56), même si elle est parfois décrétée pour défendre un droit (48). Elle fait triompher la "force", mais, dans ce cas, la force est une illusion (54). Elle est décidée à tort par une seule personne et selon son intérêt particulier (55), alors que la décision devrait être prise par "un tiers indifférent" (55). Elle est particulièrement dangereuse, car elle est recherchée par les hommes qu'elle occupe ("Ils aiment mieux la mort que la paix", 27); c'est pour eux une forme de "divertissement", un "amusement" (45).
  • De la même manière, les révoltes et "toute sédition" (62) sont à éviter absolument : "Le plus grand des maux est les guerres civiles" (87). La famille de l'auteur évoque "l'injustice de la Fronde"), qui avait vu la révolte des grands seigneurs contre l'autorité royale; le jeune écrivain avait aussi été témoin de violents soulèvement populaires en Normandie, non moins violemment réprimés. De tout cela, il gardait une impression profonde d'horreur. Car les révoltes bousculent les coutumes: "C'est un jeu sûr pour tout perdre ; rien ne sera juste à cette balance" (56). Quant à la "propriété", elle est source d'"usurpation" (60) et peut être à l'origine des guerres.


Comment les éviter ?

  • Il convient donc d'éviter le mieux possible ces dangers. Les moyens que propose Pascal sont réalistes et reposent essentiellement sur la "force" et "la coutume". Pas d'idéal politique utopique, donc. La coutume est certes variable, c'est une "girouette" (44) mais qui impose un usage à tous par "la force qui y est" (76). La "force", voila un concept clé dans la conception politique de Pascal qui fait l'éloge de l'autorité : il s'agit de faire respecter les lois et de les présenter comme justes (62), l'idéal étant qu'il y ait le moins d'écart possible entre la justice et l'autorité qui la fait respecter : il faut donc "faire que ce qui est juste soit fort ou que ce qui est fort soit juste" (94). Pascal est finalement assez pessimiste quant à la place de l'homme dans la société et à ce qu'il est capable de faire dans le domaine politique.
  • Concernant l'homme et sa condition, Pascal est tout aussi pessimiste, mais force est de constater que les choses sont beaucoup plus complexes, tout comme le système proposé par l'auteur.

L'homme

Sa complexité

En effet, l'homme est "un monstre incompréhensible" dont il est difficile de "démêl[er] cet embrouillement" (122). Il suscite un mélange d'effroi et d'admiration : "Quelle chimère est-ce donc que l'homme ? quelle nouveauté, quel monstre, quel chaos, quel sujet de contradiction, quel prodige ? " (122). Par sa double nature, il est un "paradoxe à soi-même" (122). Cette dualité vient du fait qu'il est à la fois misérable et grand, comme l'indiquent les titres des liasses 6 et 3.


Sa misère

Quels en sont les éléments constitutifs ?

  • Un constat : une vie pitoyable

- Le néant : l'homme mène une vie misérable que résume le fragment 22 ("Condition de l'homme. / Inconstance, ennui, inquiétude") ; il vit dans "une tristesse insupportable" (33). L'homme est marqué par son néant, conséquence du péché originel qui se transmet depuis Adam ; il subit donc "l'ordre de Dieu qui pour la punition des hommes les a asservis à ses folies" (12). C'est ainsi que l'homme n'est rien et doit même reconnaître la "puissance des mouches" (20). Pourtant, par faiblesse, il tient à la vie (13).

- Le présent introuvable : son néant vient aussi de son rapport au temps ; l'homme ne cesse de se projeter tantôt dans le passé (par le souvenir), tantôt dans l'avenir ("Nous ne nous tenons jamais au temps présent", 43). Ainsi, comme le présent, le bonheur est-il impossible à fixer ("nous ne vivons jamais, mais nous espérons de vivre, et nous disposant toujours à être heureux il est inévitable que nous ne le soyons jamais", 43). Cette instabilité dans le temps correspond, dans l'espace, au "mouvement perpétuer" (52) qui ne laisse jamais l'homme en repos.

- Il est accablé de défauts qui sont souvent aussi des péchés : "concupiscence" (70), présomption ("Nous voudrions être connus de toute la terre", 111), orgueil ("On ne veut savoir que pour en parler", 72 ; et l'inventeur devrait taire son génie pour ne pas subir l'incompréhension et les moqueries des jaloux (81) - Pascal pense sans doute à son propre cas. Voilà donc les composantes du "malheur naturel de notre condition faible et mortelle, et si misérable que rien ne peut nous consoler lorsque nous y pensons de près" (126). C'est pourquoi nous avons besoin de palliatifs : l'imagination, les apparences, le divertissement.

