Partition de l'unité


Partition de l'unité

En première approche, on peut dire qu'une partition de l'unité est une famille de fonctions positives (\phi_i)_{i\in I} telles que, en chaque point, la somme sur toutes les fonctions des valeurs prises par chacune d'elle vaille 1 :  \sum_{i\in I} \phi_i(x) = 1 ~ .

Plus précisément, si X est l'espace topologique sur lequel sont définies les fonctions de la partition, on imposera que la somme des fonctions ait un sens, c'est-à-dire que pour tout  x \in X ~ , la famille (\phi_i)_{i\in I} ~ soit sommable. De façon usuelle, on impose une condition encore plus forte, à savoir qu'en tout point x de X, seul un nombre fini des \phi_i~ soient non nulles. On parle alors de partition localement finie.

On impose en général aussi des conditions de régularité sur les fonctions de la partition, de façon habituelle soit simplement que les fonctions soient continues et alors on parle de partition continue de l'unité, soit indéfiniment dérivables et alors on parle de partition C^\infty~ de l'unité.

Ces conditions, en général précisées par le contexte, sont habituellement sous-entendues. Et on utilisera l'expression partition de l'unité pour désigner une partition continue de l'unité localement finie ou bien une partition C^\infty~ de l'unité localement finie.

Les partitions de l'unité sont souvent utiles car elles permettent souvent d'étendre des propriétés locales à l'espace tout entier. Bien sûr, ce sont les théorèmes d'existence qui font de cette notion un outil pratique.

Sommaire

Définitions

Définition d'une partition continue de l'unité localement finie

Définition 1 —  On appelle partition de l'unité d'un espace topologique X, une famille de fonctions continues, (\phi_i)_{i\in I} , définies sur X et à valeur dans l'intervalle [0,1], telles que pour tout point x\in X, les deux conditions suivantes soient satisfaites :

  • il existe un voisinage de x tel que toutes les fonctions \phi_i~ soient nulles sur ce voisinage à l'exception d'un nombre fini d'entre elles.
  • la somme de toutes les valeurs prises par les fonctions \phi_i~ en x soit égale à 1, c'est-à-dire : \sum_{i\in I}\phi_i(x)=1 pour tout x\in X.

Définition d'une partition subordonnée à un recouvrement

Soient X un espace topologique et (U_i)_{i \in I}~ un recouvrement ouvert localement fini de cet espace.

Définition 2 —  On appelle partition de l'unité subordonnée au recouvrement (U_i)_{i\in I}, une partition de l'unité (\phi_i)_{i\in I} au sens de la définition 1, indexée par le même ensemble I~ que le recouvrement, et telle qu'en outre, pour tout i\in I, le support de \phi_i~ soit inclus dans Ui.

Théorèmes d'existence

Parmi toutes les formulations possibles des théorèmes d'existence, nous proposons ci-dessous deux variantes. Nous empruntons la première variante à N. Bourbaki[1] et la deuxième à Laurent Schwartz[2].

Theorème 1 — Soit X un espace normal. Pour tout recouvrement ouvert localement fini (U_i)_{i \in I} de X, il existe sur X une partition de l'unité localement finie (\phi_i)_{i\in I} subordonnée au recouvrement (U_i)_{i \in I}.

Théorème 2 — Soit \Omega~ un ouvert de \R^n. Pour tout recouvrement de \Omega~ par des ouverts (\Omega_i)_{i\in I}, on peut trouver une famille de fonctions \phi_i~, indexées par le même ensemble I~, définies sur \Omega~, et vérifiant les propriétés suivantes :

  • \phi_i\geqslant0
  • \operatorname{supp}(\phi_i)\subset\Omega_i
  • sur tout compact de \Omega~, seul un nombre fini des \phi_i~ ne sont pas identiquement nulles
  • \sum_{i \in I}\phi_i(x)=1 pour tout x\in\Omega.

Les \phi_i~ constituent alors une partition de l'unité subordonnée au recouvrement (\Omega_i)_{i\in I}.

Comme corollaire du théorème ci-dessus, à partir de sa démonstration, on peut formuler le théorème suivant :

Corollaire —  Soit \Omega~ un ouvert de \R^n. Pour tout recouvrement de \Omega~ par des ouverts (\Omega_i)_{i\in I}, on peut trouver une famille de fonctions \phi_j~, indexées par un ensemble d'indices J~, non nécessairement égal à I~, telle que toute fonction  \phi_j~ est à support compact et pour tout  j \in J , ~ \operatorname{supp}(\phi_j) \subset \Omega_i~ pour un  i \in I ~ .

Le premier théorème montre que le fait qu'un espace soit normal (et donc a fortiori paracompact) est une condition suffisante pour l'existence de partitions de l'unité subordonnées à un recouvrement. Ces deux formulations montrent que l'on peut en général choisir soit d'avoir le support indexé par le recouvrement d'ouverts ou bien le support compact.

Exemples de partition de l'unité de l'axe réel

  • L'existence de partitions de l'unité continues ou même dérivables est assez intuitive. Il est facile d'en construire. On considère, par exemple, la fonction
r(x)=\begin{cases} \frac{\cos(\pi x) + 1}{2}, & -1 < x <1,\\
0, & x \leqslant  -1 \text{ ou } x \geqslant 1 \end{cases}

On vérifie aisément que la famille des fonctions f_i, i \in\Z définie par

f_i(x)= r(x-i) ~ constitue une partition de l'unité dérivable de \R~ subordonnée au recouvrement ouvert ]i - 1; i + 1[, i \in\Z.


  • Voici maintenant un exemple de construction d'une partition de l'unité indéfiniment dérivable.

