Pauline Marois


Pauline Marois
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marois.
Pauline Marois
Pauline Marois
Pauline Marois (30 août 2011)

Mandats
43e chef de l'Opposition officielle du Québec
Actuellement en fonction
Depuis le 9 décembre 2008
Prédécesseur Mario Dumont
Députée de Charlevoix
Actuellement en fonction
Depuis le 24 septembre 2007
Prédécesseur Rosaire Bertrand
Biographie
Date de naissance 29 mars 1949 (1949-03-29) (62 ans)
Lieu de naissance Québec, Drapeau : Québec Québec
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Parti politique Parti québécois
Diplômé de Université Laval,
HEC Montréal

Pauline Marois (29 mars 1949 à Québec -) est une femme politique québécoise. Elle a occupé de nombreuses fonctions ministérielles sous tous les gouvernements péquistes depuis 1981. Après deux tentatives infructueuses — en 1985 et en 2005 —, elle est devenue, le 26 juin 2007, la première femme à être chef du Parti québécois. Le 24 septembre 2007, elle fut élue députée de la circonscription de Charlevoix et réélue le 8 décembre 2008. Elle est la troisième femme à occuper le poste de Vice-première ministre du Québec après Lise Bacon et Monique Gagnon-Tremblay.

Sommaire

Biographie

Fille de Grégoire Marois et de Marie-Paule Gingras, Pauline Marois est l'aînée de cinq enfants. Elle a grandi dans un milieu modeste — son père était mécanicien dans un garage de Québec — à Saint-Étienne-de-Lauzon (maintenant incorporé à Lévis), sur la rive sud du Saint-Laurent, en face de Québec. Tous les enfants de la famille ont fait des études universitaires, ce qui comptait beaucoup pour leurs parents.

Elle est titulaire d'un baccalauréat en service social de l'Université Laval (1971) et d'une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l'École des hautes études commerciales (HEC) de l'Université de Montréal (1976).

Elle est mariée depuis 1969 à Claude Blanchet, avec qui elle aura eu quatre enfants. Monsieur Blanchet a été président de la Société générale de financement entre 1997 et 2003.

Militante dès les premiers jours du Parti québécois, Pauline Marois a brièvement été l'attachée de presse de Jacques Parizeau, qui fut l'un de ses professeurs aux HEC. Elle quitte ce poste après six mois, en mars 1979, considérant qu'on ne « l'utilisait pas à la hauteur de son talent », confiera-t-elle plus tard au biographe de Jacques Parizeau, Pierre Duchesne[1]. Elle devient ensuite chef de cabinet de la ministre à la Condition féminine, Lise Payette, en novembre 1979. Le biographe de René Lévesque, Pierre Godin, affirme que Pauline Marois a hésité avant d'accepter le poste, parce qu'elle ne se sentait pas particulièrement féministe. « Avec moi, tu vas le devenir », lui avait alors répliqué la ministre Payette[2].

Première carrière politique

Enceinte de sept mois, Pauline Marois hésite à se lancer en politique. Elle est finalement convaincue par son conjoint et René Lévesque[3], et se porte candidate dans la circonscription de La Peltrie, dans la région de Québec. Elle est élue avec une confortable majorité de 5 337 voix sur son adversaire libéral[4], le 13 avril 1981. Elle donne naissance à son deuxième enfant 11 jours plus tard, le 24 avril[5].

Elle entre immédiatement au conseil des ministres, d'abord comme responsable de la Condition féminine de 30 avril 1981 au 29 novembre 1983, et pendant quatre mois en 1985. Elle est ensuite promue à la vice-présidence du Conseil du trésor, le 9 septembre 1982, puis devient ministre de la Main-d'œuvre et de la Sécurité du revenu, lors du remaniement de novembre 1983[6].

Elle signe, le 9 novembre 1984, la « lettre des douze », dans laquelle la moitié des ministres du gouvernement Lévesque s'opposent à la stratégie du « beau risque » du premier ministre et réclament que la souveraineté soit au cœur de la campagne électorale de l'année suivante. Cependant, elle ne se joint pas à sept de ses collègues signataires qui démissionneront à la fin du mois[7].

Au départ de René Lévesque, elle se présente à la course à la direction du Parti québécois, malgré un sondage défavorable[8]. Après une campagne où elle fait la promotion du plein-emploi et de la souveraineté[9], elle termine en deuxième place avec 19,7 % des suffrages[10], mais se dit satisfaite et prête à continuer son engagement.