  • L'imagination

Pascal n'a pas de mots assez durs pour en parler : c'est l'un des "principes d'erreur" (41) ; "maîtresse d'erreur et de fausseté" (41), elle est toute puissante ("cette maîtresse d'erreur et de fausseté" (41), elle est toute-puissante ("cette maîtresse du monde", 41), et il suffit d'un rien, d'"une mouche [qui] bourdonne à nos oreilles" (44) pour que l'homme perde toute raison, à laquelle l'imagination oppose "une puissance ennemie" (41). Son pouvoir est tel qu'elle a une emprise sur l'homme en dehors même de tout support, au point que les rois lui paraissent puissants, car il sait qu'ils le sont : "le monde qui ne sait pas que cet effet vient de cette coutume croit qu'il vient d'une force naturelle" (23).Ainsi, "tout le monde est dans l'illusion" (85) et accorde une place exagérée à l'apparence, l'une des causes de l'imagination et des variations de l'homme qui s'ensuivent : "[il]ne branl[e] que par secousses" (41).

  • Le piège des apparences

Les apparences sont très puissantes elles aussi : elles occultent la raison et prennent pour vérité ce qui n'est dû qu'au hasard (11) ; elles pallient les "sciences imaginaires" comme celles des médecins ou des juges qui doivent compter sur le prestige de leur habit pour avoir quelque crédit. Dès lors, il n'est pas étonnant que la principale préoccupation de l'homme soit de s'enrichir de biens matériels : "Toutes les occupations de l'homme sont à avoir du bien" (26). Il manque donc totalement de lucidité et ne se rend pas compte de la "vanité" de ce qui n'est pas Dieu, c'est-à-dire de tout, même des sciences (fragment 21), desquelles Pascal a toujours essayé de se détacher pour parfaire sa quête spirituelle. L'auteur revient à plusieurs reprises sur l'aveuglement des hommes, s'étonnant "qu'une chose aussi visible qu'est la vanité du monde soit si peu connue" (14) ou encore "de voir que tout le monde n'est pas étonné de sa faiblesse" (31). L'homme évite de réfléchir, cherchant des accommodements avec la vérité, tout persuadé "qu'il est [d'être] dans la sagesse naturelle" (31).

Combien il en est loin, pourtant ! Mais si l'homme est perpétuellement dans le faux, pris dans les filets de l'imagination, c'est que "rien ne lui montre la vérité" (41) ; car il a d'autres sources d'erreurs que l'imagination et la puissance des apparences, que Pascal passe rapidement en revue : ce sont les passions, notre intérêt, l'instruction, les sens et même les maladies (41). Bref, la vérité se dérobe : "On rêve souvent qu'on rêve" (122).

Ainsi l'homme a-t-il bien plus ou moins conscience que sa "durée vaine et chétive" (29) est insoutenable. Il lui faut donc éviter de penser.

  • Le divertissement

Cette stratégie d'évitement, que nous menons en permanence, c'est ce que Pascal appelle le "divertissement", auquel il consacre une liasse. Ce "divertissement" est tout ce qui empêche l'homme de penser au néant de sa condition, à sa minuscule place au milieu des espaces qui l'ignorent (64), à sa mort certaine ("Les hommes n'ayant pu guérir la mort, la misère, l'ignorance, ils se sont avisés pour se rendre heureux, de n'y point penser", 124). Le divertissement ne consiste pas nécessairement en des activités agréables comme "suivre une balle et un lièvre" (36), "le jeu et la conversation des femmes" (126), il peut tout aussi bien s'agir de tâches sérieuses comme l'exercice de son métier ou "la guerre, les grands empires" (126). En fait, tout est bon à prendre, même le "tracas qui nous détourne [de] penser et nous divertit" (126) ; c'est pourquoi nous recherchons en permanence "l'agitation" (126). Pourtant, nous sommes convaincus, au fond de nous, de la "fausseté des plaisirs présents" et de la "vanité des plaisirs absents" (69). Là est la faille que Pascal va creuser pour démontrer que la tentation de Dieu est la seule possible et celle que, secrètement, l'homme appelle de ses vœux, et qui fait sa "grandeur".


Sa grandeur

Pascal reconnaît à l'homme une véritable grandeur qui fait sa supériorité sur l'animal (96) et la matière (106). En quoi réside cette grandeur ?

