Parc Sainte-Perine


Parc Sainte-Perine

Parc Sainte-Périne

Le Jardin Sainte-Périne est un parc vallonné d'environ 54 000 m2, dont près de 40 000 m2 ouvertes au public, situé dans le 16e arrondissement de Paris dans le quartier d'Auteuil entre l'avenue de Versailles et la rue Mirabeau.

Sommaire

Historique

De 1109 à la révolution française, il fait partie de la résidence de campagne des moines de l'abbaye Sainte-Geneviève. Leur propriété était alors délimitée par la Seine, et les actuels Boulevard Exelmans, rue Boileau, d'Auteuil et Wilhem.

A la suite du démantèlement de leur patrimoine à la Révolution (vendu comme Bien National par le District de Saint Denis et livré aux vaches et chevaux), le domaine connait plusieurs propriétaires avant d'être morcelé et considérablement réduit. Il finit par échoir aux filles de la comtesse d'Aubusson, qui le cédèrent à l'Assistance Publique en 1858.

L'institution Sainte-Périne de Chaillot s'y établit alors.

En 1977, le parc (un espace vert classé) est cédé gratuitement à la mairie de Paris pour en faire un jardin pour les enfants du quartier. La vocation du lieu n'est cependant pas trahie, puisque la plus belle partie du domaine continue d'accueillir l'institution Sainte-Périne ainsi que la Maison de Retraite Chardon-Lagache (édifiées entre 1859 et 1865) et la fondation Rossini.

La remise en cause de la vocation du parc Ste-Périne

En juin 2006, lors de l'élaboration du plan d'urbanisme et en contradiction avec la politique affichée, le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë tente de faire voter le déclassement de cet espace vert protégé sous le prétexte qu'il s'agit d'un terrain libre et constructible, promettant ainsi à l'abattage plus d'une centaine de platanes, tilleuls et arbres exotiques.

Le but est de construire sur près de 6% de sa superficie (en fait, la partie la plus boisée près de l'institution Ste-Périne dont 80% des arbres du parc promis à l'abattage) un ensemble immobilier de 210 logements "à vocation sociale" dont la moitié destinée au personnel de l'APHP, en dépit de l'opposition et de la mobilisation des riverains, des écoles et du conseil de quartier, du conseil d'arrondissement et de la ligue de protection des oiseaux.

En fait, selon l'association de riverains qui défend le parc et suite aux déclarations contradictoires de Jean-Yves Mano, l'adjoint au logement, et des responsables de l'APHP, l'opération de promotion immobilière aurait pour but, non de loger des infirmières, mais les cadres administratifs de l'APHP. La même association dénonce un chiffrage fantaisiste destiné à cacher un bétonnage du parc pour en faire un simple square [1].

Le 12 juin 2006, l'entreprise de déclassement du parc est finalement mise en échec par la conjonction d'un vote improbable de l'UMP, de l'UDF et des Verts parisiens, ces derniers estimant qu'il "est difficile d'admettre que le peu d'espaces verts disponibles à Paris soient bétonnés" alors que "sur les terrains vierges aménageables, la ville prévoit de construire principalement des bureaux et seulement 15 % de logements sociaux". Les Verts dénoncent aussi à cette occasion l'attitude de l’APHP qui, tout en étant "le 4e propriétaire foncier parisien", revend à un promoteur privé l’ensemble immobilier de l’hôpital Laënnec.

Ce rejet est alors dénoncé par Jean-Yves Mano comme une «stratégie de défense des bobos» alors que l'adjoint PC chargé de la santé, Alain Lhostis, déplore que l'on empêche des infirmières de se loger (l'APHP possède pourtant depuis 2001 à quelques mètres de là une résidence contenant 250 logements au 22 rue Wilhem, mais dont 3 seulement ont été attribués à des infirmières). Il s'en prend alors à la "satisfaction égoïste de quelques riverains privilégiés" , à l'"égoïste sûr" et aux "misérables petites manœuvres politiciennes" du groupe Les Verts, promettant de passer outre le vote démocratique [2] . Ainsi, le 23 juin, lors du Conseil de l'AP-HP, c'est en tant que président suppléant de Monsieur Delanoë, que Monsieur Lhostis présente et fait adopter un nouveau vœu pour demander à la Mairie de Paris (donc à soi-même) d'annuler le vote du 12 juin et de rendre constructible cet espace vert protégé.

