Partis et mouvements politiques francais


Partis et mouvements politiques francais

Partis et mouvements politiques français

France
Flag of France.svg

Cet article fait partie de la série sur la
politique de la France,
sous-série sur la politique.

Pouvoir exécutif

Pouvoir législatif

Collectivités territoriales

Élections

Partis politiques

Divers

 v · d · m 

Portail politique - Portail national

Cette liste présente les partis et mouvements politiques existant actuellement en France. Cette liste est scindée en trois groupes, les partis parlementaires, les partis non parlementaires et les partis locaux et/ou « régionalistes ». La liste des partis politiques ayant disparu est indiquée sur cette page.

Sommaire

Partis parlementaires (législature 2007-2012)

Les partis parlementaires dits « nationaux » sont ceux présents sur l'ensemble du territoire français (à tout le moins sur l'ensemble du territoire métropolitain). Les partis parlementaires dits « régionaux » sont, en général, des partis d'outre-mer affiliés/associés ou non à une formation métropolitaine.

Partis parlementaires nationaux

Les partis parlementaires sont les partis ayant des élus à la représentation nationale (Assemblée Nationale et/ou au Sénat).

Partis de gauche

Parti dirigé par Marie-George Buffet (député de la Seine-Saint-Denis). Partagée entre 3 courants principaux :

    • « Refondateur » (dont Patrick Braouezec, député de Saint-Denis), représente autour de 20% du parti ;
    • « Orthodoxe » (André Gerin, député-maire de Vénissieux, Jean-Claude Danglot, ex-secrétaire fédéral du Pas de Calais), environ 20% du parti aussi ;
    • « Huiste » prônant une alliance avec le PS et le courant de la direction qui pousse à l'ouverture vers le mouvement social et les autres forces de gauche, majoritaire dans le parti.

Lors des élection législatives de 2007, le PCF est parvenu à faire élire 15 députés. À ceux-ci s'ajoutent un apparenté, Jean-Pierre Brard (Seine-Saint-Denis) de la CAP et un orthodoxe en rupture de ban, Maxime Gremetz (communiste dissident, élu de la Somme) : les 17 députés communistes et apparentés appartiennent au groupe de la Gauche démocrate et républicaine.

Le PCF a 22 sénateurs, membres du groupe CRC-SPG. Il compte aussi 2 eurodéputés membres du groupe Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique au Parlement européen (plus un député du parti communiste réunionnais, formellement indépendant du PCF).

Association politique fondé en 2008 par Robert Hue. Compte 1 sénateur.

Parti politique fondé en 1994 par des dissidents du PCF, du Parti socialiste. Compte actuellement 1 député (Jean-Pierre Brard), apparenté communiste et membre du groupe de la Gauche démocrate et républicaine. La survivance du mouvement du même nom, compte quelques élus et quelques fédérations maintenues après la scission d'une partie des militants qui ont rejoint l'AREV.

Dissidence du Parti socialiste, fondé le 12 novembre 2008 par Marc Dolez et Jean-Luc Mélenchon. Il compte 3 députés (Martine Billard, Jacques Desallangre et Marc Dolez) appartenant au groupe GDR et 2 sénateurs (François Autain et Marie-Agnès Labarre) membres du groupe CRC-SPG et 1 député européen (Jean-Luc Mélenchon) membre du groupe Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique au Parlement européen. En plus de l'association Pour la République Sociale (PRS) et des courants socialistes Forces Militantes et Trait d'union, il a aussi absorbé une partie du Mouvement Utopia. Le MARS-Gauche Républicaine (ex-chevènementistes), l'économiste ex-socialiste Jacques Généreux et le Mouvement de la gauche progressiste (ex-communistes de la Sarthe) ont également rejoint le PG.

Parti se revendiquant du républicanisme de gauche, ancien Mouvement des citoyens (MDC), scission du Parti socialiste fondée par Jean-Pierre Chevènement (sénateur du Territoire de Belfort) et Georges Sarre (ancien député de Paris et maire du XIe arrondissement), élargie en 2002 en un Pôle républicain, à l'occasion des élections présidentielle et législatives de 2002. Le MRC compte actuellement 1 député (Christian Hutin, Nord, gaulliste de gauche, ex-RPR), apparenté au groupe Socialiste, radical, citoyen et divers gauche et 1 sénateur (Chevènement), vice-président du groupe Rassemblement démocratique et social européen.

Principal parti de la gauche et principal parti de l'opposition à l'Assemblée nationale. Le PS est partagé entre :

Ce schéma traditionnel a cependant été profondément bouleversé par le Congrès de Reims, qui a instauré une nouvelle bipolarisation entre Ségolène Royal et ses partisans (29 % des voix pour la motion E et près de 50 % des voix pour Ségolène Royal à l'issue de l'élection du Premier secrétaire) et l'ensemble des autres tendances. Le clivage porte essentiellement sur l'ouverture des alliances électorales du PS au centre et sur la conception même de l'organisation du parti et de son mode de fonctionnement.

Au 1er janvier 2009, le PS compte 186 députés à l'Assemblée nationale, (membres du groupe Socialiste, radical, citoyen et divers gauche), ainsi que trois « dissidents » (René Dosière, Rogemont et Chambefort), apparentés au groupe Socialiste, radical, citoyen et divers gauche. À la même date, le PS compte également 102 sénateurs, membres du groupe socialiste du Sénat ainsi que 31 députés européens, membres du groupe Parti socialiste européen au Parlement européen.

Formation écologiste, partagée entre :

    • Une aile droite proche de la gauche parlementaire (elle comprend la tendance de Dominique Voynet l'OAI, ou encore Noël Mamère, la tendance RECV et la tendance UNIR.
    • Une aile plus proche de la gauche altermondialiste, voire de la gauche anticapitaliste, dite « radicale », avec la tendance ADEP.
    • Une aile purement « écologiste » (Yves Cochet, député de Paris, est de cette tendance), elle s'est divisée entre les différentes tendances mais plutôt UEUS.
    • Une aile « intermédiaire », avec la tendance de Cécile Duflot, EEA

Ils comptent 3 députés, membres du groupe de la Gauche démocrate et républicaine, 5 sénateurs, rattachés au groupe socialiste du Sénat et 8 députés européens siégeant au groupe Verts/ALE. Cécile Duflot est l'actuelle n°1 des Verts.

Partis de centre-gauche

Dissidence du Parti radical, divisé entre les partisans :

Jean-Michel Baylet était favorable à un rapprochement avec le Parti radical valoisien avant de se rétracter devant la réaction des militants.

Il compte 8 députés (parmi lesquels deux députés ultra-marins, cf. plus bas), apparentés au groupe Socialiste, radical, citoyen et divers gauche, et 10 sénateurs, membres du Rassemblement démocratique et social européen (RDSE).

Parti de centre-gauche, fondé en septembre 2007, par Jean-Marie Bockel, ancien partisan au sein du PS de la ligne « sociale-libérale » ou « blairiste ».

Il a rallié Nicolas Sarkozy qui en a fait son ministre de la Coopération. La Gauche moderne en tant que parti succède au club du même nom. Elle compte un sénateur parmi ses adhérents, Daniel Marsin, également adhérent du parti guadeloupéen GUSR.