Défaite dans La Peltrie, lors de l'élection générale québécoise du 2 décembre 1985, elle poursuit son implication au sein de l'exécutif national du Parti québécois, tout en militant au sein d'organismes féministes. Elle est trésorière de la Fédération des femmes du Québec et agit à titre de consultante à la société Elizabeth Fry, un organisme qui vient en aide aux femmes détenues et ex-détenues[6].

À l'instar de Jean Garon, Bernard Landry et Louise Harel, Pauline Marois désapprouve la stratégie d'« affirmation nationale » et la réorientation idéologique défendue par Pierre Marc Johnson. Notant que le PQ « doit redéfinir sa voie de gauche »[11], elle se retire temporairement de la direction du parti au terme du congrès de juin 1987, pour aller enseigner à l'Université du Québec à Hull[11].

Malgré certaines critiques formulées à l'endroit de Jacques Parizeau, elle accepte l'offre du nouvel homme fort souverainiste et devient conseillère au programme du PQ en février 1988[12]. Elle se présente à l'élection partielle dans la circonscription d'Anjou, le 20 juin 1988, mais subit la défaite par 1 147 voix[13].

1994-2003 - la ministre polyvalente

Elle revient à l'Assemblée nationale en tant que députée de Taillon en 1989 et se fait réélire en 1994, 1998 et 2003.

De retour au pouvoir après l'élection générale de 1994, le premier ministre Jacques Parizeau lui confie des dossiers à la fois sociaux — le ministère de la Famille — et économiques — le Conseil du trésor, et au lendemain du référendum de 1995, le ministère des Finances.

Elle a occupé pas moins de 14 charges ministérielles, parmi lesquelles : les Finances, l'Éducation et la Santé. Elle a également occupé pendant deux ans le poste de vice-première ministre du Québec (2001-2003).

Elle a, entre autres, donné naissance aux centres de la petite enfance, piloté le dossier de la transformation du réseau des écoles confessionnelles catholiques et protestantes de langue anglaise et française — une disposition datant de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique de 1867 —, en deux réseaux de commissions scolaires organisées sur une base linguistique et instauré la maternelle à temps plein.

En 2001, après le départ de Lucien Bouchard, alors Premier ministre du Québec, Bernard Landry ne perd pas de temps et récolte tous les appuis. Il se fait couronner chef du parti, puis Premier ministre. Pauline Marois rate sa chance une seconde fois. Bernard Landry en fera sa ministre des Finances et Vice-première ministre, poste qu'elle occupa jusqu'à la défaite du Parti québécois en 2003.

Jusqu'à son intermède de femme politique à temps plein, elle occupait le poste de porte-parole de l'Opposition officielle en matière de relations internationales suite au remaniement du cabinet fantôme du Parti québécois.

2005 : Deuxième campagne à la direction du Parti québécois

En 2004, cherchant à provoquer le destin, Pauline Marois demande ouvertement le départ de Bernard Landry alors chef du Parti québécois[14]. En 2005, ce dernier démissionne après avoir été soumis à un vote de confiance où il obtient 76,2 % des appuis. À la suite de cette démission, elle se lance officiellement et sans attendre dans la course à la direction du Parti québécois en juin 2005. Elle reçoit l'appui de Joseph Facal, Jonathan Valois, Maka Kotto et Marie Malavoy et une vingtaine de députés de son parti et du Bloc québécois, parti souverainiste campé à Ottawa.

En cas de victoire, elle promettait de tenir un référendum dans les six mois à un an après l'élection d'un gouvernement péquiste, à condition qu'il soit gagnant :

« C'est une tâche immense que nous avons à accomplir ensemble, pour préparer le Québec à faire la souveraineté, surtout à la réussir et à gagner le référendum. Il ne s'agit pas de tenir un référendum n'importe quand, demain matin, il s'agit d'en tenir un gagnant[15]. »

Elle reçoit beaucoup d'appuis à l'extérieur du Parti québécois, comme celui de l'ex-présidente de la Fédération des infirmières, Jennie Skeene, de l'ancienne présidente de la CEQ, Lorraine Pagé, de l'écrivaine Hélène Pedneault et de l'ancienne présidente du Comité exécutif de la ville de Montréal, Léa Cousineau.

La semaine avant l'élection, elle reçoit l'appui de Pierre Dubuc, candidat dans la course. Le 10 novembre, Gilbert Paquette abandonne la course et demande à ses partisans de voter pour Pauline Marois.

