Pair-et-grandrupt


Pair-et-grandrupt

Pair-et-Grandrupt

Pair-et-Grandrupt

La mairie-école
La mairie-école

Administration
Pays France
Région Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Canton Saint-Dié-des-Vosges-Est
Code Insee abr. 88341
Code postal 88100
Maire
Mandat en cours
René Bastien
2008 - 2014
Intercommunalité Communauté de communes de la Fave et de la Meurthe
Démographie
Population 472 hab. (2006)
Densité 103 hab./km²
Géographie
Coordonnées 48° 16′ 55″ Nord
       7° 01′ 10″ Est
/ 48.2819444444, 7.01944444444
Altitudes mini. 354 m — maxi. 474 m
Superficie 4,58 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Pair-et-Grandrupt est une commune française, située dans le département des Vosges et la région Lorraine.

Sommaire

Toponymie

Pair-et-Grandrupt doit son appellation à deux gros hameaux ou centre d'habitats dispersés, Le Pair et Grandrupt.

Le Pair provient d'un pariage entre deux seigneurs peut-être avant le XIIIe siècle : deux financiers possesseurs de terres et de droits sur les habitants ont décidé d'apparier et de gérer leurs possessions en commun et de façon indissociable pour éviter un émiettement préjudiciable. Cette association apparemment solide a été maintenue par les habitants qui ont bénéficié de ce lointain partenariat seigneurial.

Grandrupt désigne une vallée un peu moins étroite que les autres. Le qualificatif grandiloquent du rupt "ruisseau en pente, fosse" indique aussi dans le folklore la présence de nains, êtres chtoniens qui animent le monde minier. En effet, en amont du vallon, une mine de cuivre, recelant peut-être d'autres oxydes métalliques, a été répertoriée dans les inventaires anciens. Il reste de vieilles galeries difficilement accessibles. Les plus récentes datent d'une reprise d'activité au XVIe siècle. Les ressources minières les plus accessibles ont vraisemblablement été exploitées dès le Néolithique, contribuant ainsi à ouvrir le vallon à l'aide d'une voie.

Géographie

La commune de Pair-et-Grandrupt s'étage sous forme de différents vallons et collines entre la prairie de la vallée de la Fave qui commence à 350 mètres d'altitude et les collines de l'Ormont au relief mamelonné vers le nord, en particulier à proximité du Chêne de la Vierge, arbre portant chapelotte sur la commune de Nayemont-les-Fosses à 474 mètres d'altitude. Le territoire forme un triangle entre Neuvillers-sur-Fave à l'est, Nayemont-les-Fosses à l'ouest et au nord, Remomeix et Sainte-Marguerite au sud.

Aux yeux des observateurs ignorants de la civilisation montagnarde vosgienne, la commune de Pair-et-Grandrupt ne semble pas affirmer une forte unité ; l'habitat de cette vieille contrée des collines de l'Ormont apparaît dispersé, le relief est vallonné et la voirie mal développée. Sa belle modernisation facilite pourtant l'alignement de nouvelles habitations qui colmate par ce récent réseau la vieille dispersion de fermes et de hameaux. En réalité, la rurbanisation après 1970 qui survient après une longue déprise agricole depuis 1890 a contribué à façonner le paysage. L'eau assez rare sur ce versant de montagne effondré a longtemps dicté les lois de répartition.

La civilisation montagnarde de l'attelage a été confiante, solidaire et peu craintive. Chaque famille a installé sa maison à sa guise si elle disposait de l'eau nécessaire pour les hommes et les troupeaux. La maison commune est une maison comme les autres, reliées par des dédales de chemins, et n'a pas besoin de protection ou de rassemblement protecteur spécifique. Ainsi au voisinage de la mairie-école, même aujourd'hui, la densité ne s'accroît point. La vie religieuse a été marquée par un christianisme de chapelle. Le sanctuaire de Bertrimoutier, antique cimetière-ossuaire sur l'autre rive de la Fave, a ainsi accueilli les morts du flanc méridional de l'Ormont, de Vanifosse jusqu'à Frapelle ou Beulay. La commune de Pair-et-Grandrupt n'a jamais eu de cure ni d'église et dépend aujourd'hui encore de la grande paroisse de Bertrimoutier. La commune qui accueille chaque année depuis plus de dix années de nouveaux résidents est en croissance et doit ajuster ses services aux besoins croissants.

Histoire

Le versant méridional de l'Ormont, entre Vanifosse et Frapelle, a été éparpillé entre une multitude de protecteurs ou seigneurs tout en gardant un noyau d'administration longtemps ecclésiastique à partir de la grande mairie, héritière d'un monastère, Bertrimoutier. Cette entité assurait le contrôle de habitants qui souvent encore au dix-neuvième siècle portaient leurs morts au cimetière de Bertrimoutier.

Temps anciens

Le Paire et Grandrupt forment un village du duché de Lorraine. Celui-ci a été détaché de Neuvillers, avec lequel il formait une seule grande communauté entre Nayemont et Frapelle à une date ancienne, probablement bien après que le vieux Villers eut été abandonné pour le nouveau Villers ou Neuvillers[1].

Mais il a existé une époque où les communautés montagnardes du versant méridional de l'Ormont avaient conscience d'appartenir à un vieil ensemble refuge dont un des centres-clefs était le vieux Villers. Les habitants du Pair-et-Grandrupt ont farouchement gardé depuis ce temps leurs droits d'usage, chauffage, marronnage, charronnage et clôture dans la forêt d'Ormont.