Partis du centre

Formation démocrate fondée en juin 2007 par François Bayrou avec les membres de l'Union pour la démocratie française refusant de rallier la majorité présidentielle de Nicolas Sarkozy. Il regroupe des libéraux modérés, des démocrates-chrétiens et des radicaux (cf. le club Convergences fondé par Thierry Cornillet, ancien président du Parti radical valoisien, de 1997 à 1999, qui a quitté le MoDem pour revenir au Parti radical depuis). Lors des dernières élections législatives, en 2007, le MoDem est parvenu à faire élire 4 députés (Bayrou, Lassalle, Thierry Benoit et Abdoulatifou Aly), qui siègent en tant que non-inscrits. En 2008, Thierry Benoit a quitté le groupe pour rejoindre le Nouveau Centre. Au Sénat, le groupe Union centriste regroupe des sénateurs du MoDem (19) et du Nouveau Centre (9). Il a 7 membres dans le groupe du Parti démocrate européen et du groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe au Parlement européen.

Partis de centre-droit

Parti politique fondé par Jean Arthuis le 27 juin 2009. Possède un député (Thierry Benoit) et plusieurs sénateurs membres du groupe Union centriste.

Parti fondé par les membres de l'UDF refusant la stratégie d'indépendance de François Bayrou. Il s'est allié avec l'UMP pour les élections législatives de 2007 dans la majorité présidentielle. Des 29 députés de l'ex-UDF, 22 ont adhéré à la majorité présidentielle avant le second tour du 6 mai 2007 et 18 ont déclaré faire partie du Nouveau Centre. La présidence du Nouveau Centre est revenue à Hervé Morin, ancien président du groupe UDF de l'Assemblée nationale et nouveau ministre de la Défense. Le Nouveau Centre compte 21 députés, auxquels s'ajoutent le député de Drancy Jean-Christophe Lagarde, qui s'était présenté sans étiquette ; tous sont membres du groupe Nouveau Centre. Au Sénat, le groupe Union centriste regroupe des sénateurs du MoDem et du Nouveau Centre.

Partis de droite

Parti fondé par Jacques Chirac entre les deux tours de l'élection présidentielle française de 2002, issu du Rassemblement pour la République et d'autres sensibilités de droite. Membre du groupe Parti populaire européen au Parlement européen. Le secrétaire général de l'UMP est aujourd'hui Xavier Bertrand. Après le deuxième tour des législatives de 2007, 296 députés appartiennent à l'UMP seule (plus un dissident, M. Huet, candidat divers droite, en congé de l'UMP, victorieux de l'ancien ministre Philippe Bas, candidat officiel). À ceux-ci s'ajoutent les députés membres de partis associés à l'UMP :

Dit Parti radical valoisien, parti le plus ancien de France (fondé en 1901). Il s'est divisé dans les années 1970 entre son aile gauche qui alla fonder le MRG et son aile droite qui garda le contrôle du parti. Le ministre Jean-Louis Borloo est membre de ce parti.
Le Parti radical compte 19 députés (dont sept dans l'est de la France, six dans le Sud-Ouest et deux dans le Nord), membres du groupe UMP, et 6 sénateurs (groupe Rassemblement démocratique et social européen (1) et UMP (5))

D'inspiration catholique et sociale, il remplace le Forum des républicains sociaux fondé par Christine Boutin, ancienne ministre du logement.
Il compte actuellement trois députés, membres du groupe UMP : Jean-Frédéric Poisson, Jean-François Chossy et Dino Cinieri[1].

Parti libéral et conservateur. Le 8 avril 2000, Annick du Roscoät en est élue Présidente à l'unanimité des voix. Le CNI a deux députés à l'Assemblée nationale (membres du groupe UMP) et 1 sénateur.

Conservateur et souverainiste, parti de Charles Pasqua (sénateur). Rattaché à l'UMP.

Parti conservateur et souverainiste, relativement libéral sur le plan économique et eurosceptique. Fondé et dirigé par Philippe de Villiers.
Le MPF compte deux députés (non-inscrits), deux sénateurs et un député au Parlement européen. Membre fondateur du groupe eurosceptique Indépendance/Démocratie au Parlement européen.

Parti gaulliste et républicain fondé par Nicolas Dupont-Aignan pour marquer son opposition à l'UMP devenue selon lui un parti uniquement libéral et non gaulliste.
DLR compte 2 députés, Nicolas Dupont-Aignan (Essonne) et François-Xavier Villain (Nord), tous deux députés non-inscrits.

Partis parlementaires régionaux

Assemblée des Français de l'étranger

Partis concourant auprès des français de l'étranger et envoyant des membres au Sénat. Les sénateurs des trois "partis" français de l'étranger se répartissent dans les différents groupes et partis présents dans l'hexagone.

Partis non-parlementaires

On appelle partis « non-parlementaires » les partis n'ayant pas de représentants au niveau national. Ils peuvent avoir des représentants locaux et/ou européens.

Extrême gauche

Article détaillé : Extrême gauche en France.

Anarchistes

Notons le débat sur l'appartenance même de l'anarchisme à l'extrême gauche où à l'ultra-gauche.

Principales fédérations au niveau national

Les autres


Gauche anticapitaliste

Maoïstes

  • Organisation communiste marxiste-léniniste Voie prolétarienne (OCML VP) : issue indirectement de la Gauche prolétarienne et autres organisations marxistes-léninistes des années 1970. Affiliée à la Conférence internationale des partis et organisations marxistes-léninistes. Publie le mensuel Partisan.
  • Organisation Politique(OP) : mouvement fondé en 1985 par d' anciens militants maoïstes, pour certains venant de l'UCFML. Ayant tiré le bilan des échecs des différentes expériences communistes, se revendique "postléniniste" et "postmaoïste" tout en continuant à s'inspirer de la pensée de Marx, Lénine et Mao. Le philosophe et romancier Alain Badiou, le sociologue Sylvain Lazarus et l'écrivain et philosophe Natacha Michel, assurent son secrétariat.
  • Parti communiste de France (maoïste) (PCFM) : issu du PCOF via l'Organisation pour la reconstruction du parti communiste de France (ORPCF). Publie le journal " le drapeau rouge".
  • Parti communiste marxiste-léniniste-maoïste (PCMLM) : issu des Noyaux autonomes pour le communisme, fondé en 2002."Révolution" est l'organe officiel du parti.

