Papyrus Ebers


Papyrus Ebers
une page du papyrus Ebers

Le papyrus Ebers est l'un des plus anciens traités médicaux qui nous soit parvenu : il aurait été rédigé au XVIe siècle avant notre ère, pendant le règne d'Amenhotep Ier[1],[2],[3]. D'autres égyptologues donnent des dates plus récentes et citent plutôt le règne d'Amenhotep III au XIVe siècle ou XVe siècle avant notre ère (date variable selon les égyptologues)[4],[5].

Découvert par Edwin Smith à Louxor en 1862, il fut acheté ensuite par l'égyptologue allemand Georg Moritz Ebers, à qui il doit son nom et sa traduction. En 2008, il est conservé à la bibliothèque universitaire de Leipzig[6]. C'est aussi un des plus longs documents écrits retrouvés de l'Égypte antique : il mesure plus de vingt mètres de long sur trente centimètres de large et contient 877 paragraphes, qui décrivent de nombreuses maladies dans plusieurs branches de la médecine (ophtalmologie, gastro-entérologie, gynécologie...) et les prescriptions correspondantes. Ce papyrus représente le premier document humain faisant référence au cancer.

La pharmacopée égyptienne de l'époque faisait appel à plus de 700 substances, tirées pour la plupart du règne végétal : safran, myrrhe, aloès, feuilles de ricin, lotus bleu, extrait de lys, suc du pavot somnifère, huile de baumier, résine, encens, jusquiame, chanvre, etc. Parmi les autres substances citées, on trouve aussi : de la poussière de statue, des carapaces de scarabée, des queues de souris, du poil de chat, des yeux de porc, des orteils de chien, du lait mammaire, de la semence humaine, des yeux d’anguille et des entrailles d’oie[7], etc.

Connaissance médicale

Le papyrus Ebers est écrit en égyptien hiératique et représente la plus volumineuse compilation de connaissances médicales de cette époque connues à ce jour. Le parchemin de 110 pages, qui est long de 20 mètres, contient plus de 700 formules magiques et remèdes. Il contient d'innombrables incantations ayant pour but de détourner les démons qui causent les maladies, mais il démontre aussi une longue tradition de connaissances empiriques et d'observations.

Le papyrus contient un « traité sur le cœur ». Il y est noté que le cœur est le centre d'irrigation du sang, avec des vaisseaux attachés à tous les membres du corps. Les Égyptiens semblaient avoir quelques connaissances sur les reins et faisaient du cœur le point de rendez-vous d'un certains nombres de vaisseaux, transportant tous les fluides du corps - sang, pleurs, urine et sperme.

Les désordres mentaux sont détaillés dans un chapitre du papyrus appelé le « livre des cœurs ». Des pathologies tel que la dépression et la démence y sont décrites. Ces descriptions suggèrent que les égyptiens ne faisaient pas de distinction de principe entre les maladies mentales et les maladies physiques.

Le papyrus contient aussi des chapitres sur la contraception, le diagnostique de grossesse, et d'autres sujets de gynécologie, de troubles intestinaux, de parasites, de problèmes oculaires, de peau et de dentition, ainsi que des traitements chirurgicaux pour les abcès et les tumeurs, les fractures osseuses et les brûlures.

Exemples de remèdes

Exemples de remèdes issus du papyrus Ebers :

  • Asthme : une mixture d'herbes chauffée sur une brique de sorte que le patient puissent en respirer les vapeurs.
  • Ventre : pour les troubles gastriques : du lait de vache, des grains et du miel, réduit en purée, tamisé et cuit, puis pris en quatre portions.
  • Intestins : pour l'évacuation des intestins : mélilot, dattes, l'ensemble réduit en huile, puis oins sur les parties malades. 
  • Cancer : face à une « tumeur contre le dieu Xenus », il recommande « tu ne fera rien contre ça »[8].
  • Les habits : les habits peuvent être protégés des souris et des rats en y appliquant des matières grasses des chats.
  • Les échardes : appliqué sur les échardes, un baume fait de sang de vers et de fumier d’âne. Le fumier étant chargé des spores [du bacille Clostridium tetani], une simple écharde avait souvent pour résultat une mort horrible des suites du tétanos[7].
  • La mort : la moitié d'un oignon et la mousse d'une bière était considéré comme un remède délicieux contre la mort.
  • La dracunculose (ver de Guinée) : enrouler l'extrémité émergentes du ver autour d'un bâton et l'extraire lentement (3500 ans plus tard, cela reste le traitement standard)[9].