Le 15 novembre 2005, elle perd finalement l'élection avec 30,56 %, soit la 2e position, avec 32 166 votes, alors que André Boisclair est élu avec une majorité de 53,68 %. Son rêve de devenir Première ministre du Québec – et première femme à le devenir - lui échappe encore une fois. Elle accepte le verdict clair et se rallie au nouveau chef. Elle se montre tout de même satisfaite de la campagne électorale, mais avoue être un peu peinée.

Le 20 mars 2006, sans amertume, Pauline Marois annonce qu'elle quitte la vie politique active. Ce départ précipité cause une certaine surprise puisqu'elle venait tout juste d'accepter d'occuper le poste de critique en matière de Relations internationales. Cependant, depuis janvier, la rumeur courait qu'un départ imminent de la ténor risquait de survenir. Elle se retire après plus de 25 ans de vie publique et politique, non sans peine. Cependant, elle avouera lors de son discours de démission que « le cœur n'y est plus ».

2007 : Troisième campagne à la direction du Parti québécois

À la suite de la démission d'André Boisclair, le 8 mai 2007, Pauline Marois choisit de se présenter dans une éventuelle course à la direction du Parti québécois, le 11 mai 2007[16]. Pour elle, il s'agit d'une troisième tentative pour devenir chef de ce parti.

Le 13 mai 2007, Pauline Marois déclare officiellement sa candidature[17], soit dix-huit mois après sa défaite lors de la course à la direction du Parti québécois de 2005. Elle veut mettre de côté le projet référendaire et veut modifier son approche d'un futur pays. Elle souhaite changer tout le programme du Parti québécois pour adapter celui-ci aux volontés des Québécois.

Pauline Marois est la seule personne officiellement en lice pour la succession d'André Boisclair, son seul rival potentiel (Gilles Duceppe, chef du Bloc québécois) s'étant désisté un jour après avoir annoncé sa candidature, probablement convaincu des conséquences néfastes pour le mouvement souverainiste d'un tel affrontement et percevant peut-être aussi un manque d'appuis suffisants[18],[19]. En effet, Pauline Marois a joui d'un très grand nombre d'appuis dès le premier jour de l'annonce de sa candidature, à la fois au sein de la mouvance péquiste et au sein de la population (selon les premiers sondages).

Elle reçoit l'appui du club politique SPQ-Libre[20]. Aussi, elle rallie la quasi-totalité des députés du Parti québécois. Elle fait ensuite une déclaration indiquant qu'elle appuie le dégel des frais de scolarité.

Le 14 mai 2007, Pauline Marois assiste à un souper-bénéfice du Bloc québécois, à Montréal, et Gilles Duceppe profite de l'occasion pour l'assurer de son appui inconditionnel.

Elle devient officiellement chef du Parti québécois, à la fermeture de la période des mises en candidature, le 26 juin[21],[22], étant la seule personne ayant déposé les signatures requises.

Depuis 2007 : Retour en politique active

Pauline Marois lors d'une allocution à Rivière-du-Loup en 2009.

Le 13 août 2007, Rosaire Bertrand, du Parti québécois, démissionne comme député de la circonscription de Charlevoix, à la limite est de la grande région de la Capitale-Nationale. Du même coup, il force le déclenchement d'une élection partielle, fournissant l'opportunité à Pauline Marois de pouvoir accéder à l'Assemblée nationale du Québec. Le jour même de la démission de Rosaire Bertrand, Pauline Marois annonce qu'elle sera candidate à cette élection[23].

En septembre 2007, deux jours avant le scrutin, une controverse éclate lorsqu'un journaliste du quotidien The Gazette révèle que Pauline Marois et son conjoint, Claude Blanchet, possèdent une résidence située sur des terres anciennement agricoles (jusqu'à leur dézonage, en 1991), et sur des terrains publics expropriés en 1978 et destinés à la prolongation de l'autoroute 440[24].

Le 24 septembre 2007, jour du scrutin, Pauline Marois est élue avec 59,16 % des suffrages, devenant députée de Charlevoix[25],[26],[27]. Son principal adversaire, l'adéquiste Conrad Harvey, obtient quant à lui 37,04 % des voix. L'assermentation de Pauline Marois a lieu le 11 octobre 2007[28].

Le 8 décembre 2008, Pauline Marois devient la chef de l'opposition officielle du Québec, à la tête de l'opposition officielle la plus forte depuis la Révolution tranquille, avec 51 députés élus à l'Assemblée nationale.