Trotskistes

Formations politiques couramment présentes aux élections nationales
  • Union Communiste Internationaliste (UCI) (Trotskiste) dite Lutte ouvrière (LO) : fondée en 1946 par David Korner, alias Barta ; membre de l'UCI. Robert Barcia, alias Hardy, en est un dirigeant historique. Arlette Laguiller puis Nathalie Arthaud, ses porte-parole. Publie "Lutte Ouvrière".
  • Parti ouvrier indépendant (POI) : fondé en juin 2008, successeur du Parti des travailleurs (PT), lui-même fondé en 1991 (succède au Mouvement pour un parti des travailleurs), membre de Entente internationale des travailleurs et des peuples, rassemble une tendance socialiste, une tendance communiste, une tendance anarcho-syndicaliste et une tendance trotskiste qui est majoritaire (le Courant communiste internationaliste, membre de la SIQI). Ce mouvement est souvent qualifié de "lambertiste" en référence à son leader, récemment décédé, Pierre Boussel dit Lambert. Parmi ses secrétaires nationaux, figurent Daniel Gluckstein et Gérard Schivardi, candidats aux élections présidentielles de 2002 et 2007. Publie "Informations Ouvrières".
Autre formations trotskistes

Formations issues ou proches de partis politiques d'ampleur nationale

Formations proche du Nouveau parti anticapitaliste :

  • Marxistes unitaires[2] : association fondée par des militants issus de la LCR, du PCF et des collectifs antilibéraux. Participe au Nouveau Parti anticapitaliste initié par la LCR, souhaitant qu'il s'allie aux autres courants de la gauche antilibérale, tout en voulant y développer un courant se réclamant du marxisme révolutionnaire. Proche des idées du SWP britannique[3], entretient des liens informels avec certaines sections de l'IST (organisation internationale dont est membre le SWP). Édite un journal nommé "Anticapitaliste". A vu Socialisme International rejoindre ses rangs.
  • Gauche révolutionnaire (GR) : fondée en 2001, membre de la CWI. Leila Messaoudi, Alexandre Rouillard et Sylvain Bled sont parmi ses militants les plus actifs. Edite "L'Egalité". Ont intégré le Nouveau Parti Anticapitaliste lors de sa fondation en 2009.
  • Collectif Carré rouge : fondé en 1995 par d'anciens membres du PCI dont François Chesnais.
  • Groupe La Commune : fondé en 1992, dissidence du CCI, membre de l'UIT. Dirigé par Pedro Carrasquedo, publie "La Commune".
  • Unir : association fondée par des dirigeants du courant minoritaire de la LCR (autour de Christian Picquet), souhaitant une alliance électorale avec les partis de la gauche antilibérale, tout en voulant y développer un courant se réclamant du marxisme révolutionnaire[réf. nécessaire]. Suite à la création du NPA, ce courant est dissous en mars 2009 après une scission :

Formations proches du Parti communiste français :


Autres mouvements :

  • Ligue trotskiste de France (LTF) : fondée en 1975, membre de l'ICL. Publie Le Bolchevik.
  • Groupe bolchevik (GB) : fondé en 2001, édite Révolution Socialiste, membre du CCITP. Dirigé par Marie-Laure Herblot.
  • Combattre pour le socialisme - Comité pour la construction du Parti ouvrier révolutionnaire : fondé en 1997. Edite Combattre Pour le Socialisme. Dirigé par Hélène Bertrand et Serge Goudard.
  • Groupe pour la construction du Parti Ouvrier Révolutionnaire : fondé en 2007, il publie Combattre Pour le Socialisme et Olivier Lestang est un de ses dirigeants.
  • Groupe socialiste internationaliste (GSI) : fondé en 1992, dissidence du groupe La Commune, membre de la LIT. Dirigé par Antonio Gusmann, publie "L'Internationaliste".
  • Pour le socialisme (PLS) : fondé en 1999. Issu de l'éclatement du Comité pour le POR et l'IOR, animé notamment par Pierre Salvaing jusqu'en 2005 et publiant la revue du même nom.
  • Parti communiste révolutionnaire (Trotskyste) (PCR-T-) : fondé en 1962, dissidence du PCI, membre du PFI - "posadiste" du nom de leur leader sud-américain Juan Posadas qui affirmait l'existence des extraterrestres et combinait trotskisme et ufologie. Publie Lutte Communiste.
  • Groupe Liaisons : fondé en 2001 par Vincent Presumey.
  • Fraction Publique - Combattre pour le socialisme : fondé en 2003. Depuis 2006, la Fraction Publique CPS s'est transformée en Comité communiste internationaliste-trotskyste (CCI-T). Dirigé par Jean Ribes. Publie Combattre pour en finir avec le capitalisme.
  • Groupe communiste révolutionnaire internationaliste (CRI) : fondé en 2003, dissidence du PT. Publie Cri des travailleurs. Dirigé par Ludovic Wolfgang. Ont intégré le Nouveau Parti Anticapitaliste lors de sa fondation en 2009.
  • L'Étincelle : ex-fraction de LO. Exclue en 2008. Son dirigeant principal est Jacques Morand, un des leaders historiques de Lutte Ouvrière. Son organe est « Convergences révolutionnaires ». Participe en tant qu'observateur au Nouveau Parti anticapitaliste.
  • Alternative révolutionnaire socialiste - Combat (ARS-COMBAT) : fondé en 2006, publie le journal Combat.
  • Arme révolutionnaire marxiste - Combat (ARM-COMBAT) : dissidence de L'ARS fondée en 2008, dont l'organe s'appelle aussi Combat.
  • Groupe trotskyste pour la reconstruction de la IVème Internationale (GTRQI) : une des nombreuses dissidences lambertistes. Fondé en 1986 et dirigé par Omar Fernandez. Publie le journal Toute la Vérité.
  • La Voix des Travailleurs (VT) : groupe formé en 2008 par un dissident de la minorité de Lutte ouvrière, Robert Paris.

Autres formations de la gauche communiste

  • Échanges et mouvement : fondé en 1975, publie la revue "Echanges". Henri Simon et Ngô Văn (décédé en 2005) en sont deux figures historiques.
  • Mouvement communiste (MC) : fondé en 1988, se réclame des expériences opéraïstes italiennes. Publie la revue du même nom.
  • Démocratie communiste (DC) : se réclame des idées de Rosa Luxemburg et vise l'abolition du capitalisme et l'avènement du communisme-socialisme.
  • Parti communiste international (PCI) : publie ""Programme communiste" et se réclame comme ses nombreuses scissions de la gauche communiste italienne d'Amadeo Bordiga. Fondé en 1962.
  • Parti Communiste International (PCI) : publie "La Gauche Communiste". Fondé en 1982.
  • Courant communiste international (CCI) : fondé en 1975, se réclame de la gauche communiste germano-hollandaise et publie "Révolution Internationale".
  • Perspective Internationaliste (PI) : anciennement Fraction Externe du Courant Communiste Internationaliste". Dissidence du CCI en 1986, il publie "Perspective Internationaliste".
  • Fraction Interne du Courant Communiste International (FI-CCI) : Dissidence du CCI en 2001, publie "Bulletin Communiste".
  • Robin Goodfellow : fondé en 1994 par des membres de Communisme et Civilisation.
  • Bureau International pour le Parti Révolutionnaire (BIPR) : fondé en 1979, publie "Bilan et Perspectives".
  • Théorie Communiste (TC) : groupe fondé en 1975 publiant la revue du même nom.
  • Groupe Communiste Mondial (GCM) : fondé en 1966, il publie "Le Programme de la Révolution Communiste".