On considère la fonction

r(x)=\begin{cases} \exp \left(- x^{-2} \right), & x > 0,\\
0, & x \leqslant 0 \end{cases}

Elle est indéfiniment dérivable sur \R. Par conséquent, la fonction s définie de la façon suivante

s(x) = r (x+1) \cdot r(1-x)

est elle aussi indéfiniment différentiable sur \R, strictement positive dans l'intervalle ]-1; 1[ et identiquement nulle en dehors. On considère alors la famille des fonctions f_i, i \in\Z définies par

f_i(x)= \frac{s(x-i)}{\sum_{k \in\Z} s(x-k)}.

On remarque que la définition est consistante : en effet, chaque point x, se trouve à l'intérieur d'au moins l'un des intervalles de la famille ]i - 1; i + 1[, i \in\Z (en fait chaque point se trouve à l'intérieur de deux intervalles, sauf les entiers qui ne se trouvent à l'intérieur que d'un seul intervalle). Et donc en chaque point x, l'un au moins des éléments de la somme est strictement positif. Donc le dénominateur n'est jamais nul.

On vérifie aussi aisément qu'en chaque point x

 \sum_{i \in \Z} f_i(x)=1.

La famille des  f_i, i \in\Z forme donc bien une partition de l'unité de l'axe réel, indéfiniment dérivable, et subordonnée au recouvrement ouvert ]i - 1; i + 1[, i \in\Z.

Applications

Les partitions de l'unité sont utilisées dans les questions d'intégration d'une fonction définie sur une variété[3]. On commence par démontrer la propriété voulue sur une fonction dont le support est contenu dans une seule carte locale de la variété, et ensuite grâce à une partition de l'unité qui recouvre la variété, on étend le résultat à la variété tout entière. On se reportera aussi avec intérêt à l'article de présentation du Théorème de Stokes.

Les partitions de l'unité sont également utilisées en analyse fonctionnelle, par exemple dans l'étude des espaces de Sobolev définis sur un ouvert de \R^n avec une frontière, pour montrer la densité des fonctions  C_c^\infty~ à support compact définies sur \R^n[4],[5].

Ils sont aussi parfois utilisés pour résoudre des problèmes d'équations aux dérivées partielles, par exemple pour construire dans un domaine un champ de vecteur solénoïdal dont la valeur à la frontière du domaine est fixée[6].

Notes et références

  1. N. Bourbaki, Éléments de mathématique. Livre III : Topologie générale, [détail des éditions], Chapitres 5 à 10, Springer-Verlag, 2007, IX.46, Th. 3
  2. L. Schwartz, Théorie des Distributions, Hermann, 1978, Ch.I, Th. II
  3. Y. Choquet-Bruhat, Géométrie différentielle et systèmes extérieurs, Dunod, 1968, II.B.8
  4. (en) R. Adams et J. Fournier, Sobolev Spaces, Academic press, 2003, 3.15
  5. Haïm Brezis, Analyse fonctionnelle : théorie et applications [détail des éditions], Masson, 1983, IX.2
  6. (en) O. Ladyzhenskaya, The Mathematical Theory of viscous incompressible Flow, Gordon and Breach Science Publishers, 1987, Ch.I, Sec.2, 2.1

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Partition de l'unité de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Partition d'un entier — Pour les articles homonymes, voir Partition.  En particulier en mathématiques, ne pas confondre avec la notion de partition de l unité ni celle de partition d un ensemble …   Wikipédia en Français

  • Partition (mathématiques) — Pour les articles homonymes, voir Partition.  En particulier en mathématiques, ne pas confondre avec la notion de partition d un entier, ni celle de partition de l unité. Une partition d un ensemble X est un ensemble P de sous ensembles non… …   Wikipédia en Français

  • Partition — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « partition », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Le mot « partition », dérivé du… …   Wikipédia en Français

  • Partition de Chypre — Partition de l’île de Chypre La rue Ledra à Nicosie, symbole des prémices d ouverture entre les deux parties de l île. Les drapeaux hissés représentent respectivement certaines des parties présentes dans le cadre de l hypothétique résolution du… …   Wikipédia en Français

  • Partition des Indes — Partition de l Inde (1947) La Partition des Indes (hindustani: हिंदुस्तान की त‌‌‌‍क़्सीम (devanagari), ہندوستان کی تقسیم (nastaʿlīq)) est le partage basé sur la démographie religieuse de l Empire colonial britannique des Indes en deux États… …   Wikipédia en Français

  • partition — [n] divider, division allotment, apportionment, barrier, detachment, disconnection, dissolution, distribution, disunion, dividing, hindrance, obstruction, parting, portion, rationing, rupture, screen, segregation, separation, severance, share,… …   New thesaurus

  • Partition of Belgium — The partition of Belgium, or the dissolution of the Belgian State through the separation of the Dutch speaking peoples of the Flanders region from the French speaking peoples of the Walloon Region, granting them either independence or respective… …   Wikipedia

  • partition — 1. partition [ partisjɔ̃ ] n. f. • particion « division, partage » 1170; lat. partitio « partage », de partiri → 2. partir I ♦ Vx Division. ♢ Mod. Blas. Division de l écu par des lignes droites. II ♦ (angl. partition) Anglic. 1 ♦ Partage (d un… …   Encyclopédie Universelle

  • Partition Magic — PartitionMagic PartitionMagic Développeur Symantec Dernière ve …   Wikipédia en Français

  • Partition (film) — Infobox Film name = Partition image size = caption = Movie poster for Partition director = Vic Sarin producer = Tina Pehme Kim Roberts writer = Patricia Finn Vic Sarin narrator = starring = Jimi Mistry Kristin Kreuk Neve Campbell Irfan Khan John… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.