Pascal Arrighi


Pascal Arrighi
Pascal Arrighi

Parlementaire français
Date de naissance 16 juin 1921
Date de décès 19 août 2004
Mandat Député 1956-1962
puis 1986-1988
Circonscription Corse
puis Bouches-du-Rhône
Groupe parlementaire RRRS (1956-1958)
UNR (1958-1962)
FN (1986-1988)
IVe République-Ve République

Pascal Arrighi est un résistant, homme politique, juriste et universitaire français, né le 16 juin 1921 à Vico (Corse). Il est mort le 19 août 2004 à Toulon (Var). Il fut le frère de Mgr Jean-François Arrighi, évêque.

Biographie

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est membre du Réseau Orion dans la Résistance avant d'être interné en Espagne au camp de concentration de Miranda (1943). Il entre dans les commandos de France en 1944, il est blessé par cinq balles de mitrailleuse à Bois-le-Prince dans les Vosges.

Licencié en lettres, diplômé de l’école libre de sciences Politiques, agrégé de droit public et ancien élève de l'École nationale d'administration, Pascal Arrighi devient professeur à l'École française de droit du Caire. Maître de conférence à l'ENA et à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, professeur à la faculté de droit de l'Institut Catholique de Paris (1962-1970), président de l'université de Toulon (1970-1975), Premier président de l'Université de Corse (1975-1981) qu'il a mise en place.

Avocat à la cour d’appel de Paris il entre premier au Conseil d'État en 1947, il devient (1948-55) directeur de cabinet du conseiller technique des ministres de l'Air, du Budget, de la Santé Publique, des Affaires économiques, de l'Éducation et des anciens combattants et Conseiller d'État en 1974.

Au cours de sa carrière politique, Pascal Arrighi a été conseiller municipal d'Ajaccio (1953-1959). En 1956, il devient député de Corse. Ardent partisan de l'Algérie française et politique ambitieux, Pascal Arrighi encadre l'expédition vers la Corse (Opération Résurrection), en mai 1958, pour en faire une base avancée contre la métropole et poursuivre la guerre en Algérie. Bastia et Ajaccio sont investies par 800 parachutistes, l'île est paralysée. Les corses s'organisent en vue d'affrontements. L'arrivée du Général au pouvoir, appelé par René Coty, écartera ce risque. La population corse manifestera en faveur d'un retour du Générale De Gaulle, qui incarne la France libre. Informé par les Renseignements généraux, le ministre de l'Intérieur Jules Moch envoie une Compagnie républicaine de sécurité niçoise, grâce à des complicités dans la gendarmerie locale, l'opération de maintien de l'ordre échoue. L'immunité parlementaire de Pascal Arrighi est levée par 396 voix contre 175, mais le retour au pouvoir du général de Gaulle lui évite tout ennui judiciaire. Il est réélu député, cette fois UNR, lors des élections législatives anticipées de novembre 1958.

Pascal Arrighi n'accepte pas l'autodétermination de l'Algérie annoncée par de Gaulle en septembre 1959 et confirmée par la suite, mais ne renie pas son gaullisme (Michel Debré le reconnaît encore comme « gaulliste » lors d'un conseil des ministres d'octobre 1961, selon les notes prises par Louis Terrenoire). Il perd son mandat de député en 1962, mais garde celui de maire de Vico, acquis en 1959, et ce jusqu'en 1983.

En août 1984, il adhère au Front national, à l'instar d'autres notables de droite, tel Michel de Rostolan ou François Bachelot. En mars 1986, il est élu conseiller régional FN de Corse. De 1986 à 1988 il est député de Marseille.