Gauche

  • Rassemblement citoyen (RC) : mouvement fondé en 2002 par Gérard Caudron, ex-député européen du PS.Essentiellement implanté dans le Nord, Il revendique plus de 700 adhérents et compte dans ses rangs plusieurs dizaines de conseillers municipaux et le maire de Villeneuve d'Ascq. Son actuel président est un fidèle de Gérard Caudron: Sylvain Estager.
  • Nouvelle France[4] : fondé en 2008 par Karim Zéribi, ancien chevènementiste et actuel Président de la Régie des Transports Marseillais. Continuation de la Nouvelle Gauche, il se réclame des valeurs de la gauche social-démocrate, républicaine et laïque. Son leader est aussi conseiller municipal et communautaire. Le parti est à l'heure actuelle surtout implanté en PACA et Rhône-Alpes et se définit comme un club de réflexion politique.
  • République et Socialisme  : Dissidents du MRC ayant participé au Front de Gauche et se constituant en force politique autonome en Juin 2009. Lucien Jallamion est un de ses secrétaires nationaux.
  • Parti Libertin (PL) : fondé en 2009, son président est Benoit Prieur, son trésorier Jean-Marc Legrand et son secrétaire général Jacques Borie..[5]

« Gauche alternative »

Partis politiques "déclarés" :

  • Les Alternatifs : Fondé en 1998 à partir notamment de l'Alternative rouge et verte (AREV), formée en 1988 par les comités soutenant le communiste rénovateur Pierre Juquin à l'élection présidentielle de 1988 et par d'anciens membres du PSU. Les actuels portes-parole sont Jean-Jacques Boislaroussie et Rachel Lafontaine.
  • Union sociale démocratique (USD) : parti fondé en 2004 pour soutenir le non au référendum sur le TCE, active surtout en Midi-Pyrénées et en Lozère.
  • Gauche Altermondialiste et Ecologique (GAE) : Parti fondé en 2007 dans le Doubs par d'anciens membres des Alternatifs. Présent dans le Nord-Est de la France, il participe à la tentative de regroupement des forces antilibérales au sein de la Fédération. Son porte-parole est Martine Bultot ancienne responsable du PSU. Il compte deux conseillers municipaux à la mairie de Besançon dont un adjoint au maire.

Autres formations "alternatives" à vocation politique :

  • Fédération pour une alternative sociale et écologique (dite La Fédération) : Rassemblement né en décembre 2008 et visant à regrouper toute la gauche alternative. Les Alternatifs, l'ADS, l'ANPAG, le MAI, le PAG, les Communistes unitaires sont parmi les premiers mouvements signataires. A côté d'eux, on trouve des militants du CNCUAL (Yves Salesse, Clémentine Autain), de l'Alternative Citoyenne (Claire Villiers),de l'USD, du MPEP, du Parti Humaniste. La Fédération permet la double appartenance, ce qui permet à des militants de formations non membres de la rejoindre comme : les communistes unitaires de l'ACU (Patrick Braouzec par exemple) membres du PCF ou les Verts d'Alter Ekolo (Fancine Bavay) et d'Ecologie Solidaire (Martine Billard).
  • Solidarité, écologie, gauche alternative (SEGA) : Fondée en 1993. N'est pas un parti politique mais une association rassemblant, dans le cadre des élections, les Alternatifs et d'autres militants de cette mouvance.
  • Association pour de Nouvelles Perspectives à Gauche (ANPAG) : Association fondée en 1988 à Caen et dirigée par Etienne Adam et Sébastien Saez.
  • Alternative Citoyenne, CCAG et l'Appel pour des candidatures unitaires 2007-2008 : ces collectifs et associations regroupent des militants de gauche issus du mouvement social (Agir contre le Chômage, APEIS, Attac), des membres de tendances minoritaires du PCF et des Verts, des Alternatifs et des personnes sans appartenance politique, mais de sensibilité altermondialiste. Elle compte quelques élus régionaux en Île-de-France. Ils sont souvent alliés avec le PCF. Claire Villiers en est la personnalité la plus connue.
  • Mouvement politique d'éducation populaire (MPEP) : fondé en 2008 et dirigé par Jacques Nikonoff, Michèle Dessene et Gérard Lalot.
  • MAI : mouvement issu des collectifs anti-libéraux en 2007 et dirigé par Joseph Rabie. Ecologiste et altermondialiste.
  • Motivé-e-s : mouvement de gauche alternative fondé en 2001 à Toulouse autour des musiciens du groupe Zebda (Magyd Cherfi, Salah Amokrane...) A compté plusieurs conseillers municipaux. D'autres groupes se sont formés par la suite en Normandie, PACA, Alsace et Ile-de-France par exemple.

« Marxistes-léninistes » non-maoïstes

Mouvements issus ou dissidents du Parti communiste français :

  • Communistes : issu de l'« Appel des 500 » (groupe oppositionnel du PCF), fondé en 2000 par l'ex-sénatrice Rolande Perlican.
  • Union des révolutionnaires-communistes de France (URCF) : issu de la Coordination communiste (groupe oppositionnel du PCF), fondé en 2004. Participe au Comité National pour l'Unification du Communisme en France (CNU-MCF)
  • Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF) : mouvement dissident du PCF, fondé en 2004.
  • Rouges Vifs (RV) : groupes locaux en PACA, Aquitaine, Ile de France notamment. La plupart des militants et cadres sont des dissidents du PCF. Leur leader le plus connu est Charles Hoareau à Marseille où il a des responsabilités à la CGT et dans les comités chômeurs. "Rouge Midi" est l'organe du groupe du Sud-Est de la France.
  • Collectif Communiste Polex (CCP) : communistes "orthodoxes" regroupés autour de Jean-Pierre Page. Proche des Rouges Vifs et du réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" animé par André Gerin.

Autres mouvements :

  • Parti communiste des ouvriers de France (PCOF) : fondé en 1979 autour de la section strasbourgeoise du Parti communiste marxiste-léniniste de France (PCMLF) : membre de la Conférence internationale des partis et organisations marxistes-léninistes, autrefois lié au Parti du travail d'Albanie. Dirigé par Alfred Zimmer , il publie "La Forge".
  • Rassemblement d'organisation communistes marxistes-léninistes (ROC ML) : fondé en 2009, participe au Comité National pour l'Unification du Communisme en France (CNU-MCF).
  • Coordination communiste 59-62 : groupes du Nord et du Pas-de-Calais de la Coordination communiste ayant scissionné en 2000. Son organe est "Chantiers".

Écologie politique (hors des Verts)

Partis généralement proches du centre-droit ou de la droite

Autres partis indépendants

  • La France en Action (FEA) : parti fondé en 2004 par Jean-Marc Governatori.
  • Confédération des écologistes indépendants - Mouvement souverainiste et régionaliste[6] (CEI-MSR) : fondé en 1995, souverainiste et régionaliste[réf. nécessaire]. Dirigé par François Degans.
  • Rézo Ecolo Libertaire (REL): Fondé en 2001 par Stéphane Lavignotte et Christian Sunt, se réclame de l'écologie, du distributisme et des idées libertaires.
  • Renouveau Ecologique-Défense Animale (RE) : Mouvement présentant des candidats aux differentes élections, notamment en région PACA et présidé par une ancienne membre de Génération Ecologie, Sébastiana Campione.
  • Mouvement des Objecteurs de Croissance (MOC): Altermondialiste et autogestionnaire.
  • Parti pour la décroissance : écologiste et altermondialiste. Fondé en 2006 et dirigé par Julien Gonzalez.
  • Résistances : Parti créé en 2009 par Daniel Richard ( ex-PDG des 3 Suisses puis de Séphora) et Victor-Hugo Espinosa, élu écologiste en PACA. Présent aus élections européennes.

