Palynologie


Palynologie
Exemple d'un pollen vue au microscope

La palynologie est l'étude des pollens et des palynomorphes.

Sommaire

Historique et étymologie

Le mot « palynologie » a été introduit par Hyde et Williams en 1944. Il vient du grec ancien palunein, « saupoudrer », et logos, « discours ».

Au cours des années 1940, la palynologie concernait uniquement l'étude des spores et des grains de pollens, incluant également ceux provenant des charbons et des sédiments minéraux. Par la suite, le champ d'investigation de la palynologie s'est largement étendu à tous les éléments fossilisés constitués d'une paroi organique et qui résistent aux processus d'extraction au moyen d'acides puissants comme l'acide fluorhydrique, l'acide nitrique, etc. Ces microfossiles à parois organiques, également appelés palynomorphes, peuvent être d'origine continentale, comme les cryptospores, les spores, les pollens, les algues d'eau douce, mais aussi d'origine marine comme les acritarches, les chitinozoaires, les dinoflagellés, les scolécodontes, etc.

Applications

La paléopalynologie, ou étude des pollens et palynomorphes fossiles, est l'application la plus largement développée. Elle est extrêmement importante en recherche pétrolière et pour l'évaluation rétrospective de la réponse des écosystèmes à des changements climatiques. Elle apporte des informations sur la stratigraphie, les sédiments, la paléoécologie, la paléogéographie, les paléoclimats, etc. L'histoire et l'archéologie peuvent utiliser les pollens pour dater, pour tracer ou pour évaluer le contexte associé à un objet ou une époque : la palynologie a été mise à contribution, par exemple, pour éclairer l'origine du Linceul de Turin.

La palynologie a de nombreuses autres applications :

  • elle apporte des éléments utiles dans les études de systématique des palynomorphes ;
  • l'aéropalynologie consiste à analyser la présence dans l'air de différents types de grains de pollen. Elle a des applications en médecine (pathologies allergiques) et en agronomie (pollinisation) ;
  • la mélissopalynologie est l'étude des grains de pollen présents dans le miel. Elle permet de détecter les mélanges et les fraudes, mais aussi de labelliser des miels certifiés en ce qui concerne leur composition ;
  • certaines investigations policières s'appuient sur la palynologie : par exemple en médecine légale, la palynologie peut apporter des indices complémentaires sur le passé d'une victime ou d'un suspect.

Paléopalynologie

Méthodes

L’étude palynologique se déroule en plusieurs étapes :

  • Échantillonnage : prélèvement sur le terrain, en collaboration avec des archéologues ou des géologues, des sédiments qui contiennent les pollens recherchés. Il se fait par carottage ou sur coupe si on peut accéder directement aux formations. On relève également la stratigraphie et la description de la végétation actuelle ;
  • Préparation en laboratoire ;
  • Détermination et numération des pollens présents ;
  • Production d'un diagramme pollinique ;
  • Interprétation des données.

Intérêt en archéologie

La paléopalynologie est désormais une science auxiliaire importante au niveau de l'orientation actuelle de l'archéologie. En effet, elle permet d'obtenir un grand nombre d'informations liées au milieu dans lequel évoluaient les groupes humains du passé. Quand des pollens ont été piégés et conservés dans une structure archéologique, leur analyse et leur comptage apporte des informations sur l'environnement végétal général, sur les pratiques anthropiques et sur l'âge de la structure archéologique en question. Plusieurs types de pratiques peuvent être approchées grâce aux pollens :

  • les pratiques agricoles et alimentaires (par exemple les types de céréales cultivées, le temps de mise en culture des parcelles, etc.) ;
  • les pratiques funéraires (par exemple le type de dépôt) ;
  • les niveaux d'occupation et d'abandon d'un site.

On peut obtenir des datations relatives par comparaison de diagrammes polliniques.

Notes et références

Bibliographie

  • Faegri, K. ; Iversen, J. 1964 - Textbook of Pollen Analysis. Munksgaard, Copenhague.
  • Galop, D. 1998 - La forêt, l’homme et le troupeau dans les Pyrénées. 6 000 ans d’histoire de l’environnement entre Garonne et Méditerranée. Géode, Framespa, Toulouse, 283 p.
  • Moore, P.D., Webb J.A. & Collinson M.E., 1991 - Pollen Analysis. Blackwell Scientific Publ., 2e éd. 1991.
  • Pons, A. 1970 - Le Pollen. Coll. Que sais-je ?, PUF, Paris, 1970.
  • Pons, A., 1984 - « La paléoécologie face aux variations spatiales du bioclimat méditerranéen ». Bull. Soc. bot. Fr., 131, Actual. bot., 2,3,4 : 77-83.
  • Pons, A. 1993 - « Contribution de l’analyse pollinique à l’étude des changements de végétation et de climat en Europe ». Sécheresse 4,4 : 233-240.
  • Reille, M. 1990 - Leçons d’analyse pollinique et de palynologie. Éd. du CNRS, 206 p.
  • Sémah, Anne-Marie. 2004. L'évolution de la végétation depuis deux millions d'années. Éditions Errance, 318 p.

Voir aussi

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Palynologie de Wikipédia en français (auteurs)