Temps modernes

En 1594, il appartient à la prévôté de Saint-Dié et au bailliage de Nancy. Les différentes occupations françaises n'ont pas altéré cette organisation, mais le bailliage est placé à Saint-Dié en 1710. Les gouvernants de la subdélégation française en 1751 pour le compte de Stanislas, duc de Lorraine, rappellent la coutume lorraine.

En 1710, des documents fiscaux montrent 23 foyers et quatre garçons[2]. On peut estimer à plus d'une centaine et à moins de deux cents habitants en tenant de la misère et de l'extrême froidure, tantôt en glace, tantôt neige, durant les années 1680-1710.

La commune Le Paire-et-Grandrupt intègre le canton de Bertrimoutier, créé dans le nouveau district de Saint-Dié, du département des Vosges.

Le Paire-et-Grandrupt en 1845

La statistique départementale signale que le cœur de cette modeste commune de 378 habitants est dans un vallon près de la rivière Fave, à 8 km de Saint-Dié et 65 km d'Epinal. Toutefois, la route départementale no 15, de Saint-Dié à Strasbourg, traverse le hameau de Vanifosse.

Ainsi, les hameaux principaux Grandrupt, Le Paire et Vanifosse, auxquels il faut adjoindre les censes nommées Les Ahelis, Bois du Paire, Champ du Bois, Goute du Paire et La Queshir, comptent 65 maisons, occupées par 95 ménages. Les enfants vont aux écoles des communes voisines, suivant la convenance.

38 électeurs censitaires ont seulement le droit et aussi le devoir d'élire un conseil de dix représentants, qui choisit le maire et son adjoint. En 1849, le maire Marchal et l'adjoint Cunin affrontent le premier exode des jeunes qui partent chercher un labeur mieux rétribué dans les usines de Saint-Dié.

La surface territoriale se restreint à 459 ha.

  • 249 ha sont labourés en saison, on y sème du seigle voire du sarrasin, mais très peu de blé froment en automne, ainsi de l'avoine au printemps. Le lin et le chanvre, et surtout la pommes de terres, sont aussi cultivés.
  • 106 ha sont en prés, fourrières et prairies.
  • 55 ha en bois
  • 7 ha en vergers et jardins.

Un moulin à grains et deux scieries qui fonctionnent en saison attestent de l'activité de transformation des ressources.

Démographie historique

Évolution démographique
(Source : Statistiques du département des Vosges, estimation pour les années 1710 avec 23 foyers fiscaux et 1780)
1710 1780 1802 1830 1839 1845 1847 1849 1867 1880 1887
100 160 120 175 364 378 378 369 377 ? 351

Petit patrimoine

Dans un vallon accessible par un petit chemin depuis la route carrossable qui, à partir du village de Nayemont-les-Fosses, mène au lieu-dit du Chêne de la Vierge, une tombe à l'emplacement où son avion fut abattu en 1916 garde le souvenir de l'aviateur français Claude Théophile Funck-Brentano[3].

Personnages célèbres

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
avant 2001 2014 René Bastien Professeur d'histoire-géographie
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Évolution démographique
v. 1882 1926 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006
217 200 282 406 417 439 472
Nombre retenu à partir de 1990 : Population sans doubles comptes

Références

  1. Peut-être entre 1250 et 1300
  2. Terme alors en usage pour les célibataires.
  3. La famille Funck-Brentano est d'origine luxembourgeoise. L'aviateur est français car son père, l'historien Frantz Funck-Brentano est déjà naturalisé français. Biographie rédigée par l'historien René Bastien dans "La guerre aérienne dans les Vosges. 1914-1919" ,Mémoire des Vosges H.S.C. édité par la Société Philomatique Vosgienne, [hors série n°5, année 2009], 68 pages (page 49 à 52).

Liens externes

  • Portail des communes de France Portail des communes de France
  • Portail des Vosges Portail des Vosges
Ce document provient de « Pair-et-Grandrupt ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pair-et-grandrupt de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pair-et-Grandrupt — is a village and commune in the Vosges département of northeastern France.ee also*Communes of the Vosges department …   Wikipedia

  • Pair-et-Grandrupt — 48° 16′ 55″ N 7° 01′ 10″ E / 48.2819444444, 7.01944444444 …   Wikipédia en Français

  • Grandrupt (Pair) — Pair et Grandrupt Pair et Grandrupt La mairie école Administration Pays France Région Lorraine Département …   Wikipédia en Français

  • Pair (Vosges) — Pair et Grandrupt Pair et Grandrupt La mairie école Administration Pays France Région Lorraine Département …   Wikipédia en Français

  • Pair — Sur les autres projets Wikimedia : « Pair », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Anciennes Communes Des Vosges — Cette page retrace toutes les anciennes communes du département des Vosges qui ont existé depuis la Révolution française, ainsi que les créations et les modifications officielles de nom. La liste ne contient pas les simples modifications du… …   Wikipédia en Français

  • Anciennes communes des Vosges — Cette page retrace toutes les anciennes communes du département des Vosges qui ont existé depuis la Révolution française, ainsi que les créations et les modifications officielles de nom. La liste ne contient pas les simples modifications du… …   Wikipédia en Français

  • Anciennes communes des vosges — Cette page retrace toutes les anciennes communes du département des Vosges qui ont existé depuis la Révolution française, ainsi que les créations et les modifications officielles de nom. La liste ne contient pas les simples modifications du… …   Wikipédia en Français

  • Liste des anciennes communes des Vosges — Cette page retrace toutes les anciennes communes du département des Vosges qui ont existé depuis la Révolution française, ainsi que les créations et les modifications officielles de nom. La liste ne contient pas les simples modifications du… …   Wikipédia en Français

  • Neuvillers-sur-Fave — Neuvillers sur Fave …   Wikipedia