Centre

  • Alternative libérale (AL) : fondée le 1er mars 2006 pour promouvoir le libéralisme, politique, économique et social. Dirigée par Sabine Herold.
  • Parti libéral démocrate (France) (PLD) : fondé en avril 2008, scission du précédent. Dirigé par Aurélien Véron.
  • Parti fédéraliste (PF) : créé en 1995 pour promouvoir le fédéralisme en France et en Europe. Dirigé par Michel Le Tallec.
  • Initiative européenne et sociale (IES) : Mouvement social-libéral et européen fondé en 2006 et dirigé par Marc d'Héré.
  • Aujourd'hui, Autrement (AA) : parti politique français fondé en 2004 par Jean-Luc Romero et Philippe Lohéac. Dirigé par Jonathan Denis.
  • Avenir démocrate (ACDE) : fondé en 2007, comptait trois députés européens jusqu'à 2009 dont son président Jean-Marie Cavada.
  • Les Progressistes : fondé en 2007 par Eric Besson dissident du PS et actuellement ministre du gouvernement Fillon.
  • Parti de l'Union Radicale - Centre Gauche (PUR) : scission francilienne du PRG, fondé en 2002 et dirigé par l'avocate Brigitte Kadri et Omar Mahi. Se révendique républicain, laïque et combat les discriminations.
  • Évolution Sociale Démocrate (France) (ESD) : fondé le 10 Mai 2007. 1er parti Evolutionniste. Dirigé par Gilles Ragnaud.

Droite

  • Mouvement libéral et modéré (MLM) : parti fondé en 1989 et présidé par Philippe Adnot sénateur de l'Aube depuis 1989 et président du conseil général depuis 1990.
  • Rassemblement pour l'indépendance et la souveraineté de la France (RIF) : mouvement créé en 2003 par Jean-Paul Bled et Alain Bournazel. Compte un ancien député européen : Paul-Marie Coûteaux. Gaullistes et souverainistes y cohabitent.
  • Rassemblement des contribuables français (RCF) : Parti fondé en 1999 par l'homme d'affaires Nicolas Miguet. A appelé à voter Nicolas Sarkozy au second tour de la présidentielle.
  • Union de la droite républicaine (UDR) : mouvement crée en 2003 et dirigé par Alain Persia, ancien membre du RPF de Charles Pasqua et qui se réclame du souverainisme, du gaullisme et de l'écologie. Présent aux élections régionales, municipales et législatives en PACA et particulièrement dans les Bouches-du-Rhône.
  • Chasse, pêche, nature et traditions (CPNT) : fondé en 1989, ruraliste, agrarien, a des élus au niveau local (notamment des maires de petites communes). Présidé par Frédéric Nihous.
  • Parti Républicain Chrétien (PRC): fondé en 2006, présidé par Patrick Giovannoni.

Gaullisme

  • Action pour le renouveau du gaullisme et de ses objectifs sociaux (ARGOS) : organisation gaulliste de gauche, fondée par Jean Charbonnel en 1998 et continuation de la CCR (Convention Cinquième République). A soutenu Nicolas Sarkozy lors de la dernière présidentielle.
  • Union gaulliste pour une France républicaine (UGFR) : fondée en 2003, gaulliste de gauche, autrefois membre du Pôle républicain. En décembre 2004, l'UGFR annonce son rapprochement avec ARGOS (Jean Charbonnel) et le lancement d'un site commun. Dirigée par Jérôme Baloge.
  • Union du peuple français (UPF) : confédération gaulliste et républicaine visant « l'union du peuple français au-delà des clivages politiques », fondée en 2007. Regroupe Initiative Gaulliste, Mouvement Démocrate Français, Union Gaulliste, Rassemblement pour la France et à titre individuel des adhérents du RIF, de DLR et de France Bonapartiste. Co-dirigée par Nicolas Stoquer, Étienne Patier et Henry Afonso.
  • Initiative gaulliste (IG) : fondée en 1997, proche d'ARGOS, composante de l'UPF. Dirigée par Etienne Patier.
  • Mouvement démocrate français (MDF) : mouvement gaulliste fondé en 1978, a soutenu Jean-Pierre Chevènement en 2002, et la candidature de Nicolas Dupont-Aignan en 2007. Dirigé par Henry Fouquereau.
  • Club Nouveau Siècle (CNS), rassemble les gaullistes de gauche soutenant l'UMP, perpétue le Mouvement Solidarité Participation (fondé en 1982, avatar résiduel de la mouvance gaulliste de gauche), autrefois associé au RPR. Bernard Reygrobellet est son président.
  • Union populaire républicaine (UPR) : souverainiste, fondé en 2007 par François Asselineau, ancien responsable du RPF de Charles Pasqua.
  • Rassemblement pour la France(RPF). Créé et présidé depuis 1992 par Nicolas Stocquer. Mis en sommeil lorsque l'appellation RPF sera reprise par Charles Pasqua. Ce mouvement gaulliste et souverainiste est à nouveau actif ; le RPF fait partie depuis sa création en 2007 de la Confédération UPF (Union du peuple français). Novembre 2008, Joël Rigolat devient Secrétaire Général
  • Union Gaulliste (UG): Mouvement fondé en 2002 et dirigé par Henry Afonso.
  • Nouvelle union démocratique du travail (NUDT) : Fondée en 1978, elle se réclame de la lignée de Jacques Debu-Bridel, René Capitant et Louis Vallon. Gaulliste de gauche, elle est présidée par Béatrice De Coster-Mallet et son secrétaire général est Pierre Stouvenel, plusieurs fois candidat à la mairie d'Orly sur les listes du PCF.
  • Jeune France-Cercle Jeune France (JF) : fondé en 2002 et présidé par Raphaël Dargent.

Bonapartisme

  • France Bonapartiste (FB) : ce parti présente peu de candidats aux élections nationales. Aux municipales de 2008, le parti récolte 2 élus (maires adjoints). Dirigé par Christian Hanry et David Saforcada.
  • Comité central bonapartiste (CCB) : il fut actif en Corse et principalement à Ajaccio, où il appartenait à l'opposition municipale, après avoir longtemps gouverné la ville. Reconstitué en 2003.

Extrême droite

Article détaillé : Extrême droite française.

Principaux partis nationaux :

Autres partis :