Lors de la campagne des élections municipales de 2008, les têtes de listes des Verts pour le 16ème, Pascale Ourbih et Anne Souyris, soutenues par le candidat vert pour Paris Denis Baupin, adjoint au maire de Paris, prennent ostensiblement de nouveau la défense du parc au côté des habitants du quartier, dénonçant le "maire bétonneur" [3] après que Bertrand Delanoë, dans une interview au journal de Bruce Toussaint sur Canal + le 11 février 2008 puis sur LCI le même jour, ait qualifié d'abberration le vote des élus parisiens à propos du parc et repris son idée de construire 210 logements sociaux à la place de cet espace vert parisien. Pierre-Christian Taittinger, le maire de l'arrondissement, Claude Goasguen, le candidat UMP, Jean Peyrelevade, tête de liste MoDem, réitèrent également à cette occasion leur hostilité au projet du maire de la capitale[4].

Le 22 mai 2008, le groupe communiste au conseil de ville de Paris annonce la présentation d'un nouveau vœu pour relancer le projet de construction immobilière et amputer le parc de 4 000 m2 d'espaces verts. S'il bénéficie d'une majorité avec le PS et le MRC pour faire adopter ce vœu, il rencontre toujours l'opposition des Verts, qui dénoncent une opération de bétonnage, de l'UMP et du maire du 16ème arrondissement, Claude Goasguen [5].

Notes et références

Lien interne

Liens externes

  • Portail de Paris Portail de Paris

48°50′43″N 02°16′08″E / 48.84528, 2.26889

Ce document provient de « Parc Sainte-P%C3%A9rine ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Parc Sainte-Perine de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Parc sainte-périne — Le Jardin Sainte Périne est un parc vallonné d environ 54 000 m2, dont près de 40 000 m2 ouvertes au public, situé dans le 16e arrondissement de Paris dans le quartier d Auteuil entre l avenue de Versailles et la rue Mirabeau …   Wikipédia en Français

  • Parc Sainte-Périne — Vue du parc Sainte Périne Le Jardin Sainte Périne est un parc vallonné d environ 54 000 m2, dont près de 40 000 m2 ouverts au public, situé dans le 16e arrondissement de Paris, dans le quartier d Auteuil …   Wikipédia en Français

  • Parc de Passy — Le parc de Passy est un jardin public situé dans le 16e arrondissement de Paris. D une superficie de 1.3 ha, ce parc est en pente et descend la colline de Passy jusqu au bord de la Seine. Sa structure principale est une grande allée d arches… …   Wikipédia en Français

  • Parc de Montsouris — Parc Montsouris Pour les articles homonymes, voir Parc Montsouris (homonymie). Vue du Parc Montsouris. Le parc Montsouris est un jardin public …   Wikipédia en Français

  • Parc Georges-Brassens — Géographie Pays France Ville Paris Quartier …   Wikipédia en Français

  • Parc de Belleville — Parc et panorama vus depuis le belvédère des rues Piat et des Envierges. Géographie Pays France …   Wikipédia en Français

  • Parc de Bercy — Automne 2007 Parc de Bercy Printemps 2008 …   Wikipédia en Français

  • Parc de bagatelle —  Cet article concerne parc situé dans le bois de Boulogne. Pour le parc d attraction de la cote d Opale, voir Parc de Bagatelle (Pas de Calais). Pour les homonymes, voir Bagatelle …   Wikipédia en Français

  • Parc des buttes-chaumont — Pour les articles homonymes, voir Buttes Chaumont. Le temple de la Sibylle, construit en 1869 par l architecte Gabriel Dav …   Wikipédia en Français

  • Parc floral de paris — Le parc floral de Paris est un parc urbain et un jardin botanique situé dans le Bois de Vincennes, dans le 12e arrondissement de Paris. Il est l un des quatre pôles du Jardin botanique de la Ville de Paris avec le Parc de Bagatelle et le Jardin… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.