Le 16 avril 2011, lors du XVI congrès national du Parti québécois, Pauline Marois obtient plus de 93,08 % d'approbations lors du vote de confiance des délégués, un appui un peu plus fort que ceux obtenus dans le passé par Jacques Parizeau et Lucien Bouchard[29].

Notes et références

  1. Duchesne, Pierre (2002). Jacques Parizeau, vol. 2 : Le Baron, 1970-1985, Québec Amérique, Montréal. pp. 160-161.
  2. Godin, Pierre. (2001) René Lévesque, vol. 3 : L'espoir et le chagrin (1976-1980), Boréal, Montréal. pp. 530-531.
  3. Godin, Pierre (2005). René Lévesque, vol. 4 : L'homme brisé (1980-1987), Boréal, Montréal. p. 117
  4. Directeur général des élections du Québec. Élections générales. 1981, 13 avril. Page consultée le 19 juillet 2007.
  5. Katia Gagnon, « Pauline en cinq temps », dans La Presse, 19 mai 2007, p. A2 .
  6. a et b Assemblée nationale du Québec (2007). Pauline Marois. Page consultée le 19 juillet 2007.
  7. Duchesne, Pierre (2002), op. cit., pp. 493-502.
  8. Le sondeur du Parti québécois, Michel Lepage, a interrogé les militants péquistes sur leur préférence en juin 1985. Pierre Marc Johnson se classait au premier rang avec 67 % des appuis, suivi de Bernard Landry avec 14 %. Pauline Marois arrivait loin en troisième place avec seulement 4 2 % des appuis. (Godin, Pierre (2005). op. cit. p. 494).
  9. Godin, Pierre (2005). op. cit., p. 495.
  10. QuébecPolitique.com Course à la direction du Parti québécois. Page consultée le 22 juillet 2007.
  11. a et b Duchesne, Pierre (2004). Jacques Parizeau vol. 3. Le Régent, 1985-1995. Québec Amérique, Montréal. p. 47.
  12. Duchesne, Pierre (2004). op. cit. pp. 84-86.
  13. Directeur général des élections du Québec. Élections partielles. 1988, 20 juin (Anjou, Roberval). Page consultée le 20 juillet 2007.
  14. Raymond Bréard, La Presse, 31 mai 2007
  15. Radio-Canada. 2005. « Référendum: Pauline Marois précise sa position ». Radio-Canada. 9 septembre. En ligne (page consultée le 12 mars 2007).
  16. Robert Dutrisac et Hélène Buzzetti, « Un combat de géants: Marois-Duceppe », dans Le Devoir, 12-13 mai 2007 [texte intégral (page consultée le 15 décembre 2008)] .
  17. Kathleen Lévesque, « L'électrochoc Pauline Marois », dans Le Devoir, 14 mai 2007 [texte intégral (page consultée le 15 décembre 2008)] .
  18. Alexandre Shields, « Les députés bloquistes serrent les rangs derrière Gilles Duceppe », dans Le Devoir, 14 mai 2007 [texte intégral (page consultée le 15 décembre 2008)] .
  19. Michel David, « Tel un phénix », dans Le Devoir, 14 mai 2007 [texte intégral (page consultée le 15 décembre 2008)] .
  20. Michel Corbeil, « Le SPQ-Libre se range derrière la nouvelle candidate », dans Le Soleil, 13 mai 2007 [texte intégral] .
  21. Radio-Canada. Pauline Marois: c'est officiel. Le 26 juin 2007.
  22. Paul Roy, « Pauline Marois est chef du PQ », dans La Presse, 27 juin 2007 [texte intégral] .
  23. Antoine Robitaille, « Pauline Marois se présentera dans Charlevoix », dans Le Devoir, 13 août 2007 [résumé (page consultée le 6 avril 2009)] .
  24. (en) William Marsden, « How estate was built on public, farm lands », dans The Gazette, 22 septembre 2007 [texte intégral (page consultée le 6 avril 2009)] .
  25. Voir aussi Élection partielle québécoise de 2007.
  26. Simon Boivin,, « Marois gagne son pari », dans Le Soleil, 24 septembre 2007 [texte intégral (page consultée le 6 avril 2009)] .
  27. Sylvain Desmeules, « Élection dans Charlevoix: un couronnement sans débordement », dans Le Soleil, 25 septembre 2007 [texte intégral] .
  28. Norman Delisle et Presse canadienne, « Marois assermentée », dans La Presse, 11 octobre 2007 [texte intégral] .
  29. Antoine Robitaille, « Fort vote de confiance pour Pauline Marois », dans Le Devoir, 16 avril 2011 [texte intégral] 