  • Bloc identitaire (BI) : fondé en 2003, suite à la dissolution d'Unité radicale. Groupe de la mouvance identitaire. Dirigé par Fabrice Robert et Guillaume Luyt.
  • Égalité et Réconciliation (E&R) : mouvement fondé en 2007 et visant à promouvoir les idées de « la gauche du travail et de la droite des valeurs ». Dirigé par Alain Soral et Marc George, a rompu avec le FN (dont ses deux leaders étaient membres du comité central).
  • Parti populiste (PP) : fondé en 2005 par d'anciens cadres du MNR ; favorable à l'Union Patriotique proposée par Jean-Marie Le Pen. Dirigé par Christian Perez et Franck Timmermans.
  • Révolution Bleue (RB) : mouvement conservateur et libéral, fondé en 2005 par Claude Reichman (ancien vice-président de la Droite libérale-chrétienne de Charles Millon) avec le soutien de personnalités proches de l'extrême droite, telles Olivier Pichon ou Michel de Poncins.
  • Parti national radical (PNR) : fondé en 2001 par un dissident du Front national, Maurice Martinet.
  • Œuvre française (OF) : fondé en 1964 par Pierre Sidos ; soutient le Front national.
  • Renouveau français (RF) : fondé en 2005 par des dissidents du FNJ, d'inspiration nationale-catholique. Favorable à l'Union Patriotique proposée par Jean-Marie Le Pen. Ses principaux responsables sont Thibaut de Chassey, Jean-Bastien Loiseau, Louis Lefranc et Sylvain Maubranches.
  • Droit de chasse (DDC) : parti rural issu d'une scission avec CPNT en 2001. Ses fondateurs étaient Hubert Fayard (bras droit de Bruno Mégret à la mairie de Vitrolles) et Franck Vidal. En sommeil depuis plusieurs années.
  • Ligue nationaliste (LN) : fondée en 1984 et toujours présidée par Guy Guerrin. Présente en Normandie.
  • Nouvelle droite populaire (NDP) : groupe créé en juin 2008 par des dissidents du FN, du MNR et d'Alsace d'abord. Présidé par Robert Spieler.
  • Nouvelle droite républicaine (NDR) : groupe créé en octobre 2008, scission du précédent. Jean-François Touzé en est le président.
  • Maison de la Vie et des Libertés (MVL) : fondée en 2009 par le député européen dissident du FN, Jean-Claude Martinez qui se revendique « alternationaliste » et proche des idées d'Hugo Chavez.[réf. nécessaire]
  • Front régionaliste (FR) : fondé en 2008 par des dissidents du FN en région PACA (Guy Macary, Ronald Perdomo, Philippe de Beauregard et Michelle Carayon).
  • Convergences nationales (CN) : fondé en 2007 et présidé par Nicolas Bay. Regroupe des dissidents ou exclus du MNR favorables à un rapprochement avec le FN.
  • Terre et Peuple (T&P) : fondé en 1995 par Pierre Vial. Mouvance identitaire et néo-païenne.
  • Mouvement des damnés de l'impérialisme (MDI) : fondé en 2008 par Kémi Seba (de son vrai nom Stellio Capo Chichi[7]). Se revendique de l'antisionisme et de l'ethno-différencialisme.
  • Gauche nationale (GN) : mouvement fondé en 2006 par Kavan Herbin et des dissidents des jeunesses bonapartistes.
  • Parti solidaire français (PSF) : mouvement nationaliste, anticapitaliste, anticommuniste et antisioniste dirigé par Thomas Werlet qui l'a fondé en 2009. Proche du MDI de Kémi Séba et de nombreuses associations « alternationalistes » et antimondialistes.
  • Mouvement du pays libre (MPL) : créé en 2007 par l'ancien dirigeant frontiste Bernard Antony. Mouvance catholique traditionaliste.
  • Parti nationaliste français (PNF) : fondé en 1983 par d'anciens de la Waffen-SS et de la Division Charlemagne. Jean Castrillo et Henri Simon étaient ses derniers responsables connus.
  • Centre national des indépendants et patriotes - Parti républicain national et social (CNIP-PRNS) : fondé en 2001 et présidé par Alexandre de Juziers depuis 2007.
  • Voix des Français - Renaissance 95 (VDF) : fondé en 1993 et dirigé par Henry de Lesquen.
  • Parti français chrétiens (PFC) : fondé en 1984 par Pierre Grandemange et actuellement dirigé par l'écrivain Henri de Fersan. Prône la création d'un état indépendant appelé "Tradiland" où se rassembleraient catholiques de tradition et toute personne de sensibilité identitaire française.
  • Force française (FF) : nationaliste et anti-républicain. Fondé et dirigé par l'ancien frontiste puis MNR, Jean-Louis Omer.
  • Génération FA8 (GFA8) : mouvement fondé en 2008 et présidé par Franck Abed, ancien responsable de Réconciliation nationale, une dissidence sur son extrême droite de la mouvance bonapartiste.
  • Réseau France nationaliste - Front nationaliste (RFN) : fondé en 2007 et dirigé par un ancien cadre de l'Œuvre française, Thierry Maillard. Proche du FN, il a participé à l'Union Patriotique.
  • Parti communautaire national-européen (PCN) : fondé en 1984 en Belgique, relancé en 1993 en France[réf. nécessaire]. Se revendique de l'idéologie du national-bolchévisme.

Monarchisme

  • Action française (AF-CRAF) : formation royaliste fondée en 1899 par Charles Maurras. Il s'agit plus d'un mouvement politique que d'un parti à part entière, car l'AF refuse de participer au jeu démocratique. Proche des idées souverainisme. Dirigé par Olivier Perceval et Stéphane Blanchonnet.
  • Alliance royale (AR) : créé en 2001, dirigé par Yves-Marie Adeline, conservateur et royaliste. Vise à rassembler électoralement tous les royalistes.
  • Rassemblement démocrate (RD) : mouvement regroupant diverses tendances modérées et démocrates de la mouvance royaliste, parmi lesquels le Mouvement royaliste populaire. Fondé en 2004 et dirigé par Philippe Cartellier et Jean-Marie Wante.
  • Nouvelle Action royaliste (NAR) : scission de l'Action française fondée en 1971 par Bertrand Renouvin, candidat à l'élection présidentielle de 1974, mouvement royaliste proche de la gauche (soutien à François Mitterrand en 1981 et 1988, à Jean-Pierre Chevènement en 2002, membre du Pôle républicain jusqu'en 2002). Organisation culturelle et de débats, plus que parti politique.
  • Restauration nationale (RN) : scission de l'Action Française (AF-CRAF) en 1993. De tendance nationale-catholique. Dirigée par Bernard Pascaud et Hilaire De Crémiers.