  • La conscience de sa misère

C'est le point essentiel, mais cette conscience n'est permise qu'aux "habiles" qui ont compris leur faiblesse. C'est pourquoi la grandeur de l'homme est inséparable de sa misère : "à mesure que les hommes ont de lumière, ils trouvent et grandeur et misère en l'homme" (113). Ils peuvent ainsi "se [couvrir] de honte" (41) et reconnaître leur ignorance, "l'ignorance naturelle qui est le vrai siège de l'homme" (77). Il s'agit d'une "ignorance savante qui se connaît" (77) et qui distingue les "habiles", seuls capables d'une "pensée de derrière" (83), c'est-à-dire d'une réflexion avec du recul. Ces derniers arrivent ainsi au même résultat que le peuple, c'est-à-dire à l'ignorance, mais par un détour par la connaissance (83). L'homme "habiles" connaît les "misères d'un roi dépossédé" (107), car il compris qu'il est "déchu d'un meilleure nature qui lui était propre autrefois" (108), c'est à dire avant le péché originel. Et cette nature d'autrefois, d'avant la chute, il doit s'efforcer de la retrouver en mourant au monde pour renaître en Dieu.

  • La raison et le cœur

Pour cela, il peut s'appuyer sur la "raison" et s'efforcer de penser juste en faisant confiance à son propre jugement malgré les difficultés : "il faut préférer nos lumières à celles de tant d'autres et cela est hardi et difficile" (91). Pourtant ce serait une erreur de s'en remettre totalement à la raison car elle n'est pas "raisonnable" (56) : elle n'admet pas sa propre finitude et il faudrait se conduire "comme s'il n'y avait que la seule raison capable de nous instruire" (101). Elle aussi est source d'illusion et peut, par exemple, faire prendre les sciences pour la vérité. Le "cœur" est d'un ordre différent ("Nous connaissons la vérité non seulement par la raison mais encore par le cœur", 101) ; il permet de connaître Dieu en donnant accès aux "premiers principes" (101) - ce à quoi n'arriveront jamais les pyrrhoniens qui se contentent de raisonner. Pascal s'inscrit là dans un débat qui court depuis saint Augustin et affirme la priorité de l'amour sur la connaissance.

  • La pensée

En bref, l'homme doté de raison, mais surtout susceptible d'ouvrir son cœur, est capable de s'ouvrir à Dieu. C'est cette capacité que Pascal nomme la "pensée" et qui fait son humanité : "je ne puis concevoir l'homme sans pensée. Ce serait une pierre ou un brute" (102). L'homme a en lui le pouvoir de dépasser sa "misère" ("L'homme passe l'homme", 122) et de trouver "la vérité [qui] loge dans le sein de Dieu" (122).

Le "souverain bien"

C'est cette vérité qui permettra à l'homme d'atteindre le bonheur divin qu'il recherche comme "son souverain bien".


Justesse et justice

  • La place de l'homme dans l'univers

Cette quête est très difficile. Pour la mener à bien, il lui faut d'abord trouver son point d'équilibre ("Il faut trouver le point", 52) et mesurer sa juste place dans le monde : il faut que "l'homme maintenant s'estime à son prix" (110). C'est la pensée qui permet cette évaluation : "Par l'espace, l'univers me comprend et m'engloutit comme un point ; par la pensée, je le comprends" (104) - notons le double sens de la dernière occurrence du verbe comprendrequi montre l'indéniable supériorité du "roseau pensant" sur la matière. Mais il convient de déterminer la nature de l'homme : est-il un ou divers (61 et 99) ? et de se livrer à un angoissant questionnement métaphysique : "car il n'y a point de raison pourquoi ici plutôt que là, pourquoi à présent plutôt que lors" (64). L'homme doit donc prendre conscience qu'il n'est "pas un être nécessaire" (125). Ce qui invite à l'humilité, qualité indispensable pour parvenir à Dieu.

  • Un idéal de mesure

Ayant pris conscience de sa petitesse, l'homme doit donc faire preuve de modestie, vertu que l'on doit déjà transmettre aux enfants sans chercher à les flatter (59). Pour trouver le bonheur, l'homme doit ensuite borner ses désirs car "c'est être malheureux que de vouloir et ne pouvoir" (71). Cet idéal rejoint celui de l'honnête homme, modèle de la période classique, qui réfrène tout excès : l'auteur revient souvent, parfois à l'aide d'images triviales (comme celle du vin, au fragment 35) sur le "trop" qui empêche une juste appréciation. Pascal, mathématicien et philosophe, répète plusieurs fois la nécessité de "régler sa vie" (68 mais aussi 91 et 109), ce que seule permet la pensée : rien de plus humain donc que cette mesure de l'homme qui a su précisément mesurer quelle était sa place ("je dois chercher ma dignité [...] du règlement de ma pensée", 104). L'honnêteté est un premier pas dans la vie chrétienne. Et la justesse débouche sur la justice, "qualité spirituelle" (78) qui conduit elle-même à la vérité, mais ce but est difficile à atteindre : "La justice et la vérité sont deux pointes si subtiles que nos instruments sont trop mousses pour y toucher exactement" (41).