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes

Précédée par Pauline Marois Suivie par
Bernard Landry
Vice-première ministre
Gouvernement du Québec
2001-2003
Monique Gagnon-Tremblay
Pierre Marois
Ministre de la Main-d'oeuvre et de la Sécurité du revenu
Gouvernement du Québec
1983-1985
Pierre Paradis
Monique Gagnon-Tremblay
Présidente du Conseil du trésor
Gouvernement du Québec
1994-1995
Jacques Léonard
Jean Campeau
Ministre des Finances et Ministre du Revenu
Gouvernement du Québec
1995-1996
Bernard Landry
Jean Garon
Ministre de l'Éducation
Gouvernement du Québec
1996-1998
François Legault
Jean Rochon
(Santé et Services sociaux)
Ministre de la Santé et des Services sociaux et Ministre de la Famille et de l'Enfance
Gouvernement du Québec
1998-2001
Rémy Trudel
(Santé et Services sociaux)
(avant sous la responsabilité du Ministère des Affaires sociales) Linda Goupil
(Famille et Enfance)
Jean Rochon
Ministre d'État à l'Économie et aux finances, Ministre des Finances et Ministre de la Recherche, de la Science et de la Technologie
Gouvernement du Québec
2001-2002
(fusionné pour devenir le Ministère des Finances, de l'Économie et de la Recherche)
Gilles Baril
Ministre de l'Industrie et du Commerce
Gouvernement du Québec
2002
(autrefois scindé en plusieurs ministères)
Ministre des Finances, de l'Économie et de la Recherche
Gouvernement du Québec
2002-2003
Michel Audet
(formée d'une partie de la circonscription de Chauveau)
Députée de La Peltrie
Parti québécois
Assemblée nationale du Québec
1981-1985
Lawrence Cannon
Libéral
Claude Filion
Parti québécois
Députée de Taillon
Parti québécois
Assemblée nationale du Québec
1989-2006
Marie Malavoy
Parti québécois
Rosaire Bertrand
Parti québécois
Députée de Charlevoix
Parti québécois
Assemblée nationale du Québec
2007-(actuellement)
(actuellement en poste)

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pauline Marois de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pauline marois — Pauline Marois en 2009 Nom de naissance Pauline Marois Naissance …   Wikipédia en Français

  • Pauline Marois — Saltar a navegación, búsqueda Pauline Marois Líder del Parti Québécois Actualmente en el cargo …   Wikipedia Español

  • Pauline Marois — Infobox Politician name = Pauline Marois image size = 200px caption = birth date = birth date and age |1949|3|29 birth place = Quebec City, Quebec, Canada residence = Île Bizard, Quebec office1 = MNA for La Peltrie term start1 = 1981 term end1 =… …   Wikipedia

  • Marois — may refer to: Barbara Marois (1963 ), American field hockey player Daniel Marois (1968 ), Canadian ice hockey player Jean Marois (artist), Canadian painter and writer Jean Pierre Marois, French film director and producer Mario Marois (1957 ),… …   Wikipedia

  • Marois — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Patronyme Marois est un nom de famille notamment porté par : André Marois (1959 ), écrivain français. Christian Marois (1974 ), astrophysicien… …   Wikipédia en Français

  • Pauline — Infobox Given name 2 gender = female origin = PaulinaPauline is a female given name, originally the French form of Paulina.Religious*Pauline, an adjective used to refer to things dealing with Paul the Apostle *Pauline, an adjective used to refer… …   Wikipedia

  • Reforme Marois — Réforme Marois La réforme Marois est une réforme du système éducatif québécois. La réforme Engendrée par Pauline Marois, ex ministre de l éducation du Québec, cette réforme visait à laïciser le système scolaire québécois, fondé depuis la… …   Wikipédia en Français

  • Réforme Marois — La réforme Marois est une réforme du système d éducation québécois. Engendrée par Pauline Marois, ancien ministre de l éducation du Québec, cette réforme visait à laïciser le système scolaire québécois, fondé depuis la Confédération canadienne… …   Wikipédia en Français

  • Jean Le Marois — Pour les articles homonymes, voir Le Marois. Jean Léonor François Le Marois Surnom Lemarrois Naissance …   Wikipédia en Français

  • Course à la chefferie du Parti Québécois, 2005 — Élection à la direction du Parti québécois de 2005 Les neuf candidats et la présidente de l élection au débat public de la ville de Québec. L élection à la direction du Parti québécois de 2005 (aussi nommée course à la chefferie) s est tenue du… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.