Partis et rassemblements divers


  • Europe Démocratie Espéranto (EDE) : mouvement européen visant à la défense et la promotion de l'espéranto. Fondé en 2003, son président est Guillaume Roussel et Christian Garino un de ses leaders les plus connus. A présenté des listes aux élections européennes de 2004 et participera à celles de 2009.
  • Europe - Liberté (E-L) : Groupe de réflexion politique fondé en 2007, son président est Jérémy Bizet, son président d'honneur Christian Garino. Ce dernier fut tête de liste aux élections européennes de 2009 en alliance avec le mouvement Europe Démocratie Espéranto.
  • Euro-Palestine/Collectif des Appels pour une Paix Juste au Proche-Orient (CAPJPO-EP) : mouvement fondé en 2002 par Olivia Zémor et défendant la cause palestinienne. Présente des candidats à certaines élections. A réalisé près de 2% aux européennes de 2004 en Ile de France.
  • France - Ecologie (F-E) : fondé en 2004, sa présidente est Isabelle Jacono, son vice président est Dominique Julien-Labruyere, Fondateur du Parc Naturel Régional de la Haute vallée de Chevreuse.
  • Parti Anti Sioniste (PAS) : Fondé en 2009 et présidé par Yahia Gouasmi dans le but de combattre le sionisme. Allié à Egalité et Réconciliation, au Parti solidaire français et à l'humoriste Dieudonné dans le cadre des élections européennes de 2009 (1,3% des voix en Ile-de-France).
  • Parti Blanc (PB) : parti favorable à la reconnaissance du vote blanc. Fondé en 1997 et présidé actuellement par Mehdi Guiraud.
  • Parti humaniste (PH). Fondé en 1984 en France où son leader est Alain Ducq. Branche politique du Mouvement Humaniste, il apparaissait sur la liste des sectes recensées par le rapport d'enquête parlementaire de 1996, mais retiré du second rapport parlementaire de 1997.
  • Parti des musulmans de France (PMF). Fondé en 1997 à Strasbourg et présidé par Mohamed Ennacer Latrèche.
  • Parti Pied Noir (PPN) : Fondé en 1999 et surtout actif dans le Sud du pays, il est présidé par Christian Schembré et entend défendre les intérêts des rapatriés d'Afrique du Nord.
  • Parti pirate [8][9] : parti fondé en 2006 lors des débats autour de la loi DADVSI, toujours actif en 2009.
  • Parti du plaisir (PP) : fondé en 2001 par la stripteaseuse Cindy Lee, de son vrai nom Isabelle Laeng, il se revendique premier parti hédoniste de France.
  • Parti républicain chrétien (PRC) : fondé le 23 février 2005 par Patrick Giovannoni - ex-pilote de chasse, et ingénieur en sciences politiques - cette nouvelle formation politique veut proposer une alternative chrétienne aux citoyens français.
  • Politique de Vie (PV) : fondé en 1994 par le sociologue et psychothérapeute Christian Cotten. Vise à provoquer et accompagner les changements (spirituels, culturels, politiques, économiques et sociaux) nécessaires au respect et au développement de la vie de la planète et ses habitants. Ce parti et son responsable sont parfois désignés par leurs détracteurs, comme proches de la mouvance sectaire. Ce que dément Christian Cotten en dénonçant la collusion des milieux politique et judiciaire et la corruption d'une certaine élite politique. A participé aux élections européennes de 1994, 1999 et annonce sa présence à celles de 2009 sur la liste du Parti Anti sioniste menée par Dieudonné.
  • Rassemblement des Citoyens pour la République (RCR) : fondé en 2007 et continuation de Plateforme 2007 qui présenta des candidats aux législatives. Son président est François Bunner, ancien membre du Pôle Républicain de Jean-Pierre Chevenement puis de Vive La République de François Morvan. Participe à un rassemblement de républicains de tous bords (l'Arc Républicain) avec des gaullistes de gauche, le Comité Valmy et les communistes « orthodoxes » du PRCF.
  • Rassemblement pour l'Initiative Citoyenne (RIC) : fondé et dirigé par Yvan Bachaud, a présenté plusieurs dizaines de candidats aux élections législatives de 2007. Favorable au référendum d'initiative citoyenne.
  • Rassemblement Social Démocrate (RSD) : fondé en 2007 par Rachid Nekkaz, il est la continuation du Parti Rachid Nekkaz et d'Allez France. A présenté 58 candidats aux élections législatives et a participé aux municipales dans un certaines villes dont Orly, Denain et Bron.
  • Solidarité et Progrès (S&P) : fondé en 1996 et continuation du POE (Parti Ouvrier Européen). Il a soutenu la candidature de son président Jacques Cheminade à la présidence de la république en 1995 (0,28% des suffrages exprimés). Ce parti se réclame des idées de Lyndon LaRouche et présente des caractéristiques "sectaires" selon l'ADFI.
  • Union française pour la cohésion nationale (UFCN): mouvement crée en 2003 par Mustapha Lounes et Zinedine Sammari. Il est la continuation de Génération Républicaine créé en 1992. Présente des candidats aux élections européennes, municipales, législatives et sénatoriales.
  • Valeurs et actions républicaines (VAR) : Parti souverainiste se plaçant au-delà des clivages droite/gauche et opposé à la construction européenne actuelle et ses institutions. Fondé en 2005 et présidé par Jöel Halpern, il est principalement actif dans le Sud-Est de la France et le Var. A collectivement adhéré au Comité Valmy.
  • Parti Anarchiste Révolutionnaire (PAR) : Fondé en 2007 et dirigé par Michel Thooris , policier et ancien membre du MPF où il était conseiller de Philippe De Villiers pour les problèmes de sécurité.[réf. nécessaire]

Les partis locaux / régionalistes / autonomistes / indépendantistes

Liste des partis politiques locaux (représentations locales des tendances nationales, parfois ces partis sont affiliés/associés à des formations métropolitaines, d'autres fois, il s'agit de scission de la fédération locale : c'est le cas dans les DOM-TOM) et régionalistes, au sens le plus vague du terme (soit l'étiquette utilisée par la presse et les institutions en charge des élections, pour caractériser les partis ou candidats indépendantistes, autonomistes, régionalistes proprement dits).

Article détaillé : Régionalisme (politique).

La Fédération régions & peuples solidaires

L’une des tentatives les plus achevées de regroupement des forces « régionalistes » métropolitaines. Fondée en 1995, cette fédération regroupe les formations suivantes :


Le Rassemblement du peuple franc-comtois la Ligue savoisienne et Fer's Elsass en ont fait partis.

Auvergne

  • Anaram Au Patac : Section auvergnate d'Anaram Au Patac (gauche révolutionnaire régionaliste) d'abord nommée Mouvement Occitaniste Auvergnat. Fondée en mai 2008.

Alsace

Bourgogne

  • Mouvement de libération de la Bourgogne : Parti indépendantiste crée en 2006.
  • Porti Burgundiau : Parti politique indépendantiste formé après une scission avec le MLB.

Bretagne

Catalogne du Nord/Roussillon

Corse

Flandre-Artois-Hainaut

  • L'Alliance régionale Flandre-Artois-Hainaut : Mouvement régionaliste fondé en 2003, réclamant une région Pays-Bas français. Son président est Régis De Mol.

Franche-Comté

  • Mouvement Franche-Comté (MFC) : Fondé en 2006 et présidé par Jean-Philippe Allenbach, ancien responsable du Parti Fédéraliste. De sensibilité droite/centre-droit.

Guadeloupe

Se réfère à l'article : Politique de la Guadeloupe. (Outre les fédérations UMP et PS locales)

  • Mouvement National Démocrate Pointois (MNDP)  : Mouvement d'union nationaliste démocrate constitué en décembre 2007.
  • Rassemblement Pour la Guadeloupe Française et Caribéenne (RPGFC) : Parti guadeloupéen de droite.
  • Renouveau Socialiste : Fondé en 2003, par Daniel Marsin, sénateur Rassemblement démocratique et social européen.
  • Guadeloupe unie, socialisme et réalités (GUSR) : Parti social-démocrate local issu de la fédération guadeloupéenne du Parti socialiste français et à présent proche de Gauche Moderne de Jean-Marie Bockel.
  • Parti progressiste démocratique guadeloupéen (PPDG) : Constitué en 1991 par des militants du Parti communiste guadeloupéen à la suite de la disparition de l'URSS.
  • Parti communiste guadeloupéen : Fondé en 1944, comme section du PCF, indépendante depuis 1958.
  • Mouvman Gwadloupéyen : Parti indépendantiste de gauche, fondé en juin 1997, succède à l'Union Populaire pour la Libération de la Guadeloupe, fondé en 1978.
  • Konvwa pou Liberasyon Nasyonal Gwadloup/Convoi pour la Libération Nationale de la Guadeloupe : Fondé en 1997 par Luc Reinette.
  • Combat Ouvrier (CO) : Groupe trotskyste membre de l'UCI comme Lutte Ouvrière et fondé en 1971 en Guadeloupe.

Guyane française

Martinique

Résumé de l'article : Politique de la Martinique.