Notes

  1. Voir page 19 in The Egyptians, Barbara Watterson, Blackwell Publishers, 1997
  2. Voir page 690 in Encyclopaedia of the history of science, technology, and medicine in non-Western Cultures, Helaine Selin, Kluwer Academic Publishers, 1997
  3. Voir page 41 in The experience of ancient Egypt, Dr Ann Rosalie David, Routlegde, 2000
  4. -1408 selon Claire Lalouette, Thèbes ou la naissance d'un empire, Champs Flammarion, 1995 (ISBN 2-08-081328-5), p. 419.
  5. -1390 selon Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne, Le Livre de poche Références-Arthème Fayard, 1988 (ISBN 2-253-06547-1), p. 265.
  6. Consultation en ligne du papyrus sur le site de du Papyrus-Projekt, projet papyrologique des universités de Halle - Iéna - Leipzig, qui datent également ce papyrus du XVIe siècle.
  7. a et b (S.I. McMillen, M.D., et David Stern, M.D., None of These Diseases, 2000, p. 10)
  8. U. S. National Medical Library at the National Institutes of Health.
  9. Uniformed Services University of the Health Sciences, Dracunculiasis, Tropical Medicine Central, voir en ligne

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Papyrus Ebers de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Papyrus Ebers — Abschnitt des Papyrus Ebers Der Papyrus Ebers ist ein medizinischer Papyrus aus dem alten Ägypten. Er gehört neben dem Papyrus Edwin Smith zu den ältesten noch erhaltenen Texten überhaupt und ist zudem einer der ältesten bekannten Texte mit… …   Deutsch Wikipedia

  • Papyrus Hearst — Der Papyrus Hearst ist ein altägyptischer medizinischer Papyrus. Er enthält viele Parallelen zum Papyrus Ebers, jedoch auch Rezepte gegen neue, zum Teil unbekannte Krankheiten wie z.B. die „Asiaten Krankheit“ (Lepra oder Beulenpest) …   Deutsch Wikipedia

  • Ebers — Ebers, 1) Emil, Maler, geb. 14. Dez. 1807 in Breslau, gest. 1884 in Beuthen a. O., kam 1831 nach Düsseldorf, wurde Schüler der Akademie und schloß sich besonders an H. Ritter und R. Jordan an, 1844 kehrte er nach Schlesien zurück und lebte eine… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Papyrus Edwin Smith — Der Papyrus Edwin Smith (auch: Wundenbuch) ist ein auf Papyrus geschriebener altägyptischer medizinischer Text, der zu den ältesten schriftlichen Dokumenten von medizinischen Heilverfahren gehört. Er zeugt von einem bereits sehr hochentwickelten… …   Deutsch Wikipedia

  • Papyrus de la rome antique — Papyrus (papier) Pour les articles homonymes, voir papyrus. Papyrus égyptien Le papier de papyrus (Grec πάπυρος, papyros ; «  …   Wikipédia en Français

  • Papyrus de Moscou — 14° problème Le papyrus mathématique de Moscou, aussi appelé papyrus Golenischev d après le nom de son découvreur, Vladimir Golenichtchev, est un papyrus contenant des résultats mathématiques. Avec le papyrus Rhind, c est un des deux fameux… …   Wikipédia en Français

  • Ebers — Ebers, Georg, Ägyptolog und Romanschriftsteller, geb. 1. März 1837 in Berlin, 1870 89 Prof. in Leipzig, seitdem meist in München lebend, gest. 7. Aug. 1898 in Tutzing; fand 1872 zu Theben in Ägypten eine der alten Papyrusrollen, ein mediz.… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Ebers Papyrus — The Ebers Papyrus of about 1550 BC is among the most important medical papyri of ancient Egypt. It is also commonly called Papyrus Ebers [http://worldcat.org/search?q=ti:The+Papyrus+Ebers fq=ln:eng English books using The Papyrus Ebers in their… …   Wikipedia

  • Papyrus médicaux — Les papyrus médicaux sont d anciens textes égyptiens écrits sur des rouleaux de papyrus (papier) qui nous donnent des informations précieuses sur les connaissances et les pratiques médicales de l Égypte antique. Ces papyrus donnent des détails… …   Wikipédia en Français

  • Papyrus- und Ostrakasammlung der Universitätsbibliothek Leipzig — Die Papyrus und Ostrakasammlung der Universitätsbibliothek Leipzig ist eine der bedeutendsten und größten Sammlungen von antiken Papyri und Ostraka im deutschsprachigen Raum. Die Grundlagen zur Sammlung wurden im 19. Jahrhundert gelegt, als auch… …   Deutsch Wikipedia