La quête de vérité

La première difficulté consiste à fixer le but et à déterminer notre place : "Mais dans la vérité et la morale qui l'assignera ?" (19). Tout nous oblige à conclure à l'éternelle mouvance de toutes les choses humaines : "on ne voit rien de juste ou d'injuste qui ne change de qualité en changeant de climat" (56), "tout branle avec le temps" (56) et "il n'y a point de vérité ou constante ou satisfaisante" (111). Rien n'est donc universel, sauf l'essence et non l'apparence, comme le montre l'illusion de la représentation picturale (37). Atteindre l'essence, la vérité, le "souverain bien", c'est se défaire des "puissances trompeuses", des passions et de la concupiscence (110), c'est entretenir "la conversation intérieure" (91) et renoncer à l'agitation : "tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne pouvoir demeurer en repos dans une chambre" (126), car "le bonheur n'est en effet que dans le repos et non pas dans le tumulte" (126). Mais l'homme ne doit pas se décourager : "Nous avons une idée du bonheur et nous pouvons y arriver" (122).


Dieu

C'est pourquoi l'homme ne doit pas renoncer à chercher Dieu dont il a l'intuition : "je vois bien qu'il y a dans la nature un être nécessaire, éternel et infini" (125). Pascal ne cesse de montrer la misère de l'homme sans Dieu (71). Il n'y a pas de place pour le doute qui est une extravagance (113), mais la seule certitude possible dans ce monde mouvant est "la foi et la révélation" (122), car Dieu est la seule vérité (91). Pour y accéder, la grâce est nécessaire. On reconnaît ici la théorie janséniste : "L'homme n'est qu'un sujet plein d'erreur naturelle, et ineffaçable sans la grâce" (41) qui doit être donnée "par sentiment de cœur, sans quoi la foi n'est qu'humaine et inutile pour le salut" (101). La raison s'incline devant le cœur, le mathématicien devant le croyant. La conversion est totale.

Pascal montre toujours ensemble la grandeur et la misère de l'homme, car c'est du jeu entre les deux qu'il trouvera le point d'équilibre qui mène à Dieu.

Voir aussi

  • Portail de la littérature Portail de la littérature
  • Portail du christianisme Portail du christianisme
  • Portail de la France du Grand Siècle (1598-1715) Portail de la France du Grand Siècle (1598-1715)
Ce document provient de « Pens%C3%A9es ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pensees de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pensées — The Pensées (literally, thoughts ) represented a defense of the Christian religion by Blaise Pascal, the renowned 17th century philosopher and mathematician. Pascal s religious conversion led him into a life of asceticism, and the Pensées was in… …   Wikipedia

  • Pensées —  Pour l’article homonyme, voir Pensées (genre littéraire).  Les Pensées sont une œuvre posthume de Blaise Pascal, issue de plusieurs papiers retrouvés et rassemblés après sa mort. Publiée en 1669, elle réunit des notes qu il destinait à …   Wikipédia en Français

  • Pensées — Les Pensées ( die Gedanken ) ist ein Werk von Blaise Pascal (1623 1663) und einer der meistgelesenen philosophischen bzw. theologischen Texte der europäischen Geistesgeschichte. Es handelt sich um kein geschlossenes, fertiges Werk, sondern um… …   Deutsch Wikipedia

  • Pensees — …   Википедия

  • Pensées — /pahn sayz , pahonn /; Fr. /pahonn say /, n. a collection of notes, essays, etc., dealing with religious and philosophical matters by Blaise Pascal, published posthumously in 1670. * * * …   Universalium

  • pensées — Part. pas. f.p. penser …   French Morphology and Phonetics

  • Pensées — /pahn sayz , pahonn /; Fr. /pahonn say /, n. a collection of notes, essays, etc., dealing with religious and philosophical matters by Blaise Pascal, published posthumously in 1670 …   Useful english dictionary

  • Pensees philosophiques — Pensées philosophiques Pensées philosophiques Édition princeps Auteur Denis Diderot Genre Essai Pays d origine …   Wikipédia en Français

  • Pensées philosophiques — Édition princeps Auteur Denis Diderot Genre …   Wikipédia en Français

  • Pensees sur l'education — Pensées sur l éducation Pensées sur l éducation Couverture de la dixième édition Auteur John Locke Genre Education et philosophie Éditeur …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.