  • Partis assimilationnistes
    • Osons oser(OO) : Fondé en 2000 par Pierre Petit, de centre-droite. Compte un conseiller général et un maire.
    • Forces martiniquaises de progrès (FMP) : Parti libéral, fondé en 1998 et dirigé par André Lesueur et Miguel Laventure. Compte 3 conseillers généraux, 4 conseillers régionaux et 3 maires.
    • Fédération socialiste de la Martinique (FSM) : Branche locale du PS. Secrétaire fédérale, Louis-Joseph Manscour.
    • Renouveau Martinique (RM); Créé en 1982 sous le nom de Renouveau Sainte-Marie, par Guy Lordinot. Compte un conseiller régional.
    • Mouvement populaire franciscain (MPF):Fondé en 1983 et dirigé par Maurice Antiste. Compte un conseiller général et un maire.
    • Mouvement libéral martiniquais (MLM) : Créé en 1992 par Philippe Petit , droite libérale.
  • Dynamique Sociale Libérale (DSL) : Parti de droite libérale fondé en 2003 par Alex-Marie Doens.
  • Partis autonomistes
  • Vivre à Schoelcher (VS): Parti de gauche fondé et dirigé par Luc-Louison Clémenté. Compte un conseiller général et un maire.
  • Partis indépendantistes

Mayotte

Le MPM, le MDM et le Mouvement des citoyens (MDC) sont issus tous les trois du mouvement dit Soroda.

Nice

Normandie

  • Mouvement Normand (MN) : Fondé en 1971 et dirigé par Didier Patte. De sensibilité politique d'extrême-droite.

Nouvelle-Calédonie

S'inspire de la page : Politique en Nouvelle-Calédonie.

Occitanie

  • Anaram Au Patac : Gauche révolutionnaire occitane, créée en 1992, descendant du Corrent revolucionari occitan (CROC).
  • Partit de la Nacion Occitana/Parti de la nation occitane (PNO) : Parti autonomiste de gauche, fondé en 1959.
  • Partit Occitan (POc) : Parti autonomiste et fédéraliste de centre-gauche, créé en 1987.

Pays basque

  • Parti national basque/Parti nationaliste basque (EAJ-PNB) : Parti autonomiste démocrate-chrétien fondé en 1895.
  • Eusko Alkartasuna/Solidarité Basque : Scission du PNV, parti indépendantiste et non-confessionnel, de tendance sociale-démocrate, fondé en 1986-1987.
  • Abertzaleen Batasuna : Formation de la gauche nationaliste (indépendantiste) du Pays basque français.
  • Batasuna : Parti indépendantiste basque d'extrême-gauche, proche de l'ETA, formé, en France, par d'anciens membres de l'Abertzaleen Batasuna. Les deux Batasuna ont fait cause commune lors des dernières législatives françaises de 2007.

Polynésie française

Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Cap sur l'Avenir (CSA) : Mouvement de centre gauche pour la défense des intérêts de l'Archipel, proche du PRG et des Verts. Représenté à l'Assemblée Nationale par sa présidente, Annick Girardin.
  • Archipel demain : Mouvement de droite local, fondé en 1995, proche de l'UMP.

Savoie

  • Mouvement Région Savoie (MRS) : Mouvement régionaliste savoyard fondé en 1971, dirigé par Alain Favro.
  • Ligue savoisienne (LS) : Mouvement indépendantiste savoisien, fondé en 1994/95, dirigé par Patrice Abeille.
  • La Région Savoie, j'y crois! (LRSJC) : Mouvement régionaliste savoyard fondé en 1998, dirigé par Noël Communod.
  • Parti fédéraliste et régionaliste de Savoie : Mouvement régionaliste savoyard, fondé en 2006, proche du Parti Fédéraliste. Dirigé par Noël Communod.
  • Confédération savoisienne (CS) : Dissidence radicale de la Ligue Savoisienne. Indépendantiste et desannexionniste.

Vosges

  • Vosges d'Abord (VA) : Mouvement fondé en 2007 et présidé par Thomas Léger. Idéologie proche de celle d'Alsace d'Abord.

Partis politiques disparus

Financement des partis politiques français

Liens internes

Notes

  1. Noms dévoilés sur le site France Politique le 20 mai 2008 et confirmés par Christine Boutin lors d'une conférence de presse le 21 mai 2008 [1]
  2. marxistesunitaires.blogspot.com/
  3. - Publications de brochures écrites par des membres du SWP, publication d'articles de l'Hebdomadaire du SWP dans sa publication. - Ses militants se rendent régulièrement à Marxism comme des militants de divers continents, forum organisé à Londres par le SWP
  4. http://www.nouvellefrance.org/
  5. http://www.parti-libertin.org
  6. http://cei-msr.com/
  7. Décret du 28 juillet 2006 portant dissolution d'un groupement de fait, Journal officiel.
  8. [2]
  9. [3]


  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail de la France Portail de la France
Ce document provient de « Partis et mouvements politiques fran%C3%A7ais ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Partis et mouvements politiques francais de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Partis et mouvements politiques français — France Cet article fait partie de la série sur la politique de la France, sous série sur la politique. Cinquième Ré …   Wikipédia en Français

  • Liste des partis et mouvements politiques français — France Cet article fait partie de la série sur la politique de la France, sous série sur la politique …   Wikipédia en Français

  • Partis et mouvements politiques marocains — Partis politiques marocains Maroc Cet article fait partie de la série sur la politique du Maroc, sous série sur la politique. Monarchie  …   Wikipédia en Français

  • Partis politiques francais — Partis et mouvements politiques français France Cet article fait partie de la série sur la politique de la France, sous série sur la politique. Cinquième Ré …   Wikipédia en Français

  • Partis politiques français — Partis et mouvements politiques français France Cet article fait partie de la série sur la politique de la France, sous série sur la politique. Cinquième Ré …   Wikipédia en Français

  • Mouvements politiques — Mouvements et partis politiques Les mouvements et partis politiques, dans une société démocratique, ne sont en général reconnus qu en s’inscrivant au parlement. Il existe cependant des mouvements non parlementaires. La distinction gauche/droite… …   Wikipédia en Français

  • Les Mouvements Politiques — Mouvements et partis politiques Les mouvements et partis politiques, dans une société démocratique, ne sont en général reconnus qu en s’inscrivant au parlement. Il existe cependant des mouvements non parlementaires. La distinction gauche/droite… …   Wikipédia en Français

  • Les mouvements politiques — Mouvements et partis politiques Les mouvements et partis politiques, dans une société démocratique, ne sont en général reconnus qu en s’inscrivant au parlement. Il existe cependant des mouvements non parlementaires. La distinction gauche/droite… …   Wikipédia en Français

  • Mouvements Racistes — Un certain nombre de mouvements politiques prônent dans le monde la suprématie de certaines races supposées sur d autres. En Europe et en Amérique du Nord, ce sont par exemple des groupes néonazis se réclamant d Adolf Hitler ou encore le Ku Klux… …   Wikipédia en Français

  • Mouvements et partis politiques — Les mouvements et partis politiques ne sont en théorie reconnus qu en s’inscrivant au parlement. Il existe cependant des mouvements non parlementaires. La distinction gauche/droite fut établie au XIXe siècle de façon empirique. On a pris… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.