En septembre 1988, il critique le « calembour » de Jean-Marie Le Pen sur Michel Durafour : « Monsieur Durafour-Crématoire, merci de cet aveu ! », indiquant au Quotidien de Paris : « avec des mots encore chargés de sens, on ne doit pas faire de mauvais calembours. » Pascal Arrighi est sanctionné pour cela par les instances disciplinaire du FN le 6 septembre. Outré par un tel propos et par l'absence d'excuses qu'oppose J.-M. Le Pen, Pascal Arrighi déclare : « Je me suspends pour toujours. »

En octobre 1989, il rejoint le Centre national des indépendants et paysans, avec treize autres cadres du FN démissionnaires, comme François Bachelot. Il se retire de la vie politique en 1998, ne se représentant pas à son poste de conseiller régional.

Pascal Arrighi était Commandeur de la Légion d’honneur, il était aussi Commandeur des Palmes académiques. Titulaire de la Médaille militaire, de la Croix de Guerre, trois citations, de la Médaille de la Résistance, de la Médaille des Evadés et de la Médaille de l’Aéronautiques.

Sources

  • « M. Arrighi : « Je me suspends pour toujours » », Le Monde, 8 septembre 1988 ; « Pascal Arrighi », Le Monde, 21 août 2004
  • Éric Roussel, Charles de Gaulle, éd. Gallimard, 2002
  • Michel Winock, L'Agonie de la IVe République, éd. Gallimard, coll. « Les journées qui ont fait la France », 2006

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pascal Arrighi de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Arrighi —  Cette page d’homonymie répertorie des personnes (réelles ou fictives) partageant un même patronyme. Jean Marie Arrighi (1751 1842), homme politique français, membre du Conseil des Cinq Cents. Hyacinthe Arrighi de Casanova (1748 1819),… …   Wikipédia en Français

  • Pascal Paoli — (eigentlich Filippu Antone Pasquale de Paoli) (* 6. April 1725 in Stretta/Morosaglia, Korsika; † 5. Februar 1807 in London) war ein korsischer Revolutionär und Widerstandskämpfer …   Deutsch Wikipedia

  • Marie-Dominique Arrighi — est une journaliste, femme de radio française, née à Paris en 1951 d un père corse de Cargèse, Pascal Arrighi, et de Marie Rose Chavy. Elle est décédée le 19 mars 2010. Sa carrière de journaliste commence à la radio. Elle réalise et produit… …   Wikipédia en Français

  • Hyacinthe Arrighi de Casanova — Pour les articles homonymes, voir Arrighi. Hyacinthe Arrighi de Casanova Nom de naissance Giacintho Arrighi de Casanova Naissance 3 mars 1748 Corte ( …   Wikipédia en Français

  • Antoine-Louis Arrighi de Casanova — Pour les autres membres de la famille, voir : Arrighi. Antoine Louis Arrighi de Casanova Biographie Naissance 11 avril 1755 Corte ( …   Wikipédia en Français

  • Jean-marie arrighi — député suppléant de la Corse à la convention nationale le 18 vendémiaire an III, membre du Conseil des Cinq Cents, est né le 23 janvier 1751 à Corte (Corse), fils de François et Julie Mattei, meurt rue Favart à Paris, âgé de 91 ans le 24 janvier… …   Wikipédia en Français

  • Jean-Marie Arrighi — Pour les articles homonymes, voir Arrighi. Jean Marie Arrighi député suppléant de la Corse à la Convention nationale le 18 vendémiaire an III, membre du Conseil des Cinq Cents, est né le 23 janvier 1751 à Corte (Corse), fils de François et Julie… …   Wikipédia en Français

  • Historia de Córcega — Este artículo o sección puede ser demasiado extenso(a). Algunos navegadores pueden tener dificultades al mostrar este artículo. Por favor, considera separar cada sección por artículos independientes, y luego resumir las secciones presentes en… …   Wikipedia Español

  • Alliances electorales du Front national — Alliances électorales du Front national Logotype du Front national Les alliances électorales du Front national ont majoritairement été constituées d accords de désistements réciproques entre candidats de droite et du Front national ou de soutien… …   Wikipédia en Français

  • Alliances Électorales Du Front National — Logotype du Front national Les alliances électorales du Front national ont majoritairement été constituées d accords de désistements réciproques entre candidats de droite et du Front national ou de soutien de celui ci à des investitures de… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.